Archives du blog

7. Les lois du dimanche

Le deuxième ange : étude 7

Par John Thiel (étude en anglais)

Nous étudions ici la façon dont le dimanche a vu le jour comme un jour d’adoration, dans la Babylone antique et par la suite, et comment les Églises babyloniennes ont développées une ferme position selon laquelle ils feraient des lois en rapport avec le dimanche. Dans le message du troisième ange nous verrons comment ces lois du dimanche vont être adoptées dans les dernières scènes.

La Babylone, qui est mentionnée dans le message du deuxième ange, Babylone la grande est tombée, cette grande ville, comme nous l’avons apprécié dans les études précédentes, s’appliquait à l’Amérique protestante, aux États-Unis d’Amérique protestants. Cela ne s’appliquait pas à Rome parce qu’elle avait déjà été dans un état déchue depuis de nombreuses années. Quand le message du deuxième ange était annoncé et présenté, c’était parce que les gens de cette époque, l’époque du message du premier ange, avait rejeté le message du premier ange. C’est alors qu’ils sont devenus Babylone, qu’ils sont tombés. Lire la suite

1. Le jugement sur Babylone

Le deuxième ange : étude 1

Par John Thiel (étude en anglais)

Le message du deuxième ange est nécessaire parce que le message du premier ange n’a pas été entendu. En rejetant le message du premier ange, un avertissement devait être donné par le message du deuxième ange – Babylone, est tombée, elle est tombée, cette grande ville, parce qu’elle a fait boire à toutes les nations le vin de la colère de sa fornication.

Ce message fut proclamé pour la première fois par les serviteurs de Dieu durant l’été 1844. En conséquence, beaucoup quittèrent les Églises déchues. En relation avec ce message, le cri de minuit [Voir Matthieu 25:1-13.] fut donné : « Voici l’époux vient ; sortez à sa rencontre. » Dans tous les coins du pays, la lumière fut donnée concernant ce message, et le cri en éveilla beaucoup. Il alla de ville en ville, de village en village, et dans et les régions les plus retirées du pays. Il atteignit les savants et talentueux, de même que les inconnus et humbles. Ce fut l’année la plus heureuse de ma vie. Mon cœur était remplit d’attente heureuse, mais je ressentais une grande compassion et anxiété pour ceux qui étaient dans le découragement et qui n’avaient aucune espérance en Jésus. Nous nous unirent, en tant que peuple, avec ardeur, dans la prière, afin de demander une véritable expérience et la preuve indéniable de notre acceptation auprès de Dieu.  {Christian Experience and Teachings of Ellen. G. White 51.1} Lire la suite