Êtes-vous en train d’être marqués par la bête ?

Par John Thiel (étude en anglais, pdf)

Lecture biblique : 1 Jean 5:2 À ceci nous connaissons que nous aimons les enfants de Dieu, lorsque nous aimons Dieu, et que nous gardons ses commandements. 3 Car c’est ici l’amour de Dieu, que nous gardions ses commandements ; et ses commandements ne sont point pénibles. 4 Car tout ce qui est né de Dieu, est victorieux du monde ; et c’est ici la victoire qui est victorieuse du monde, [savoir], notre foi. 5 Qui est celui qui est victorieux du monde, sinon celui qui croit que Jésus est le Fils de Dieu ?

Il y en a beaucoup qui croient que lorsque la marque de la bête d’Apocalypse 13 est appliquée, c’est à ce moment-là que nous serons mis à l’épreuve par la marque de la bête. Mais êtes-vous aujourd’hui en train d’être marqués par la bête ?

Nous tous qui avons vécu depuis 1844 avons été mis à l’épreuve, et sommes mis à l’épreuve par la marque de la bête, que cette marque ait été imposée ou pas. Nous voulons examiner attentivement si nous sommes en train d’être marqués par la bête ou pas.

1 Jean 5:5 Qui est celui qui est victorieux du monde, sinon celui qui croit que Jésus est le Fils de Dieu ?

Qui est victorieux du monde ? Celui qui croit que Jésus est le Fils de Dieu. C’est une déclaration intéressante qui est très mal comprise par rapport à ce que cela veut dire de croire que Jésus est le Fils de Dieu.

Dans le livre des Actes, nous voyons que Paul et Silas s’étaient retrouvés en la présence de leur geôlier, et ensuite il les amena dehors et leur dit :

Actes 16:30 … Seigneurs, que faut-il que je fasse pour être sauvé ? 31 Ils lui dirent : Crois au Seigneur Jésus-Christ, et tu seras sauvé, toi et ta maison.

Ce passage est souvent cité de nos jours dans le christianisme moderne et ils disent que tout ce que vous avez besoin de faire pour être sauvés c’est de croire au Seigneur Jésus-Christ. Au premier abord c’est exactement ce que l’on pourrait conclure. « Il faut juste que je croie. » Et l’apôtre Jean lui-même nous dit que nous aurons la victoire sur le monde si nous croyons que Jésus Christ est le Fils de Dieu. Mais que voulait dire le Saint-Esprit en communiquant ceci par l’inspiration à ces écrivains ?

Les chrétiens reconnaissent que Jésus est le Fils de Dieu, mais qu’est-ce que cet aveu est censé inclure pour que nous soyons sauvés et que nous ayons la victoire sur le monde ? Pour obtenir une compréhension correcte de ce que cela veut dire de croire au Fils de Dieu afin d’être sauvés et de vaincre le monde, nous voulons étudier la vie de Jésus. Le principe que nous avons besoin de croire en Jésus est exprimé par Jésus Lui-même :

Jean 5:19 Alors Jésus répondit et leur dit : En vérité, en vérité, je vous dis : Le Fils ne peut rien faire de lui-même, sinon ce qu’il voit faire au Père ; car quelque chose que le Père fasse, le Fils aussi le fait pareillement.

Que voyez-vous dans ces paroles de Christ ? Il dit ici que le Fils de Dieu ne peut rien faire de Lui-même. Il ne fait que ce qu’Il voit le Père faire. Qu’est-ce qui est ici révélé par rapport à Jésus ? N’est-ce pas le fait qu’Il est complètement humble, dépendent et soumis ?

Jean 5:30 Je ne puis rien faire de moi-même ; selon ce que j’entends, je juge ; et mon jugement est juste, parce que je ne cherche point ma propre volonté, mais la volonté du Père qui m’a envoyé.

Alors que nous regardons à Jésus pour croire en Lui, nous voyons qu’il y a là une attitude en laquelle nous croyons, et c’est une attitude que Jésus vit, une attitude de « Je ne puis rien faire de Moi-même. » « Si je porte un jugement, Je ne peux que savoir que ce jugement que Je porte est le jugement qui n’est pas le Mien, le jugement qui m’est donné du Père. » Comment ceci est-il exemplifié dans la vie de Christ ? Est-ce vrai quand nous le regardons et que nous le voyons céder Son confort et Son honneur personnel ? Il a renoncé au ciel, Il a abandonné le ciel pour faire ce que le Père voulait qu’Il fasse. Il a renoncé tout le long et a pris le chemin de la croix – le sacrifice de soi.

Tout d’abord, ne serait-ce qu’en se concentrant sur le fait qu’Il ait quitté le ciel, c’est déjà quelque chose de tout juste profond. Deuxièmement, quand Il vivait sur la terre Il a renoncé à toute la gloire de l’homme. Il a renoncé à tout, Il a été obéissant même jusqu’à la mort de la croix. Et à Gethsémané et à la croix, qu’a-t-Il dit ? « Que ma volonté ne soit point faite, mais la tienne. » Quand Il s’écriait : « Que cette coupe passe loin de moi ! » Il endurait des expériences atroces et Il s’est livré à ces expériences si seulement c’était la volonté de Dieu qu’Il traverse cela. Est-ce que vous saisissez ce que ça veut dire de croire au Seigneur Jésus-Christ pour être sauvé ?

Si vous et moi nous croyons en Lui à salut, que ferons-nous ? Ferons-nous quoi que ce soit de différent de ce que Jésus a fait ? L’apôtre Jean est très clair à ce sujet.

1 Jean 2:6 Celui qui dit qu’il demeure en lui, doit aussi marcher comme il a marché lui-même.

L’apôtre Jean dit : « Si vous dites que vous croyez en Jésus, alors joignez le geste à la parole. » Si vous demeurez en Lui et que vous croyez en Lui, alors vous devez marcher comme Jésus a marché, dans une parfaite soumission.

Donc nous nous posons la question : Est-ce que je crois suffisamment en Jésus pour marcher dans les mêmes principes dans lesquels Il a marché, pour faire la volonté de Dieu comme Jésus l’a faite, même si cela veut dire que je perdrai ? Jésus n’a-t-Il pas tout perdu sur cette terre ? Même Ses amis qui l’ont renié. Jésus attire notre attention sur cette réalité ici. Pouvons-nous voir que quand il est écrit : « Crois au Seigneur Jésus-Christ » c’est plus que seulement croire qu’Il a existé ? C’est croire en Lui, faire les choses qu’Il a faites.

Marc 8:34 Puis, ayant appelé [à lui] la foule, avec ses disciples, il leur dit : Quiconque veut venir après moi, qu’il renonce à lui-même, qu’il se charge de sa croix, et qu’il me suive. 35 Car quiconque voudra sauver sa vie, la perdra ; mais quiconque perdra sa vie pour l’amour de moi et de l’évangile, la sauvera. 36 Car que servirait-il à un homme de gagner tout le monde, s’il perdait son âme ?

Si vous croyez au Seigneur Jésus-Christ, vous serez sauvés. Que dit Jésus ici ? « Si tu veux sauver ta vie, tu la perdras ; mais si tu perds ta vie pour l’amour de Moi et de l’évangile, tu la sauveras. » Crois au Seigneur Jésus-Christ, et tu seras sauvé – voilà ce que ça veut dire. C’est pour ça que Jésus dit : « Si vous croyez en Moi, alors vous me suivez et vous vous chargez de votre croix en me suivant. » Nous voyons ici le lien pour être victorieux du monde. Si vous gagnez le monde entier mais que vous perdez votre âme, à quoi est-ce que cela vous servira ? Donc en suivant Jésus nous ne devons pas gagner ce monde.

1 Jean 5:2 À ceci nous connaissons que nous aimons les enfants de Dieu, lorsque nous aimons Dieu, et que nous gardons ses commandements. 3 Car c’est ici l’amour de Dieu, que nous gardions ses commandements ; et ses commandements ne sont point pénibles.

Nous faisons tout ce qu’Il dit, comme l’a fait Jésus. Et que fait celui qui est né de Dieu ?

1 Jean 5:4 Car tout ce qui est né de Dieu est victorieux du monde ; et c’est ici la victoire qui est victorieuse du monde, [savoir], notre foi.

Qu’est-ce que c’est ? Crois au Seigneur Jésus-Christ, et alors tu auras une foi qui aura la victoire sur le monde.

1 Jean 5:5 Qui est celui qui est victorieux du monde, sinon celui qui croit que Jésus est le Fils de Dieu ?

Donc vous voyez que tout cela est lié quand on prend la vue d’ensemble des Écritures, par les expressions qui sont écrites sous l’inspiration du Saint-Esprit, de sorte qu’on comprend ce que l’Esprit veut dire quand Il dit : « Crois au Seigneur Jésus-Christ, et tu seras sauvé. » Tu seras sauvé en ayant la victoire sur le monde, parce que tu suis Christ.

Du temps de l’Église primitive, des apôtres et des premiers croyants, qu’est-ce que ça voulait dire de croire au Seigneur Jésus-Christ ? Cela voulait dire que leur loyauté au mode de vie de Jésus était opposée à la société païenne dans laquelle ils vivaient. Et le résultat c’est que, comme c’est écrit, les apôtres étaient « voués à la mort ». C’est ce qui est arrivé aux apôtres. Tous ces douze apôtres ont fini par mourir en martyrs. Pourquoi ? Parce qu’ils croyaient au Seigneur Jésus-Christ ; et aucun de ceux qui croyaient au Seigneur Jésus-Christ n’allait céder aux attentes du monde dans lequel ils vivaient. Ils vivaient dans un monde gouverné par le paganisme et ils ne voulaient pas se soumettre à ce style de vie.

Vaincre le monde

Qu’est-ce que cela veut dire pour nous aujourd’hui de vaincre le monde ? Nous allons maintenant dans Apocalypse 13, parce que nous vivons dans le temps de ce passage, depuis que la bête a reçu la plaie mortelle, quand, en 1798, le pape a été fait prisonnier par le gouvernement français. Vous avez ici cette description de la bête, qui est la papauté :

Apocalypse 13:3 Et je vis l’une de ses têtes comme blessée à mort ; mais sa plaie mortelle fut guérie, et toute la terre étant dans l’admiration, suivit la bête.

Est-ce que vous voyez ici un lien intéressant ? Qui a suivi la bête ? Toute la terre suivit la bête après que sa plaie mortelle ait été guérie. La papauté s’est rétablie peu de temps après avoir été menée en captivité. Un nouveau pape a été élu et la papauté a été rétablie. Et au fil des années nous avons vu la religion papale continuer. Et toute la terre est touchée par cela.

Apocalypse 13:11 Puis je vis une autre bête monter de la terre ; et elle avait deux cornes semblables à celles d’un agneau, et elle parlait comme un dragon. 12 Et elle exerce tout le pouvoir de la première bête devant elle, et fait que la terre et tous ceux qui y habitent, adorent la première bête, dont la plaie mortelle avait été guérie.

Nous avons ici la description d’une autre puissance mondiale, que nous identifions bien sûr comme étant les États-Unis d’Amérique. Ils ont émergé en tant que nation après 1798. Et que font petit à petit les États-Unis par un lent processus aux yeux du monde ? Ils se mettent à participer aux croyances papales. Ils exercent le pouvoir de la première bête devant elle, et font « que la terre et tous ceux qui y habitent, adorent la première bête, dont la plaie mortelle avait été guérie. »

Rappelons-nous que la plaie mortelle a été guérie peu de temps après 1798. Le nouveau pape a été élu en 1800, et peu à peu le pouvoir de la papauté s’est affermi de plus en plus avec le soutien du monde protestant. Ils ont fait ce qu’a fait la papauté, lentement mais surement. Et ceci a été l’expérience du peuple de Dieu depuis 1844.

Puis on nous montre ce que sera la dernière offensive. D’abord elle fait que toute la terre suive la bête, et ensuite on nous dit :

Apocalypse 13:16 Et elle faisait que tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, recevaient une marque en leur main droite, ou en leurs fronts ; 17 Et que personne ne pouvait acheter ni vendre, s’il n’avait la marque ou le nom de la bête, ou le nombre de son nom.

La question à laquelle nous essayons de répondre ici, c’est : Sommes-nous en train d’être marqués par la bête ? Cette déclaration d’Apocalypse est quelque chose qui s’est déroulé sur une longue période. Dès 1844, cette activité a commencé à avoir lieu, et les gens grandissaient dans un monde qui était influencé par la papauté et le protestantisme apostat des États-Unis. Tout cela dure depuis 1844. Est-ce que vous comprenez le langage ?

Apocalypse 13:16 … elle faisait que tous,

Voilà une compréhension intéressante et importante. Ceci n’est pas la déclaration arbitraire d’un gouvernement. Il est écrit : « elle faisait que tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, recevaient une marque en leur main droite, ou en leurs fronts. » Et en faisant cela, elle faisait « que personne ne pouvait acheter ni vendre, s’il n’avait la marque. » C’est un langage qu’il est important de comprendre. Nous avons besoin de comprendre ce que le monde fait autour de nous, pour que nous comprenions que si je crois au Seigneur Jésus-Christ, je serais victorieux du monde, de ce même monde auquel on fait recevoir une marque, auquel on fait que nul ne peut acheter ni vendre à moins qu’il n’ait la marque. C’est fait. Il y en a beaucoup qui lisent ça et qui croient que cela veut dire qu’il y aura des lois disant : « Vous devez prendre la marque de la bête, vous devez prendre le dimanche, vous devez prendre tout ça. » C’est comme ça qu’ils le comprennent, mais ils ratent le mot « fait ». Et voilà pourquoi nous étudions ceci, pour examiner attentivement ce qu’on me fait faire pour que je reçoive la marque.

La papauté et le protestantisme apostat ont-ils réellement fait naître un tel état des choses que les gens seront poussés à se soumettre à ses influences ? Voilà la terminologie qui embrasse à la fois le protestantisme apostat et la puissance papale :

Apocalypse 18:2 Et il cria avec force et à haute voix, disant : Babylone la grande est tombée, [elle] est tombée, et est devenue la demeure des démons, et le repaire de tout esprit immonde, et une cage de tout oiseau impur et détestable.

Pourquoi ? Le monde entier,

Apocalypse 18:3 … toutes les nations ont bu du vin de la colère de sa fornication, et les rois de la terre ont commis fornication avec elle, et les marchands de la terre se sont enrichis par l’abondance de son luxe.

Ça c’est intéressant. Pouvez-vous voir le « fait » ici ? Alors que la papauté et le protestantisme apostat introduisent leurs enseignements et leurs idées dans le monde, les nations, les rois et les marchands de la terre sont amenés à participer. Ils boivent du vin de la colère de sa fornication. Ils absorbent ses idées erronées et ses faux enseignements dans leur mode de vie, de sorte que les marchands de la terre s’enrichissent par l’abondance de son luxe. Qu’est-ce que ça veut dire ? Qu’est-ce qui rapporte le plus d’argent aux marchands de la terre ? Il y a Noël, la fête de Pâques, les week-ends (ce qui est lié à l’observation du dimanche), les vacances et tout ce genre de choses. Il y a tellement de luxe qui est proposé par les Églises et sur lequel les marchands de la terre font de l’argent. Il y aussi la fête des mères, la fête des pères, la Saint-Valentin. Voilà tout le luxe qui vient d’une mentalité soi-disant religieuse. « On devrait être reconnaissants envers nos mères, on devrait être reconnaissants envers nos pères. » « Oh, on devrait s’admirer l’un et l’autre en tant que mari et femme », etc. Voilà tout le luxe qu’elle fait absorber et accepter au monde entier.

Noël… pourquoi ? C’est un jour païen lié au christianisme, mais c’est un luxe pour lequel ils vont dépenser beaucoup d’argent afin de pouvoir observer ce jour comme un moment particulier. Et si vous ne participez à cela, si vous deviez vous exposer aux personnes de votre entourage et dire : « N’importe quoi, tout ça c’est du paganisme », comment est-ce qu’ils vous regarderaient ? « Oh, allez ! » Ils vont commencer à vous persuader. Est-ce que vous voyez comme le monde vous fait penser d’une certaine manière ? Elle leur fera accepter.

Examinez attentivement le mode de vie économique et social d’aujourd’hui dans le monde entier. Vous avez entendu parler de la venue d’un nouvel ordre mondial. Ça c’était en 1991, quand Irak était en guerre contre le Koweït, et George Bush Sr. a dit : « Maintenant nous voyons apparaître un nouvel ordre mondial. » Et ce nouvel ordre mondial était introduit par la guerre et par la manipulation économique. Elle fait que le monde.

D’ailleurs, ils disent très ouvertement que le monde entier est poussé à se soumettre à ce nouvel ordre mondial, parce que si les nations ne participent pas à ce nouvel ordre mondial, elles ne pourront plus acheter ni vendre ; elles seront tributaires du programme économique mondial. C’est ce que vous voyez très clairement dans le monde autour de vous aujourd’hui. Les nations font du commerce entre elles parce que c’est un nouvel ordre mondial, et elles ne vivent plus pour elles-mêmes, elles vivent sous une influence gouvernementale du monde entier. Et si vous ne jouez pas le jeu, en tant que nation, vous êtes soumis à un embargo. Ceci n’est pas différent de l’embargo d’Apocalypse 13 où vous ne pourrez plus ni acheter ni vendre à moins de recevoir la marque. Mais vous pouvez voir que tout cela est provoqué par ces activités. Et quelle sera l’expérience de celui qui croit en Jésus Christ dans toute cette affaire ?

Un temps d’épreuve

Les principes de chacun seront mis à l’épreuve. {Testimonies for the Church Vol. 5 601.3}

Les principes que nous maintenions dans le passé seront mis à l’épreuve. Durant la Première et la Seconde guerre mondiale, des principes étaient mis à l’épreuve, et qui était derrière ces guerres ? La papauté a béni l’armée d’Hitler. Vous n’avez qu’à revoir un peu l’histoire du passé et réaliser combien la papauté était derrière tout ça, faisant que les choses se produisent. Dans la Première et dans la Seconde guerre mondiale les principes du peuple de Dieu étaient mis à l’épreuve. Et qu’est-il arrivé à un si grand nombre de soi-disant adventistes du septième jour ? Ils sont partis à la guerre. Ils ne sont pas restés fidèles aux premiers principes. Petit à petit le monde et ceux qui prétendaient être le peuple de Dieu étaient mis à l’épreuve et étaient marqués par les choix qu’ils faisaient, par la bête.

Les hommes politiques ayant été amenés à se soumettre au nouvel ordre mondial, les différentes nations et les différents pays ont été placés sous un marché monétaire mondial. Et vu la place que les individus occupent vis-à-vis des attentes mondiales du marché, si vous ne vous accordez pas avec cet effet mondial de conditionnement sur nos dépenses monétaires, vous serez comme tenus à la gorge jusqu’à la conclusion finale. Si vous examinez attentivement la façon dont nous dépensons l’argent aujourd’hui, et que vous dites : « Non, je ne dépenserai pas mon argent là-dedans, je vais dépenser mon argent comme Dieu le veut », tout de suite vous rencontrerez des difficultés, et quelle sera la difficulté finale ? Vous ne pourrez pas acheter ni vendre, à moins que vous ne receviez la marque, ou le nom de la bête, ou le nombre de son nom. Peu importe lequel. L’influence sera que vous serez comme tenus à la gorge. Même aujourd’hui (et depuis le début du message adventiste), les individus sont mis à l’épreuve financièrement, une pression est exercée sur eux pour déterminer s’ils vont obéir à Dieu ou s’ils vont se soumettre à la pression des attentes du monde.

Par exemple, il y a certaines dépenses qui nous sont présentées comme indispensables, mais si vous les regardez du point de vue de Dieu, vous réalisez : « Ça n’était pas vraiment indispensable. » Mais c’est rendu indispensable à cause des attentes du monde autour de vous. Disons, par exemple, que vous voulez dépenser votre argent pour le royaume de Dieu, vous ne voulez pas dépenser votre argent pour ce qui n’est pas du pain, mais il y a des attentes autour de nous qui sont provoquées par le marché économique, par le luxe de la papauté et du protestantisme apostat, de telle sorte que l’on s’attend à ce que vous dépensiez cet argent. Et donc vous vous privez de ce qui est du vrai pain. On se retrouve à dépenser de l’argent, et après on se demande : « Mais pourquoi est-ce que j’ai acheté ça ? Pourquoi est-ce que j’ai dépensé de l’argent sur ça ou ça-là ? » Mais l’impression m’est donnée que je dois dépenser cet argent. Le monde est conditionné.

Réfléchissez bien à ce sur quoi vous et moi nous dépensons notre argent, par rapport à ce sur quoi le monde s’attend à ce que nous le dépensions. La période de Noël, de grosses dépenses, la fête des pères, la fête des mères et la fête de Pâques – il y a tellement de choses sur lesquelles le monde captive les affections des gens pour qu’ils aillent acheter. C’est présenté comme indispensable.

Deuxièmement, on en arrivera au point où travailler le Sabbat devient nécessaire. Voilà comment ce sera fait. Et ensuite, après que nous ayons eu à faire face à ces pressions, vu la façon dont le monde tout entier est conditionné monétairement pour rester à flot, il arrive un moment où je dois payer ceci, cela, et ça aussi, et il ne me reste plus rien pour le Seigneur – dîmes et offrandes… Oh, c’est serré là. Vous pouvez voir combien le monde est quelque chose que nous devons vaincre en croyant en Jésus.

La préparation

Nous nous attendons à être fidèles à Dieu lorsque les lois du dimanche seront imposées, quand nous savons que le dimanche est la marque de la bête ; quand elle est imposée nous nous attendons à rejeter la marque de la bête à ce moment-là. Mais lisez attentivement cette déclaration :

Que faites-vous, mes frères, dans la grande œuvre de préparation ? Ceux qui s’unissent au monde reçoivent le moule du monde et se préparent pour la marque de la bête. {Testimonies for the Church Vol. 5 216.1}

Du temps de Sr. White ils se préparaient déjà pour la marque de la bête en permettant au moule du monde de laisser son empreinte sur leur vie. Comme nous l’avons vu, les principes de chacun seront mis à l’épreuve. Ils étaient mis à l’épreuve même à l’époque de Sr. White ; ils prenaient le moule du monde.

Ceux qui se méfient du moi, qui s’humilient devant Dieu et purifient leurs âmes en obéissant à la vérité, ceux-là reçoivent le moule céleste et se préparent pour le sceau de Dieu en leurs fronts. Lorsque le décret sera publié et que le cachet sera appliqué, leurs caractères resteront purs et sans tache pour l’éternité. {Ibid.}

Même les gens qui vivaient à l’époque de Sr. White et qui prenaient le moule du monde se préparaient à recevoir la marque, mais ils sont morts. Dites-moi, s’ils devaient être ressuscités, recevraient-ils la marque de la bête à la fin ? Absolument, parce qu’ils étaient déjà moulés pour la recevoir. Mais après il y a ceux qui se méfient du moi. C’est ce que nous lisions à propos de Jésus – Il n’allait pas faire ce qu’Il voulait, mais ce que le Père voulait. Ceux qui se méfient du moi, qui portent la croix, qui croient en Jésus, s’humilient devant Dieu et purifient leurs âmes en obéissant à la vérité.

… ceux-là reçoivent le moule céleste et se préparent pour le sceau de Dieu en leurs fronts. {Ibid.}

Et ceux qui faisaient ça à l’époque de Sr. White, que faisaient-ils ? Ils obéissaient à la vérité pour recevoir le moule céleste, ils se préparaient à recevoir le sceau de Dieu. Donc s’ils sont morts depuis mais qu’ils se préparaient à recevoir le sceau de Dieu, s’ils devaient être ressuscités, est-ce qu’ils auraient le sceau de Dieu ? Vous voyez, ce ne sont pas juste des évènements tranchés, c’est un conditionnement, un façonnement progressif, de sorte que les gens en arrivent au point où ils ne changeraient pas même s’ils en avaient l’occasion, parce qu’ils ont été moulés de cette façon. C’est cela la question : Sommes-nous en train d’être marqués par la bête avant que la marque de la bête soit finalement appliquée ? Les marques du monde sont-elles sur nous, de telle sorte que quand l’épreuve arrive nous nous ferons naturellement avoir ?

Le temps n’est pas éloigné où l’épreuve viendra à chaque âme. On nous incitera à recevoir la marque de la bête. {Testimonies for the Church Vol. 5 81.1}

On nous incitera – c’est un peu différent de commandera.

Ceux qui ont cédé peu à peu aux exigences du monde et qui se sont conformés à ses coutumes n’aurons pas de difficultés à se soumettre aux autorités plutôt que de s’exposer aux moqueries, aux insultes, aux menaces d’emprisonnement et de mort. {Ibid.}

Parce que c’est avec ça qu’ils nous entraînent – les coutumes. Cette histoire que nous voyons ici prendre forme c’est quelque chose nous devons bien connaitre pour que nous réussissions l’examen plus tard en le réussissant aujourd’hui. Si je ne réussis pas l’examen aujourd’hui, le réussirai-je alors ? Le fait est que non. Dans le façonnement et le développement vers la marque de la bête, je dois déjà obtenir la victoire sur le monde pour pouvoir avoir la victoire sur la bête et son image quand elle est finalement imposée.

Le combat se joue entre les commandements de Dieu et les commandements des hommes. {Ibid.}

Voilà maintenant une expérience intéressante qui a lieu. L’or qui est dans l’Église parce qu’il fait ce que Dieu veut qu’il fasse, est mélangé aux scories pendant le temps du développement de la marque de la bête. Mais quand la marque de la bête est imposée,

En ce temps-là, dans l’Église, l’or sera séparé des scories. La vraie piété se distinguera nettement de son apparence et ses paillettes. Bien des étoiles, que nous avions admirées pour leur clarté, s’effaceront alors dans les ténèbres. Des nuages de balle emportés par le vent s’élèveront même d’endroits où nous ne voyions pourtant que des réserves de pur blé. Tous ceux qui portent les ornements du sanctuaire, mais qui ne sont pas revêtus de la justice de Christ, paraitront alors dans la honte de leur nudité. {Ibid.}

Est-ce que vous reconnaissez que l’or dans l’Église adventiste était mélangé aux scories ? Un grand nombre de personnes qui était cet or, sous les messages des trois anges, sont mortes depuis l’époque de Sr. White. Mais s’ils étaient vivants ils seraient séparés des scories. Et ce jour de la résurrection spéciale viendra où ces fidèles qui ont été moulés d’après le sceau de Dieu seront là, scellés parmi les 144 000, comme de l’or séparé de ceux qui étaient les scories.

La question à laquelle nous devons bien répondre, c’est : Est-ce que nous réussissons à l’examen de perdre notre stabilité économique pour pouvoir obéir à Dieu aujourd’hui, de telle sorte que nous rejetons la stabilité que le monde veut nous imposer ? Parce que c’est ce conditionnement qui nous marquera à la fin. Cela veut-il dire que quand il s’agit d’observer le Sabbat, de donner ma dîme, de faire la volonté de Dieu quand Il vous appelle, vous le ferez sans hésiter dans ces situations ? Vous savez, la pression économique c’est : « Oh, je ne peux pas me permettre ça. Regarde, j’ai besoin de ceci, de cela, et aussi de ça. » Donc l’observation du Sabbat est lentement sapée dans la pensée du peuple de Dieu pour différentes raisons. Et quand l’épreuve du Sabbat arrive, bon, nous changeons un peu ici et là. Faire ce que Dieu m’appelle à faire sans hésiter, cela veut dire que je dois apprendre à le faire au préalable. Nous avons ici un indice sur la manière dont je vais pouvoir subsister à l’épreuve finale – c’est par la façon dont je fais cela dans les petites épreuves qui façonnent le monde et qui font que le monde en vienne à cette épreuve finale.

La perspective qui est devant nous est une lutte continuelle, au risque d’être emprisonnés, de perdre nos biens, et même notre vie pour défendre la loi de Dieu qui est anéantie par les lois des hommes. Dans cette situation, la politique mondaine nous conseillera de nous conformer aux lois du pays pour la paix et l’unité. {Testimonies for the Church Vol. 5 712.3}

Vous voyez comment cela arrive ? C’est fait.

Et il y en a même qui encourageront une telle attitude d’après les Écritures : « Que toute personne soit soumise aux puissances supérieures. . . . Les puissances qui subsistent, sont ordonnées de Dieu. » {Ibid.}

Saviez-vous que c’est ce que les adventistes du septième jour ont dit pendant la Première guerre mondiale à ceux qui ne voulaient pas partir à la guerre ? C’est exactement ce qu’ils ont dit ! Donc voilà un pronostic des épreuves qui viennent pour déterminer si nous allons succomber à la pression ou si nous allons demeurer fermes, croyant au Seigneur Jésus-Christ. Il y en a certains qui vont même nous présenter les Écritures pour nous pousser à être moulés d’après la politique mondaine.

Ceux qui prétendent observer le Sabbat ne seront pas tous scellés. Il y en a beaucoup même parmi ceux qui enseignent la vérité aux autres, qui ne recevront pas le sceau de Dieu en leurs fronts. Ils avaient la lumière de la vérité, ils connaissaient la volonté de leur Maître, ils comprenaient tous les points de notre foi, {Testimonies for the Church Vol. 5 213.2}

Mais quel était le problème ?

… ils n’avaient pas d’œuvres en harmonie avec leur profession. Ceux pour qui les prophéties et les trésors de la sagesse divine étaient si familiers auraient dû agir selon leur foi. Ils auraient dû commander leur maison après eux afin qu’à travers leur famille bien-ordonnée ils puissent présenter au monde l’influence de la vérité sur le cœur humain. {Ibid.}

Par leur manque de dévotion et de piété, et leur négligence à atteindre le niveau spirituel le plus élevé, ils entraînent les autres âmes à se satisfaire de leur condition. Ceux dont le jugement est limité ne voient pas qu’ils mettront certainement leurs âmes en danger en imitant ces hommes qui leur ont si souvent révélé les trésors de la parole de Dieu. {Ibid. 213.3}

Nous avons vécu pendant le scellement du peuple de Dieu depuis 1848, sous le message du troisième ange, et depuis ce temps-là les gens étaient moulés soit par la parole de Dieu soit par la bête et son image. Devant chacun de nous se tiennent comme une réalité vivante les paroles de 1 Jean 5. Pour croire en Jésus, pour croire qu’Il est le Fils de Dieu, nous vaincrons le monde. C’est ici la victoire qui est victorieuse du monde, savoir notre foi. Vaincre le monde aujourd’hui, cela veut dire vaincre la bête, son image, sa marque aujourd’hui, et depuis le jour où cela a été provoqué. Et voilà les gens qui auront fait cela :

Apocalypse 15:2 Et je vis comme une mer de verre, mêlée de feu ; et ceux qui avaient obtenu la victoire avaient obtenu la victoire sur la bête, sur son image, sur sa marque, [et] sur le nombre de son nom, qui se tenaient sur la mer de verre, ayant les harpes de Dieu.

Ils ont obtenu la victoire sur le monde alors que la bête et son image faisait recevoir au monde la marque. Ils ont obtenu la victoire progressivement.

Le monde est contre nous, les Églises populaires sont contre nous, les lois du pays seront bientôt contre nous. Si jamais il y eut un moment où le peuple de Dieu devait se serrer les coudes, c’est maintenant. Dieu nous a confié les vérités spéciales pour ce temps afin que nous les fassions connaître au monde. Le dernier message de miséricorde est aujourd’hui proclamé [au monde]. {Testimonies for the Church Vol. 5 263.3}

Remarquez que c’était une réalité présente du temps de Sr. White. C’était dans les années 1890, quand elle a écrit cela. Et on s’attend à ce que cela soit aujourd’hui ? Aujourd’hui c’est presque trop tard.

Nous avons affaire à des hommes et à des femmes qui sont passibles du jugement. Combien ne devrions-nous pas nous appliquer à suivre de près le Modèle dans nos paroles et dans nos actes, {Ibid.}

Marcher comme Il a marché, et suivre de près le Modèle,

… pour que notre exemple conduise les hommes à Christ. Avec quel soin ne devrions-nous pas chercher à présenter la vérité d’une telle manière que les autres, en contemplant sa beauté et sa simplicité, puissent être amenés à la recevoir. Si nos caractères témoignent de sa puissance sanctifiante, nous serons pour les autres une lumière constante – des épîtres vivantes, connues et lues de tous les hommes. Nous ne pouvons nous permettre à ce moment d’ouvrir la porte à Satan en nourrissant la désunion, la discorde et les différends. {Ibid.}

Pendant que je lisais cela, la scène de ma conversation avec l’un des hommes de cette compagnie que je visite m’est venue à l’esprit. Il y a un l’homme là-bas qui avant était un alcoolique mais qui a obtenu la victoire sur son alcool. Il est sorti de ses dépendances passées. Et il nous parlait et nous disait : « Oh, Noël arrive. Je redoute ça ! Je déteste ça. Ça me fait peur. » Parce que Noël était un moment auquel on s’attendait à ce qu’il soit là avec sa famille. Mais dans sa famille ils boivent, ils ont leur alcool avec aussi toutes les autres réjouissances ; et pour lui c’était tout juste une torture. Et un peu plus tard j’ai parlé avec lui et je lui ai dit : « Tu sais, n’aie pas peur de refuser de satisfaire les attentes de ta famille. En tant que chrétiens, nous ne participons pas à cette fête. » Il m’a regardé : « Hmm… » Mais il a un défi devant lui. Pouvez-vous voir comment les gens sont entraînés par les attentes ? à un tel point que même s’ils voulaient se sortir de ces attentes, c’est une torture.

Pour vous et moi, nous devons croire au Seigneur Jésus-Christ ; et que devons-nous faire selon Apocalypse 18:4 ? La seule sécurité pour nous aujourd’hui c’est de nous rassembler, de serrer les coudes, de suivre Jésus Christ et, comme Lui, de renoncer à nous-mêmes. Et par notre exemple, par notre comportement chrétien et par nos paroles, que devons-nous crier ?

Apocalypse 18:4 Puis j’entendis une autre voix du ciel, disant : Sortez du milieu d’elle, mon peuple, afin que vous ne participiez point à ses péchés, et que vous ne receviez point de ses plaies.

Rester fermes et fidèles à tous les principes de réforme, même si ça nous empêche de progresser dans la société. C’est la raison pour laquelle le peuple de Dieu est un peuple pauvre et affligé en ce temps de l’histoire de la terre. Ils ne peuvent pas participer aux choses qui les rendent riches. C’est très rare.

2 Corinthiens 6:17 C’est pourquoi, sortez du milieu d’eux, et vous séparez, dit le Seigneur, et ne touchez point à ce qui est impur, et je vous recevrai ; 18 Et je serai votre Père, et vous serez mes fils et mes filles, dit le Seigneur Tout-puissant.

Croyez au Seigneur Jésus-Christ. Vous sortirez du milieu d’eux, vous ne serez pas moulés par le monde pour accepter sa demande finale. Vous ne serez pas marqués par la bête. Nous serons des fils et des filles de Dieu.

Puisse Dieu nous aider à être pratiquement actifs dans notre croyance au Seigneur Jésus-Christ comme le Fils de Dieu.

Amen.

Publié le 23/02/2017, dans Sermons, et tagué , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s