2. L’augmentation du grand cri (avec questions et réponses)

Deuxième étude de notre conférence à distance du 1 au 3 août 2022, à Tahiti. 

2. L’augmentation du grand cri

Par John Thiel, pdf

Lecture biblique : Apocalypse 18:1 Après cela, je vis descendre du ciel un autre ange, qui avait un grand pouvoir. La terre fut éclairée de sa gloire. 2 Et il cria avec force et à grande voix, et dit: Elle est tombée, elle est tombée, Babylone la grande, et elle est devenue la demeure des démons, et le repaire de tout esprit immonde, et le repaire de tout oiseau immonde et horrible.

Frères et sœurs, je suis très heureux d’être parmi vous. C’est si merveilleux et bon de savoir que vous êtes là-bas, loin au-delà de l’Australie, et que vous vous tenez ensemble avec nous sur cette plateforme de la vérité. Et tandis que nous cherchons à comprendre cette plateforme, ou ce système de vérités, nous continuons aujourd’hui par le sujet des 144 000 qui proclameront le grand cri.

J’aimerais insister sur le fait que nous avons le témoignage de Jésus, nous avons dans les écrits de Sœur White les paroles que Jésus nous adresse directement. Parce que Jésus a dit Lui-même à Sœur White : « Ce n’est pas toi qui parles : c’est le Seigneur [Jésus] qui donne des messages d’avertissement et de répréhension. » (MC1 36.4). Donc ce n’est pas moi qui vous dis ce qu’est la vérité ; ce sont les paroles écrites que je vous lirai aujourd’hui. Ce n’est pas ce que le Mouvement de Réforme croit, ou ce que John Thiel croit, ou ce que qui que ce soit d’autre croit. C’est ce que le Seigneur nous dit. C’est pour cela qu’il nous faut prendre le temps de lire.

Nous étudions ensemble l’expérience du peuple de Dieu du reste. Ce peuple du reste ce sont les 144 000 que nous avons étudié déjà la dernière fois. Ils ont commencé leur existence, pour ainsi dire, à partir de 1848. C’était durant le message du troisième ange qui a commencé en 1848, lorsque le Sabbat fut pour la première fois présenté.

J’aimerai juste vous rappeler cette importante déclaration que nous avions lu auparavant. Nous y lisons que Sœur White vit le troisième ange :

Je vis ensuite le troisième ange. L’ange qui m’accompagnait me dit : “Son œuvre est redoutable, sa mission est solennelle. Il est l’ange qui doit séparer le bon grain de l’ivraie, et sceller, ou lier, les gerbes pour les greniers célestes. Ces choses devraient occuper tout notre esprit, retenir toute notre attention.”  {PE 118.1}

L’œuvre du troisième ange doit occuper entièrement notre esprit et notre cœur. En ce temps-là, à partir de 1844 et 1848, le premier, le deuxième et le troisième ange accomplissaient leur œuvre. Ils proclamaient le message, le message pour les derniers jours. Et ce sont les gens qui recevaient les messages des trois anges qui sont sortis des églises et qui ont commencé à traverser le processus du scellement. C’est la question que nous avions considéré dans l’étude précédente.

Aujourd’hui nous nous penchons plus en profondeur sur leur enseignement à travers ce message intitulé « L’augmentation du grand cri » ou, littéralement : L’enflement du grand cri. Parce que, si vous comprenez bien leur expérience, vous savez qu’ils ont quitté les églises qui rejetaient le message. Et les questions auxquelles nous voulons maintenant répondre sont les suivantes :

Les questions :

  • Comment comprenons-nous le grand cri ?
  • Les églises de 1844 à 1846 étaient-elles déjà complètement déchues ?
  • Le grand cri est-il encore futur ?
  • Ou est-ce que le grand cri a déjà commencé à s’accomplir dans le passé ?

Ce sont là les questions auxquelles nous voulons apporter des réponses claires en lisant les déclarations de cette étude. Nous nous tournons vers les paroles d’Apocalypse 14. Qu’est-ce que c’était ?

Apocalypse 14:6 Et je vis un autre ange qui volait au milieu du ciel, portant l’évangile éternel, pour l’annoncer à ceux qui habitent sur la terre, à toute nation, et tribu, et langue, et peuple, 

Que faisait cet ange ? Il annonçait [litt., dans la Bible KJV : pour le prêcher]. Cet ange qui fut présenté en 1844 parlait en termes clairs aux peuples.

Apocalypse 14:8 Et un autre ange le suivit, en disant : Elle est tombée, elle est tombée, Babylone, la grande ville, parce qu’elle a abreuvé toutes les nations du vin de la fureur de son impudicité.

Donc, comme le premier ange, cet ange-là dit aussi quelque chose aux nations.

Apocalypse 14:9 Et un troisième ange les suivit, en disant d’une voix forte :

Il disait quelque chose d’une voix forte. Je me concentre ici juste sur ces anges qui annoncent le message d’une voix claire. Nous laissons l’Esprit de prophétie clarifier pour nous cela :

Qui sont ces anges ?

Au cours des cinquante dernières années de ma vie, j’ai eu de précieuses occasions d’obtenir une expérience. J’ai fait une expérience dans les messages du premier, du second et du troisième ange. Ces anges nous sont présentés comme volant au milieu du ciel, proclamant au monde un message d’avertissement, qui concerne ceux qui vivent dans les derniers jours de l’histoire de cette terre. Personne n’entend la voix de ces anges, car ils sont un symbole représentant le peuple de Dieu qui travaille en harmonie avec l’univers du ciel. Des hommes et des femmes, éclairés par l’Esprit de Dieu et sanctifiés par la vérité, proclament les trois messages dans l’ordre prévu. {MC2 446.1}

Nous voyons très clairement ici que ces anges sont des êtres humains qui prêchent [annoncent un message] sur la terre. Et par quoi ces hommes et femmes sont-ils éclairés ? « Par l’Esprit de Dieu et [ils sont] sanctifiés par la vérité ». Ce sont donc des êtres humains qui ont répondu aux messages des trois anges, et qui s’en vont proclamer ces messages. Mais cela ne veut pas dire que les anges littéraux du ciel ne travaillent pas en collaboration avec eux. Avez-vous remarqué ? Il écrit ici que ce sont « ceux qui vivent dans les derniers jours de l’histoire de cette terre » « qui travaille[nt] en harmonie avec l’univers du ciel. » Les anges du ciel travaillent avec des êtres humains.

Nous lisons cela dans la déclaration suivante.

Les anges s’intéressent au bien-être spirituel de tous ceux qui cherchent à restaurer l’image morale de Dieu dans l’homme ; et la famille terrestre doit se joindre à la famille céleste pour panser les blessures et les meurtrissures causées par le péché. Les forces angéliques, bien qu’invisibles, coopèrent avec les forces humaines visibles, formant ainsi une association de secours avec les hommes.  {6T 456.2}

Donc bien que Sœur White dise que ce ne sont pas des anges littéraux qui annoncent les messages, mais bien des êtres humains, ceux-ci travaillent tout de même en harmonie avec les anges du ciel.

Les agents humains sont les mains des instruments célestes, car les anges célestes emploient des mains humaines pour exercer un ministère pratique. Les forces humaines, en tant qu’auxiliaires, doivent mettre en pratique les connaissances et utiliser les ressources des êtres célestes.  {6T 456.3}

N’y a-t-il pas quelque chose de stimulant et d’inspirant dans cette pensée que l’agent humain est l’instrument visible par lequel sont dispensées les bénédictions des forces angéliques ? Si nous sommes ainsi ouvriers avec Dieu, l’œuvre porte la signature du divin. La connaissance et l’activité des ouvriers célestes, unies à la connaissance et au pouvoir communiqués aux instruments humains, apportent un secours aux opprimés et aux personnes en détresse. Nos actes de ministère désintéressé nous font participer au succès résultant du secours offert. {6T 457.1}

Vous voyez donc comme le témoignage de Jésus nous dit très clairement qu’il y a bel et bien des anges littéraux et célestes qui proclament le message sur la terre par l’entremise des agents humains avec lesquels ils collaborent. Et ces derniers sont des êtres humains qui ont répondu à ce qui avait été écrit dans la Bible sous l’influence des anges. Donc ils annoncent, ils prêchent, ils déclarent d’une voix forte les messages que les paroles d’Apocalypse 14 nous présentent comme venant des anges. Ayant donc reçu le message, ils le proclament à d’autres, qui s’en vont eux-mêmes à leur tour le proclamer. Et tout cela constitue ces messages des anges.  Cela commencé en 1844, pour continuer en 1848, et pour se poursuivre jusqu’à notre époque.

Et rappelez-vous ce que nous avions lu au verset 9 : « Et un troisième ange les suivit, en disant d’une voix forte… » La proclamation du troisième ange était déjà avec une voix forte. Et donc très rapidement, les hommes et femmes qui travaillaient en harmonie avec l’univers du ciel, se sont saisi du message et ce message s’est répandu très rapidement à travers le monde. Dans le passage suivant nous voyons quel était le cœur de leur prédication :

Le sujet du sanctuaire était la clé qui déverrouilla le mystère de la déception de 1844. L’étude de ce sujet révéla un système complet et harmonieux de vérités, toute reliées entre elles. On y vit la main de Dieu, qui avait dirigé le grand mouvement adventiste, éclairant la position et l’œuvre de Son peuple, et lui révélant ses devoirs présents. {TS 459.1}

Tel que c’est écrit ici, le mouvement adventiste présentait un système de vérités. Et ce système de vérités éclairait la position et l’œuvre de Son peuple, et lui révélant ses devoirs présents. Nous avons donc ici un mouvement de personnes qui est représenté par les trois anges.

Mais le peuple de Dieu n’était pas encore prêt à aller à la rencontre de son Seigneur. Il y avait encore une œuvre préparatoire à accomplir pour eux. Des lumières nouvelles allaient leur être données qui attireraient leur attention sur le temple de Dieu dans le ciel ; de nouveaux devoirs allaient se présenter aux fidèles qui suivraient leur souverain Sacrificateur dans Son ministère là-haut. L’Église devait recevoir un nouveau message d’avertissement et d’instruction.  {TS 461.1}

À ce peuple du mouvement adventiste fut présenté un système de vérités qui leur révélait de nouveaux devoirs qu’il leur fallait mettre en pratique. Un message d’avertissement et d’instruction devait être proclamé et mis en pratique. Ceci nous ramène au message que nous avons eu hier soir. Il s’agissait là d’un système harmonieux et complet de vérités qui devait sceller les 144 000. Rappelez-vous, nous l’avions lu. Quel est le sceau ? Un affermissement dans la vérité, tant sur le plan intellectuel que spirituel, afin qu’ils ne puissent plus être ébranlés. Pouvons-nous donc voir ici qu’un groupe de personnes allait de l’avant pour présenter ce message qui était déjà proclamé avec une voix forte. Et les personnes qui rejetaient ces messages étaient présentés comme faisant partie de la Babylone déchue.

C’est ici que nous vient la réponse à l’une des questions que nous avions posées, par rapport à la chute des églises de ce temps-là. Le deuxième ange disait :

Apocalypse 14:9 … Elle est tombée, elle est tombée, Babylone, la grande ville, parce qu’elle a abreuvé toutes les nations du vin de la fureur de son impudicité.

Une chute de Babylone

Le message du second ange d’Apocalypse 14 fut d’abord prêché dans le courant de l’été de 1844 ; il s’appliquait alors plus directement aux églises des Etats-Unis, où l’avertissement relatif au jugement avait été plus généralement prêché et rejeté, et où le déclin avait été le plus rapide. Pourtant, le message du second ange ne s’acheva pas en 1844. Les églises firent alors, il est vrai, une chute morale due à la réjection de la lumière du message adventiste. Mais cette chute ne fut pas totale. En persistant à rejeter les vérités spéciales pour notre temps, elles sont tombées de plus en plus bas. Toutefois, on ne peut pas dire encore : “Elle est tombée, elle est tombée, Babylone la grande, … car toutes les nations ont bu du vin de la fureur de sa fornication.” Elle n’a pas encore abreuvé toutes les nations. L’esprit de conformité au monde et d’indifférence envers les vérités éprouvantes pour notre époque gagne du terrain dans les églises protestantes de toute la chrétienté, et ces églises sont comprises dans la terrible et solennelle dénonciation du second ange. Mais l’œuvre de l’apostasie n’est pas encore parvenue à son comble.  {TS 420.1}

Sœur White dit clairement ici que depuis 1844 jusqu’au temps où elle a écrit La tragédie des siècles (c. 1888), l’accomplissement total de cette déclaration sur la chute de Babylone n’avait pas encore eu lieu. Et pourquoi est-ce que cette chute n’était pas encore parvenue à son comble ? Parce que les églises protestantes de ce temps étaient encore en train de tomber de plus en plus dans l’apostasie. Mais à cette époque-là, Babylone n’avait pas encore abreuvé toutes les nations du vin de la fureur de sa fornication. Cette chute n’était pas encore totale lorsqu’elle écrivait La tragédie des siècles.

Le changement est progressif — un grand cri qui augmente

La Bible déclare qu’avant la venue du Seigneur, Satan opérera “avec toute puissance, avec des prodiges et de faux miracles, et avec toutes les séductions de l’iniquité”, et que ceux qui “n’ont point reçu l’amour de la vérité, pour être sauvés” recevront “un esprit efficace d’égarement, pour qu’ils croient au mensonge”. 2 Thessaloniciens 2:9-10. Ce n’est que lorsque cet état de choses sera atteint, et que l’union de l’Eglise avec le monde sera consommée dans toute la chrétienté, que la chute de Babylone sera complète. Ce changement est progressif, et l’accomplissement total d’Apocalypse 14:8 est donc encore dans l’avenir.  {TS 420.2}

Donc quand Sœur White a écrit cela, vers 1888, la chute des églises n’était pas encore complète.

Apocalypse 18:2 Et il cria avec force et à grande voix, et dit : Elle est tombée, elle est tombée, Babylone la grande, et elle est devenue la demeure des démons, et le repaire de tout esprit immonde, et le repaire de tout oiseau immonde et horrible. 3 Car toutes les nations ont bu du vin de la fureur de sa fornication, et les rois de la terre se sont prostitués avec elle ; et les marchands de la terre se sont enrichis de l’abondance de son luxe. 

La chute des églises était donc progressive, et son accomplissement s’est poursuivi au fil des années, depuis l’époque de Sœur White jusqu’à aujourd’hui. La chute a commencé en 1844 et le déclin spirituel croissant appelait le peuple de Dieu à continuer de sortir de ces églises.

2 Corinthiens 6:14 Ne vous mettez pas sous un même joug avec les infidèles ; car qu’y a-t-il de commun entre la justice et l’iniquité ? et quelle union y a-t-il entre la lumière et les ténèbres ? 15 Quel accord entre Christ et Bélial? ou quelle part a le fidèle avec l’infidèle ? 16 Et quel rapport entre le temple de Dieu et les idoles ? Car vous êtes le temple du Dieu vivant, comme Dieu l’a dit : J’habiterai au milieu d’eux et j’y marcherai ; je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple. 17 C’est pourquoi, sortez du milieu d’eux, et vous séparez, dit le Seigneur, et ne touchez point à ce qui est impur, et je vous recevrai ; 18 Et je serai votre Père, et vous serez mes fils et mes filles, dit le Seigneur tout-puissant. 

Tout au long depuis 1844 jusqu’à notre époque aujourd’hui, l’appel a toujours été le même. Lorsque les églises déclinaient dans leur condition spirituelle, tandis que l’apostasie continuait à suivre son cours, le peuple fidèle de Dieu était appelé à répondre à l’appel que nous venons de lire.

Dans Amos, nous lisons cette déclaration très simple :

Amos 3:3 Deux hommes peuvent-ils marcher ensemble s’ils ne sont pas d’accord? [Darby]

Donc l’appel à sortir de Babylone était un développement croissant, un appel qui ne cessait de devenir de plus en plus fort au fil du temps, et à mesure que l’apostasie augmentait dans les églises. L’appel à sortir de Babylone n’était donc pas un appel soudain et brusque à quitter les églises déchues. Les paroles d’Ésaïe 52 sont ce que Dieu leur disait.

Ésaïe 52:11 Retirez-vous, retirez-vous, sortez de là ! Ne touchez à rien d’impur, sortez du milieu d’elle ; purifiez-vous, vous qui portez les vases de l’Éternel ! 12 Car vous ne sortirez pas à la hâte, et vous ne marcherez pas en fuyant ; mais l’Éternel marchera devant vous, et votre arrière garde sera le Dieu d’Israël. [KJV]

Est-ce que vous comprenez ce que cela veut dire ? De même que la chute des églises est progressive, le peuple de Dieu est également progressivement appelé à sortir, et ce depuis 1844 jusqu’à notre temps aujourd’hui. Donc vous voyez que ce n’est pas une sortie brusque. « Vous ne sortirez pas à la hâte », dit-Il, « et vous ne marcherez pas en fuyant ». « L’Éternel marchera devant vous. » Le Seigneur a ouvert la voie au fil des années, Il a conduit Son peuple [dans cette sortie].

Qu’est-ce que nous observons donc ici ? Ce passage s’applique à une période étendue sur les années, tout à travers l’histoire du message adventiste.

Malgré les ténèbres spirituelles et l’éloignement de Dieu qui règnent dans les églises constituant Babylone, la majorité des vrais disciples de Christ se trouve encore dans leur sein. Un grand nombre d’entre eux n’ont jamais eu connaissance des vérités spéciales pour notre temps. Nombreux sont ceux qui déplorent leur condition actuelle et soupirent après plus de lumière. Ils cherchent en vain l’image de Christ dans leurs églises respectives. À mesure que ces églises s’éloignent de plus en plus de la vérité et s’allient plus intimement avec le monde, la différence entre les deux classes s’accentuera, et il en résultera finalement une séparation. Le temps vient où ceux qui aiment Dieu par-dessus tout ne pourront plus rester en communion avec ceux qui aiment “le plaisir plus que Dieu, ayant l’apparence de la piété, mais en ayant renié la force.  {TS 421.1}

Pouvez-vous donc voir ici le lent processus de la chute des églises, et le mécontentement grandissant du peuple de Dieu au sein de ces églises ? L’appel à sortir des églises était donc progressif à travers l’histoire, de telle sorte que, lorsque nous arrivons en 1893, il y avait même un appel à sortir dès lors de la condition corrompue de l’Église adventiste.

Un appel à sortir applicable aux rangs adventistes

Voilà ce qui était écrit en 1893 :

C’est une déclaration solennelle que je fais à l’Eglise : il n’y a pas une personne sur vingt de celles dont les noms sont inscrits sur les registres de l’Eglise qui soit prête à terminer sa course terrestre et qui ne se trouverait pas, si cette éventualité se produisait, dans la condition du pécheur ordinaire, c’est-à-dire sans Dieu et sans espérance dans le monde. Ces personnes font profession de servir Dieu, mais en réalité elles servent Mammon. Ce demi-service pour l’un et pour l’autre est, en fait, un reniement constant de Christ plutôt qu’une confession de Lui. Beaucoup sont entrés dans l’Église en conservant leur esprit insoumis et fruste ; leur sens spirituel est perverti par leurs corruptions avilissantes. Ils représentent le monde dans leur esprit, dans leur cœur, dans tous leurs desseins, se confirmant dans des actes licencieux, et faisant preuve d’hypocrisie dans toutes les manifestations de leur profession de chrétiens. Ils vivent comme des pécheurs tout en se prétendant chrétiens ! Ceux qui font profession d’être chrétiens et qui veulent confesser Christ devraient sortir du milieu d’eux, ne pas toucher à ce qui est impur, et se séparer. [General Conference Daily Bulletin, 4 février 1893.]  {IS 51.2}

Que venons-nous de lire ? Que même l’Église adventiste en 1893 était dans une telle situation que les fidèles étaient appelés à sortir et à ne pas toucher ce qui est impur. C’est ce que le témoignage de Jésus disait à l’Église adventiste en 1893. Pourquoi était-ce le cas ?  Parce qu’avant 1893, il y eut le message de 1888 présenté par les frères Waggoner et Jones. Et comment les dirigeants de l’Église adventiste ont-ils reçu ce message ? Nous le lisons dans la citation suivante, en se rappelant le sujet de cette étude : L’enflement du grand cri.

1888

Que décrivait Sœur White quant au privilège qui avait été accordé à l’Église adventiste du septième jour en 1888 ?

Le temps de l’épreuve [suprême] est imminent, car le grand cri du troisième message a déjà commencé dans la révélation de la justice de Christ, le Rédempteur qui pardonne le péché. Ceci est le commencement de la lumière de l’ange qui doit remplir la terre entière de sa gloire.  {MC1 425.2}

Que nous déclare ici le témoignage de Jésus ? Il nous dit que le message de la révélation de la justice de Christ, qui avait été présenté en 1888, était le commencement de l’ange d’Apocalypse chap. 18, et c’était là le commencement du grand cri. C’est une surprise pour de nombreux adventistes, une surprise même pour de nombreux réformateurs. Tant de personnes regardent vers l’avenir dans l’attente du grand cri. Mais qu’avons-nous lu ici ? « Le temps de l’épreuve suprême est imminent, car le grand cri du troisième message a déjà commencé… » Cette déclaration est issue de la Review and Herald du 22 nov. 1892.

Donc nous lisions dans La tragédie des siècles que la chute de Babylone n’a pas encore atteint son accomplissement total :

Toutefois, on ne peut pas dire encore : “Elle est tombée, elle est tombée, Babylone la grande, … car toutes les nations ont bu du vin de la fureur de sa fornication.” Elle n’a pas encore abreuvé toutes les nations.  {TS 420.1}

Ce n’est que lorsque cet état de choses sera atteint, et que l’union de l’Eglise avec le monde sera consommée dans toute la chrétienté, que la chute de Babylone sera complète.  {TS 420.2}

Donc cette condition spirituelle des églises s’était tant aggravée que même l’Église adventiste avait commencé à se dégrader. Parce qu’eux aussi étaient en train de rejeter le message de 1888. Et nous avons lu juste avant que Sœur White disait que ceux qui veulent être fidèles devraient sortir, se séparer et ne pas toucher à ce qui est impur. Et l’Esprit de prophétie, en parlant de ce message de 1888, fait une prévision de ce qui se passera en conséquence de cela :

Prévision en 1896

“Tenez-vous prêts ; car le Fils de l’homme viendra à l’heure que vous ne pensez pas.” Matthieu 24:44. Voilà notre message, le message que proclament les trois anges volant au milieu du ciel. Notre tâche actuelle consiste à faire retentir ce dernier message de miséricorde dans un monde déchu. Une nouvelle vie descend du ciel et s’empare de tout le peuple de Dieu. Cependant des divisions se produiront dans l’Église. Deux partis se formeront. Le bon grain et l’ivraie croissent ensemble en attendant la moisson.  {MC2 130.2}

Et donc ici nous voyons cette nouvelle vie qui descendait du ciel, en raison de ce message de 1888. Elle fait allusion ici à ce message. C’est ce qu’elle disait juste avant : « Notre tâche actuelle consiste à faire retentir ce dernier message… » Mais regardez ce qui se produirait : « Des divisions se produiront dans l’Église », « deux partis se formeront », « le bon grain et l’ivraie croissent ensemble en attendant la moisson. » Puis le paragraphe suivant nous dit que :

L’œuvre se fera en profondeur et avec toujours plus d’ardeur jusqu’à la fin du temps. {MC2 130.3}

Pouvez-vous voir les circonstances devenant de plus en plus intenses ? L’œuvre se fera de plus en plus en profondeur jusqu’à la fin du temps.

Donc à partir de cette date de 1888, l’autre ange d’Apocalypse 18 commençait, et Sœur White disait par rapport à cette date que : « le grand cri du troisième ange a déjà commencé ». Sœur White parle ici de cet autre ange, à partir de la seconde phrase :

J’ai vu des anges voler rapidement çà et là dans le ciel, descendre sur la terre, puis remonter au ciel, préparant l’accomplissement de quelque événement important. Ensuite je vis un autre ange, puissant, envoyé sur la terre pour joindre sa voix au troisième ange, afin de donner force et puissance à son message. Cet ange était doué d’une grande puissance et d’une grande gloire. Lorsqu’il descendit sur la terre, celle-ci fut éclairée de sa gloire. La lumière qui l’accompagnait pénétrait partout. Il criait d’une voix forte : “Elle est tombée, elle est tombée, Babylone la grande, et elle est devenue la demeure des démons, et le repaire de tout esprit immonde, et le repaire de tout oiseau immonde et horrible.” Le message proclamant la chute de Babylone, donné par le second ange, est ainsi répété avec la mention additionnelle de la corruption qui a envahi les églises depuis 1844. L’œuvre de cet ange arrive à temps pour se joindre à la dernière grande œuvre du troisième message au moment où sa proclamation devient un grand cri. Le peuple de Dieu est ainsi préparé pour subsister dans l’heure de la tentation qu’il doit bientôt affronter. Je vis ces deux anges environnés d’une grande lumière, et s’unissant pour proclamer sans crainte le message du troisième ange.  {PE 277.1}

Donc vous pouvez voir que le grand cri a commencé en 1888 (c’est ce que nous avions lu avant), et lorsque que cet ange se joint au troisième ange, cela fait augmenter le message en un grand cri ; le message s’enfle et grandit. Donc le grand cri a commencé en 1888 et allait augmenter jusqu’à la fin. Suivez encore une fois attentivement les paroles suivantes, qui ont été écrites en 1892 :

Le message du troisième ange s’enfle en un grand cri, et vous ne pouvez vous permettre de négliger le devoir actuel et vous imaginer qu’à un certain moment de l’avenir vous allez bénéficier d’une riche bénédiction quand un réveil magnifique se produira sans le moindre effort de votre part. C’est aujourd’hui que vous devez vous donner à Dieu, pour qu’Il fasse de vous des vases d’honneur et propres à Son service. C’est aujourd’hui que vous devez vous donner à Dieu pour être vidés du moi, vidés de l’envie, de la jalousie, de tout mauvais soupçon, de l’esprit de contention, de tout ce qui déshonore Dieu. — The Review and Herald, 22 mars 1892.  {MC1 223.1}

Saisissez-vous clairement le message par ces paroles de l’inspiration ? En 1892 Sœur White disait que le message du troisième ange était déjà en train de s’enfler en un grand cri. Et dans cette déclaration, la pluie de l’arrière-saison et le grand cri sont tous deux associés dans la même pensée. En 1892, elle disait : C’est aujourd’hui que vous devez purifier vos vases en préparation pour recevoir la pluie de l’arrière-saison. En lisant de manière élargie les écrits d’Ellen White, nous voyons que la pluie de l’arrière-saison avait déjà commencé en son temps. Et en lien avec leur réception de la pluie de l’arrière-saison, ils étaient ensuite appelés à proclamer le grand cri. Donc le message du grand cri du troisième ange devait s’enfler jusqu’à la fin et augmenter en intensité.

En effet, cela s’est intensifié jusqu’à la Première Guerre mondiale. Et que s’est-il passé pendant la Première Guerre mondiale sous l’influence de ce message ? Certaines personnes furent radiées de l’Église adventiste en raison de leur fidélité. Puis vint la Seconde Guerre mondiale, après laquelle les hommes rendaient l’âme de frayeur. Rappelez-vous ce que nous lisions précédemment : À cause du message de 1888, il y aurait deux partis qui se formeraient, et

L’œuvre se fera en profondeur et avec toujours plus d’ardeur jusqu’à la fin du temps. Et tous ceux qui sont ouvriers avec Dieu lutteront énergiquement pour la foi qui a été donnée une fois aux saints. Ils ne se laisseront pas détourner du message actuel, qui déjà illumine la terre de sa gloire.  {MC2 130.3}

Cela s’intensifierait de plus en plus à partir de 1888. Ne pouvez-vous pas voir que c’est la raison pour laquelle nous existons aujourd’hui comme un groupe à part ? Tandis que ces deux groupes se séparent et que les choses s’intensifient de plus en plus, où est-ce que cela aboutira ? Cela aboutira à un grand cri final. Le message s’enfle en un grand cri, et il aboutira à ce grand cri final.

La fin de cette experience : le grand cri final

Quelles seront les circonstances de ce grand cri final ? Voilà les circonstances lorsque toutes ces choses arrivent à leur point culminant :

Tandis que la controverse gagne des régions nouvelles et que l’attention du monde est attirée vers la loi de Dieu foulée aux pieds, Satan est en émoi. La puissance accompagnant le message ne fera que rendre fous ceux qui s’y opposent. Les pasteurs déploieront des efforts presque surhumains pour empêcher la lumière de briller sur leurs troupeaux. Par tous les moyens dont ils disposent, ils s’efforceront d’empêcher la discussion de ces questions vitales. L’Église fera appel au bras puissant de l’autorité civil, et dans cette œuvre, les papistes et les protestants s’uniront. Le mouvement pour la mise en vigueur du dimanche devenant plus hardi et décidé, la loi sera invoquée contre ceux qui gardent les commandements. Ils seront menacés d’amendes et d’emprisonnement ; quelques-uns se verront offrir des situations influentes, ainsi que d’autres récompenses et avantages, comme des incitations à renoncer à leur foi. Mais leur réponse inflexible sera : “Montrez-nous dans la parole de Dieu notre erreur” – le même argument que présenta Luther dans des circonstances similaires. Ceux qui seront traduits devant les tribunaux plaideront avec force en faveur de la vérité, et quelques-uns de ceux qui les entendent seront amenés à prendre position pour garder tous les commandements de Dieu. La lumière sera ainsi présentée à des milliers d’âmes qui autrement ne sauraient rien de ces vérités.  {TS 659.1}

Avez-vous vu quelles seront en fait les circonstances du grand cri final ? C’est devant les tribunaux qu’ils lanceront le dernier appel.

Nous lisons dans le paragraphe suivant au sujet des circonstances qui verront alors le jour. Remarquez le début : « À l’approche de l’orage… » Cela devient de pire en pire.

Les anciens frères rejoignent les rangs de l’opposition

À l’approche de l’orage, un grand nombre de personnes ayant professé la foi au message du troisième ange, mais qui n’auront pas été sanctifiées par l’obéissance à la vérité, abandonneront leur position et rejoindront les rangs de l’opposition. {TS 660.2}

La condition spirituelle des églises est maintenant devenue si déplorable ; elles se sont opposées et ont rejeté les messages des trois anges et de l’autre ange d’Apocalypse 18 ; et ceux avec qui nous étions autrefois et qui croyaient à ce même message, deviennent désormais nos ennemis les plus acharnés.

En s’unissant au monde et en participant à son esprit, ils en sont venus à envisager les choses à peu près sous le même angle ; aussi, quand l’épreuve arrive, ils sont prêts à choisir le côté facile et populaire. Des hommes capables et éloquents, qui s’étaient autrefois réjouis dans la vérité, se serviront de leurs talents pour circonvenir et détourner les âmes, et ils deviendront les ennemis les plus acharnés de leurs anciens frères. Quand les observateurs du Sabbat seront traînés devant les tribunaux pour y rendre raison de leur foi, ces apostats seront les agents les plus efficaces de Satan pour les accuser, les calomnier et leur aliéner les sympathies des dirigeants par leurs mensonges et leurs insinuations.  {TS 660.2}

Donc ces personnes-là qui ont progressivement présenté ce message dans toute sa puissance, en arrivent finalement au point où ils se retrouvent devant les tribunaux pour rendre raison de leur foi. Et c’est à ce moment-là que « la lumière sera … présentée à des milliers d’âmes qui autrement ne sauraient rien de ces vérités. » Voilà le point culminant du grand cri. En attendant, ce grand cri s’accomplissait [sans interruption] depuis 1888.

Si donc, nous qui vivons aujourd’hui, nous attendons le grand cri dans le futur et que nous ne nous engageons pas dans son enflement (son augmentation) actuel(le), quelle sera la position dangereuse dans laquelle nous nous trouverons ? C’est écrit dans Jérémie 8:20.

La moisson passée

Jérémie 8:20 La moisson est passée, l’été est fini, et nous ne sommes pas sauvés. [Darby]

Chers frères et sœurs, nous sommes déjà presque à la fin du grand cri. Si nous attendons encore quelque chose qui se produise par rapport à nous, il se peut que nous rations complètement le train. Nous sommes appelés à sortir, à nous séparer et à ne pas toucher à ce qui est impur, afin que nous puissions être utilisés par le Seigneur pour proclamer le grand cri. Si nous ne nous engageons pas dans cela maintenant, nous en viendrons à cette terrible pensée que : la moisson est passée, l’été est fini, et nous ne sommes pas sauvés.

Nous en venons maintenant à la conclusion de notre étude en lisant ces deux dernières citations. La première description nous aide à comprendre quelle devrait être à présent notre expérience :

Le nombre de ce groupe avait diminué. Quelques-uns avaient été éliminés par le crible et laissés le long du chemin. Les insouciants et les indifférents, qui ne s’étaient pas joints à ceux qui appréciaient suffisamment la victoire et le salut pour persévérer dans la prière, n’obtinrent rien et furent laissés en arrière dans les ténèbres. Leurs places étaient immédiatement prises par d’autres qui acceptaient la vérité et entraient dans les rangs. Les mauvais anges continuaient à les entourer, mais ils n’avaient aucun pouvoir sur eux.  {PE 271.1}

Rappelez-vous, nous avions vu au début de notre étude comment le groupe avait démarré. Ils ont quitté leurs églises respectives et ils ont continué dans le mouvement adventiste. Et l’œuvre de ces anges a progressé de plus en plus, et puis le grand cri de l’ange s’enflait de plus en plus. Comme nous l’avions lu, avec le temps, il y aurait une séparation et la formation de deux groupes. C’est ce que nous lisions ici : « Le nombre de ce groupe avait diminué. »

Et voilà maintenant la conclusion finale, avec l’enflement du grand cri qui arrive à son apogée :

J’entendis ceux qui étaient revêtus de l’armure parler de la vérité avec beaucoup de puissance. Celle-ci produisait son effet. Plusieurs avaient été retenus : des femmes par leurs maris, des enfants par leurs parents. Les âmes sincères qui avaient été empêchées d’entendre la vérité l’acceptaient maintenant avec empressement. La crainte des parents avait disparu ; seule comptait pour eux la vérité. Ils avaient eu faim et soif de la vérité ; elle leur était plus chère et plus précieuse que la vie. Je demandai ce qui avait produit ce grand changement. Un ange me répondit : “C’est la pluie de l’arrière-saison, le rafraîchissement de la part du Seigneur, le grand cri du troisième ange.”  {PE 271.2}

Voilà ici le point culminant de ce grand cri après toutes ces années. Donc, de même que ce message des trois anges et de cet autre ange est progressif, il s’enfle en un cri de plus en plus grand, et ce jusqu’à la fin. Et ceux qui ne s’engagent pas dans cette expérience puissante des trois anges et de ce quatrième ange, mais qui permettent au monde de les rendre négligents et insouciants, ne seront pas réceptifs à la pluie de l’arrière-saison qui tombe déjà depuis de nombreuses années, et ils ne participeront pas à ce grand cri final.

Nous lisons en conclusion :

[…] la grâce représentée par la première pluie ne doit pas être négligée. Seuls ceux qui vivent en accord avec la lumière reçue recevront une lumière encore plus grande. À moins d’avancer chaque jour dans la mise en pratique des vertus chrétiennes actives, nous ne reconnaîtrons pas la manifestation du Saint-Esprit dans la pluie de l’arrière-saison. Elle pourra tomber sur les cœurs tout autour de nous, mais nous ne la discernerons ni ne la recevrons. {VRP 25.2}

Pouvez-vous voir la responsabilité croissante dans laquelle nous devons nous engager ? Avancer chaque jour dans la mise en pratique des vertus chrétiennes actives. Si nous ne faisons pas cela, nous ne recevrons même pas la pluie de l’arrière-saison et elle nous passera à côté. Mais ceux qui la reconnaissent et qui s’embarquent dans le grand cri en harmonie avec les expressions qui le décrivent, deviendront alors des instruments pour proclamer ce grand cri dans ses scènes finales.

Frères et sœurs, puisse Dieu nous accorder de voir où nous nous tenons aujourd’hui, et que notre place n’est pas avec ceux qui deviennent insouciants. Puissions-nous être avec ceux qui ont toujours écouté la voix de Dieu, et reconnaître que Dieu a déjà donné suffisamment de temps pour quitter les églises. Puissions-nous répondre à cet appel attendrissant de 2 Corinthiens 6:17-18. Nous n’avons pas besoin d’attendre un temps futur pour sortir du milieu de ceux qui sont déjà en apostasie autour de nous. Voici l’appel :

2 Corinthiens 6:17 C’est pourquoi, sortez du milieu d’eux, et vous séparez, dit le Seigneur, et ne touchez point à ce qui est impur, et je vous recevrai

Et voilà le message attendrissant :

2 Corinthiens 6:18 Et je serai votre Père, et vous serez mes fils et mes filles, dit le Seigneur tout-puissant. 

Unissons-nous donc dans la grande œuvre du grand cri final et imminent.

Amen.


Questions et Réponses

  • 1er et dernier échange (La pluie de l’arrière-saison) :

Question Frère A. : Je n’ai pas bien compris la pluie de l’arrière-saison. Je demandais si tout le monde a compris le sujet de la pluie de l’arrière-saison. Parce que [pour] nous, la pluie de l’arrière-saison, c’est à la fin. Ce n’est pas [avant].

Réponse Frère John : La pluie de l’arrière-saison, d’après les paroles de l’Esprit de prophétie, a commencé en 1888. C’était la prédication de Christ notre justice. Et à mesure que ces messages étaient proclamés, et que les personnes les recevaient, ils recevaient la pluie de l’arrière-saison, en recevant la vérité vivante qui fut proclamée en 1888. C’était cela l’effusion du Saint-Esprit. Et pour ceux qui recevaient la pluie de l’arrière-saison, Sœur White disait que c’était le commencement du grand cri, parce que ces deux choses vont ensemble.

Frère A. : Donc ça a déjà démarré en 1888 quoi ?

Frère John : Oui, d’après les paroles de Sœur White.

Frère A. : Oui, si Sœur White elle le dit, c’est que … Moi, ce que je ne comprends pas c’est que chez les adventistes ils n’ont pas vu ce passage sur la pluie de l’arrière-saison.

Frère John : Oui, cela revient à la déclaration que nous lisions juste avant : « À moins d’avancer chaque jour dans la mise en pratique des vertus chrétiennes actives, nous ne reconnaîtrons pas la manifestation du Saint-Esprit dans la pluie de l’arrière-saison. Elle pourra tomber sur les cœurs tout autour de nous, mais nous ne la discernerons ni ne la recevrons. » (VRP 25.2) Et c’était là le problème.

Frère A. : C’est un peu grave quoi…

Frère John : Oui, c’est sérieux.

Frère A. : Maintenant, même dans le cas actuel où on est là, entre frères et sœurs, on peut aussi ne pas discerner la pluie de l’arrière-saison quoi, si on ne suit pas la volonté de Dieu.

Frère John : Exactement. C’est ce qui se passe depuis son commencement.

Frère A. : Faisons un effort alors. […] Il faut que j’étudie bien ce passage-là.

Frère John : Oui, et suit la dernière conférence que nous avions eu sur la pluie de l’arrière-saison.

Publié le 27/12/2022, dans Conférence août 2022, le grand cri, et tagué , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :