Ambassadeurs du Roi

Dès sa conversion le chrétien devient ambassadeur. Il est fait par sa foi en Jésus Christ ambassadeur, représentant du royaume de Dieu. C’est une responsabilité solennelle.

Mais dans la société d’aujourd’hui, celui qui occupe un tel rôle n’est pas nécessairement regardé avec un grand respect. Nous en avons une illustration dans le monde : quand le dirigeant d’un pays est considéré comme un dictateur par le reste de la communauté internationale, les représentants de ce pays-là sont rarement tenus en estime ; on leur accorde peu de crédibilité. C’est particulièrement vrai dans l’époque à laquelle nous vivons, concernant laquelle on lit que « les méchants agiront méchamment, et aucun des méchants ne comprendra. » Et dans de telles circonstances, est-ce étonnant d’apprendre que « parce que l’iniquité abondera, l’amour de plusieurs se refroidira » ? Ce sont là les difficultés pour ceux qui ont été faits, et qui décident de rester ambassadeurs de Christ.

Nous pensons ici notamment à une missionnaire en Inde au début du siècle précédent, Amy Carmichael. Dans le récit de ses expériences au sein du peuple Tamil de l’Inde du Sud, elle partage de nombreuses histoires de converti(e)s qui, après ayant été fortement influencés par leurs proches, les membres de leurs castes respectives, ou simplement par d’autres hindous ne voulant absolument pas laisser un membre de leur religion passer de l’autre côté (vers Christ), changèrent complètement. Certains furent empoisonnés, ou battus à mort, mais d’autres, ce qui est pire, furent corrompus par des stratagèmes que seul Satan peut imaginer. Et ces âmes étaient après cela hors de portée pour la missionnaire.

Dans un cas en particulier, elle raconte l’histoire d’une jeune fille qui avait accepté le Sauveur et qui montrait une détermination sans faille face à toute l’opposition ; mais d’une manière que la raison ne peut expliquer, par les insinuations d’un jeune homme, elle devînt, après quelques jours, plus dure que la pierre :

Je ne peux pas décrire les cinq minutes qui suivirent. Je pensais réaliser un peu ce que Satan pouvait faire dans ce pays, mais je n’en savais rien. Oh, quand Jésus viendra-t-Il pour mettre fin à tout cela ?

Seulement pendant un instant il sembla que le charme était rompu. Mes bras étaient autour d’elle, bien qu’elle avait d’abord résisté et m’avait repoussé ; elle était désormais calme, et semblait comprendre un peu combien je me souciais d’elle. Elle se mit à genoux avec moi, et couvrit ses yeux comme en prière, alors que je versais mon âme pour elle, et ensuite nous étions tous très immobiles, et le Seigneur nous parût très proche. Mais elle se leva, impassible, et nous regarda. Nous étions tous profondément abattus, et elle sourît d’une manière étrange, endurcie et stupide – ce fût tout.Things As They Are, p. 130.

Combien de cris agonisants comme celui de cette missionnaire sont-ils montés vers la demeure du Seigneur des armées sans avoir atteint une seule oreille sur la terre ? Qui peut comprendre la torture de croire voire une âme sauvée, et ensuite de la voir reculer à la perdition ? Mais au sein-même de la pénombre du découragement que souffre l’ambassadeur en ces jours d’obscurité, nous entendons comme un écho de l’Esprit à travers les âges :

Et moi j’ai dit : J’ai travaillé en vain, j’ai consumé ma force inutilement et sans fruit. Toutefois mon droit est auprès du Seigneur, et mon œuvre auprès de mon Dieu. … Quoiqu’Israël ne soit point rassemblé, je serais glorifié aux yeux du Seigneur, et mon Dieu sera ma force. Ésaïe 49:4-5.

C’était la lamentation de Jésus Christ, mais elle était mêlée de foi. À la croix, le seul réconfort qu’Il pût trouver était celui de la conversion du voleur. Le reste des fruits merveilleux de Son œuvre de rédemption lui étaient cachés. Il fût contraint de rendre l’âme avec pour seule satisfaction que « Dieu est amour. » Malgré que tout en Lui et autour de Lui le condamnait, et après avoir crié quelques heures plus tôt : « Mon Dieu, Mon Dieu, pourquoi m’as-Tu abandonné ? » Il pouvait désormais dire : « Père, je remets Mon esprit entre Tes mains ! »

Dieu a confié à Ses enfants un ministère, celui de la réconciliation ; et pour qu’ils puissent l’exercer en faveur des autres, il leur faut d’abord en réaliser eux-mêmes la réalité. Il leur est dit : « Soyez réconciliés avec Dieu. » Mais l’argument qui est donné pour cette réconciliation vise le cœur plus qu’il ne le fait l’intellect :

Car celui qui n’a point connu le péché, il l’a fait être péché pour nous, afin que nous devenions la justice de Dieu en lui. 2 Corinthiens 5:21

Le raisonnement divin qui pût amener Dieu à faire un tel sacrifice rencontre souvent un obstacle dans l’intelligence de l’homme, et pour cette raison, la seule façon pour eux de réaliser la réalité des paroles qui décrivent l’amour infini de Dieu, est d’en faire l’expérience – c’est la croix du croyant. Jésus Lui-même, alors qu’Il faisait face à l’incrédulité d’hommes qui ne savaient vivre que selon la chair, s’exprimât ainsi :

Abraham, votre père, a tressailli de joie de ce qu’il verrait mon jour; et il l’a vu, et il s’est réjoui. Jean 8:56

Abraham a vu le jour de Christ. Il l’a vécu. Le sacrifice qui fût exigé de sa part engagea toutes les facultés de son être dans une réalisation effroyable de la croix ; et c’est cette expérience qui est mise devant le croyant, afin qu’il puisse réaliser tout le sens de cet amour dont il a été fait l’ambassadeur.

Cette croix lui demandera de renoncer à tous ces plaisirs qui ne sont pas les plaisirs de Dieu, à toute cette estime de soi qui est contraire à l’humilité de Christ, et à cette recherche permanente du confort terrestre, qui l’empêche de faire l’expérience qu’Abraham a faite – voir le jour de Christ. Et dans cette expérience vivante de la croix, « ceux qui sont de la foi » seront « bénis avec le fidèle Abraham. » Ils seront, sur cette terre et dans les siècles éternels, ambassadeurs du Roi.

V. B.

Publié le 17/01/2017, dans Articles, et tagué , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s