L’art de vivre en la présence de Dieu

Par John Thiel (étude en anglais, pdf)

Lecture biblique : 1 Chroniques 16:26 Car tous les dieux des peuples [sont] des idoles ; mais le SEIGNEUR a fait les cieux. 27 La gloire et l’honneur sont en sa présence ; la force et la joie [sont] dans le lieu où il habite. 28 Rendez au SEIGNEUR, familles des peuples, rendez au SEIGNEUR la gloire et la force.

Le Seigneur est ma lumière, ma joie et mon chant ;
De jour et de nuit, Il conduit mes pas.

Cela raconte l’histoire de la présence de Dieu. « Le Seigneur a fait les cieux. La gloire et l’honneur sont en Sa présence ; la force et la joie sont dans le lieu où Il habite. » Et parce qu’il y a en Sa présence la force et la joie, l’honneur et la gloire, donc : « Rendez au Seigneur la gloire due à Son nom. » « Rendez au Seigneur, familles des peuples, rendez au Seigneur la gloire et la force. »

Il y a un lien très intéressant dans cette lecture biblique. Lisez-la et méditez-la attentivement. Il y a en Sa présence la gloire et l’honneur, la force et la joie. C’est pourquoi, rendez au Seigneur la gloire et la force.

1 Chroniques 16:29 Rendez au SEIGNEUR la gloire [due] à son nom ; apportez une offrande, et présentez-vous devant lui ; adorez le SEIGNEUR dans la beauté de la sainteté.

N’est-ce pas cela le message pour notre temps ? Quel est le message du premier ange ? Voilà précisément l’appel du Seigneur pour Son peuple aujourd’hui. Au verset 6, le premier ange proclame l’évangile éternel, et on l’entend,

Apocalypse 14:7 Disant d’une voix forte : Craignez Dieu, et donnez-lui gloire, car l’heure de son jugement est venue ; et adorez celui qui a fait le ciel, et la terre, et la mer, et les sources des eaux.

Donnez-Lui la gloire due à Son nom. Qu’est-ce que ça veut dire ? Il est évident que, puisqu’il y a en Sa présence la gloire, l’honneur, et la force, nous devons donner à Dieu ce que nous trouvons en Sa présence. Nous devons donnez en retour à Dieu la gloire et l’honneur qu’Il est.

Le principe de la Parole de Dieu le plus négligé est celui qui nous impose la nécessité d’aimer Dieu suprêmement, et le résultat c’est que les hommes trouvent cela impossible d’obéir au deuxième grand principe de la loi : « Tu aimeras ton prochain comme toi-même. » {Manuscript Releases Vol. 18 1.1}

Si nous négligeons le commandement d’aimer Dieu suprêmement, ce sera impossible d’aimer notre prochain comme nous-mêmes.

La moisson récoltée sera exactement conforme à la graine semée. L’épreuve est maintenant imminente. Quel sera [notre choix] – la transgression ou la loyauté, l’obéissance ou la désobéissance à ces commandements ? {Ibid.}

La Parole de Dieu est notre norme de caractère. C’est un « modèle de saine paroles » [donné] par la grande Source de lumière et de vie. Il n’y a rien d’autre que nous devons préserver de manière aussi sacrée que cette norme de doctrine, un « Ainsi dit le Seigneur. » C’est ici la source pure à partir de laquelle nous devons tirer les raisons de notre foi. La Bible est notre guide et notre manuel. La loi de Dieu est notre alliance avec notre Créateur, dans la vie, la mort, la résurrection, et pour toute l’éternité. Notre loyauté envers Dieu dans notre obéissance aux dix commandements, selon l’esprit et la lettre, révèle au monde, aux anges, et aux hommes notre relation d’alliance avec Lui. Adam et Eve devaient glorifier Dieu par une obéissance personnelle et perpétuelle à Sa loi, et c’est de cette manière que nous devons donner à Dieu la gloire pour tous les dons qu’Il nous a confiés. Nous devons aimer Dieu suprêmement, et notre voisin comme nous-mêmes. {Manuscript Releases Vol. 18 1.2}

Donner à Dieu la gloire, cela veut dire aimer Dieu suprêmement, et notre voisin comme nous-mêmes, en suivant un « Ainsi dit le Seigneur » dans toutes nos activités, afin que dans la vraie loyauté envers Dieu, celle de l’observation de Ses commandements, nous révélions au monde, aux anges et aux hommes la relation d’alliance que nous avons avec Lui. C’est comme cela que nous donnons la gloire à Dieu. Donner à Dieu la gloire, l’honneur, la force et la joie, rendre à Dieu ce qui est en Sa présence, voilà ce que ça veut dire de donner à Dieu la gloire. La gloire de la présence de Dieu doit produire à l’intérieur de nous un retour de la gloire de Dieu.

Nous devons contempler la gloire de Dieu. Et que fait cette contemplation de la gloire de Dieu, qu’accomplit-elle ?

2 Corinthiens 3:18 Ainsi nous tous qui, à visage découvert, contemplons, comme dans un miroir, la gloire du Seigneur, nous sommes transformés en la même image, de gloire en gloire, comme par l’Esprit du Seigneur.

Pour être un peuple qui demeure sur cette planète et manifeste la gloire de Dieu, laquelle est le caractère de Dieu, nous devons acquérir cela en le contemplant, en voyant Celui qui est invisible. N’était-ce pas l’expérience de Moïse ?

Trouver le sens de la présence de Dieu dans la nature

Hébreux 11:27 Par la foi, il quitta l’Égypte, ne craignant point la colère du roi ; car il demeura ferme, comme voyant celui qui est invisible.

Nous avons acquis, dans notre méditation précédente (Le sens de la présence de Dieu), la compréhension que nous pouvons en réalité sentir la présence de Dieu. La vue est l’un des sens. Il y a aussi les autres sens : le toucher, le goût, etc. Ces sens doivent ressentir l’invisible. Nous le trouvons dans la nature. C’est ce sur quoi j’ai insisté lorsque nous étions là-bas, afin que nous puissions réellement chercher Dieu dans la nature.

Notre emplacement retiré offrira une certaine liberté par rapport aux nombreuses tentations de la vie en ville. {Manuscript Releases Vol. 11 221.3}

Elle parle ici de l’hôpital sanatorium de Sydney, là où j’étais infirmier. En ce temps-là, à l’époque de Sr. White, ils l’avaient mis bien à l’écart. Depuis Wahroonga vous pouvez regarder en bas vers la ville au loin. En ces jours-là, c’était la campagne, mais maintenant c’est une zone métropolitaine.

Il n’y a pas ici d’hôtel ou de bar à chaque angle pour vendre des boissons alcoolisées et tenter la victime malheureuse de l’intempérance. Les spectacles et les sons purs, l’air frais et vivifiant, et le sens de la présence de Dieu qui imprègne toute la nature ont tendance à élever l’esprit, à adoucir le cœur et à fortifier la volonté pour résister à la tentation. {Ibid.}

La présence de Dieu est dans la nature. C’est cette présence qui a un effet. Que fait-elle ? Le sens de la présence de Dieu imprègne toute la nature, les vues, les sons, l’air pur et vivifiant. Le sens de la nature, c’est le sens de la présence de Dieu. Cela a tendance à élever l’esprit. Qu’est-ce que ça fait à votre esprit ? Ça l’élève à un honneur exalté et noble. Cela adoucit le cœur et fortifie la volonté pour résister à la tentation. Ô comme nous avons besoin de sentir la présence de Dieu dans la nature. L’autre partie, c’est la Bible. Et là, nous ressentirons la présence de Dieu, nous verrons avec notre sens de la vue, nous verrons Celui qui est invisible.

Le sens de la présence de Dieu dans la Bible

Qu’est-ce que cela veut dire de voir l’invisible dans la Bible ?

Contempler Christ, c’est étudier Sa vie telle qu’elle est présentée dans Sa Parole. {Bible Commentary Vol. 6 1098.1}

Comment voyez-vous l’invisible ? Étudiez la Bible, étudiez Sa vie, telle qu’elle est présentée dans Sa parole.

Nous devons creuser pour trouver la vérité, comme pour un trésor caché. Nous devons fixer nos yeux sur Christ. {Ibid.}

Lorsque nous regardons la nature, et lorsque nous étudions la Bible, nous devons voir Jésus.

En recevant Sa justice imputée, par la puissance transformatrice du Saint-Esprit, nous devenons semblables à Lui. L’image de Christ est chérie, et cela captive l’être tout entier. {Ibid.}

Nous avons besoin d’avoir le sens de la présence de Dieu. Nous le trouvons en cherchant avec soin dans la Bible toutes les images de Christ. Quand vous faites cela, vous chérissez cette image et elle captive votre être tout entier. Cela commence à avoir une influence sur vous.

Lorsqu’un homme prend connaissance de l’histoire du Rédempteur, il découvre en lui-même de graves défauts ; {Bible Commentary Vol. 6 1098.6}

Que se passe-t-il lorsque vous regardez à Celui qui est invisible ? Vous découvrez en vous-mêmes de graves défauts.

… son manque de ressemblance à Christ est si grand qu’il voit la nécessité de changements radicaux dans sa vie. Néanmoins il continue d’étudier avec un désir de devenir semblable à son grand Modèle. Il perçoit les regards, l’esprit de son Maître bien-aimé. En contemplant, en « regardant à Jésus, l’auteur et le finisseur de notre foi, » il est transformé en la même image. {Ibid.}

Est-ce que vous remarquez ce que vous pouvez faire ? Si vous creusez pour trouver la vérité, comme pour un trésor caché, vous percevrez en fait les regards de Jésus. Est-ce qu’il vous est déjà arrivé que quelqu’un vous regarde ? Si cette personne est une personne honorable, vous avez presque envie de vous cacher dans un coin. Vous percevrez Ses regards si vous faites cela. Vous percevrez Son esprit, et qu’est-ce que ça fera ? Cela aura une influence sur vous. Ça en aura une, c’est inévitable. Quand Jésus est venu à l’entrée des parvis du temple, quel était l’impact de Sa présence ? Tous les yeux se sont mis à le regarder et tout le monde a commencé à se retirer, à part les disciples. Tout était silencieux, à cause de Sa présence. La divinité éclatait à travers l’humanité et cela avait un tel impact qu’il leur était impossible de l’empêcher de renverser les tables des changeurs, et ils se sont précipités hors du temple. D’où venait cette puissance ? C’est la présence de Dieu. Cela fait quelque chose.

Par ces moyens-là, nous ferons l’expérience de la présence de Dieu : en passant du temps dans la nature, en passant du temps à creuser pour trouver la vérité, comme pour un trésor caché, nous sentirons la présence de Dieu. Et c’est de cela dont nous avons tant besoin, le sens de Sa présence qui a cet impact qui imprègne tout, et qui est d’une si grande portée.

Que fera la présence de Dieu ?

Comme une protection contre la tentation et une source d’inspiration à la pureté et à la vérité, aucune autre influence ne peut égaler le sens de la présence de Dieu. {Education 255.3 / 287.4}

Une protection contre la tentation – Voulez-vous être inspirés à la pureté et à la vérité ? Voulez-vous être transformés pour devenir comme Jésus veut que nous soyons ? Voulons-nous vaincre les tentations ? Comment pouvez-vous vaincre ? Vous avez besoin d’une influence, vous avez besoin d’une motivation. Aucune autre influence ne peut égaler le sens de la présence de Dieu pour accomplir cela.

« Toutes choses sont nues et découvertes aux yeux de celui avec qui nous avons affaire. » Il a « les yeux trop purs pour contempler le mal, » et Il ne peut pas « regarder l’iniquité. » Hébreux 4:13 ; Habacuc 1:13. Cette pensée était le bouclier de Joseph au milieu des corruptions de l’Égypte. {Ibid.}

Il n’y a rien d’écrit contre Joseph. Il a vécu en Égypte, ce qui est, spirituellement parlant, ce monde corrompu. Il était en plein dedans. Et c’était la pensée de la présence de Dieu qui était le bouclier de Joseph au milieu de cette corruption.

Aux séductions de la tentation, il répondait fermement : « Comment ferais-je un si grand mal, et pécherais-je contre Dieu ? » {Ibid.}

Pourquoi disait-il cela ? Parce qu’Il savait que la présence de Dieu était avec lui. S’il commettait ce crime, ce serait contre le Dieu qui était juste là avec lui.

La foi, si elle est nourrie, donnera à chaque âme une telle protection. {Ibid.}

C’est un bouclier. Quel est le bouclier ? La foi en quoi ? La foi dans la conscience de la présence de Dieu. Nous nous trouvons souvent dans une confusion totale par rapport à la manière dont la foi fonctionne réellement. Qu’est-ce que la foi est censée faire ? C’est très simple. La foi se saisit de la vision de la présence de Dieu, comme l’a fait Moïse, et comme l’a fait Joseph.

Une retenue sur votre vie

Oh, si seulement je pouvais vous présenter, ainsi qu’à mes autres frères, la nécessité d’un sens constant de la présence de Dieu, {Testimonies for the Church Vol. 5 628.1}

Remarquez-vous son exclamation ? « Oh ! » Ce sujet est vraiment important. L’Esprit de Prophétie nous présente la grande nécessité de ce sens constant de la présence de Dieu,

… qui placerait une telle retenue sur votre vie que votre réputation morale et religieuse devant le peuple serait bien différente. Nous devons atteindre un niveau plus élevé. Chaque âme, dans son entrée et dans sa sortie, dans toutes les transactions, à tous moments et en tous lieux, devrait agir avec la conscience qu’elle avance sous l’inspection de Dieu et des anges célestes, et que l’Être qui jugera l’œuvre de tout homme pour l’éternité l’accompagne à chaque étape, {Ibid.}

Avez-vous compris cela, les enfants ? Dieu est avec vous à chaque étape. Pour chacun d’entre nous, la conscience de cela nous empêchera de nous diriger vers le mal, parce que Dieu est avec nous à chaque étape. Il accompagne chaque homme,

… observant toutes ses actions et scrutant tous ses motifs. Une conscience de la présence de Dieu et du péril d’enfreindre Ses préceptes prendrait possession de son être tout entier. Quel changement l’on verrait chez l’homme, quel changement dans la société, quels maux seraient omis ! De grandes exclamations se feraient entendre de toutes les classes et de tous les âges : « Je ne peux faire un si grand mal, et pécher contre Dieu. » {Ibid.}

Qui sont ceux qui entrent par les portes dans la cité ? « Heureux ceux qui font Ses commandements. » Nous voulons entrer dans la cité, mais nous savons combien c’est difficile de changer nos habitudes et de vaincre la tentation. Eh bien, voici la réponse précieuse. C’est pour cette raison que Sr. White a écrit : « Oh, si seulement je pouvais vous présenter, ainsi qu’à mes autres frères, la nécessité d’un sens constant de la présence de Dieu. » C’est ici l’influence la plus importante pour laquelle nous devrions étudier : la conscience de la présence de Dieu. Si je veux changer, j’ai besoin de voir Celui qui est invisible, comme l’a fait Moïse. Et c’est seulement par cette méthode que nous serons involontairement transformés. Cela élèvera l’esprit, ça aura une influence sur le cœur, et ça adoucira le cœur. Le sens de cet Être puissant et glorieux qui est tout près, et à l’intérieur de moi, contrôlera mon comportement. Vous savez ce que c’est, si vous êtes tout seul vous faites ce qui vous plait, et puis quand quelqu’un arrive en votre présence vous vous comportez différemment. N’est-ce pas vrai ? Eh bien, nous sommes tout le temps en la présence de Dieu.

Gagner au jeu de la vie

Mais lorsque j’oublie, et que je pense être tout seul, je commence à me demander pourquoi il y a tant de perplexités et de problèmes dans la vie des gens. Sr. White écrit sur ce qu’est la vie. Qu’est-ce que votre vie de tous les jours ? Cela s’appelle « le jeu de la vie ». Ma vie de tous les jours est en réalité un art, comme un jeu.

Il y en a certains qui prétendent être les disciples de Christ, et qui ne font pourtant aucun effort dans les choses spirituelles. Dans n’importe quelle entreprise mondaine ils font des efforts, et manifestent de l’ambition pour réaliser leur objectif et provoquer le résultat souhaité ; mais dans l’entreprise de la vie éternelle, où tout est en jeu, et où leur bonheur éternel dépend de leurs succès, ils agissent d’une manière aussi indifférente que s’ils n’étaient pas des agents moraux, comme si quelqu’un d’autre jouait le jeu de la vie pour eux, et qu’ils n’avaient rien d’autre à faire que d’attendre le résultat. Oh, quelle folie ! Quelle démence ! Si tous manifestent pour la vie éternelle ce degré d’ambition, de zèle et de ferveur qu’ils manifestent dans leurs quêtes mondaines, ils seront des vainqueurs triomphants. J’ai vu que tous doivent obtenir une expérience pour eux-mêmes, et que chacun doit jouer bien et fidèlement son rôle dans le jeu de la vie. Satan attend son opportunité pour saisir les grâces précieuses lorsque nous ne sommes pas sur nos gardes, et nous aurons un conflit intense avec les puissances des ténèbres pour les garder, ou pour regagner une grâce céleste si par manque de vigilance nous la perdons. {Testimonies for the Church Vol. 1 407.1}

Saviez-vous que vous étiez dans un jeu ? Vous êtes dans le jeu de la vie.

La vie est une charge sacrée, que seul Dieu peut nous rendre capables de garder et d’utiliser à Sa gloire. {Testimonies for the Church Vol. 6 379.1}

Donnez-Lui la gloire. Comment ? Dans le jeu de la vie, un dépôt sacré. Votre vie, et la mienne, est une charge sacrée dans laquelle nous devons nous engager avec une grande intensité dans notre ferveur parce notre vie éternelle en dépend.

Il m’a été montré que l’or auquel Christ, le Témoin véritable, faisait allusion, celui que tous doivent avoir, c’est la foi et l’amour combinés, et l’amour a la préséance sur la foi. {Testimonies for the Church Vol. 2 36.2}

L’amour est plus élevé que la foi.

Satan est constamment à l’œuvre pour supprimer ces dons précieux des cœurs du peuple de Dieu. Tous jouent au jeu de la vie. {Ibid.}

Nous sommes tous impliqués. Comment est-ce que vous jouez ? Avez-vous acquis des compétences dans ce jeu ? Quand les gens jouent à des jeux comme le football, le cricket ou le tennis, ils développent une technique pour jouer à ces jeux avec succès et vaincre l’adversaire.

Satan est bien conscient que s’il supprime l’amour et la foi, et les remplace par l’égoïsme et l’incrédulité, très vite tous les précieux traits de caractère restants seront adroitement supprimés par sa main trompeuse, et le jeu sera perdu. {Ibid.}

Nous avons un jeu de la vie, nous avons un art de vivre à comprendre.

De la même manière que les gouttes d’eau font la rivière, ainsi ce sont les petites choses qui constituent la vie. {That I May Know Him 209.6}

Quand nous regardons un fleuve, nous voyons tous les petits ruisseaux se rejoindre et l’eau se rassembler, et à la fin cela devient un fleuve qui coule. Encore une fois, nous voyons Dieu dans la nature. Ce sont les petites choses qui constituent la vie.

La vie est un fleuve paisible, calme et agréable, ou [alors] c’est un fleuve agité, qui rejette sans cesse de la vase et du limon. Dans cette vie, vous pouvez vous placer sous la discipline du Saint-Esprit. Par la sanctification de l’Esprit vous grandirez ainsi de plus en plus comme Christ. {Ibid.}

Vous connaissez ce beau cantique : « Quand la paix comme un fleuve suit mon chemin. » En effet, nous devons comprendre l’art de vivre. La vie est un fleuve, nous avons besoin de comprendre comment calmer ce fleuve et lui accorder ainsi la paix et le calme. C’est ce que nous avons vu quand nous étions en train de marcher près du fleuve Avon. À certains endroits ça faisait vraiment des remous, l’eau écumait et c’était sale. Mais au fur et à mesure que nous marchions le long du fleuve, cela commençait à devenir calme et paisible. Comment devons-nous articuler notre vie pour qu’elle soit acceptable à la gloire de Dieu ?

Mettre ces principes en pratique dans notre vie de tous les jours

Donnez à Dieu la gloire. Donnons-Lui la gloire dans notre vie. Nous avons des points très clairs auxquels ceci doit être appliqué. Dans notre vie de tous les jours, nous devons avoir la joie. Êtes-vous joyeux à chaque instant de chaque jour ? Avoir des échanges tendres et aimables tout le temps ; à quoi est-ce que ça ressemble dans votre foyer ? Sommes-nous tout le temps aimants et aimables ? Y-a-t-il des paroles courtoises ? Vous savez ce que c’est, quand on prononce des paroles et que cela créé une atmosphère lourde. Est-ce que c’est gagner le jeu de la vie ça ? Quelle joie quand des paroles agréables et courtoises sont exprimées, des paroles aimables, quand la loi de la bonté est sur les lèvres. Nous devons avoir du respect pour l’autre personne.

Alors qu’ils se préparaient pour leur mariage, le fiancé de ma fille m’a demandé une parole de conseil en une seule phrase. Après quelques instants de réflexion perplexe quant à la manière de donner cela en une phrase, cela m’est venu brusquement : « Ne vous habituez jamais l’un à l’autre. » Qu’est-ce que ça veut dire ? Respectez toujours l’autre personne. Autrement, quand vous vous habituez à cette personne, vous ne la respectez plus. Il doit y avoir de la tranquillité dans le foyer, il doit y avoir de la tranquillité dans la vie. La manière dont nous nous occupons des autres et dont nous servons les autres ; l’art de vivre, c’est avoir un esprit doux et paisible dans toutes nos affaires. Examinez un peu votre foyer. Est-ce que ces choses sont parfaitement en place dans votre foyer ? C’est cela l’art de vivre, avoir ces compétences. Adhérer fermement à des principes, tout en étant en même temps absolument aimable et courtois sans aucune attitude de jugement : c’est ça l’art de vivre. Avoir la pureté. Ce sont là les choses qui constituent un foyer heureux et une société heureuse, quand nous avons ces qualités, ces petits ingrédients qui constituent le fleuve de la vie, ces compétences qui mènent à une vie réussie.

Où trouvons-nous ces compétences ?

Où trouvons-nous la joie de vivre qui mène à une tranquillité parfaite à travers tous les bouleversements ? Quand la rivière vient frapper les rochers, que l’eau gicle partout et que la boue vole dans toutes les directions, où pouvons-nous trouver la joie qui nous empêche de faire cela ? Quand vous observez une cascade qui passe à travers certains rochers, il y a une partie de l’eau qui fait des éclaboussures et de l’écume, et une autre partie qui coule en douceur par-dessus les rochers. Est-ce que vous avez vu cette chute d’eau calme ? Elle ne se fait pas troubler par les rochers, elle coule gracieusement par-dessus. Ceux d’entre nous qui sont allé faire du canoé, si vous vouliez passer les rapides tranquillement, vous deviez vous engager dans ces endroits tranquilles pour éviter de vous faire renverser. Voilà la compétence d’une vie magnifique. Comment l’obtenons-nous ?

Psaume 16:11 Tu me feras connaitre le sentier de la vie ;

Tu me feras connaitre l’art de la vie, le jeu de la vie.

Psaume 16:11 … [il y a] en ta présence une abondance de joie ; [il y a] des plaisirs à ta droite pour jamais.

Si je veux la joie, la tranquillité et le plaisir, comment est-ce que je l’obtiendrai ? Ce sera quand je suis en Sa présence, quand Il est en ma présence.

Le bonheur dans des circonstances désagréables

Voilà la réponse concernant la manière dont nous pouvons trouver cette compétence dans le jeu de la vie :

Nous sommes tellement anxieux, nous tous, de bonheur, mais un grand nombre le trouvent rarement à cause de leurs méthodes erronées, ils cherchent au lieu de faire des efforts. Nous devons nous faire tout notre possible, et mélanger tous nos désirs à la foi. Alors le bonheur s’approche de nous presque [comme s’il n’était] pas sollicité – cela peut être au milieu d’une guerre agressive, la vérité contre l’erreur. Nous croyions d’une manière générale, mais nous perdons beaucoup parce que nous ne faisons pas entièrement et pleinement confiance à Dieu notre Créateur. Lorsque nous pouvons, en dépit de circonstances désagréables, nous reposer avec confiance dans Son amour et nous enfermer avec Lui, en nous reposant paisiblement dans Son amour, le sens de Sa présence inspirera une joie profonde et tranquille. {Manuscript Releases Vol. 9 289.3}

Sommes-nous anxieux ? Sr. White écrit que nous sommes très anxieux, nous tous. Je sais que c’est vrai. Les gens viennent vers moi avec leurs anxiétés, ceci et cela, ils sont anxieux. « Cette personne ne fait pas ce qui faut, et cette personne m’ennuie, etc. » Tout le temps. Ai-je raison ? Nous sommes anxieux, nous voulons le bonheur, nous voulons la joie et nous voulons la tranquillité. Quel genre d’effort devons-nous faire pour avoir cela ? « Lorsque nous pouvons, en dépit de circonstances désagréables, nous reposer avec confiance dans Son amour et nous enfermer avec Lui, en nous reposant paisiblement dans Son amour, le sens de Sa présence inspirera une joie profonde et tranquille. »

Cette expérience gagne pour nous une foi qui nous rend capables de ne pas nous irriter, de ne pas nous inquiéter, mais de dépendre d’une Puissance qui est infinie. – Lettre 57, 1897, p. 1 (à Frère et Sœur Hare, 20 janvier 1897.) {Ibid.}

Pouvez-vous voir ce dont nous avons besoin ? Nous avons besoin de ce sens de la présence de Dieu ; et alors, ce que nous désirons, cette vie de bonheur, de tranquillité et de joie, viendra à nous, parce que c’est ce que nous trouvons en Sa présence. Rien ne nous dérange plus parce que Sa présence est si proche ; nous sentons Sa présence. Voilà comment nous pouvons être heureux dans les circonstances les plus désagréables. Nous sommes délivrés de l’anxiété lorsque nous avons le sens de Sa présence.

Des échanges courtois

Est-ce que nous nous sommes habitués les uns aux autres, que ce soit dans la famille ou dans l’église ? Quand les gens viennent pour la première fois dans l’église, nous faisons leur connaissance et nous sommes ô combien courtois envers eux, mais après, quand ils restent dans l’église et qu’ils deviennent membres, que se passe-t-il soudainement ? Nous commençons à dire : « Tu ne devrais pas faire ça », ou alors : « Si tu es malheureux, pourquoi est-ce que tu ne fais pas ça ? » Nous commençons à juger : « Eh bien, de toute manière ce n’est que ta propre faute. » Sommes-nous courtois ? Sommes-nous courtois à la maison, sommes-nous courtois à l’église ? Sommes    -nous bienveillants ?

Nous sommes placés dans ce monde pour être des enfants de Dieu et pour nous préparer à la vie immortelle. Ne dites aucune parole désobligeante et irréfléchie. {This Day with God 225.3}

Avez-vous déjà dit quelque chose et puis vous avez pensé : « C’était tellement irréfléchi de ma part, je viens de blesser mon ami, ma femme, ou mon mari » ?

Lorsque vous fréquentez [d’autres personnes] dans les relations familiales, faites en sorte de dire des paroles aimables et tendres qui réconforteront et encourageront. {Ibid.}

Que devrions-nous faire dans l’art de vivre ? Nous devons faire en sorte de dire des paroles aimables et tendres qui réconforteront et encourageront.

N’oubliez pas les petits gestes de bienveillance qui contribuent tant à aider le membre de la famille qui est aux prises avec des infirmités que seul lui peut comprendre. {Ibid.}

Comment est-ce que nous nous comportons d’habitude lorsque nous voyons quelqu’un qui a des difficultés avec une infirmité de caractère ou spirituelle ? Est-ce que nous commençons à faire preuve d’impatience envers lui ? Est-ce ce qui se passe dans le foyer ? Je sais que ça arrive, cela m’est arrivé à moi aussi dans mon foyer. Voilà le conseil que l’on nous donne : N’oubliez pas les petits gestes de bienveillance qui contribuent tant à aider le membre de la famille qui est aux prises avec ces infirmités. Je sais que dans nos foyers chrétiens nous voulons être comme Jésus, mais est-ce le cas ? Nous luttons. Comment allons-nous nous aider les uns les autres ? En faisant en sorte de dire des paroles aimables et tendres, et de faire des gestes de bienveillance.

Ne pas s’obstiner à faire les choses à sa façon

Cela ne paie pas de s’obstiner à faire les choses à sa façon, {This Day with God 225.4}

Cette déclaration est très forte, en particulier quand nous avons des normes élevées. À un autre endroit, Sr. White écrivait à son mari qui croyait avoir raison sur un sujet, et il le présentait avec insistance dans l’église. Elle lui donnait pour conseil de ne pas en parler, et de rester silencieux. « Nous voulons l’unité dans l’église. Cela n’a pas d’importance. Pour toi c’est important, mais ce n’est pas important pour Dieu. » Alors ça c’est dur. Vous croyez vraiment en quelque chose et vous allez en avant la tête la première, en voulant faire les choses à votre façon.

Cela ne paie pas de s’obstiner à faire les choses à sa façon, de refuser de céder dans les petites choses qui n’ont que peu d’importance, introduisant ainsi l’amertume et la colère dans le foyer. La vie est trop courte, trop remplie de souffrance. Nous n’avons pas de temps à perdre pour blesser un cœur sensible et tenté. {Ibid.}

Que chacun sois aimable et prévenant envers l’autre. Ne laissez jamais le soleil se coucher sur votre colère. {This Day with God 225.5}

Vous vous êtes peut-être déchainé sur votre conjoint, et que faites-vous ? « Je ne te parle pas. » Est-ce que ça arrive ? Vous ne pouvez pas régler le problème dans votre vie et cette personne vous a vraiment contrarié dans la journée, et maintenant vous l’ignorez, et vous vous couchez avec cette attitude d’ignorance, et le lendemain matin vous vous réveillez avec cette ignorance et c’est douloureux.

Ne fermez jamais vos yeux dans le sommeil sans arranger les petites difficultés maussades qui blessent et font mal à l’âme. {Ibid.}

Voilà le conseil.

Lorsque vous êtes tentés de penser ou de parler imprudemment, agenouillez-vous où que vous soyez, et priez jusqu’à ce que vous trouviez le repos en Jésus. Je suis certaine qu’Il ne vous délaissera pas et ne vous abandonnera pas. {This Day with God 225.6}

Que se passerait-il si tout le monde faisait cela à la maison ? Combien de fois est-ce que nous nous agenouillerions pour être comme ça ? C’est le conseil. Mais c’est maintenant que nous vient le comment, pour être capable de réussir à faire ces choses qui rendront la vie à la maison une expérience agréable et heureuse.

Nous avons tous besoin d’étudier la vie de Christ et les leçons qu’Il a données, afin de savoir comment nous comporter dans notre relation les uns avec les autres. Chérissez l’influence apaisante de l’Esprit de Dieu. Souvenez-vous que la parole est un talent de grande valeur, s’il est utilisé correctement, et que de l’abondance du cœur la bouche parle. {This Day with God 225.2}

Si nous sommes remplis de l’influence apaisante de la présence du Saint-Esprit, que dira notre bouche ? Cela va de soi, n’est-ce pas ? Je serai sous l’influence du mouvement adoucissant de la présence de Dieu, et je dirai des paroles douces, agréables, aimables et courtoises. La conscience de la présence de Dieu produira cela.

Jésus désire créer une harmonie céleste dans votre âme. Lisez Ses paroles, non pas avec découragement, mais avec confiance et espoir. {This Day with God 225.7}

Quand vous lisez ces paroles, vous pensez : « Je ne peux pas atteindre ça. » Ça c’est une conclusion décourageante. Lisez-les avec espoir.

Écoutez les paroles bénies que Dieu vous parle. Marcher avec Christ, c’est croire que, bien qu’invisible, Christ marche avec vous. – Lettre 104, 4 août 1901, à E. K. Beaman. {Ibid.}

Voilà la réponse. Pour être courtois, bienveillant, et ne pas imposer ma propre volonté, et si l’autre personne veut vraiment faire les choses à sa façon, céder sans faire de difficultés, comment cela peut-il se faire ? Cela ne peut que se faire que si la présence du Seigneur est là dans le cœur. Nous avons ici quelques précieuses réponses sur le comment.

Servir les autres

Il y a ensuite l’activité de servir et tendre la main aux autres – le ministère spirituel. Comment est-ce que cela se met en pratique ? Sr. White avait reçu un rêve et elle l’a envoyé à Willie White et à Fr. Kellogg.

Dans la nuit de mercredi j’ai eu un rêve. Dans mon rêve, je me préparai à assister à une réunion importante où nous nous attendions à rencontrer Dr. Kellogg et W. C. White. Willie entra dans la chambre de manière inattendue, et j’étais surprise et heureuse de l’accueillir. Il y avait sur son visage une expression totalement changée. Il dit : « Mère, je l’ai ; j’ai trouvé la paix, le repos et la plénitude en Jésus Christ. Je sais maintenant, comme jamais auparavant, ce que cela veut dire de demeurer en Christ. Mon cœur, mon esprit, ma chair appartiennent tous au Seigneur. Ma volonté est de faire la volonté de Dieu. Je ressens une vie nouvelle et spirituelle, et tous ceux qui ont cette vie spirituelle sont « vivants à Dieu ». Christ est la substance, la source de la vie pour tout cœur qui croit. {Manuscript Releases Vol. 18 286.1}

« Je ressens les rayons brillants du Soleil de justice qui brillent dans mon cœur. Je réalise que je suis en la présence de Dieu, sous la protection de Celui qui ne sommeille et ne dors jamais. Je sais qu’en Dieu je vis, et que chaque pas que je fais, chaque battement de mon cœur, chaque mouvement de mon pouls est l’action de Sa puissance. Comme jamais auparavant, je suis conscient d’un sens de Ses soins préservateurs. » {Manuscript Releases Vol. 18 286.2}

Puis la porte s’ouvrit, et Dr. Kellogg entra, avec exactement la même lumière qui brillait sur son visage. Willie passa son bras dans celui du docteur, et dit : « Le Seigneur nous a donné à nous deux une expérience supérieure et riche. Nous avons appris que nous ne pouvons pas nous-mêmes aider le corps ou l’âme, quand bien même nous essayerions de toutes nos forces. {Manuscript Releases Vol. 18 286.3}

Dans notre service et notre ministère, nous essayons de changer les gens, nous essayons de faire un impact dans la vie des gens. Que dit Willie White dans le rêve inspiré de Sr. White ? « Nous ne pouvons pas nous-mêmes aider le corps ou l’âme, quand bien même nous essayerions de toutes nos forces. » Avez-vous essayé de changer les gens ? et avez-vous réussi ?

Mais maintenant nous pouvons dire : « Je vais donc me coucher, et dormir paisiblement ; et je me réveillerai, car le Seigneur me soutient. » Étant conscients d’un sens de la présence de Dieu, nous sommes conscients de Sa faveur. C’est plus précieux pour nous que la louange ou l’honneur des plus grandes hommes de la terre. » {Ibid.}

« Le Seigneur a levé sur nous la lumière de Sa face. Désormais nous ferons connaitre Dieu comme jamais auparavant. Notre conduite sera dans le ciel, et nous attirerons les âmes à Sa beauté attrayante. Notre espoir de réussite se trouve dans la vérité que nous portons devant les gens, en la présentant dans chaque fil de l’histoire prophétique, et en [les] conduisant étape par étape jusqu’à la fin du temps, par les simples présentations des merveilles de la croix du Calvaire. {Manuscript Releases Vol. 18 287.1}

Pouvez-voir cette magnifique déclaration ? La vérité de toutes les prophéties prend une ampleur tout à fait différente quand la présence de Dieu est là. Quand la présence de Dieu est là, le ministère sera différent. Voilà comment témoigner et travailler de manière efficace – c’est le sens de la présence de Dieu qui produira le vrai ministère. Si vous voulez prêcher un bon sermon, ceux d’entre vous qui se sentent appelés à prêcher, voilà la réponse.

La pureté

Nous voulons avoir la pureté dans notre vie. Nous pouvons essayer d’être purs, mais les tentations s’emparent de nous. Qu’avons-nous lu ?

Gardez toujours devant vous cette vérité : « Où que je sois, quoique je fasse, Toi, Dieu, tu me vois. » Il est impossible que le moindre élément de notre conduite échappe à l’observation de Celui qui dit : « Je connais tes œuvres ». Les profondeurs de chaque cœur sont découvertes à l’inspection de Dieu. Chaque action, chaque dessein, chaque parole est tout aussi distinctement remarquée que s’il n’y avait qu’un seul individu dans l’univers tout entier, et que toute l’attention et l’examen de Dieu étaient exercés sur son comportement. {Testimonies for the Church Vol. 5 627.2}

La présence de Dieu est là, Il voit tout.

Enfreindrons-nous donc ne serait-ce qu’un précepte de Sa loi, et enseignerons-nous aux autres de faire ainsi par des dérobades, des affirmations et des mensonges, sous les yeux mêmes du Législateur ? Braverons-nous le verdit devant la face même du Juge ? {Ibid.}

La présence de Dieu me gardera pur après que j’ai été impur. La présence de Dieu chassera, comme l’avait fait la présence de Jésus, toute la corruption hors du temple humain.

« Toi, Dieu, tu me vois » (Genèse 16:13). Que ces paroles soient toujours gardées à l’esprit. Elles nous préserveront des discours imprudents et passionnés, de tout désir de se montrer autoritaire. Elles refouleront les paroles qui ne devraient jamais être prononcées, et les résolutions que les hommes n’ont aucun droit de prendre – des résolutions qui limitent la liberté des êtres humains. {Upward Look 227.6}

Quand nous savons que la présence de Dieu est là, que l’esprit est influencé par cette présence, cela nous préservera des discours imprudents et passionnés, de tout désir de se montrer autoritaire. As-tu besoin de cela, toi le mari, par rapport à ta femme ; ou, toi la femme, par rapport à ton mari ? Voulez-vous vous montrer autoritaire parce que vous voulez faire les choses à votre façon ? Ceci disparaitra avec la conscience de la présence de Dieu. Cela mènera à la pureté, cela mènera au gouvernement de mon âme à tous les égards. [Une autre traduction fidèle de Gen.16:13, dans la version K. J., est : Toi (le) Dieu (qui) me voit]

Respecter les droits des autres

Dieu observe tout ce qui se produit au bureau. « Toi, Dieu, tu me vois », devrait toujours occuper nos pensées. Tous ceux qui assument des responsabilités au bureau devraient être courtois et bienveillants envers tous. Un sens constant de la présence de Christ éviterait l’empiètement sur les droits des autres qui est si courant dans la pratique du monde, mais qui est une offense envers Dieu. {Testimonies for the Church Vol. 5 558.2}

Quand vous êtes en la présence de Dieu, vous réalisez que ce pour quoi j’insistais était en fait un empiètement sur les droits des autres, et que c’est un manque total de respect envers eux. Dès l’instant que vous tapez du point sur la table et que vous vous montrez autoritaire, vous verrez : « Alors là, je suis en fait en train d’empiéter sur son droit, et je ne lui montre par de respect, le respect profond pour quelqu’un d’autre. » Ô combien cet élément est important dans le fleuve de la vie, dans le jeu de la vie.

La douceur

Notre vie doit être liée à la vie de Christ ; nous devons puiser constamment de Lui, en prenant part à Lui, le Pain vivant qui est descendu du ciel, et en puisant d’une source toujours fraîche, qui répand toujours ses trésors abondants. Si nous gardons toujours le Seigneur devant nous, en permettant à nos cœurs de s’élever à Lui en actions de grâces et en louange, nous aurons une fraîcheur continuelle dans notre vie religieuse. Nos prières prendront la forme d’une conversation avec Dieu, comme nous parlerions avec un ami. Il nous déclarera Ses mystères personnellement. Il nous viendra souvent un sens doux et joyeux de la présence de Jésus. Nos cœurs bruleront souvent en nous alors qu’Il s’approche pour communier avec nous comme Il le faisait avec Énoch. Quand ceci est en vérité l’expérience du chrétien, on voit dans sa vie une simplicité, une modestie, une douceur, et une humilité de cœur, qui montrent à tous ceux avec qui il s’associe qu’il a été avec Jésus et qu’il a appris de Lui. {Christ’s Object Lessons 129.3 / Paraboles de Jésus 106.3}

Cette conscience de la présence de Dieu produira la douceur. Lorsque ce sens de la présence de Dieu est dans notre expérience, cela produira l’humilité, la douceur, et l’altruisme.

Ce que nous faisons lorsque nous chassons la présence de Dieu

Si la présence de Dieu n’est pas chérie et qu’elle n’est pas gardée là, qu’est-ce qui finira par nous rattraper ? Sr. White parle ici des pharisiens et des prêtres :

« Heureux ceux qui ont le cœur pur ; car ils verront Dieu » (Matthieu 5:8). Comment pouvaient-ils voir Dieu ? – de la manière qu’Énoch l’avait vu. Ils avaient le privilège de marcher et de parler avec Dieu. Par la foi, Énoch vécu en la présence de Dieu pendant trois cent ans. Par la foi, il vit la foi de Jésus. Il fut reçu dans Sa faveur particulière. Les prêtres et les chefs avaient besoin d’une expérience comme celle qu’avait eue Énoch. Ils avaient besoin d’un sens permanent de la présence de Dieu. Ô quelles richesses de grâce le Seigneur désirait-il accorder au peuple privilégié de Dieu. C’est représenté dans l’appel au souper qui leur était préparé. « Tout est prêt ; venez » (chap. 22:4). – Manuscrit 96, 23 sept. 1897, « Le refus de Christ par les Juifs ». {This Day with God 275.4}

Voilà ce que les pharisiens auraient pu avoir, mais qu’ont-ils fait ? Ont-ils vécu dans la conscience de Sa présence ?

Mais ils [les chefs juifs] ne voulaient pas le recevoir. {This Day with God 275.3}

Je veux que vous vous examiniez vous-mêmes. Lorsque vous êtes dans une situation difficile, dans une discussion avec quelqu’un d’autre, peut-être que c’est entre mari et femme, peut-être qu’il y a une confusion quelque part dans nos relations et que cela rend notre vie malheureuse ; vous focalisez durement votre attention sur le message que vous voulez faire passer et cette autre personne ne vous donne pas ce droit, ou alors elle n’est pas d’accord avec vous : que faites-vous du sens de la présence de Dieu à ce moment-là ? Vous voulez tellement avoir raison que vous repoussez le sens de la présence de Dieu. Je l’ai fait. J’ai remarqué quelque fois que Dieu s’approchait de moi, et j’ai fait ça, et je pense : « Qu’est-ce je suis en train de faire ?! » Dieu est juste là, Il essaie de nous influencer, mais parce que le sujet est tellement intense dans notre expérience, nous continuons de repousser le sens de Sa présence. Que se passe-t-il ?

Alors qu’ils prétendaient garder la loi, ils la reniaient par leurs œuvres. Ayant des yeux, ils ne voyaient pas, à cause de l’ignorance qui était en eux par la dureté de leurs cœurs. L’impureté de leurs cœurs, les pratiques souillant leurs vies, leur égoïsme, leur envie, leur jalousie, leurs mauvais soupçons, leur transgression de la loi de Dieu, tandis qu’ils prétendaient la garder, rendait continuellement témoignage de leur caractère. On reconnaissait l’arbre à son fruit. Christ dévoilait leur véritable caractère. Il déclarait qu’ils enseignaient « comme doctrines des commandements d’hommes » (Marc 7:7). {Ibid.}

Ils ont repoussé Jésus à cause de leur égoïsme, leur envie, leur jalousie, leurs mauvais soupçons, leurs transgressions, etc. Est-ce qu’il nous arrive de retrouver ces caractéristiques dans notre vie ? C’est ce qui arrive. Nous persévèrerons avec nos mauvais soupçons, et nous nous entêterons, et nous dirons : « Non, voilà ce que je sais, c’est ça la vérité », au lieu de dire : « Seigneur, Tu connais la vérité, je vais m’abandonner à Ton influence. » Ces mauvais soupçons, cette jalousie, cette envie continuent à opérer et à repousser le sens de la présence de Dieu.

Voilà les deux grands principes – l’amour pour Dieu et l’amour pour notre prochain. De ces deux principes dépendent toute la loi et les prophètes. Ceux qui n’accomplissent pas ces principes vitaux, bien qu’ils professent une connaissance de la vérité, et bien qu’ils prêchent la Parole et comprennent tous les mystères, « mangeront le fruit de leurs propres actions, et seront rassasiés de leurs propres conseils. » Ceux qui nourrissent les soupçons et imaginent le mal, révèlent [le fait] qu’ils ne mettent pas en pratique les principes de cette loi ; et ils suivent une ligne de conduite qui fait venir sur eux les maux qu’ils imaginent. On ne se jouera pas de Dieu. Sa parole doit être chérie et obéie. {Manuscript Releases Vol. 18 2.1}

Que se passera-t-il si nous repoussons le sens de la présence de Dieu ? Nous nous livrerons à ces caractéristiques répréhensibles des soupçons, et d’imaginer le mal, et quand nous faisons cela, nous en subirons la conséquence.

J’ai déjà partagé une fois avec vous à partir des Écritures que vous vous dévorerez les uns les autres. Voilà ce que sera la fin du monde. Le frère se battra contre son frère, ils se dévoreront les uns les autres ; ils seront placés sous l’ombre de Satan. Le maître de l’art de vivre, du jeu de la vie, c’est notre Seigneur Jésus Christ. Pour se rendre maitre de cet art de vivre dans notre vie, nous devons chercher le sens de la présence de Dieu et nous y accrocher comme si notre vie en dépendait. Par Sa présence vous connaîtrez le sentier de la vie, vous connaîtrez l’art de vivre ; vous deviendrez compétents. Puisse Dieu nous aider à réaliser qu’avec toutes ces choses que nous avons contemplées ici, il y a une réponse simple – la présence de Dieu, nous y accrocher comme à notre vie. Puisse cela être notre décision, c’est ma prière.

Amen.

[5 nov. 2013]

Publié le 17/04/2015, dans Sermons, et tagué , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s