1. L’œuvre de scellement des anges (avec questions et réponses)

Première étude de notre conférence à distance du 1 au 3 août 2022, à Tahiti. 

1. L’œuvre de scellement des anges

Par John Thiel, pdf

En cette heure, nous voulons nous pencher sur l’activité de scellement des anges. Et dans cette étude en particulier nous voulons comprendre le moment du début de cette activité et de cette œuvre des anges, et aussi comprendre qu’est-ce qui est impliqué dans cette œuvre du scellement. Et compris dans cette étude, il y a aussi la question de la grande multitude, à savoir : Jusqu’à quand peuvent-ils être sauvés après que le scellement des 144 000 ait commencé. Je vous invite donc à suivre très attentivement maintenant notre lecture des Écritures, parce que je vais employer les paroles de la Bible dans l’Apocalypse pour explorer ce sujet, et ensuite, pour amplifier tout cela, j’aurais recours aux déclarations de l’Esprit de prophétie.

Introduction au scellement

Nous nous tournons, pour commencer, vers les paroles d’Apocalypse 7:1-3 :

Apocalypse 7:1 Après cela, je vis quatre anges qui se tenaient aux quatre coins de la terre, retenant les quatre vents, afin qu’aucun vent ne soufflât ni sur la terre, ni sur la mer, ni sur aucun arbre. 2  Puis je vis un autre ange qui montait du côté de l’Orient, tenant le sceau du Dieu vivant, et il cria à grande voix aux quatre anges qui avaient reçu le pouvoir de nuire à la terre et à la mer, 3 En disant : Ne nuisez point à la terre, ni à la mer, ni aux arbres, jusqu’à ce que nous ayons marqué d’un sceau le front des serviteurs de notre Dieu.

Ici, en toute simplicité, se trouve l’introduction de notre étude sur le scellement. Les anges de Dieu retiennent les forces destructrices du mal. Et pourquoi est-ce qu’ils les retiennent ? Parce qu’il faut que le peuple de Dieu soient scellé en son front.

Tandis que nous gardons cela à l’esprit pendant un moment, nous nous tournons vers les paroles d’Apocalypse 14:1-5, et nous voyons encore une fois ces 144 000.

Apocalypse 14:1 Je regardai ensuite, et voici l’Agneau se tenait sur la montagne de Sion, et avec lui cent quarante-quatre mille personnes, qui avaient le nom de son Père écrit sur leurs fronts. 2 Et j’entendis une voix du ciel, comme la voix des grosses eaux, et la voix d’un grand tonnerre, et j’entendis une voix de joueurs de harpes, qui touchaient de leurs harpes. 3 Et ils chantaient comme un cantique nouveau devant le trône, et devant les quatre animaux et les Anciens ; et personne ne pouvait apprendre le cantique que les cent quarante-quatre mille, qui ont été rachetés de la terre. 4 Ce sont ceux qui ne se sont point souillés avec les femmes ; car ils sont vierges. Ce sont ceux qui suivent l’Agneau, où qu’il aille. Ce sont ceux qui ont été rachetés d’entre les hommes, comme des prémices pour Dieu et pour l’Agneau; 5 Et il ne s’est point trouvé de fraude dans leur bouche ; car ils sont sans tache devant le trône de Dieu.

Nous avons ici le tableau et l’image des 144 000 qui se tiennent déjà sur la mer de verre. Et la description de ces personnes aux versets 4 et 5 nous aide à comprendre leurs caractéristiques particulières.

Et c’est intéressant, lorsque nous descendons aux versets 12 et 13, parce que nous voyons ici le lien :

Apocalypse 14:12 C’est ici la patience des saints, ce sont ici ceux qui gardent les commandements de Dieu, et la foi de Jésus. 13 Et j’entendis une voix du ciel qui me disait : Écris : Heureux dès à présent les morts qui meurent dans le Seigneur ! Oui, dit l’Esprit, car ils se reposent de leurs travaux, et leurs œuvres les suivent.

Ici, dans les versets 12 et 13 nous avons une description des 144 000. Ils sont décrits comme étants patients, et ayant et gardant les commandements de Dieu et la foi de Jésus.

Signification des quatre vents

Et donc le premier détail que nous voulons commencer par bien comprendre c’est le timing de ce message du scellement des 144 000. Ce scellement a lieu pendant que les anges sont en train de retenir les vents pour empêcher les forces destructrices de détruire la terre, « afin qu’aucun vent ne soufflât ni sur la terre, ni sur la mer, ni sur aucun arbre. »

Pour nous aider à comprendre d’où vient ce langage des quatre vents, nous avons besoin de nous tourner vers les paroles de Jérémie 25:29-33, où nous avons la description de cette scène des vents.

Jérémie 25:29 Car voici, c’est par la ville sur laquelle mon nom est invoqué que je commence à faire du mal, – et vous, vous en seriez exempts! Vous n’en serez point exempts ; car je vais appeler l’épée sur tous les habitants de la terre, dit l’Éternel des armées. 30 Et toi, tu leur prophétiseras toutes ces choses, et tu leur diras : L’Éternel rugira d’en haut ; il fera entendre sa voix de sa demeure sainte ; il rugira contre son habitation ; il poussera des cris, comme ceux qui foulent au pressoir, contre tous les habitants de la terre. 31 Le retentissement en parvient jusqu’au bout de la terre ; car l’Éternel est en procès avec les nations, il entre en jugement contre toute chair ; il livre les méchants à l’épée, a dit l’Éternel. 32 Ainsi a dit l’Éternel des armées : Voici, le mal va passer de peuple à peuple, et une grande tempête se lève de l’extrémité de la terre. 33 Ceux que l’Éternel tuera en ce jour-là seront étendus d’un bout de la terre à l’autre bout ; ils ne seront ni pleurés, ni recueillis, ni ensevelis ; ils seront comme du fumier sur la terre !

Est-ce que vous pouvez voir au verset 32 qu’une grande tempête se lèvera de l’extrémité de la terre. Et cette tempête est liée aux forces destructrices des jugements de Dieu qui tomberont sur la terre. Cela a de toute évidence à voir avec les scènes finales de l’histoire de cette terre. Une destruction qui laissera la terre entière recouverte des méchants morts. Cette tempête est « contre tous les habitants de la terre », comme c’est écrit au verset 30. Et ce que nous lisons au verset 33, que ceux qui seront tués en ce jour-là « seront étendus d’un bout de la terre à l’autre bout », nous renvoie vers les paroles d’Apocalypse 19:17-18 :

Apocalypse 19:17 Je vis un ange qui se tenait dans le soleil, et qui cria d’une voix forte à tous les oiseaux qui volaient par le ciel : Venez, et assemblez-vous pour le festin du grand Dieu ; 18 Pour manger la chair des rois, la chair des capitaines, la chair des puissants, la chair des chevaux et de ceux qui les montent, et la chair de tous, libres et esclaves, petits et grands.

Ce passage biblique fait partie du tableau qui commence à partir du verset 11 ; ici nous avons cette image de Jésus qui influence les scènes de la destruction finale de cette terre. Et la destruction que nous venons de lire dans Jérémie est réitérée dans ce passage d’Apocalypse 19.

Et juste avant cette terrible destruction, les anges nous sont montrés comme retenant les vents. La destruction n’a pas encore eu lieu ; elle est encore à venir. Et la raison pour laquelle les anges retiennent ces terribles vents de conflit et de guerre, c’est que Dieu veux protéger Ses enfants de cette destruction. Donc depuis cette date de 1798, qui est le début du temps de la fin (nous comprenons cette date à partir de la période prophétique des 1260 jours prophétiques qui aboutissent à 1798), le monde est en fait menacé par cette destruction finale. Nous voulons maintenant amplifier cela par l’Esprit de prophétie. Voilà la description :

« Retenez les quatre vents ! »

Je vis quatre anges qui se préparaient à réaliser l’œuvre qu’ils étaient chargés d’accomplir sur la terre. Jésus était revêtu de Ses habits sacerdotaux. Il regarda avec compassion le reste, éleva les mains, et s’écria d’une voix émue : “Mon sang, Père, Mon sang, Mon sang, Mon sang !” Je vis alors une lumière resplendissante venant de Dieu assis sur le grand trône blanc, et elle environna Jésus. Puis je vis un ange, auquel Jésus avait confié une mission, voler rapidement vers les autres anges qui avaient une œuvre à faire sur la terre, et, agitant de haut en bas quelque chose qu’il tenait dans la main, il cria d’une voix forte : “Retenez, retenez, retenez, retenez les quatre vents jusqu’à ce que les serviteurs de Dieu soient scellés au front !” {PE 37.3}

Je demandai à l’ange qui m’accompagnait ce que signifiait ce que j’avais entendu, et ce qu’allaient faire les quatre anges. Il me répondit que c’était Dieu qui retenait les puissances, et qu’Il avait donné à Ses anges le pouvoir sur les choses de la terre ; que les autres anges avaient reçu de Dieu le pouvoir de retenir les quatre vents, mais qu’ils étaient sur le point de les lâcher. Et alors que leurs mains étaient prêtes à le faire, et que les quatre vents allaient souffler sur la terre, l’œil miséricordieux de Jésus se posa sur le reste qui n’était pas encore scellé, et Il leva Ses mains vers le Père pour plaider en leur faveur, en disant qu’Il avait répandu Son sang pour eux. Puis un autre ange reçut la mission de voler rapidement vers les quatre anges et leur demander de retenir les vents jusqu’à ce que les serviteurs de Dieu soient scellés au front du sceau du Dieu vivant.  {PE 38.1}

Quel tableau nous est présenté ici. Les anges étaient sur le point de lâcher prise de ces vents ; mais Dieu dans Sa miséricorde, et Jésus dans Son amour pour Ses enfants, regarde et voit que le peuple de Dieu ne serait pas protégé dans ce terrible massacre. Jésus plaide encore dans le sanctuaire céleste en faveur de Ses enfants. Et donc Il crie : « Mon sang ! » et l’ange vient vers Lui, et après avoir reçu Ses ordres, s’en va ordonner aux anges de retenir les quatre vents.

Nous voyons ici à travers cette amplification des écrits d’Ellen G. White, une vue derrière-les-coulisses de ce qui se passe vraiment dans cette œuvre du scellement. Donc nous nous penchons ici la période de ce message. Les anges étaient sur le point de lâcher prise de ces vents de guerre, et une chance fut alors pourvue pour que le scellement ait lieu.

Nous posons donc la question : Où ce message du scellement a-t-il lieu dans cette période du temps de la fin, et quand est-ce que cet ange dit aux quatre anges : « Retenez, retenez, retenez » ? Ici j’aimerai lire les paroles de Stephen N. Haskell, l’un des pionniers adventistes. Dans son livre The Cross And Its Shadow (La croix et son ombre), il identifie la période :

Vers 1847-48, le Sabbat commença à être prêché comme le sceau de la loi du Dieu vivant.  {1914 SNH, CIS 363.1}

C’est à ce moment-là que la prédication du Sabbat a commencé : dans cette années 1847 à 1848. Il continue :

En 1848 eut lieu l’un des plus grands bouleversements dans les affaires nationales de l’Europe depuis de nombreux siècles. Des changements importants furent apportés dans certaines des principales nations. En un court laps de temps, nombre des chefs couronnés d’Europe se soumirent au peuple. Il semblait qu’une guerre mondiale était inévitable. [Mais] au milieu de l’agitation et des conflits, un calme soudain apparu. Nul ne pouvait en donner la raison, mais l’étudiant de la prophétie savait que les anges retenaient les vents jusqu’à ce que les serviteurs de Dieu aient pu être scellés au front. {1914 SNH, CIS 363.2}

Est-ce que vous pouvez voir dans ces paroles des pionniers qu’ils étaient très conscients des évènements qui avaient lieu autour d’eux ? Et alors qu’ils observaient les évènements en 1848, ils assistaient à la menace d’une guerre mondiale. Rappelez-vous de ce que nous lisions avant : les anges étaient sur le point de lâcher les vents de guerre, mais Jésus intercédait en faveur de Ses enfants et ordonna aux anges de retenir les vents. C’est pourquoi, « au milieu de l’agitation et des conflits, un calme soudain apparu. » Et comme le frère l’exprima, « l’étudiant de la prophétie savait que les anges retenaient les vents ».

De toute évidence, au vu des paroles des pionniers, nous pouvons voir qu’ils reconnaissaient que l’œuvre du scellement avait commencé en 1848.

Et nous posons la question : Qui était cet ange ?

Qui était cet ange ?

Je demandai à l’ange si vraiment tout le monde était là. Il me dit de regarder dans la direction opposée. Je vis alors un petit groupe qui suivait un étroit sentier. Tous semblaient être parfaitement unis par la vérité en faisceaux, ou groupes. L’ange me dit : “Le troisième ange les rassemble, ou les lie en faisceaux, pour le grenier céleste.” Ce petit groupe avait l’air rongé par les soucis, comme si tous étaient passés par de sévères épreuves ou des luttes terribles. Mais il semblait que le soleil sortait derrière un nuage et illuminait leurs visages, de sorte qu’ils paraissaient triomphants, comme s’ils étaient sur le point de gagner leurs victoires.  {PE 88.2}

Est-ce que vous pouvez voir ici qui est cet ange qui est en train de sceller le peuple de Dieu ? L’ange lui a dit : « Le troisième ange les rassemble, ou les lie en faisceaux, pour le grenier céleste. » Nous nous tournons vers Premier écrits, p. 118, pour une double confirmation :

Je vis ensuite le troisième ange. L’ange qui m’accompagnait me dit : “Son œuvre est redoutable, sa mission est solennelle. Il est l’ange qui doit séparer le bon grain de l’ivraie, et sceller, ou lier, les gerbes pour le grenier céleste. Ces choses devraient occuper tout notre esprit, retenir toute notre attention.”  {PE 118.1}

Le troisième ange est celui qui accomplit cette œuvre du scellement. Et comme les messages du premier et du deuxième avaient déjà eu lieu à partir de 1844, après le grand désappointement ils en sont finalement arrivés en 1848, et c’est là que le message du troisième ange a commencé.

Pour simplement laisser l’Esprit de prophétie nous clarifier encore une fois cela, nous lisons la déclaration suivante :

Lors d’une réunion tenue à Dorchester, dans le Massachusetts, en novembre 1848, on me donna un aperçu de la proclamation du message du scellement et du devoir des frères de publier la lumière qui brillait sur notre chemin.  {LS 125.1}

Très intéressant. Quand a-t-elle reçu cette vision ? En novembre 1848. C’est à ce moment-là qu’elle a pour la première fois reçu un aperçu de la proclamation du message du scellement. Et dans la citation suivante de Premiers écrits, nous lisons aussi :

Satan utilise maintenant tous les moyens, en ce temps de scellement, pour détourner l’esprit du peuple de Dieu de la vérité présente et scellante, et le faire vaciller. J’ai vu que Dieu jetait un manteau sur Son peuple, afin de le protéger pendant le temps de trouble ; et que toute âme qui s’était décidée pour la vérité et dont le cœur était pur, serait couverte par le manteau du Dieu Tout-Puissant.  {PE 43.1}

Pouvez-vous voir une fois de plus la date ? Cette déclaration est issue d’un article de la Review and Herald du 1 août 1849. Et qu’est-ce que Sœur White écrivait ici ? « Satan utilise maintenant tous les moyens, en ce temps de scellement ». Ce temps, maintenant. À cette époque-là, en 1849, Sœur White disait que c’était une réalité présente. « Maintenant …, en ce temps de scellement ». Nous avons un problème aujourd’hui dans les cercles adventistes, c’est qu’ils regardent la question du scellement seulement pour maintenant, mais pas dans le temps de Sœur White. Mais selon ce que nous venons de lire, les anges étaient sur le point de lâcher prise des vents en 1848, mais reçurent l’ordre de les retenir, parce qu’il fallait que le scellement s’accomplisse. Et pour cette raison-là, l’Esprit de prophétie déclare très clairement que c’était déjà une réalité présente en 1848. Et nous voyons dans les écrits de l’Esprit de prophétie que depuis ce temps-là les anges retiennent les vents, face aux dangers continuels des circonstances éruptives des derniers jours.

Le scellement au milieu d’évènements graves et solennels

Sœur White écrit :

Nous nous trouvons au seuil d’événements graves et solennels. Les prophéties s’accomplissent. Une histoire étrange et pleine d’intérêt s’inscrit dans les livres du ciel — événements prédits comme devant précéder de peu le grand jour de Dieu. Tout dans le monde est dans un état instable. Les nations sont irritées, et l’on fait de grands préparatifs de guerre. Une nation conspire contre une nation, un royaume contre un royaume. Le grand jour de Dieu est proche. Toutefois, bien que les nations rassemblent leurs forces en vue de la guerre et de l’effusion de sang, l’ordre est encore donné aux anges de retenir les quatre vents jusqu’à ce que les serviteurs de Dieu soient scellés au front.  {MC1 259.3} (THE REVIEW AND HERALD, JAN. 28, 1909.)

Sœur White décrit les terribles dangers qui menaçaient le monde déjà à partir de 1848. « Événements prédits comme devant précéder de peu le grand jour de Dieu. » « Tout dans le monde est dans un état instable. » Qu’est-ce que c’est ? « Les nations sont irritées, et l’on fait de grands préparatifs de guerre. » Sœur White a écrit cela en 1909, juste avant la Première Guerre mondiale. À cette époque-là dans laquelle elle vivait, les nations faisaient des préparatifs de guerre.

Première et Seconde Guerre mondiale

Remarquez la description de ce que Sœur White annonçait pour son époque :

On m’a montré les habitants de la terre dans la plus grande confusion. Guerres, effusions de sang, carences, famines et épidémies régnaient dans le pays. Alors que ces choses entouraient le peuple de Dieu, ils commencèrent à se rapprocher les uns des autres, et à mettre de côté leurs petites difficultés. Leur dignité personnelle ne les contrôlait plus ; une profonde humilité prit sa place. Les souffrances, le désarroi et la disette faisait reprendre à la raison son trône ; l’homme passionné et irrationnel devenait sensé, et faisait preuve de sagesse et de discernement. {1T 268.1}

Mon attention fut ensuite attirée loin de la scène. Il semblait y avoir un court temps de paix. Une fois de plus les habitants de la terre me furent présentés, et de nouveau tout était dans une confusion extrême. En tous lieux, le conflit, la guerre, des effusions de sang, des famines et des épidémies faisaient rage. D’autres nations étaient également engagées dans cette guerre et cette confusion. La guerre amena la famine. La pénurie et les effusions de sang causèrent des épidémies. Et les hommes rendaient “l’âme de frayeur, dans l’attente des choses qui surviendront sur la terre”. {1T 268.2}

Sœur White a écrit ceci bien avant la Première Guerre mondiale. On lui a montré [en vision] ce qui allait se produire à l’avenir. Que décrivait-elle dans ce que nous venons de lire ? Une terrible guerre avait lieu. « Les habitants de la terre [étaient] dans la plus grande confusion. » Et tandis que tout cela avait lieu, les enfants de Dieu « commencèrent à se rapprocher les uns des autres ». Ensuite elle vit un court temps de paix. Et après que ce court temps de paix se soit écoulé, encore une fois, la guerre. Est-ce que vous voyez ce que les anges faisaient ? Ils ont lâché prise pendant un certain temps durant la Première Guerre mondiale. Et cela a poussé les enfants de Dieu à se rapprocher les uns des autres. Mais le peuple de Dieu n’était pas encore complètement scellé. Donc les anges ont dû retenir de nouveau les vents et il y eu un court temps de paix. Et puis encore une fois ils ont lâché prise : c’était la Seconde Guerre mondiale. Pouvez-vous voir les deux guerres mondiales dans sa prévision ? Nous pouvons aujourd’hui regarder en arrière et voir exactement ce qu’elle décrivait ici. Donc nous lisons qu’à partir de ce temps de la Seconde Guerre mondiale, les hommes « rendaient “l’âme de frayeur, dans l’attente des choses qui surviendront sur la terre”. » Nous savons très bien qu’après la Seconde Guerre mondiale il y a eu cette guerre froide entre les États-Unis et l’URSS. Les désastres qui menaçaient le monde ne faisaient que s’empirer. Pouvons-nous voir ici les anges lâcher prise et puis retenir, lâcher prise et puis retenir, parce qu’il y a encore un grand nombre du peuple de Dieu qui ne sont pas scellés ?

Nous lisons la citation suivante pour voir combien ces choses-là sont décrites de manière réaliste dans l’Esprit de prophétie :

Jean écrit : « Puis je regardai, et j’entendis la voix de plusieurs anges autour du trône. » Des anges étaient unis dans l’œuvre de Celui qui avait rompu les sceaux et pris le livre. Quatre anges puissants retiennent les pouvoirs de cette terre jusqu’à ce que les serviteurs de Dieu aient été scellés sur leur front. Les nations du monde sont avides de conflits, mais elles sont retenues par les anges. Lorsque ce pouvoir restrictif aura été ôté, il y aura un temps de trouble et d’angoisse. Des instruments de guerre mortels seront inventés. Des vaisseaux, avec leur cargaison vivante, seront ensevelis dans les grandes profondeurs. Tous ceux qui n’ont pas l’esprit de la vérité s’uniront sous la direction des forces sataniques. Mais ils resteront sous contrôle jusqu’à ce que vienne le temps de la grande bataille d’Armageddon.  {7BC 967.8}

Des anges encerclent le monde, refusant à Satan ses revendications à la suprématie, qu’il fait en raison de la vaste multitude de ses adeptes. Nous n’entendons pas les voix, nous ne voyons pas avec la vue naturelle l’œuvre de ces anges, mais leurs mains sont liées autour du monde, et avec une vigilance sans sommeil ils tiennent les armées de Satan à distance jusqu’à ce que le scellement du peuple de Dieu ait été accompli.  {7BC 967.9}

Lorsque vous méditez ces paroles, nous voyons très clairement que c’est ce qui se passe depuis le temps de la Seconde Guerre mondiale. Des instruments de guerre mortels ont été inventés ; depuis la Seconde Guerre mondiale cela n’a pas cessé de s’intensifier. Si vous avez suivi ne serait-ce qu’un peu l’actualité sur la guerre en Ukraine, les instruments de guerre sont de plus en plus avancés et capables d’aller droit à leur cible. Et nous savons que l’arsenal nucléaire est également conçu de manière très élaborée et prêt à être employé à tout moment. Donc nous avons ici les vents de conflits et de guerre qui sont retenus depuis 1848 tout le long jusqu’à la Première et la Seconde Guerre mondiale, et jusqu’à aujourd’hui. Pendant encore combien de temps ? « Jusqu’à ce que nous ayons scellé au front les serviteurs de notre Dieu. »

Avez-vous saisi le langage ? « Jusqu’à ce que nous ayons scellé … » En d’autres termes, il y a là une activité multipliée avec de plus en plus anges impliqués dans cette œuvre. C’est ce que nous pouvons voir dans Apocalypse 14:6-12. Nous connaissons tous ces messages des trois anges ; il y a le premier ange, le deuxième ange et le troisième ange : ils sont sans cesse en train de mener à bien leur œuvre. Puis vient la suite dans Apocalypse 18:1-4, où nous avons cet autre ange et puis cette autre voix du ciel.

À partir de cette date de 1844 jusqu’à notre temps aujourd’hui, les anges accomplissent leur œuvre. Donc nous avons identifié le temps où ils ont commencé à accomplir leur œuvre de scellement, et quelle a été l’œuvre de ces anges tout le long ?

Le sceau invisible : un affermissement spirituel et intellectuel dans la vérité

Quel est le sceau du Dieu vivant qui est placé sur le front de son peuple ? C’est une marque que peuvent lire les anges, mais pas les yeux des hommes ; car l’ange destructeur doit voir cette marque de rédemption.  {4BC 1161.4}

Donc le sceau sur le front est quelque chose que seuls les anges peuvent lire. Parce que les anges sont à l’œuvre pour sceller le peuple de Dieu.

Aussitôt que chaque membre du peuple de Dieu sera marqué sur son front — il ne s’agit pas d’un sceau ou d’une marque visibles, mais d’un affermissement dans la vérité, tant sur le plan intellectuel que spirituel, de sorte qu’ils ne puissent plus être ébranlés…. {EDJ 166.4}

C’est cela le scellement. Le scellement dans le front c’est un affermissement dans la vérité, tant sur le plan intellectuel que spirituel. C’est ce que les anges font avec le peuple de Dieu : ils les affermissent dans la vérité. Donc vous pouvez voir que c’est une activité et une œuvre qui prends un certain temps. Cela implique l’expérience de toute une vie.

Apocalypse 7:13 Puis un des Anciens prit la parole, et me dit : Ceux qui sont vêtus de robes blanches, qui sont-ils, et d’où sont-ils venus ? 14  Et je lui dis : Seigneur, tu le sais. Et il me dit : Ce sont ceux qui sont venus de la grande tribulation, et qui ont lavé leurs robes, et ont blanchi leurs robes dans le sang de l’Agneau.

Donc ici nous pouvons voir cette œuvre ; qu’est-ce que ce scellement implique ? Être affermis dans la vérité, à la fois sur le plan intellectuel et spirituel, traverser de grandes tribulations et laver nos robes dans le sang de l’Agneau afin qu’elles puissent être blanchies. C’est la description que nous avions lu dans Apocalypse chap. 14, versets 1 à 5. Qu’est-ce que c’était ? Ils en sont arrivés à un point où ils étaient sans tâche devant le trône de Dieu.

Apocalypse 14:4 Ce sont ceux qui ne se sont point souillés avec les femmes ; car ils sont vierges.

Ils ne s’étaient point souillés avec les fausses Églises.

Apocalypse 14:5 Et il ne s’est point trouvé de fraude dans leur bouche; car ils sont sans tache devant le trône de Dieu.

Ils ont lavé leurs robes, leurs caractères, et les ont blanchies dans le sang de l’Agneau. N’est-ce pas cela être affermis dans la vérité, tant sur le plan intellectuel que spirituel ?

Nous lisons cela d’avantage dans les paroles de Daniel chap. 12.

Daniel 12:9 Et il dit : Va, Daniel, car ces paroles sont cachées et scellées jusqu’au temps de la fin. 10 Plusieurs seront purifiés, blanchis et éprouvés, mais les méchants agiront avec méchanceté, et aucun des méchants ne comprendra, mais les intelligents comprendront.

Nous voyons très clairement ici que les 144 000 sont le peuple qui vit au temps de la fin, un temps durant lequel les hommes seront purifiés, blanchis et éprouvés. La parabole des vierges sages et folles entre ici en scène. Seules les sages comprendront. Les 144 000 sont les vierges sages. Il y a beaucoup de vierges folles qui ne comprennent pas. Nous voyons donc le message du scellement compris et englobé dans de nombreux passages qui nous décrivent l’expérience de toute une vie de ces personnes-là à partir de 1848. Et quand est-ce que cette œuvre prendra fin ?

Fin du scellement

Quand le message du troisième ange aura achevé son œuvre, la miséricorde divine cessera d’intercéder en faveur des coupables habitants de la terre. La tâche du peuple de Dieu sera terminée. Ils ont reçu « la pluie de l’arrière-saison », les « temps de rafraîchissement de la part du Seigneur » ; et ils sont prêts à affronter l’heure de l’épreuve qui les attend. Les anges s’affairent entre le ciel et la terre. Un ange revenu de la terre annonce que sa mission est finie, que le monde a subi sa dernière épreuve, et que tous ceux qui ont été fidèles aux préceptes divins ont reçu « le sceau du Dieu vivant ». Alors Jésus qui, dans le sanctuaire céleste, a mis un terme à Son intercession, lève les mains et s’écrie d’une voix forte : « C’en est fait ! » Puis, tandis que toutes les armées angéliques déposent leurs couronnes, il proclame solennellement : « Que celui qui est injuste, soit encore injuste ; que celui qui est souillé, se souille encore ; et que celui qui est juste, devienne plus juste encore ; et que celui qui est saint, se sanctifie encore davantage. » Apocalypse 22:11. Le sort de tous les hommes a été décidé, soit pour la vie, soit pour la mort. Christ a fait la propitiation pour Son peuple, et Il a effacé ses péchés. Le nombre de Ses sujets est complet. « Le règne, et la domination et la grandeur des royaumes qui sont sous tous les cieux, » sont sur le point d’être donnés aux héritiers du salut ; Jésus va régner comme Roi des rois et Seigneur des seigneurs.  {TS 665.2}

Avez-vous pu clairement comprendre quand est-ce que l’œuvre du scellement prend fin ? Lorsque Jésus met fin à Son œuvre dans le sanctuaire céleste, lorsque le temps de grâce prend fin. L’ange qui scellait le peuple de Dieu termine maintenant son œuvre et remonte au ciel. « Le sort de tous les hommes a été décidé, soit pour la vie, soit pour la mort. Le nombre de Ses sujets est complet. » Donc, à partir de 1848 jusqu’à la fin du temp de grâce, le tableau est clair.

Maintenant une question se pose à nous. De nombreuses personnes pensent que les 144 000 seront vivants lorsque Jésus revient. Mais si le scellement a commencé en 1848, il y a beaucoup de personnes parmi eux qui sont déjà mortes. Quelle est donc la vérité par rapport à ces personnes-là qui sont mortes dans la foi à ce message du troisième ange ? Il faut qu’elles soient en vie lorsque Jésus revient.

Nous lisons les paroles d’Apocalypse 14 au sujet de ces personnes qui gardent les commandements de Dieu et la foi de Jésus. Qu’est-il écrit au verset 13 ?

Apocalypse 14:13 Et j’entendis une voix du ciel qui me disait : Écris : Heureux dès à présent les morts qui meurent dans le Seigneur ! Oui, dit l’Esprit, car ils se reposent de leurs travaux, et leurs œuvres les suivent.

Le message du troisième ange contient cet élément particulier. Rappelez-vous, c’est lui le troisième ange l’ange qui scelle le peuple de Dieu. Et ici, dans le contexte du message du troisième ange, nous lisons : « J’entendis une voix du ciel qui me disait : Écris : Heureux dès à présent les morts qui meurent dans le Seigneur !  Oui, dit l’Esprit, car ils se reposent de leurs travaux, et leurs œuvres les suivent. » Quelles sont leurs œuvres qui doivent les suivre ? Lisons-le dans l’Esprit de prophétie :

Définition spirituelle du sceau

L’amour s’exprime par l’obéissance, et l’amour parfait bannit la crainte. Ceux qui aiment Dieu portent le sceau de Dieu sur le front et accomplissent les œuvres de Dieu.  {EDJ 167.7}

Ce sont ceux qui ont vaincu le monde, la chair et le diable qui constitueront les élus qui recevront le sceau du Dieu vivant.  {EDJ 167.8}

Pouvez-vous voir les œuvres ici ? Pouvez-vous voir les œuvres qui sont exigées ? L’obéissance et l’amour parfait sont inclus dans tout cela ; ils accomplissent les œuvres de Dieu, ils vainquent le monde, la chair et le diable.

Sommes-nous en train de livrer le combat à l’aide de toutes les forces que Dieu nous a données afin d’atteindre la stature d’hommes et de femmes en Christ ? Recherchons-nous Sa plénitude, atteignant des objectifs toujours plus élevés, nous efforçant de réaliser la perfection de Son caractère ? Lorsque les serviteurs de Dieu auront atteint ce point, ils seront scellés sur leur front. L’ange qui recense déclarera : “C’en est fait.” Ils seront parfaits en Lui à qui ils appartiennent par création et par rédemption.  {EDJ 167.9}

Donc voilà leurs œuvres. Heureux dès à présent les morts qui meurent dans le Seigneur ! Leurs œuvres les suivent. Ils obtenaient la victoire sur le monde, la chair et le diable ; ils s’efforçaient de toute leurs forces d’atteindre la stature d’hommes et de femme en Christ ; ils s’efforçaient de réaliser et d’atteindre la perfection de Son caractère. Et quand ils en étaient arrivés à ce point, que se passait-il ? Ils étaient scellés en leurs fronts. Depuis 1848, c’est exactement ce que ces âmes fidèles faisaient. Et ils sont heureux s’ils doivent mourir le long du chemin. Ils étaient affermis dans la vérité, tant sur le plan intellectuel que spirituel. Mais ils sont morts avant la venue de Jésus. Qu’arrive-t-il donc pour eux ? Quelle est la bénédiction prononcée sur eux ?

Scellées et morts dans la foi au troisième ange

Daniel 12:2 Et plusieurs de ceux qui dorment dans la poussière de la terre se réveilleront, les uns pour la vie éternelle, les autres pour l’opprobre et une infamie éternelle. 3 Ceux qui auront été intelligents brilleront comme la splendeur de l’étendue, et ceux qui en auront amené plusieurs à la justice brilleront comme des étoiles, à toujours et à perpétuité.

Que lisons-nous ici ? Des personnes qui sont mortes ressusciteront à ce moment-là, les uns pour la vie éternelle, les autres pour l’opprobre et une infamie éternelle. Quand est-ce que cet évènement a lieu ? Jésus termine Son œuvre [dans le sanctuaire céleste] au verset 1 et ensuite il y a un temps de détresse tel qu’il n’y en a jamais eu auparavant. Et que se passera-t-il pendant ce temps de détresse ? Que se passera-t-il pendant les plaies ?

C’est au coup de minuit que Dieu manifeste Sa puissance pour délivrer Son peuple. Le soleil paraît dans tout son éclat. Des signes et des prodiges se suivent en succession rapide. Les méchants observent cette scène avec terreur, tandis que les justes contemplent d’une joie solennelle les gages de leur délivrance. Tout dans la nature semble avoir abandonné sa marche ordinaire. Les cours d’eau cessent de couler. De lourds et sombres nuages se lèvent et s’entrechoquent. Au milieu d’un ciel irrité, on distingue un espace clair, d’une gloire indescriptible ; la voix de Dieu en sort semblable au bruit des grandes eaux, et proclame : « C’en est fait. » Apocalypse 16:17.  {TS 690.3}

Cette voix ébranle les cieux et la terre. Il se produit « un grand tremblement de terre ; un si grand tremblement, qu’il n’y en avait jamais eu de pareil depuis qu’il y a des hommes sur la terre. » Versets 17, 18.  {TS 691.1}

Donc pendant cette terrible plaie, la septième, il y a ce terrible tremblement de terre, et que se passe-t-il ?

Des sépulcres s’ouvrent, et « plusieurs de ceux qui dorment dans la poussière de la terre se [réveillent], les uns pour la vie éternelle, les autres pour l’opprobre et une infamie éternelle. » Daniel 12:2. {TS 691.2}

Jésus n’est pas encore revenu ici. Cela fait encore partie des plaies.

Tous ceux qui sont morts dans la foi au message du troisième ange sortent glorifiés de leurs tombeaux pour entendre Dieu proclamer l’alliance de paix conclue avec ceux qui ont gardé Sa loi. « Ceux même qui l’ont percé » (Apocalypse 1:7), ceux qui se sont moqués des dernières agonies de Christ, ainsi que les ennemis les plus acharnés de Sa vérité et de Son peuple, ressuscitent pour le contempler dans Sa gloire et voir les honneurs conférés aux fidèles et aux obéissants.  {TS 691.2}

Ce sont ici, au début de ce passage, la partie des 144 000 qui se réveillent pour la vie éternelle. Et ceux qui l’ont percé ressuscitent également. Et c’est de cette manière que la partie des 144 000 qui est morte sera ressuscitée pour pouvoir voir Jésus à Son avènement.

La grande multitude

Pendant toute cette période à partir de 1848 jusqu’à [aujourd’hui], la composition des 144 000 a lieu. Mais il y a eu beaucoup de sincères chrétiens qui ont vécu en accord avec la vérité qu’ils avaient ; mais ils n’ont jamais été mis à l’épreuve sur la vérité du Sabbat, et ils sont morts sans être scellés parmi les 144 000. Seront-ils sauvés ? Rappelez-vous, il y a aussi une grande multitude dans Apocalypse 7:9. Se peut-il qu’ils se retrouvent parmi cette grande multitude ? C’était là la question : « Jusqu’à quelle période y aura-t-il des personnes sauvées parmi la grande multitude ? » C’est ce que nous allons maintenant voir à travers les dernières citations suivantes.

Jusqu’à quand ces personnes peuvent continuer à être sauvées, quand bien même ils n’observent pas le Sabbat comme le sceau de Dieu ?

La marque de la bête et le dimanche

Au temps de Sœur White, écoutez attentivement ce qui pouvait être dit :

Personne n’a encore reçu la marque de la bête. — Evangelism, 234 (1899)  {EDJ 169.7}

L’observation du dimanche n’est pas encore la marque de la bête, et ne le sera pas jusqu’au décret ordonnant aux hommes de célébrer un culte à ce sabbat idolâtre. Le temps va venir où ce jour servira de test, mais ce temps n’est pas encore venu. — The S.D.A. Bible Commentary 7:977 (1899).  {EDJ 169.8}

Ceci a été écrit en 1899. Nous continuons :

Dieu a donné le Sabbat aux hommes comme un signe entre Lui et eux, comme un test de leur loyauté à Son égard. Ceux qui, après avoir reçu la lumière sur la loi de Dieu, continuent à désobéir et à exalter les lois humaines au-dessus de la loi de Dieu pendant la grande crise à laquelle nous allons être confrontés, recevront la marque de la bête. — Evangelism, 235 (1900).  {EDJ 169.9}

Le Sabbat sera le grand test de fidélité, car c’est le point de vérité spécialement controversé. Lorsque le test final surviendra sur les hommes, alors sera tracée la ligne de démarcation entre ceux qui servent Dieu et ceux qui ne le servent pas.  {EDJ 170.1}

Donc que voyons-nous ici ? Quand sera le temps où la grande multitude n’est plus applicable ? Quand le grand test final viendra. Quand ce test sera venu, il n’y aura personne, hormis les 144 000, qui sera en mesure de subsister. Jusqu’à ce temps-là, il y aura beaucoup de personnes qui pourront mourir et qui seront sauvées sans pour autant avoir reçu le sceau du Sabbat. Quoiqu’ils observent le dimanche, ils aiment Dieu de tous leurs cœurs ; ils n’ont jamais été testé sur la question du Sabbat, et ils se retrouveront donc parmi la grande multitude. Mais quand ce test final viendra, alors il n’y aura plus d’occasion pour eux d’être sauvés à moins d’observer le Sabbat.

Conclusion

Nous en venons maintenant à la conclusion de notre étude sur le scellement. Ceci nous amènera à notre prochaine étude sur l’augmentation du grand cri. Mais avant de conclure, réfléchissons un moment.

Nous étudions ici une révélation du caractère de Dieu qui attends patiemment. Il nous donne, afin d’être scellés, une vie toute entière pour nous purifier de toute souillure, jusqu’à ce que nous ayons compris tout ce que nous avons besoin de comprendre pour être scellés parmi les 144 000. Quel Dieu est le nôtre. Combien Il travaille, jusqu’à ce que nous acceptions ou rejetions. C’est ici que nous vient cette belle conclusion :

2 Pierre 3:8 Toutefois, bien-aimés, n’ignorez pas une chose, c’est que pour le Seigneur un jour est comme mille ans, et mille ans sont comme un jour. 9 Le Seigneur ne retarde point l’exécution de sa promesse, comme quelques-uns croient qu’il y ait du retard; mais il use de patience envers nous, ne voulant point qu’aucun périsse, mais que tous viennent à la repentance.

Loué soit le Seigneur ; Il use de patience envers nous. Donc frères et sœurs, j’espère que ce sujet est clair pour vous, mais si vous avez encore des questions, par la grâce de Dieu, nous chercherons à y répondre.


Questions et Réponses

  • 1er échange (Les 144 000 : symbolique ou littéral ?) :

Question Frère A. : Quand je parle avec les adventistes à propos des 144 000, ils disent toujours à propos des 144 000 : C’est symbolique. Et ce n’est pas seulement les 144 000 ; c’est tout le livre de l’Apocalypse. Après j’entends avec les études de la Réforme que les 144 000 ce n’est pas symbolique, c’est littéral. Je voulais être sur : Est-ce que les 144 000, c’est une question symbolique ou littérale ?

Réponse Frère John : Eh bien, la réponse est très claire lorsque nous lisons. J’insiste toujours sur le fait de lire tel que c’est écrit. Quand nous lisons dans Apocalypse chap. 7, verset 4, qu’a-t-il entendu ? « Et j’entendis le nombre de ceux qui avaient été marqués : » Et donc combien avaient été marqués, ou scellés ? « Cent quarante-quatre mille marqués d’entre toutes les tribus des enfants d’Israël. » Vous voyez, on doit lire la Bible tel qu’elle est écrite. Le nombre de ceux qui avaient été marqués était de cent-quarante-quatre mille. Puis nous nous tournons vers Apocalypse 14:1. Qu’est-il écrit ici : « Je regardai ensuite, et voici l’Agneau se tenait sur la montagne de Sion, et avec lui cent quarante-quatre mille personnes, qui avaient le nom de son Père écrit sur leurs fronts. » Donc Jésus se tient là, et avec Lui quoi ? « Cent quarante-quatre mille personnes. » En anglais, dans la Bible King James, nous lisons qu’il y avait avec Lui « an hundred forty and four thousand ». Dans notre langue, cela veut dire exactement cent quarante-quatre mille. Voilà une lecture simple de la Bible. Sœur White nous déclare aussi [dans Premier écrits, p. 15.1] qu’elle aperçut en vision « les justes vivants, au nombre de 144 000 ». C’est la meilleure façon de répondre à cette question : tel que c’est écrit. Ceux qui disent que c’est un nombre symbolique ne lisent pas tel que c’est écrit.

Frère A. : Ils ont lu le verset, mais je n’ai pas compris pourquoi ils continuent de dire que c’est symbolique.

Frère John : C’est parce qu’ils n’aiment pas la pensée qu’il n’y a que 144 000 personnes scellées à partir de 1848. Ils n’aiment pas cette pensée et c’est pour cette raison qu’ils veulent mettre une autre pensée dans ce texte. C’est la même raison pour laquelle les observateurs du dimanche ne veulent pas garder le Sabbat.

Frère A. : Et c’est peut-être aussi la raison, quand je parle avec eux, qu’ils ne sont pas d’accord que seulement 144 000 personnes seront sauvées. Ils me disent : « Ce n’est pas possible ! Tu vois dans le monde, il y a beaucoup d’adventistes ; alors tu me dis que dans tous ces milliers d’adventistes, il y aura seulement 144 000 de sauvés. » Alors pour eux, ce n’est pas possible.

Frère John : J’aimerais te répondre brièvement sur ce point. As-tu remarqué, par rapport au passage d’Apocalypse 14:13, que leurs œuvres les suivent, ce qui veut dire qu’ils sont menés à la perfection ? Combien d’adventistes du septième jour aujourd’hui croient que nous pouvons être parfaits ? Ils ne croient même pas que l’on puisse parvenir à la perfection en Jésus-Christ. Ils disent : « C’est impossible pour nous d’être parmi les 144 000 s’ils doivent être parfaits. »

Frère A. : Et c’est ce que j’ai compris aussi en parlant avec eux ; ils me disent : « Ce n’est pas possible d’arriver à 100%. »

Frère John : Mais lorsque nous étudions ce sujet comme je viens de le faire, plus vous vous penchez sur la question, plus vous comprenez que c’est [en fait] un grand nombre. Aujourd’hui, il y a si peu de personnes qui suivent vraiment le Seigneur tel que c’est écrit, qui vivent en harmonie avec ce qui est écrit. Demandez leur juste avec quelle attention ils observent le Sabbat. Observent-ils vraiment le Sabbat comme il faut ? Nous vivons en des temps terribles. Quand le test final entrera en vigueur, la grande majorité des habitants de cette planète ne sera pas sauvée ; seul un petit nombre le sera. Et cette question trouvera une réponse dans nos prochaines études sur le criblage et le grand cri.

  • 2ème échange (Quelle est la marque ?) :

Question Frère B. : Dans le message du troisième ange, je remarque qu’on parle aussi d’une marque — une marque soit sur le front soit sur la main. J’aimerai savoir : Cette marque, c’est par rapport à quoi ? Parce que dans Apocalypse chap. 13, versets 13 à 18, il y a écrit : « Que celui qui a de l’intelligence, compte le nombre de la bête, car c’est un nombre d’homme, et son nombre est six cent soixante-six. » Moi, ce que j’ai compris : Pour le Covid, quand j’ai analysé ça, ce n’est pas un hasard. Les élites, ils ont remarqué qu’on est nombreux dans ce monde ; on est arrivé à un chiffre de 8 milliards. Donc ils ont décidé de réduire la population. Mais non seulement de réduire la population ; il y a une autre pensée derrière. C’est-à-dire, faire un test. C’est pour ça qu’on dit Covid-19 ; c’est un virus précis, c’est-à-dire fabriqué par un homme. Ils vont envoyer ça pour créer suffisamment de panique, et quand le monde sera paniqué, ils vont dire : Maintenant on va vous soigner. Eux, ils s’en fichent que les gens meurent ; leur but c’était de faire un test et ça a marché. Quand on dit : « Fermez les églises, fermez les écoles », tout le monde se soumet. Maintenant, quand une vraie marque va venir où on va te dire : « Tu ne peux plus ni vendre ni acheter, on ne te soigne plus, tu n’as plus de chauffage, tu n’as plus d’accès à la banque », c’est là qu’ils veulent en venir en fait pour réaliser ça, parce que Dieu a mis ça dans leurs cœurs pour exécuter Son dessein. Maintenant cela a un rapport avec la technologie. Je détiens dans ma main une information sur une puce qui n’est pas plus grosse qu’un grain de riz. Ils veulent contrôler le monde. Cette marque va aller jusqu’à contrôler l’homme. Maintenant, excusez-moi, ce rôle du dimanche ne peut pas me contrôler. Et cette petite puce qui a une intelligence qui vient de Rome, elle peut me contrôler. Donc ma question, la voici : Quelle est cette marque dont l’ange nous parle ici dans son message ?

Réponse Frère John : Eh bien, c’est un sujet que je pensais être compris par tout adventiste du septième jour. Le dimanche est la marque de la bête, la marque de l’autorité de la papauté. L’autorité de l’Église papale c’est le dimanche ; ils sont très clairs eux-mêmes à ce sujet. Et tous les écrits de Sœur White décrivent précisément cela. Cette situation du Covid est un mouvement de pièces dans le grand jeu d’échecs avant le test final. La vaccination, ou bien quoi que ce soit d’autre lié au Covid, n’a rien à voir, pour le moment, avec le test sur la question du Sabbat et du dimanche. Le sceau de Dieu, c’est le Sabbat ; c’est écrit très clairement. Et quand le test final opposant le Sabbat au dimanche frappera et que nous serons appelés à nous soumettre aux pouvoirs en place dans l’observation du dimanche ; lorsque cela sera mis en vigueur à notre détriment, alors nous saurons que c’est le test final. Mais jusqu’à ce temps-là, nous n’aurons pas à nous inquiéter de quoi que ce soit d’autre, parce que nous pourrons toujours rester fidèles à notre position de non-vaccination ; cela n’est pas du tout un problème pour nous.

Frère B. : Ce qui m’inquiète ce n’est pas le vaccin. Ce qui m’inquiète c’est cette marque. Il y a un code : 666. Ça a un rapport avec la loi du dimanche ?

Frère John : Eh bien, seulement dans le sens que le nombre de la papauté, le titre du pape, est 666 — Vicarius Fili Dei. Le fait est que, si nous nous inclinons devant leur loi du dimanche, en violation de notre Sabbat, alors nous nous soumettons au 666, qui est le contrôle papal.

Frère B. : D’accord.

Frère John (s’adressant à Fr. Victor) : Si tu peux juste leur transmettre que le problème repose sur notre condition spirituelle, non pas sur l’aspect physique d’une marque quelconque qui serait placée sur le front ou sur la main. C’est en tous points une expérience spirituelle.

Frère Victor : La question est spirituelle. Ce n’est pas tant une question physique, d’une marque physique, ou d’une puce physique, qui serait appliquée soit sur le front soit sur la main. La question est spirituelle ; c’est celle de notre spiritualité, de notre caractère. Nous sommes scellés « en notre front », dans notre cerveau. Dans la Bible KJV, en anglais, il est écrit, littéralement : « en leurs fronts ». Ce n’est pas quelque chose de superficiel ; c’est quelque chose à l’intérieur, le lobe frontal, là où nous avons nos décisions, en bien ou en mal, là où nous formons notre caractère, qui nous sommes. C’est là que nous sommes scellés — en. Cela n’a rien à voir avec une puce.

Frère B. : D’accord, c’était ma question. Merci.

  • 3ème échange (La grande multitude) :

Question Sœur A. : Dans notre étude, il y avait le verset d’Apocalypse chap. 7, le verset 9. Alors on parle ici d’une [grande] multitude, ou « d’une grande foule ». Donc d’où vient cette grande foule ? Parce qu’il y a les 144 000, donc à partir de 1848. Donc ma question c’est : Qui est la grande foule ? Et à partir de quand cette grande foule [commence-t-elle] ?

Réponse Frère John : Depuis Adam jusqu’au test final.

Sœur A. : Ah, donc ça rentre alors pour les personnes qui gardent le dimanche et qui aiment le Seigneur, sans connaître le Sabbat ?

Frère John : C’est bien ça. C’est exactement ce que j’ai lu.

Sœur A. : Ok, c’est bon.

  • 4ème échange (Des êtres humains ou des vrais anges ?) :

Question Sœur A. : Ma deuxième question : On lit, toujours dans le chapitre 7, au verset 2 : « Et je vis un autre ange, qui montait du côté du soleil levant, et qui tenait le sceau du Dieu vivant ; il cria d’une voix forte aux quatre anges à qui il avait été donné de faire du mal à la terre et à la mer… » Donc ma question c’est [concernant] les quatre anges qui tiennent les quatre vents. Alors, en parlant des anges, dans le chapitre 14, du verset 6 à 9, on nous parle aussi de trois anges. On comprend très bien les trois anges — le premier, le deuxième et le troisième — on comprends très bien, depuis William Miller, avec les cinquante mille personnes, et au temps de Sœur Ellen White le troisième ange. Maintenant ma question : Les quatre anges qui tiennent les quatre vents, qui sont-ils ? Est-ce que ce sont des vrais anges ou des personnes ?

Réponse Frère John : Je lisais juste avant que Sœur White dit que les anges « encerclent le monde » [7BC 967.9]. Ce sont des anges littéraux qui retiennent les forces de la corruption morale humaine et de la nature qui sont toutes prêtes à détruire la planète. Ce ne sont pas des êtres humains ; ce sont des anges, des anges littéraux.

Sœur A : Des anges littéraux ?

Frère Victor : Oui, des vrais anges, des anges réels.

Sœur A : Pas dans la compréhension des trois anges alors ?

Frère John : Oui, nous aborderons cela aussi dans la prochaine étude. Sœur White écrit que les anges qui accomplissent cette œuvre consistant à sceller le peuple de Dieu, représentent les hommes et les femmes qui travaillent « en harmonie avec l’univers du ciel » [MC2 446.1]. Parce qu’ils travaillent en harmonie avec les anges de l’univers. Les anges littéraux dans le ciel travaillent en coopération avec des êtres humains.

Sœur A : Ok, ce sont mes deux questions pour ce soir. Merci.

Frère John : J’aimerais juste vous lire une citation : « Les agents humains sont les mains dont se servent les agents célestes, car les anges du ciel utilisent des mains humaines pour exercer dans la pratique leur ministère. En tant qu’auxiliaires, les agents humains doivent tirer parti de la connaissance et des facultés des êtres célestes. En s’unissant à ces forces toutes-puissantes, nous bénéficions de leur éducation et de leur expérience supérieures. Ainsi, tandis que nous devenons participants de la nature divine, et que nous éliminons l’égoïsme de notre vie, des talents particuliers nous sont donnés nous permettant de nous aider les uns les autres. Tel est le moyen que le ciel emploie pour dispenser la puissance salvatrice. » (EMS2 787.1) Les anges et les êtres humains collaborent.

Sœur A : D’accord, merci frère.

Frère John : Avec plaisir.

Publié le 13/12/2022, dans Conférence août 2022, et tagué , , , , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :