Notre Médecin | Le dilemme vaccinal

Par John Thiel (étude en anglais, pdf)

Lecture biblique : Exode 15:26 Et il dit : Si tu écoutes attentivement la voix de l’Éternel ton Dieu, si tu fais ce qui est droit à ses yeux, si tu prêtes l’oreille à ses commandements et si tu gardes toutes ses ordonnances, je ne t’infligerai aucune des maladies que j’ai infligées à l’Égypte ; car je suis l’Éternel qui te guérit.

Le grand Médecin est maintenant là. Oh, écoute la voix de Jésus… Que dit Dieu ? Je suis l’Éternel qui te guérit. Dans la traduction allemande, il est écrit : « Je suis le Seigneur ton Guérisseur / ton Médecin. »

C’est là un sujet tellement important dans les circonstances qui nous entourent actuellement. J’aimerai vous partager, à travers les paroles du Médecin, la nourriture au temps convenable et appropriée pour ce temps. Quelle est la nourriture au temps convenable ? Comment devrions-nous réagir aux craintes et aux circonstances associées à la pandémie actuelle qui nous entoure ? Que devons-nous faire dans une période comme celle-ci, avec tous les ordres du monde allopathique autour de nous ? L’allopathie c’est la pratique générale du monde médical autour de nous consistant à traiter les maladies par des médicaments. Ils ont provoqué des circonstances qui font que le gouvernement nous impose maintenant des règles qui sont stipulées par la médecine allopathique.

Comment nous positionner ?

En tant qu’enfants de Dieu, devrions-nous prendre part à l’activisme des antivax d’aujourd’hui ? Devrions-nous y participer ? D’ailleurs, sommes-nous des antivax ? Si vous lisez et si vous étudiez attentivement les situations actuelles qui ont été prédites par l’Esprit de prophétie et dans les prophéties pour leurs expériences, du temps de Sœur White, vous réaliserez que Sœur White et les adventistes de son temps vivaient en fait à l’époque de la variole et de la polio, et dans le cadre de leur travail missionnaire ils ont aussi souffert du paludisme. Certaines personnes sont même mortes de ces terribles maladies. La question avait été posée à l’époque à Sœur White : « Devrions-nous accepter les traitements ? » Pour le palu il y avait un médicament particulier qu’ils utilisaient, et aussi pour la polio. Sœur White a dit à un certain moment : « Nous devons faire de notre mieux. » Et pour éviter que les gens souffrent de ces terribles maladies de la variole et de la polio, ils se sont fait vacciner. Et par conséquent, la polio et la variole ont été éradiquées depuis leur époque jusqu’à aujourd’hui.

Mais en ces temps de prédominance vaccinale, il n’existe plus seulement des vaccins contre la polio et d’autres (qui ont été efficaces) ; nous sommes désormais sous une vague de vaccination contre la varicelle, la grippe, la rougeole, la coqueluche, etc., et maintenant, bien sûr, la Covid.

Donc, avec toutes ces vagues de vaccination, comment devrions-nous nous positionner ? Écoutons la voix de Jésus, notre grand Médecin. D’abord et avant tout, il nous faut aller à notre Grand Médecin ; il nous faut l’entendre. Et lorsque nous nous approchons de Lui, Il s’approche de nous. Écoutons-le, Celui qui a marché dans la terre de Judée, Celui qui a guéri les maladies des gens autour de Lui par des miracles de guérison. Nous entendons ici Jésus parler alors qu’Il envoyait Ses disciples :

Écouter la voix du grand Médecin

Luc 9:1 Ayant assemblé ses douze disciples, Jésus leur donna puissance et autorité sur tous les démons, et le pouvoir de guérir les maladies. 2 Et il les envoya annoncer le royaume de Dieu, et guérir les malades. 3 Et il leur dit : Ne portez rien pour le chemin, ni bâtons, ni sac, ni pain, ni argent, et n’ayez pas deux habits. … 5 Et quant à ceux qui ne vous recevront point, en partant de leur ville secouez la poussière de vos pieds, en témoignage contre ces gens-là. 6 Étant donc partis, ils allaient de bourgade en bourgade, annonçant l’évangile et guérissant partout les malades.

Et donc, ce n’est pas seulement que Jésus guérissait les malades, mais Ses disciples en faisaient de même. Et il en est de même pour l’Église de Dieu tout au long de l’histoire. Le conseil suivant a été donné : « Si quelqu’un est malade parmi vous, qu’il appelle les anciens de l’Église, et que ceux-ci prient sur lui. » La guérison des malades faisait partie de la proclamation de l’évangile de Jésus-Christ. Et les promesses de Dieu de prendre soin de nos maladies sont encore là aujourd’hui.

Tandis que nous écoutons la voix de notre grand Médecin, voilà Sa voix :

Psaume 103:1 Mon âme, bénis l’Éternel, et que tout ce qui est en moi bénisse son saint nom ! 2 Mon âme, bénis l’Éternel, et n’oublie aucun de ses bienfaits ! 3 C’est lui qui pardonne toutes tes iniquités ; qui guérit toutes tes maladies ; 4 Qui retire ta vie de la fosse ; qui te couronne de bonté et de compassion ; 5 Qui rassasie ta bouche de biens, tellement que ta jeunesse est renouvelée comme celle de l’aigle. 

Oh, écoute la voix de Jésus. Oh écoute-le. Que fait-Il ? Il pardonne toutes tes iniquités, et guérit toutes tes maladies. Vous vous souvenez des paroles que Jésus a adressées au paralytique après qu’il ait été descendu du toit devant Lui ? Jésus a dit : « Mon fils, tes péchés te sont pardonnés », et l’homme fut soulagé de la terrible condamnation qui l’affligeait. Et ensuite, face aux protestations des observateurs, Jésus lui dit aussi : « Lève-toi, et prends ton lit, et marche. » C’est parce que le Seigneur pardonne ce qui nous fait souffrir de la maladie qu’Il peut aussi nous guérir. C’est Sa promesse, comme c’est écrit ici.

Qu’est-ce qui était écrit ? Il rassasie ta bouche de biens, tellement que ta jeunesse est renouvelée comme celle de l’aigle. Je veux louer Dieu parce que c’est ce qu’Il fait pour moi chaque jour. Il renouvelle notre santé selon Ses promesses. Ce sont Ses promesses ; mais lisons-en d’autres et abreuvons-nous des belles paroles du grand Médecin qui nous parle. Chaque mot est riche des promesses de la grande miséricorde et de l’amour de Dieu :

Promesses de notre Médecin

Psaume 91:1 Celui qui habite dans la retraite secrète du Très-Haut reposera à l’ombre du Tout-Puissant. 2 Je dirai à l’Éternel : Il est mon refuge et ma forteresse ! mon Dieu en qui je me confierai. 3 Certes, il te sauvera du filet de l’oiseleur et de la peste calamiteuse.

Voilà : la peste calamiteuse (version Darby). Vous connaissez un autre mot pour peste ? Virus.

Psaume 91:4 Il te couvrira de ses plumes, et tu auras retraite sous ses ailes ; sa vérité sera ton bouclier et ton écu. 5 Tu ne craindras pas les terreurs de la nuit, ni la flèche qui vole de jour, 6 Ni la peste qui marche dans les ténèbres, ni la destruction qui ravage en plein midi. 7 Il en tombera mille à ton côté et dix mille à ta droite, mais elle n’approchera point de toi. 8 Seulement tu considéreras de tes yeux et tu verras la punition des méchants.

Pourquoi ?

Psaume 91:9 Parce que tu as pris l’Éternel, mon refuge, le Très-Haut, pour ta demeure. 10 Aucun mal ne t’atteindra, aucune plaie n’approchera de ta tente. 

N’est-ce pas là une nourriture au temps convenable pour nous maintenant ? C’est le grand Médecin qui nous communique ces précieuses consolations. Les enfants de Dieu qui s’abritent sous Ses ailes comme cela, qui croient en Lui, ils se réclameront de cette promesse ; ils ne permettront pas à la peur qui nous entoure aujourd’hui dans cette pandémie de les accabler, de les submerger. Oh, il y aura des dangers qui susciteront des craintes, oui, mais parce que nous aimons Dieu et que nous demeurons sous Ses plumes, l’amour parfait bannit la crainte. Cela ne veut pas dire que la crainte ne nous assaille pas parfois ; mais c’est quelque chose que nous gérons par notre relation avec Dieu.

Promesses sur conditions

Mais maintenant, réfléchissez à toutes ces merveilleuses promesses que nous venons de lire. Il pardonne toute tes iniquités, et guérit combien de maladies ? Toutes tes maladies. La plaie ne s’approchera pas de toi, dit-Il. Mais ces promesses sont conditionnelles. Je lis cet aspect conditionnel dans les paroles de notre lecture biblique. Nous allons voir précisément la condition derrière cette promesse que Dieu nous guérira. Voilà la condition sur laquelle repose la promesse de Dieu de guérison, de rétablissement et de protection :

Exode 15:26 … Si tu écoutes attentivement la voix de l’Éternel ton Dieu, si tu fais ce qui est droit à ses yeux, si tu prêtes l’oreille à ses commandements et si tu gardes toutes ses ordonnances, je ne t’infligerai aucune des maladies que j’ai infligées à l’Égypte ; car je suis l’Éternel qui te guérit.

Quelle est la condition ? Si tu écoutes attentivement Sa voix. Si tu fais ce qui est droit aux yeux de qui ? À ses yeux. Si tu prêtes l’oreille à Ses commandements et si tu gardes combien ? Toutes Ses ordonnances. Dieu attire ici notre attention vers les instructions qu’Il a donné à Son peuple tout le long de leur voyage vers leur terre promise. Il leur a donné les ordonnances sanitaires pour les protéger. Il leur a donné les ordonnances diététiques. Il leur a donné les instructions qu’ils avaient besoin de suivre diligemment pour que Sa promesse d’être leur Médecin qui les guérisse puisse s’accomplir. C’est très similaire à la réalité d’aller chez un docteur quand vous avez un sérieux problème. Vous allez voir le docteur et puis il vous donne les traitements que vous devez prendre et suivre ; il vous donne les instructions sur la façon dont vous pouvez régler votre problème. Si vous ne faites pas ou ne prenez pas les moyens de guérison qu’il a portés à votre attention, allez-vous vous rétablir ? Ça n’a aucun sens. Cela va complètement à l’encontre du raisonnement normal et du bon sens. Le Seigneur dit : « Je suis l’Éternel qui te guérit, et Je te donne Mes instructions et Mes conseils ; et si tu suis attentivement tout cela, alors aucune de ces maladies ne t’atteindra. »

Suivre les lois sur la santé et l’hygiène

Il y a un fait très intéressant à propos de Nostradamus. À l’époque de la peste bubonique, les gens mouraient par milliers et par millions, mais Nostradamus était un juif qui avait les instructions de la Bible. Et même s’il pratiquait la sorcellerie, ce qui est contraire aux Écritures, il mettait quand même en pratique les lois de la santé, qui ont été données par Dieu. Et dans les villages de France où il s’occupait des pestiférés, il avait un très bon taux de guérison, parce qu’il y enseignait les principes de la santé et de l’hygiène. Il préconisait l’air frais, une eau pure, un régime pauvre en graisses, des remèdes naturels, le nettoyage des maisons et l’enterrement immédiat des victimes de la peste. Il encourageait également les patients à sortir dehors et profiter de l’air frais, plutôt que de rester enfermés à l’intérieur. Et des villes entières, semble-t-il, ont été guéries grâce à ses remèdes naturels. Dieu avait donné des instructions qu’il fallait suivre assidument, et alors Il pouvait être leur médecin.

Je n’ai pas besoin de vous rappeler les huit lois de la santé qui ont été présentées au peuple de Dieu en ces derniers jours par l’Esprit de prophétie. Il nous a donné ces lois de la santé — les instructions sur le régime alimentaire, en ce qui concerne les aliments que nous avons été appelés à introduire dans notre corps (uniquement des aliments sains) ; les lois sur la façon de manger ces aliments ; puis les instructions sur l’utilisation de l’eau pour l’hygiène et en usage interne et externe (comme les fomentations), l’utilisation des herbes, toutes les différentes instructions qui nous ont été données dans ces huit lois de la santé. Ne pas se surmener ; une quantité adéquate de repos et d’exercice. Toutes ces choses nous ont été données par l’Esprit de prophétie. Et dans toutes ces huit lois de la santé, il y a une multitude de moyens que Dieu nous a donnés pour que nous soyons assurés de notre protection à la fois contre les maladies qui sévissent aujourd’hui et contre les pestes.

Ces promesses sont conditionnelles ; elles sont subordonnées au fait que nous obéissions ou non au Seigneur. Et si nous n’avons pas obéi, mais que nous venons à Lui dans la confession et la repentance, Il pardonnera toutes tes iniquités, et guérira toutes tes maladies. Quand nous désobéissons aux directions de Dieu, quand nous faisons des choses mauvaises, nous devons en subir les conséquences. Comme c’est écrit : La malédiction sans cause n’arrivera point (Proverbes 26:2). Mais si nous venons repentants devant Lui, si nous Lui demandons Son pardon et que nous venons à Lui, en disant : « S’il-te-plait, aide-moi par rapport à cette maladie-là, cette infirmité-là », le Seigneur a promis de nous pardonner et de guérir toutes nos maladies, et Il ne fera pas venir sur nous les maladies de l’Égypte. Et à ce sujet-là, c’est intéressant parce que, en étudiant les momies d’Égypte, ils ont en fait découvert que les maladies modernes d’aujourd’hui existaient aussi dans l’Égypte antique. Et Dieu avait dit aux Hébreux : « Je ne vous laisserai pas souffrir des maladies dont ces Égyptiens sont atteints. »

J’aimerais ajouter ici mon témoignage personnel, pour attester que Dieu est vrai lorsque nous mettons en pratique Ses conseils précis. J’avais une petite fille de quatre ans qui, à cause de notre propre négligence, s’est retrouvée avec un rhumatisme articulaire aigu. Elle n’avait que quatre ans. Nous avons suivi les directives de Dieu ; nous ne l’avons pas emmenée à l’hôpital, nous nous sommes fiés à notre Médecin. Et après l’avoir traitée selon ces instructions-là, elle s’est merveilleusement rétablie et était encore plus forte dans sa santé par la suite qu’elle ne l’aurait été sans ce problème particulier. Lorsqu’une personne est atteinte de rhumatisme articulaire aigu, son cœur est gravement endommagé et elle souffre généralement pour le reste de sa vie. Mais ce n’a pas été le cas pour ma fille.

J’avais une autre fille qui, à l’âge de dix mois, en raison d’autres problèmes, a commencé à souffrir de ce que je redoutais le plus pendant mes années de formation d’infirmier. Elle a eu un état grippal pendant un court moment et l’a très vite surmonté, mais on a découvert par la suite qu’elle avait la bactérie responsable de l’infection pulmonaire, le pneumocoque. Elle a eu une pneumonie, et le pneumocoque (la bactérie qui cause la pneumonie) était dans son organisme, et s’est en fait coincé dans l’os supérieur de son épaule. Cela a créé une poche de pus dans l’os. C’est une maladie assez grave. La seule façon que la profession médicale connaisse pour y remédier c’est d’opérer : d’ouvrir l’os et d’extraire le pus. Mais même dans ces cas-là, cette opération n’est pas toujours concluante. Et cette approche inclut également de fortes doses d’antibiotiques. Alors là ma foi a été sérieusement éprouvée. Je suis allé à mon Médecin et j’ai exploré attentivement le détail de ce qu’il fallait faire pour traiter cette condition de manière naturelle. Nous avons donc pratiqué ce que le Seigneur nous avait montré. Et en l’espace de quatre semaines, cet enfant s’était rétabli à 100%, sans opération, sans antibiotiques. Nous avons suivi les instructions.

Comment faire face aux traitements allopathiques imposés

Par la grâce de Dieu, nous n’avons rien à craindre lorsque nous suivons les instructions de notre grand Médecin. Mais maintenant vient l’autre partie. Une fois que nous savons ce que notre Médecin nous dit de faire, afin qu’Il puisse nous protéger du fléau de la pandémie que nous rencontrons aujourd’hui, comment devons-nous nous comporter envers les autorités qui imposent le traitement allopathique — la vaccination ?

Nous avons aussi besoin de savoir cela. Disons, par exemple, que nous avons reçu une petite dose de Covid et que nous avons eu recours à la méthode de Dieu pour la surmonter. Je veux dire, parfois nous sommes confrontés à des virus et nous attrapons la grippe. Et aujourd’hui, il existe des vaccins pour ces grippes ; mais moi, je n’ai jamais été vacciné contre la grippe, et le Seigneur a pris soin de moi. Je suis sûr que nous pouvons témoigner du fait que nous avons pu surmonter ces virus dans le passé. Et pourtant, de nombreuses personnes sont mortes du virus de la grippe. Mais apparemment, ce virus, ce Covid, fait vraiment des ravages, et les autorités imposent, et rendent pratiquement obligatoire la vaccination. Comment faire face à cela ?

Encore une fois, et avant toute chose, tournons-nous vers le passage suivant d’Amos. Voici le grand Médecin qui nous parle, tandis que nous sommes confrontés à ces défis que nous vivons aujourd’hui, où les antivax se battent contre le gouvernement et font ces choses terribles, où on assiste à ces confrontations terribles de milliers de personnes qui protestent contre la vaccination obligatoire. Devrions-nous nous rallier à leur cause ?

Amos 5:12 Car je connais vos crimes nombreux, et vos péchés multipliés ;

Voilà ce qu’ils font aujourd’hui :

Amos 5:12 … ils oppriment le juste, prennent des présents, et font fléchir à la porte le droit des pauvres. 

Et donc qu’est-ce qui est écrit maintenant, pour un temps comme celui-ci ?

Amos 5:13 C’est pourquoi dans ce temps-ci l’homme prudent se taira, car c’est un temps mauvais. 14 Cherchez le bien et non le mal, afin que vous viviez, et qu’ainsi l’Éternel, le Dieu des armées, soit avec vous, comme vous l’avez dit. 15 Haïssez le mal, et aimez le bien ; établissez le jugement à la porte. Peut-être l’Éternel, le Dieu des armées, aura-t-il pitié des restes de Joseph.

Pitié des restes de Joseph. Sommes-nous appelés à faire partie du reste ? Est-ce notre vocation ? Nous dont le Seigneur a tant soin en ces temps-ci, nous sommes appelés à être prudents. Nous nous tairons en ce temps-ci. Comment affronter ces difficultés ? Ne faites pas de vagues. Soyez sages.

Ne faites pas de vagues

Ceux qui croient en la vérité doivent agir avec prudence et dans un esprit de prière. Des scènes éprouvantes se profilent à l’horizon, et nous devons faire preuve d’une grande prudence, en gardant la porte de nos lèvres lorsque les méchants sont devant nous. Nous aurons affaire, dans notre expérience, à des hommes ayant un zèle fanatique qui excitera ceux qui haïssent la vérité, et il nous faudra garder une attitude calme et ne pas dire tout ce que nous savons, car des impressions seront [autrement] laissées sur les esprits qui, sous l’influence de Satan, prendront des proportions démesurées. {This Day With God 250.2}

Combien c’est important que nous comprenions ce qui est écrit ici.

Nous avons besoin de veiller et de prier. Les maux que nous rencontrerons se sont accumulés depuis longtemps et, comme une tempête, ils viendront s’abattre sur le plus grand nombre au moment où ils s’y attendront le moins. {Ibid. 250.2}

Combien de personnes m’ont dit ça : « Ça arrive si rapidement ! » Quand ils s’y attendront le moins.

Bien qu’on ne puisse les accuser d’être à l’origine du mal, ils l’ont précipité. On portera contre les croyants des accusations qu’ils ne pourront pas réfuter, parce qu’ils n’auront pas fait preuve de sagesse dans leur usage de la plume ou de la voix.  {Ibid.}

De nombreuses lois seront promulguées pour la gouvernance des nations, dans le but d’opprimer ; et d’anciennes lois, devenues pratiquement caduques, seront ressuscitées. Il nous faut avancer dans notre travail de manière intelligente et avec foi, sous la sage direction de Jésus-Christ.  {Ibid. 250.4}

Oui, notre grand Médecin — la sage direction.

Il y a une grande œuvre à accomplir pour le Maître dans la proclamation du dernier message de miséricorde à notre monde, et nous dépendons des autorités et des pouvoirs pour nous rendre d’un bout du monde à l’autre ; et tant que nous dépendons des pouvoirs en place, nous ne devrions pas rompre avec eux, car il s’agit d’un message mondial.  {Ibid.}

Sommes-nous des activistes ?

Nous devons avancer discrètement, et lorsque notre chemin est apparemment barré dans une certaine direction, nous ne devrions pas condamner les pouvoirs en place, car en agissant ainsi, nous apprenons à d’autres pouvoirs comment nous faire obstacle. Nous ne devrions pas attiser les forces adverses ou provoquer des représailles ou des vengeances. Le moment final viendra bien assez tôt. Il arrive déjà comme un voleur dans la nuit. Et nous pouvons exprimer les vérités bibliques sans pour autant susciter des réactions antagonistes.  {Ibid. 250.5}

Devrions-nous être des activistes antivax ? Non, pas du tout. En tant qu’enfants de Dieu, nous devons respecter les autorités. Comme nous l’avons lu précédemment, les prudents ne se mettront pas à dénoncer le gouvernement pour tout ce qu’il fait. Pendant qu’ils imposent leurs campagnes de vaccination, que devrions-nous faire ? D’après ce que nous venons de lire, nous devons rester sous les radars. N’en dites pas trop. Ils parlent en ce moment d’un passeport vaccinal, et dans certains pays, celui-ci est déjà en vigueur. Tandis que nous essayons de rester sous les radars, d’être très discrets et de poursuivre discrètement notre travail du mieux que nous pouvons (et le Seigneur nous aidera), nous lisons cette déclaration intéressante sur le moment où nous serons, par le biais des circonstances, propulsés au premier plan :

Propulsés au premier plan par les derniers mouvements

« Sondez les Écritures, car vous pensez avoir en elles la vie éternelle. » Jean 5:39. Tous les points de la vérité que notre peuple a adoptés seront soumis à l’examen des plus grands esprits. Les hommes les plus éminents de ce monde seront mis en contact avec la vérité ; c’est pourquoi toutes nos croyances doivent être examinées avec un esprit critique et confrontées avec les Écritures. Aujourd’hui, nous semblons passer inaperçus ; {Év 69.3}

Parce que nous sommes sous les radars.

Aujourd’hui, nous semblons passer inaperçus ; mais il n’en sera pas toujours ainsi. Des mouvements sont en marche pour nous propulser au premier plan, et si les historiens ou les plus grands hommes de ce monde peuvent démolir nos conceptions touchant la vérité, ils le feront. {Ibid.}

Donc oui, nous serons propulsés au premier plan par les circonstances que les gouvernements sont en train de créer. Mais comment devrions-nous travailler ? Très prudemment et très respectueusement.

Nous devons, chacun pour nous-même, savoir ce qu’est la vérité, et être toujours prêts à donner une raison de l’espérance que nous avons, avec douceur et crainte, non avec orgueil, vantardise et suffisance, mais dans l’esprit de Christ.  {Év 69.4}

Oh comme c’est important que nous apprenions cette leçon. Ce que vous savez, ce que croyez profondément, apprenez la leçon de le communiquer avec douceur et crainte. Faisons cela dans nos propres rangs et aussi avec les autres autour de nous.

Le temps est proche où chacun de nous se retrouvera seul pour répondre de ses convictions. Les erreurs dans le domaine religieux se multiplient et enchaînent les gens avec une puissance satanique. Il n’y a pratiquement pas une doctrine de la Bible qui n’ait été reniée.  {Ibid.}

Avec la mise en vigueur du passeport vaccinal, nous ne serons peut-être plus en mesure de nous rendre dans différents endroits si nous ne sommes pas vaccinés. Comment faire face à cette situation ? Avec douceur et crainte, quand nous sommes amenés sur le devant de la scène, nous devrons être capables de donner de bons arguments pour justifier le fait que nous ne participons pas au contrôle allopathique ; il nous faudra pouvoir donner des réponses tirées de la parole de Dieu quant à la façon dont nous nous protégeons nous-mêmes et les autres de ces contagions. Le raisonnement qui vient de la parole de Dieu peut atteindre les personnes qui mettent ces mesures en vigueur, pour que nous puissions obtenir des exemptions, des dérogations. C’est pour cela que nous faisons appel — pour obtenir des exemptions. Et tandis que nous faisons cela, confiez-vous en Dieu. Soyez patients et attendez-vous à Lui.

Ne confondez pas cela avec la loi du dimanche

Ce que je vous prêche c’est ce que je pratique en ce moment. En attente de l’exemption, s’attendre à Dieu, Lui faire confiance. Et une chose que nous devons comprendre dans ce défi actuel, c’est que nous ne devons pas considérer l’indignité de celui qui se soumet à la vaccination comme étant au même niveau que la loi du Sabbat / dimanche. Ne confondez pas cela avec la loi du Sabbat / dimanche. S’il y a un décret et que nous ne pouvons pas contourner la vaccination à moins de mourir, nous pouvons être assurés que si l’on doit nous administrer un ingrédient dangereux, nous n’avons rien à craindre, car nous le lisons dans les paroles de notre grand Médecin :

Marc 15:15 Et il leur dit : Allez par tout le monde, et prêchez l’évangile à toute créature. 16 Celui qui croira et sera baptisé, sera sauvé ; mais celui qui ne croira point sera condamné. 17 Et voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru : Ils chasseront les démons en mon nom ; ils parleront de nouvelles langues ; 18 Ils saisiront les serpents ; quand ils auront bu quelque breuvage mortel, il ne leur fera point de mal ; ils imposeront les mains aux malades, et ils seront guéris. 

Ils saisiront les serpents — un serpent avec un venin mortel vous tuera. C’est ce qui est arrivé à l’apôtre Paul : il a été mordu par un serpent, et ils s’attendaient tous à ce qu’il meure… mais il n’est pas mort. Si nous buvons une substance mortelle, si quelque chose entre dans notre corps parce que nous n’avons pas le choix, nous ne devons pas nous inquiéter ; cela ne nous tuera pas. Toutes ces spéculations qui circulent et qui provoquent la peur et l’anxiété, même parmi les croyants, nous ne devrions pas nous en inquiéter.

Une chose que je tiens à clarifier dans vos esprits c’est que nous ne devrions pas prendre ce vaccin, au même titre que nous évitons tous les médicaments allopathiques. Je n’enseigne pas de recevoir cette vaccination actuelle. J’évite tous les vaccins et les médicaments, car je fais confiance au Seigneur pour être mon guérisseur et mon protecteur. Ce que j’essaie de montrer, c’est que la question des lois du dimanche, lorsque les circonstances nous amèneraient à enfreindre le commandement du Sabbat de Dieu, deviendra une question de vie ou de mort, une situation où nous ne pourrons ni acheter ni vendre à moins de recevoir la marque, et où nous serons finalement placés sous un décret de mort pour avoir refusé d’enfreindre le Sabbat. Ce que je vous soumets c’est que cette question de la vaccination, si elle en venait à devenir une question de vie ou de mort, n’est pas au même niveau que l’obéissance au Sabbat à tout prix. Si la question de la vaccination nous mettait dans une situation où nos besoins essentiels à la vie étaient menacés, nous n’aurions pas à craindre de recevoir de force une substance toxique susceptible de nous faire du mal. Soit dit en passant, je doute que nous en arrivions là. Mais si cela devait arriver, nous n’avons rien à craindre, notamment en raison des paroles de Jésus dans Marc 16.

Il ne leur fera point de mal

Pour illustrer ce que j’entends par là, laissez-moi vous raconter l’histoire d’un événement survenu dans la vie d’un fidèle réformateur, il y a trente ou quarante ans, dans l’un des pays situés derrière le rideau de fer. Ce frère était en prison pour sa foi. Un jour, le directeur de la prison l’a convoqué dans son bureau et il y avait sur une table une fiole de poison avec un verre. Un médecin était également présent, ainsi qu’un chien de berger allemand. Le directeur a lu le passage de Marc 16:18 au frère, puis lui a dit qu’il allait soumettre ce passage à l’épreuve avec lui. D’abord, il a démontré la propriété mortelle du poison en le donnant au chien : en quelques minutes, le chien est tombé raide mort. Puis il lui a dit : « Maintenant, c’est ton tour. » Le frère a accepté, mais a d’abord demandé le droit de prier, ce qui lui a été accordé. Il a prié pour que Dieu intervienne et se serve de cette occasion pour sauver ces deux hommes. Puis il a pris le verre rempli de poison et l’a bu. Il n’est pas mort, et le médecin a été converti suite à cela. Lorsque nous sommes contraints, alors Dieu intervient, comme Il le fera lors du décret de mort.

Suivons les conseils de notre Grand Médecin pour faire face à la terrible contagion qui nous entoure aujourd’hui, et suivons Ses conseils avec diligence afin de recourir intelligemment à toutes les méthodes qu’Il a pourvues pour nous guérir et prévenir la contagion. Et au milieu de tout cela, faites preuve de respect envers le corps médical et envers les autorités qui font actuellement usage de leurs pouvoirs. Nous devrions éviter un esprit de réactionnisme conspirationniste. Les enfants de Dieu ne devraient pas s’impliquer dans ce genre de choses.

Puisse Dieu nous aider et être avec nous dans un tel moment pour suivre les instructions, comme nous les avons entendues dans Sa parole, afin que nous soyons sages et compréhensifs envers les autorités que nous rencontrerons, car les mouvements nous propulsent progressivement au premier plan.

Que Dieu nous bénisse à mesure que nous nous efforçons d’écouter et de prendre à cœur ce que Dieu, notre grand Médecin, nous a dit dans Sa parole.

Amen.

Publié le 26/01/2022, dans réforme sanitaire, et tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :