Sans faute

Cette vidéo est sous-titrée

Par John Thiel (étude en anglais, pdf)

Lecture biblique : Exode 34:6 Et le SEIGNEUR passa devant lui, et s’écria : Le SEIGNEUR, le SEIGNEUR Dieu, miséricordieux et compatissant, lent à la colère, et abondant en bonté et en vérité, 7 Gardant [sa] miséricorde jusqu’à mille [générations], pardonnant l’iniquité, la rébellion et le péché, et qui ne tiendra nullement [le coupable] pour innocent, punissant l’iniquité des pères sur les enfants, et sur les enfants des enfants, jusqu’à la troisième et à la quatrième [génération].

Vous et moi, qui professons l’adventisme historique, qui embrassons le fait d’être des adventistes historiques avec un grand zèle, nous sommes destinés à faire partie de la compagnie qui est décrite dans Apocalypse 14.

Apocalypse 14:1 Puis je regardai, et voici, un Agneau se tenait sur la montagne de Sion, et avec lui cent quarante-quatre mille [personnes], qui avaient le nom de son Père écrit en leurs fronts. 2 Et j’entendis une voix du ciel, comme la voix des grosses eaux, et comme la voix d’un grand tonnerre ; et j’entendis une voix de joueurs de harpes, qui jouaient de leurs harpes. 3 Et ils chantaient comme un cantique nouveau devant le trône, et devant les quatre êtres vivants, et devant les anciens ; et personne ne pouvait apprendre ce cantique, que les cent quarante-quatre mille, qui ont été rachetés de la terre. 4 Ceux-ci sont ceux qui ne se sont point souillés avec les femmes, car ils sont vierges. Ceux-ci sont ceux qui suivent l’Agneau, où qu’il aille. Ceux-ci ont été rachetés d’entre les hommes, comme des prémices à Dieu et à l’Agneau ;

Vous et moi, nous sommes destinés à être parmi cette compagnie par notre profession-même d’être des adventistes historiques.

Efforçons-nous avec toute la force que Dieu nous a donnée d’être parmi les cent quarante-quatre mille. {Review and Herald, 9 mars 1905, par. 4}

C’est à nous de nous efforcer à cela. Nous devons nous efforcer avec toute la force que Dieu nous a donnée d’être parmi les 144 000. Pour quoi devons-nous nous efforcer ? Quel est l’objectif dans nos efforts pour être parmi les 144 000 ? Qu’est-ce que c’est que ces gens manifestent clairement devant l’univers ?

Apocalypse 14:5 Et il ne s’est point trouvé de fraude dans leur bouche ; car ils sont sans faute devant le trône de Dieu.

Comment est-ce que vous vous sentez par rapport à ça ? Vous et moi, nous sommes appelés à être sans faute pour être parmi des 144 000. Sans péché.

Apocalypse 7:13 Alors l’un des anciens prit la parole, et me dit : Ceux-ci, qui sont vêtus de robes blanches, qui sont-ils, et d’où sont-ils venus ? 14 Et je lui dis : Seigneur, tu [le] sais. Et il me dit : Ce sont ceux qui sont sortis d’une grande tribulation, et [qui] ont lavé leurs robes, et les ont blanchies dans le sang de l’Agneau. 15 C’est pourquoi ils sont devant le trône de Dieu, et ils le servent jour et nuit dans son temple ; et celui qui est assis sur le trône habitera au milieu d’eux. »

Vous et moi, conformément à notre foi, sommes appelés à être purs et blancs dans notre caractère. Nous sommes appelés à être sans faute pour faire partie de ce peuple, ces 144 000. Tandis que vous absorbez cela en réalité, n’est-ce pas effrayant ? Tandis que vous vous regardez tels que vous êtes aujourd’hui, si proche de la venue de Jésus, comment vous vous sentez par rapport à ça ?

Prenons une amplification de ce concept d’être parmi eux sans faute. Qu’est-ce que cela veut vraiment dire ?

Lévitique 11:45 Car je [suis] le SEIGNEUR, qui vous ai fait monter du pays d’Égypte, afin que je sois votre Dieu ; vous serez donc saints, car je [suis] saint.

Les 144 000 dans Apocalypse 7:4, ce sont 12 000 personnes de toutes les tribus d’Israël. Israël est ici mentionné. « Je vous ai fait sortir de la captivité, je vous ai fait sortir d’Égypte », ce qui est le symbole du péché, de la captivité du péché. Nous avons été délivrés de la captivité, de l’esclavage de Satan, et nous devons être saints. Ces paroles-là ont été reprises par l’apôtre Pierre

1 Pierre 1:15 Mais comme celui qui vous a appelés …

Oui ? Nous avons été appelés, et nous voici, nous avons répondu ;

1 Pierre 1:15 … comme celui qui vous a appelés est saint, vous aussi de même soyez saints dans toute [votre] conduite.

Quelle sorte de conduite ? Est-ce qu’il y a quelque chose qui manque ici ? Dans toute votre conduite, soyez saints.

1 Pierre 1:16 Parce qu’il est écrit : Soyez saints, car je suis saint. 17 Et si vous invoquez le Père qui, sans faire acception de personnes, juge selon l’œuvre de chacun, conduisez-vous avec crainte pendant le temps de votre séjour [ici-bas] ; 18 Sachant que ce n’est point par des choses périssables, comme l’argent et l’or, que vous avez été rachetés de votre vaine manière de vivre, que vous aviez héritée de vos pères, 19 Mais par le précieux sang de Christ, comme d’un agneau sans défaut et sans tache,

Nous pouvons voir très clairement que l’apôtre Pierre a adopté les paroles de Lévitique 11:45, et il les applique aux chrétiens qui ont été rachetés de la captivité et de l’esclavage de Satan. Soyez saints, comme Dieu est saint. Et tous ceux qui comprennent la pureté et la majesté du caractère de Dieu sont remplis de crainte face à cet appel, comme c’est écrit :

1 Pierre 1:17 … si vous invoquez le Père qui, sans faire acception de personnes, juge selon l’œuvre de chacun, conduisez-vous avec crainte pendant le temps de votre séjour [ici-bas] ;

Avec une crainte remplie de respect. Quoi ? Quel appel ! Être saint comme Dieu est saint. C’est ce que sont les 144 000 quand ils se tiennent là. Dans le passage suivant Jésus parle, et regardez ce qu’Il dit.

Matthieu 5:48 Soyez donc parfaits, comme votre Père qui est au ciel est parfait.

Ce que je vous partage ici à partir de la parole de Dieu, comme nous le lisons, n’a pas besoin d’interprétation. C’est tout simplement ce qui est écrit. Aujourd’hui, ceci est réduit à néant dans l’esprit du christianisme et de l’adventisme en général. Ils vous disent : « Vous ne serez jamais parfaits, jusqu’à ce que vous soyez ravis quand Jésus vient. » C’est ce qu’ils enseignent. Nous savons que c’est ce qu’ils enseignent. Atteindre ce calibre, c’est, à toute contemplation humaine, une impossibilité. Mais comme vous le lisez dans Apocalypse 7:14, qu’est-ce que c’est qui les a rendus si purs ? Ils ont lavés leurs robes de caractère dans quoi ? Dans le sang de l’Agneau.

Je veux résumer ce lavement, ce processus du sang de l’Agneau qui produit un peuple qui est saint comme Dieu est saint, en lisant le passage suivant dans Colossiens. Nous y voyons en deux mots le processus allant d’un pécheur sans espoir, un ennemi de Dieu, à quelqu’un qui est aussi parfait que Dieu. L’apôtre parle ici de Jésus :

Colossiens 1:19 Car il a plu au Père que toute plénitude habitât en lui ; 20 Et, ayant fait la paix par le sang de sa croix, de réconcilier par lui toutes choses avec soi, [savoir], tant les choses qui sont sur la terre que celles qui sont dans le ciel. 21 Et vous, qui étiez autrefois éloignés, et ennemis par vos pensées et vos mauvaises œuvres, il [vous] a maintenant réconciliés,

Où ?

Colossiens 1:22 Dans le corps de sa chair, par [sa] mort, pour vous présenter saints, sans tache et irrépréhensibles devant lui ;

Devant qui ? Devant le Père. Par Jésus Christ, il y aurait un peuple qui serait présenté saint, sans tache et irrépréhensible devant Lui. Mais remarquez maintenant comment cela continue. Il y a ce petit mais grand mot : Si.

Colossiens 1:23 Si toutefois vous demeurez dans la foi, étant fondés et fermes, et ne vous laissant point détourner de l’espérance de l’évangile que vous avez entendu, qui a été prêché à toute créature qui est sous le ciel, et dont moi, Paul, j’ai été fait ministre. … 27 Auxquels Dieu a voulu faire connaître …

À vous,

Colossiens 1:27 … Dieu a voulu faire connaître quelles [sont] les richesses de la gloire de ce mystère parmi les Gentils ; savoir, Christ en vous, l’espérance de la gloire ; 28 Lequel nous annonçons, exhortant tout homme et enseignant tout homme en toute sagesse, afin que nous rendions tout homme parfait en Christ Jésus ; 29 À quoi aussi je travaille, en combattant selon son efficace, qui agit puissamment en moi. »

Prenons un peu de temps pour absorber ce processus qui amène un peuple à être finalement aussi saint que Dieu est saint. Vous aurez remarqué au verset 21, nous qui étions autrefois éloignés, et ennemis par nos pensées et nos mauvaises œuvres : c’est comme ça que ça a commencé, et ensuite nous sommes réconciliés dans le corps de Sa chair par la mort de Jésus Christ. Voilà le début du processus. Nous qui croyons au Seigneur Jésus Christ sommes réconciliés. Et qu’est-ce que cela veut dire ? C’est très simple. Vous êtes justifiés, vous êtes comme si vous n’aviez jamais péché. Jésus se tient à votre place. C’est si simple. Mais ce n’est pas tout le processus. Il y a beaucoup de gens qui veulent s’arrêter là. Ils veulent rester à cet endroit seul : « Je suis justifié et je n’ai plus rien à craindre, tout va bien. Mais je vis toujours une vie qui n’est pas parfaitement en harmonie avec Dieu. Mais Jésus a pris ma place et Dieu me regarde comme si je n’avais jamais péché, et je ne pèche plus, même si je pèche encore. » C’est la mentalité qui est enseignée. Mais c’est une erreur, parce que je continue de lire que, dans le corps de la chair de Christ, par la mort, nous sommes présentés saints, sans tache et irrépréhensibles devant Lui. Donc oui, cela s’applique encore à la réconciliation et la justification. Nous sommes saints, sans tache et irrépréhensibles devant Lui – c’est vrai. Même dans la réconciliation. Mais remarquez le mot qui suit, ce petit mais grand mot : Si nous demeurons dans la foi

Colossiens 1:23 … étant fondés et fermes, et ne vous laissant point détourner de l’espérance de l’évangile que vous avez entendu, qui a été prêché à toute créature qui est sous le ciel, et dont moi, Paul, j’ai été fait ministre.

Ce mot si, qu’est-ce que cela suggère à votre esprit ? Il y a une fidélité continue qui doit être maintenue après que j’ai été déclaré sans tache par Jésus Christ. Cette première partie, c’est la justification, l’imputation de la justice de Christ. Mais si je ne demeure pas fidèle et fondé dans la vérité, est-ce que je peux perdre cela ? Absolument. C’est un mystère :

Colossiens 1:27 Auxquels Dieu a voulu faire connaître quelles [sont] les richesses de la gloire de ce mystère parmi les Gentils …

Quel est ce mystère ?

Colossiens 1:27 … savoir, Christ en vous, l’espérance de la gloire ; 28 Lequel nous annonçons, exhortant tout homme et enseignant tout homme en toute sagesse, afin que nous rendions tout homme parfait en Christ Jésus ;

Nous avons été justifié, mais maintenant le peuple de Dieu doit être, non pas seulement justifié-parfait devant Dieu, mais nous devons aussi être présentés en notre propre personne avec Christ vivant à l’intérieur de nous, jusqu’à ce que nous soyons quoi ? Éphésiens chapitre 4 : « À la mesure de la stature de la plénitude de Christ. » Qu’était-Il ? Il était un homme parfait, sans péché, sans aucune tache. Il n’y avait absolument rien en Lui qui était corrompu dans Son caractère.

Donc l’apôtre Paul conclut :

Colossiens 1:29 À quoi aussi je travaille, en combattant selon son efficace, qui agit puissamment en moi.

Je ne sais pas comment les gens peuvent mal interpréter cela, jusqu’à enseigner une telle erreur, que vous ne pouvez pas être parfaits, sans péché, sur cette planète. Jésus l’était-Il ? Absolument. Et donc l’apôtre Paul travaillait, en combattant selon l’efficace de Dieu en lui, qui agissait puissamment en lui. Et il donne d’autres descriptions de cela dans ses lettres, que nous pouvons être le produit de Dieu qui agit en nous, ce qui est une vie de pureté et de sainteté. Dieu qui agit en nous ! Nous connaissons cela très bien parce que nous avons cette foi du l’adventisme primitif. C’est ce que les adventistes ont toujours enseigné depuis leurs débuts. Mais tous les vrais croyants, conformément à la parole de l’évangile, pendant tous les âges, se sont lancés dans ce processus ; et à mesure qu’ils avançaient, certains sont arrivés à mi-chemin sur leur sentier de la sanctification, et puis ils sont morts. D’autres n’ont même pas fait la moitié du chemin. Le voleur sur la croix, est-il arrivé à mi-chemin ? Il est à peine sorti de l’inimitié qui était en lui, par sa foi en Jésus Christ, et il est mort avec une parfaite espérance. Il était sans tache devant le Seigneur, parce que Jésus l’avait justifié. Il n’avait aucun moyen de corriger sa vie. Il était suspendu à la croix parce que c’était un voleur. Ensuite d’autres ont vécu toute leur vie jusqu’à un moment précis où, comme l’apôtre Paul, ils pouvaient exprimer les paroles de 2 Timothée chapitre 4. C’était un homme qui pouvait parler comme ça. Si quelqu’un parlait comme cela, si je devais vous dire avec mes mots, comme l’apôtre Paul leur a dit là, les gens diraient : « Pour qui tu te prends ? » Vous savez, c’est très facile de citer les paroles des autres, mais si quelqu’un qui est présent en ce moment même vous disait cela, vous penseriez : « Oh, allez… » Réfléchissez-y.

2 Timothée 4:7 J’ai combattu le bon combat, j’ai achevé [ma] course, j’ai gardé la foi. 8 Désormais la couronne de justice m’est réservée, que le Seigneur, le juste juge, me donnera en ce jour-là ; et non seulement à moi, mais aussi à tous ceux qui auront aimé son apparition.

Y-avait-il d’autres hommes comme ça ? Qu’en est-il de Job ? Dieu l’a déclaré parfaitement juste. Et s’Il dit qu’il était juste, il était juste. Il y en beaucoup d’autres. Joseph est un bon exemple. Il y a Daniel. Ils ont vécu à la hauteur des attentes et de la lumière qui leur avaient été données, et ils en sont arrivés à un point de leur vie où ils n’enfreignaient rien de tout cela. Dites-moi, est-ce qu’ils mangeaient de la chair ? Est-ce qu’ils étaient à la hauteur de ce que les 144 000 doivent être ? Quand vous examinez les détails des 144 000, ils ont un développement accumulé de vérités à travers les millénaires qui fait qu’ils doivent vivre à la hauteur d’un critère plus élevé que quiconque ayant vécu avant eux. Et cela, dans les jours de corruption qui sont la fin même, quand la coupe d’iniquité autour d’eux a été remplie et que Dieu doit en finir. Parce que l’iniquité abonde, l’amour de plusieurs se refroidit. Mais ces 144 000 ne se refroidissent pas. Ils sont soumis à des processus extrêmes pour pouvoir vivre à la hauteur des plus hauts critères qui régissent le ciel – une perfection qui est la sainteté de Dieu.

Le passage Malachie identifie exactement leur expérience :

Malachie 3:2 Mais qui pourra soutenir le jour de sa venue ? et qui subsistera quand il paraîtra ? Car il [est] comme le feu du fondeur, et comme le savon des foulons. 3 Et il s’assiéra [comme] celui qui raffine et purifie l’argent ; et il purifiera les fils de Lévi, et les épurera comme l’or et l’argent, afin qu’ils présentent au SEIGNEUR une offrande dans la justice. 4 Alors l’offrande de Juda et de Jérusalem sera agréable au SEIGNEUR, comme aux jours anciens, comme aux années d’autrefois.

Vous pouvez voir ici que cela parle précisément de notre temps. Et la question, pour vous et moi, c’est : Subsisterez-vous quand Il paraîtra ? Qui sera capable de soutenir à un tel moment ? Parce que subsister veut dire passer par l’expérience du feu du fondeur, pour que nous puissions subsister devant Dieu en étant aussi saints qu’Il l’est.

Tout ce qui, dans notre caractère, ne peut entrer dans la cité de Dieu sera réprouvé ; si nous nous soumettons au raffinement du Seigneur, toutes les scories et la potasse seront consumées. {Bible Commentary Vol. 4 1181.4}

Remarquez : « Tout ce qui, dans notre caractère, ne peut entrer dans la cité de Dieu », donc vous lisez simplement ce qui ne peut pas entrer dans la cité de Dieu. Et vous savez, quand je lis cela, ce qui ne peut pas entrer dans la cité de Dieu, je me regarde et je pense : « Oh, quoi ? » Vous savez, quand j’ai étudié le sujet des 144 000 avec des adventistes qui avaient une idée différente des 144 000, ils m’ont dit : « Eh bien, alors je ne serai jamais sauvé. Je suis perdu. Je suis sans espoir. » Je sais ce qu’ils ressentent, parce que c’est aussi ce qui m’a traversé l’esprit. Mais aujourd’hui je veux partager avec vous la compassion de Dieu pour les 144 000.

Ces gens-là vont-ils trouver de la compassion tandis qu’ils traversent cette expérience particulière ? Une expérience où ils seront en fait jetés dans une tentation intérieure de penser que : « C’est impossible, je ne vois pas comment je pourrai jamais y arriver, jamais ! Regarde-les, ces 144 000 ! Ils sont sans péché, ils sont aussi saints que Dieu est saint. Cela m’exclut ! »

Alors que les élus du Seigneur reçoivent la lumière appropriée pour ce temps, ils ne seront pas amenés à s’exalter{Ibid.}

En d’autres termes, pour être parmi les 144 000, vous ne serez pas amenés à vous exalter.

Ils n’inventeront pas un critère par lequel mesurer leur caractère, car le Seigneur n’a donné qu’un seul critère par lequel tout caractère doit être éprouvé. Il n’existe pas un critère pour le pauvre, et un autre pour le riche ; [au contraire,] tous seront éprouvés par cette loi qui nous commande d’aimer Dieu par-dessus tout et notre prochain comme nous-mêmes. {Ibid.}

Donc voilà. Cette loi est le test. Voilà ce qui est écrit par rapport aux paroles Malachie :

Dans ce passage, nous avons la description d’un processus de raffinement et de purification, qui est conduit dans le cœur des hommes par le Seigneur des armées. Le processus est des plus éprouvants pour l’âme, mais ce n’est que de cette manière que la potasse peut être ôtée. Par la force des choses, nous devons endurer des épreuves ; car c’est par elles que nous sommes amenés tout près de notre Père céleste, par l’obéissance à Sa volonté, afin que nous Lui apportions une offrande dans la justice. . . . {Ibid. 1181.6}

Le Maitre voit en quoi nous avons besoin d’être purifiés pour Son royaume céleste. {Ibid. 1182.1}

Il le voit !

Il ne nous abandonnera pas dans la fournaise jusqu’à ce que nous soyons complètement détruits. Comme celui qui raffine et purifie l’argent, Il observe Ses enfants, Il veille sur le processus de purification, jusqu’au moment où Il discernera [enfin] Son image reflétée en nous. Quoique nous ressentions souvent la flamme de l’affliction brûler autour nous, et que par moment nous craignons d’être complètement consumés, {Ibid.}

C’est ça qui accable ces gens-là.

… néanmoins la bonté de Dieu envers nous est tout aussi grande en ces temps-là, que lorsque nous sommes libres d’esprit et que nous triomphons en Lui. {Ibid.}

Donc je n’ai pas l’impression de triompher, je n’ai pas le sentiment de vraiment y arriver, et le feu est tellement intense qu’il brûle même dans mes entrailles, et je ne peux pas voir que je vais survivre. Mais Dieu est tout aussi grand envers moi quand je me sens comme ça que lorsque j’avais une parfaite joie de victoire.

Dieu, dans Sa providence, désire nous éprouver, pour nous purifier comme les fils de Lévi, afin que nous Lui présentions une offrande dans la justice{Ibid.}

Voilà le processus – le processus de raffinement et de purification – que le Seigneur des armées doit conduire. L’œuvre est des plus éprouvantes pour l’âme, mais ce n’est que par ce processus que les saletés et les impuretés polluantes peuvent être ôtées. Nos épreuves sont toutes nécessaires pour nous rapprocher de notre Père céleste, {Ibid. 1182.2}

Ceci est un facteur de relations. Proche de notre Père, comme l’était Jésus. C’est profond. Donc nous passons par ce processus, comme nous l’avons lu dans Colossiens, d’un état d’indignité, d’absence de sainteté, imparfaits dans notre caractère, mais déclarés justes parce que nous croyons en Jésus ; mais nous ressentons que nous devons continuer à travailler, comme l’a décrit l’apôtre Paul. Et au fur et à mesure que je continue de travailler, il y a beaucoup, beaucoup de situations dans lesquelles nous nous sentons complètement indignes, complètement désespérés, parce que je regarde ma condition et tandis que je passe par mes expériences dans ce processus de purification, je vois tellement d’imperfections, parce que Dieu me les montre. Je dis : « Quoi ?! Encore une autre ? Je pensais que j’avais atteint mon sommet déjà, et maintenant je dois découvrir une autre dimension qui est imparfaite. » Et j’atteins la prochaine étape, et il y en a encore une autre ; et ça continue encore et encore et encore, et je pense : « Quand est-ce que viendra la fin, pour que je puisse arriver au moment où je me sentirai accepté de Dieu et où je trouverai le produit ? » Eh bien, laissez-moi m’arrêter un instant ici et vous dire : Si vous cherchez ce produit dans votre vie, vous ne le trouverez jamais, si vous voulez le trouver. Mais cela ne veut pas dire qu’il n’est pas là.

Dieu conduit un peuple pour l’amener à se tenir dans une unité parfaite sur la plateforme de la vérité éternelle. {Testimonies for the Church Vol. 4 17.1}

Loué soit le Seigneur. N’est-ce pas notre profession que nous nous tenons sur cela ?

Christ s’est donné au monde afin de « purifier pour Lui-même un peuple particulier, zélé pour les bonnes œuvres. » Ce processus de raffinement est destiné à purifier l’église de toute injustice et de l’esprit de discorde et de dispute, afin qu’ils bâtissent au lieu de détruire, et qu’ils concentrent leurs énergies à la grande œuvre qui est devant eux. {Ibid.}

Un processus de raffinement destiné à purifier l’église. Si je fais partie de cette compagnie, si je vais partie de cette église qui croit en l’adventisme historique, alors le Seigneur nous purifie de toute injustice, de l’esprit de discorde et de dispute, afin que nous bâtissions au lieu de détruire, et que nous concentrions nos énergies sur l’œuvre qui est devant nous. Vous savez, quand vous vous faites prendre dans les débats et les disputes, vous vous faites en réalité détournés de l’œuvre qui est devant vous. Ne vous faites pas avoir par les pièges de Satan. « Nous défendons la pure vérité ! Nous maintenons l’adventisme primitif ! » et puis nous entrons dans des débats, et nous perdons. Croyez-moi, nous perdons.

Dieu a pour dessein que tout Son peuple se rassemble dans l’unité de la foi. La prière que Christ a faite juste avant Sa crucifixion était que Ses disciples soient un, comme Il était un avec le Père. {Ibid.}

De merveilleuses, merveilleuses paroles.

Christ attend avec un désir ardent la manifestation de Lui-même dans Son église. Lorsque le caractère de Christ sera parfaitement reproduit dans Son peuple, alors Il viendra les réclamer comme les Siens. {Christ’s Object Lessons 69.1 / Paraboles de Jésus 51.4}

La déclaration suivante est profonde. Voilà ce dont nous avons besoin afin d’être une parfaite réflexion de Jésus Christ pour qu’Il vienne nous ramener chez Lui :

Satan trouve dans les cœurs humains quelque endroit où il peut prendre pied ; un désir de péché est caressé par le moyen duquel ses tentations exercent leur pouvoir. Mais Christ a déclaré de Lui-même : « Le prince de ce monde vient, mais il n’a rien en Moi. » Jean 14:30. Satan ne pouvait trouver dans le Fils de Dieu rien qui lui permette d’obtenir la victoire. Il avait gardé les commandements de Son Père, et il n’y avait en Lui aucun péché que Satan puisse utiliser à son avantage. Telle doit être la condition de ceux qui sont appelés à subsister dans le temps de détresse. {Great Controversy 623.1 / Tragédie des siècles 675.3}

Rien en nous qui répondrait aux tentations de Satan, c’est cela que Jésus cherche afin de pouvoir venir. Ceci est-il une personne parfaite ? Ceci est-il une personne sans tâche et sans péché ? Absolument. Donc je me regarde et je pense : « Oh … N’ai-je pas un sentiment de réponse ici ? N’ai-je pas un sentiment de réponse là ? Quand je suis tenté, n’ai-je pas une sensation d’être réceptif à cela ? » Et il y a beaucoup de gens qui disent : « Eh bien, si c’est le cas, alors je suis perdu. Jésus est loin devant moi, je ne peux jamais l’atteindre ! » Mais il est écrit : « Ils sont sans faute devant le trône de Dieu. » Et au verset 1 on nous dit qu’ils ont le nom de leur Père écrit en leurs fronts. Quand Dieu a déclaré à Moïse Son nom, qu’est-ce que c’était ? Miséricordieux, compatissant, sans iniquité – tout est absolument parfait. « Soyez saints, comme Je suis saint. » C’est ça le nom.

Maintenant, quand nous acceptons cette vérité, il y en a beaucoup qui porteront encore un lourd fardeau parce qu’ils sont conscients de leur indignité. Quelle est l’expression des 144 000 quand ils voient Jésus venir sur les nuées et les regarder ? Quelle est leur expression ? Voilà, Il est venu et maintenant Il est très proche de la terre, et Il regarde Son peuple :

Ses yeux étaient comme une flamme de feu, qui transperçait Ses enfants de part en part. Alors tous les visages pâlirent, et ceux que Dieu avait rejetés devinrent noirs. Et nous nous écriâmes tous : « Qui pourra subsister ? Ma robe est-elle sans tâche ? » Alors les anges cessèrent de chanter, et il y eut un temps de silence terrible, {Early Writings 15.2 / Premiers écrits 15.3}

Quoi ? Imaginez-vous seulement là. Placez-vous là ne serait-ce que pour un moment – tandis qu’Il vous regarde de part en part avec ces yeux enflammés, et ensuite le cri du sens écrasant d’indignité, et la question : « Est-ce que je suis sauvé ou pas ?! » « Qui peut subsister ?! Personne ne peut subsister devant ça ! » Tous les visages pâlissent. L’émotion qui est ici révélée est consternante. Et il y a un silence terrible – les anges ne chantent même pas. « Oh, non … » Quelle est la réponse ? Jésus dit :

« Ceux qui ont des mains nettes et des cœurs purs pourront subsister. Ma grâce vous suffit. » À ces paroles, nos visages s’illuminèrent, et la joie remplit tous les cœurs. Les anges reprirent [leur mélodie] sur un ton plus élevé et se remirent à chanter tandis que la nuée se rapprochait davantage de la terre. {Early Writings 15.2 / Premiers écrits 16.1}

Voilà l’arrivée de Jésus ! Et comment se sentent les 144 000 ? Leurs visages pâlissent. Comment est-ce que vous vous sentez quand vous devenez pâles sans voir un fantôme ? Vous êtes préoccupés par quelque chose par rapport à vous qui est un sens épouvantable de votre propre indignité. C’est cela la conscience de ceux qui sont sans péché.

Donc quand quelqu’un vient à vous et vous dit : « Vous croyez en la perfection ? Est-ce que vous êtes parfait ? » C’est ce qu’ils n’arrêtent pas de vous jeter à la figure. Que pouvez-vous dire ? « Eh bien, par la grâce de Dieu, je suis justifié. » C’est tout ce que vous pouvez répondre. « Bon, alors pourquoi est-ce vous enseignez la perfection ? » Je vous parle comme les gens me parlent à moi. Alors que pouvez-vous dire ? Allez-vous dire que vous êtes sans péché ? Jamais. Jamais. Je serai trop conscient de mon état de pécheur. Mais est-ce que je pèche ? Et je n’ai pas besoin de dire quoi que ce soit à ce sujet.

À chaque étape de ce processus vers la perfection, nous devons embrasser une magnifique appréciation, qui est exprimée ici :

La vie des disciples de Christ sera comme la Sienne, une série de victoires ininterrompues, {Testimonies for the Church Vol. 6 307.2}

Si je devais m’arrêter là, vous penseriez : « Peuh ! Eh bien, je suis désolé, ça n’est pas moi. » Mais cela continue :

… non pas vue comme telle ici, mais reconnue comme telle dans le grand au-delà. {Ibid.}

Donc je ne vois pas une série de victoires ininterrompues dans ma vie. D’ailleurs, tout ce que je vois, c’est un terrible échec, parce que le Seigneur me montre mes péchés, et je pense : « Oh ! » Et je me sens complètement sans espoir parce que j’ai laissé tomber mon Seigneur ! Je l’ai laissé tomber ici, je l’ai laissé tomber là, et je vois ma condition – il y a quelque chose dans ma chair qui a envie du péché. Mon esprit recule devant l’idée de cela, mais c’est à l’intérieur de ma chair, et je me sens complètement sans espoir, parce que quelque chose me tente, quelque chose me tente à devenir irritable. D’accord, vous les parents ? Vous savez ce que c’est ? Vos enfants n’arrêtent pas de vous faire lever de votre chaise, vous ne pouvez même pas écouter le culte divin comme il faut. Et il y a quelque chose à l’intérieur de vous qui a envie de dire : « L’enfant ! » Oui ? Mais il y a quelque chose d’autre à l’intérieur de vous qui dit : « Oh, le pauvre, laisse-moi essayer de te consoler. » Il y a ces deux facteurs qui agissent à l’intérieur de nous, et quand nous ressentons selon la chair nous pensons que nous avons péché. Quand une pensée qui vient de la chair se présente à nous – il est écrit dans l’Esprit de Prophétie que : « Il y a des pensées et des sentiments suggérés et excités par Satan, qui ennuient même le meilleur des hommes. » Qui est le meilleur des hommes ? Jésus. Est-ce que vous pensez qu’Il était ennuyé par cela ? Prenez courage, mes frères ! Peu importe ce que vous ressentez, peu importe quelles pensées vous montent à l’esprit, vous pouvez les vaincre comme Christ, parce qu’à l’intérieur de Christ et à l’intérieur de vous, quel était le mystère ? Christ en vous, l’espérance de la gloire. Christ en vous reculera devant cette pensée et ce sentiment.

Donc le peuple de Dieu a besoin d’une consolation qui vient de la parole de Dieu et qui n’est pas juste quelqu’un qui essaie de vous faire vous sentir mieux, comme j’essaie de le faire dans ce culte divin. Pendant mon trajet jusqu’ici, quand j’adorais, je suis tombé sur la citation suivante ; et voilà un réconfort pour mon âme, avec la connaissance et la pureté de la vérité que je proclame, qui a fait tressaillir mon âme.

L’arc-en-ciel qui encercle le trône est une assurance de la fidélité de Dieu. . . . Nous avons péché contre Lui et nous sommes indignes de Sa faveur, cependant, Il a Lui-même placé sur nos lèvres cette merveilleuse requête : « Ne nous ai point en horreur, à cause de ton nom, ne déshonore point le trône de ta gloire ; souviens-toi, ne romps point ton alliance avec nous. » Jérémie 14:21. Il s’est engagé à prêter attention à notre cri quand nous venons à Lui en confessant notre indignité et notre péché. L’honneur de Son trône est engagé dans l’accomplissement de Ses promesses envers nous. {The Faith I Live By 42.6}

Dites-moi, qu’est-ce que cela vous fait ? Considérez cela attentivement. Je me trouve là dans mon état indigne, je me sens si insuffisant, et c’est Lui-même qui place sur mes lèvres le cri : « Ne m’ai pas en horreur, Seigneur, aie pitié de moi ! Je veux être parmi les 144 000, et regarde-moi ! Ne romps pas Ton alliance avec moi ! » C’est Lui qui a placé là ces paroles. Il nous fait nous sentir si indignes que nous criions à Lui comme ça. C’est Lui qui a mis ces paroles là, et ensuite Il s’est Lui-même engagé à prêter attention à notre cri. Donc Il a placé le cri là, et ensuite Il s’engage à prêter attention à cela quand nous venons à Lui en confessant notre indignité et notre péché.

Ceci est la caractéristique principale du vrai baptême. Et je veux mettre cela au cœur de ceux qui seront baptisés demain. Votre baptême sera nul et non avenu si vous ne vous êtes pas débarrassés des erreurs et des péchés de votre passé. Confesser à Dieu les choses que vous avez faites et confesser à quiconque à qui vous avez fait du mal, leur dire : « Je suis désolé » – cela fait partie de l’expérience de la justification. Et tandis que nous faisons cela continuellement, que nous confessons tout ce que nous découvrons que nous n’avions pas découvert auparavant, et que nous crions au Seigneur : « Seigneur, ne m’ai pas en horreur. Ô Seigneur, Tu me vois, je suis dans un tel pétrin, sauve-moi ; » Il place ces paroles sur nos lèvres ; et tandis que nous faisons cela, Dieu Lui-même s’est engagé ; et vous entendrez sans aucun doute les paroles de votre baptême, que Dieu s’engage Lui-même à vous prendre et à vous guider à partir de ce jour. « L’honneur de Son trône est engagé dans l’accomplissement de Ses promesses envers nous. »

Pouvez-vous avoir l’espérance d’être parmi les 144 000 avec cette réalité ? Le processus de notre purification n’est pas un exercice de magie. C’est un mystère, mais ce n’est pas magique. On s’y engage de manière intelligente, selon Apocalypse 7:14. Qu’est-ce qui y est écrit ? « Ils ont lavé leurs robes dans le sang de l’Agneau. » Qu’est-ce que cela veut dire en tout processus intelligent ? Qu’est-ce que c’est en réalité ? Pas simplement en théorie. C’est bien d’argumenter la doctrine, c’est bien de prouver que la Bible dit que nous pouvons être parfaits. Tout ça, c’est bien, et nous pouvons l’argumenter et gagner la bataille, mais avons-nous gagné la bataille en nous-mêmes ? Ça c’est une autre question. C’est ce que nous avons besoin de comprendre dans notre marche avec Dieu en ces temps de périls dans lesquels nous vivons. L’amour de plusieurs se refroidit, le mien peut-il se refroidir aussi ? et je suis menacé par un état sans espoir ?

On nous dit que nous devons nous efforcer « avec toute la force que Dieu nous a donné d’être parmi les cent quarante-quatre mille. » Pour être parmi eux, nous devons laver nos robes et les blanchir dans le sang de l’Agneau. Qu’est-ce que cela veut dire ?

Nous devons avoir un intérêt intense pour Jésus Christ, {Review and Herald, 9 mars 1905, par. 4}

Qu’est-ce que cela signifie ?

… car il est notre Sauveur. Il est venu dans ce monde pour être tenté comme nous en toutes choses, pour démontrer à l’univers que dans ce monde de péché les êtres humains peuvent vivre une vie que Dieu approuvera. {Ibid.}

Quand nous regardons à Jésus, chargé de mes péchés, chargé de ma chair de péché, Il a vécu tous les aspects de notre expérience, et puis Il est mort avec mes péchés, qui faisaient sortir Sa vie-même de Lui, comme si c’était les Siens. Et là, Il est demeuré fidèle et loyal, même avec les péchés pour lesquels et avec lesquels Il mourrait. Pouvez-vous être conscients de vos péchés qui font sortir le sang-même de votre être, et encore avoir de l’espoir ? Seulement dans le sang de Jésus Christ, parce que Jésus est votre intérêt intense, et vous observez chaque pas de Son expérience sur la terre ; et où que vous soyez vous pouvez trouver Jésus ! Vous pouvez le trouver dans votre expérience de Gethsémané. Vous pouvez le trouver là. C’est là que j’ai dû le trouver dans ma propre expérience. Il est venu dans ce monde pour être tenté comme nous en toutes choses, pour démontrer à l’univers que dans ce monde de péché les êtres humains peuvent vivre une vie que Dieu approuvera.

Pensez combien cela a coûté à Christ de quitter les parvis célestes et de prendre sa place à la tête de l’humanité. Pourquoi a-t-il fait cela ? – Parce qu’il était le seul qui pouvait racheter la race déchue. Il n’y avait pas un seul être humain dans le monde qui était sans péché. Le Fils de Dieu descendit de son trône dans les cieux, déposa sa robe et sa couronne royale, et revêtit sa divinité de l’humanité. Il est venu mourir pour nous, se coucher dans la tombe comme les êtres humains le doivent, et être ressuscité pour notre justification. Il est venu pour se familiariser avec toutes les tentations par lesquelles l’homme est assailli. Il s’est levé du tombeau et a proclamé sur le sépulcre ouvert de Joseph : « Je suis la résurrection et la vie. » Celui qui est égal à Dieu est passé par la mort à notre place. Il a goûté la mort pour tous, afin qu’à travers lui tous puissent être participants de la vie éternelle. {Ibid. par. 5}

À travers Lui – quand il est dit « à travers Lui », qu’est-ce que cela veut dire logiquement ? Quand vous devez passer par une écluse pour aller de l’autre côté, qu’est-ce que ça veut dire ? Vous devez traverser cette expérience-même. Et Jésus a traversé une expérience que je dois traverser pour pouvoir être parfait comme Lui. Il est venu pour rendre cela possible.

Notre Sauveur a enduré tout ce que nous sommes appelés à endurer, afin qu’aucun être humain ne puisse dire : « Il ne connait pas mes souffrances et mes épreuves. » {Ibid. par. 7}

Personne ne pourrait dire ça.

Dans toutes nos afflictions, il était affligé, {Ibid.}

Combien ? Dans toutes. Gardez cela à l’esprit, frères et sœurs. Dans toutes nos afflictions Il était affligé,

… et pour cette raison-là, le Père lui a donné tout jugement. Satan a déclaré que les êtres humains ne pouvaient pas vivre sans péché. {Ibid.}

Qui a déclaré ça ? Et qui prêche cela aujourd’hui ? Arrêtez-vous pour considérer tout ce que nous lisons, d’expérience.

Satan a déclaré que les êtres humains ne pouvaient pas vivre sans péché. Christ a parcouru le terrain sur lequel Adam a trébuché et où il est tombé, et par une vie sans péché, il a placé la race humaine sur une position avantageuse, afin que tous se tiennent devant le Père, acceptés dans le Bien-aimé. {Ibid. par. 8}

Jésus est là-haut dans le ciel à cet instant-même, et Il plaide pour chacun de nous. Nous devons laver nos robes de caractère et les blanchir dans le sang de l’Agneau. C’est aussi très bien tracé dans le passage de Colossiens : « dans le corps de Sa chair. » J’ai un désir intense pour Jésus Christ – c’est de cela dont nous avons besoin pour faire partie des 144 000. Si les gens n’ont pas un intérêt intense pour Jésus Christ, ils ne peuvent pas faire partie des 144 000. Cela se résume à ça.

Voilà la raison pour laquelle, en cherchant à atteindre la perfection, nous pouvons en fait nous réjouir. Nous pouvons en fait nous réjouir dans la tribulation. Donc quand la tribulation vient, et que vous traversez ce scénario de découverte horrifiante, que vous découvrez tous les vestiges de votre vie et que vous vous sentez si indignes, et que vous traversez l’affliction, vous pouvez vous réjouir. Vous pouvez vous libérer du stress. C’est une sensation complètement bizarre. Je vous le dis, c’est la sensation la plus bizarre que j’ai jamais eu. Je peux voir mon état de péché affreux et répugnant, et malgré tout me réjouir quand je suis censé me sentir stressé.

La culpabilité vous rend stressés, n’est-ce pas ? Mais si je viens à Dieu et que je crie vers Lui, comme je l’ai lu dans The Faith I Live By, par les paroles qu’Il met dans mon cœur, et que je Lui fais confiance qu’Il m’a tout rendu disponible, et que je cherche cela dans toutes les situations de ma vie, alors je peux me réjouir dans la tribulation. Le plus c’est dur, le plus j’ai de réjouissance. « Et voilà la prochaine ! Merci, Seigneur ! Oh … Merci. C’est magnifique, c’est merveilleux. Merci, Seigneur, de me donner de l’espoir dans cette sensation sans espoir. »

Frères et sœurs, nous voulons être parmi les 144 000, non ? Nous voulons être parfaits. Ceci a été un terrible exercice mental dans mon esprit pendant des années ! Que les 144 000 étaient sans péché, et que je ne me sentais pas sans péché du tout. Comment pourrai-je être un jour parmi eux ? Puis Il m’a rappelé les douze tribus. D’où viennent ces 144 000 ? Quel était leur passé ? Oh, regardez juste les détails de ces douze fils. Et c’est de là que nous venons. Nous pouvons identifier nos péchés aux leurs.

Donc je n’ai pas à stresser avec ce magnifique message, ou ce terrible message du scellement des 144 000. Je peux me saisir de la compassion que Dieu a pour ces gens, et avoir l’assurance qu’Il va continuer à les purifier comme le savon des foulons et au travers de la fournaise ardente qu’ils doivent traverser. Et ils ne ressentiront pas une série de victoires ininterrompues. Ils ne verront pas cela ! Ils ne le ressentiront pas ! Nous sommes sauvés sans un sentiment de parfaite assurance, mis à part l’assurance de l’espérance.

Romains 8:24 Car nous sommes sauvés en espérance ; mais l’espérance que l’on voit n’est point espérance ; car ce qu’un homme voit, pourquoi l’espère-t-il encore ? 25 Mais si nous espérons ce que nous ne voyons point, [alors] nous l’attendons avec patience.

Quelle est la description des 144 000 sous le message du troisième ange ? « C’est ici la patience des saints. » Puisse Dieu nous donner la joie et l’assurance. Comme c’est écrit dans Ésaïe : « C’est dans le repos et la confiance que sera votre force. » Donc, vous n’avez pas l’impression que vous pouvez réussir à être parmi les 144 000, mais vous espérez. Vous ne pouvez pas le voir, vous ne le verrez pas jusqu’à ce que Jésus dise : « Ma grâce vous suffit », quand vous crierez : « Qui peut subsister ? » Donc vous espérerez, et vous espérerez, et vous continuerez d’espérer parce que vous ne pouvez pas le voir. Vous ne pouvez pas voir de ce côté-là de l’éternité la série ininterrompue de victoires, mais vous espérez, et vos mettez vos mains sur cette espérance. Vous continuerez de crier à Dieu avec les paroles qu’Il disposera sur vos lèvres : « Ne m’ai pas en horreur ! Fais-moi grâce, aide-moi, je me confie en Toi ! » Et avec cette espérance, nous attendrons patiemment cette réalisation que je verrai quand Jésus vient. Mais ne pensez pas que vous ne serez pas parfaits quand Il vient.

Puisse Dieu nous aider à garder nos yeux fixés sur les vrais principes et les vraies règles par lesquels nous devons être éprouvés. Ne les réduisez pas à néant. Ils sont tout aussi importants pour notre perfection qu’ils l’ont toujours été. Mais tandis qu’ils nous montrent notre véritable condition, en même temps, nous pouvons ouvrir nos cœurs à la grande compassion qui est révélée en Jésus Christ pour nous. Que Dieu nous accorde une concentration et un intérêt intense qui nous feront sortir vainqueurs parmi les 144 000. C’est ma prière.

Amen.

[23 juin 2012]

144,000 on the sea of glass3

Publié le 01/06/2016, dans Sermons, et tagué , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s