Le Mouvement de Réforme et la pluie de l’arrière-saison (avec questions & réponses)

Première étude de notre conférence à distance du 11 et 12 avril 2022, à Tahiti. 

Le Mouvement de Réforme
et la Pluie de l’Arrière-Saison

Par John Thiel, pdf

Lecture biblique : Deutéronome 32:1 Cieux, prêtez l’oreille, et je parlerai; et que la terre écoute les paroles de ma bouche. 2 Ma doctrine coulera comme la pluie; ma parole tombera comme la rosée; comme des ondées sur la verdure, comme des pluies abondantes sur l’herbe. 3 Car je proclamerai le nom de l’Éternel. Célébrez la grandeur de notre Dieu! 4 L’œuvre du Rocher est parfaite; car toutes ses voies sont la justice même. C’est un Dieu fidèle et sans iniquité; il est juste et droit.

Ma relation à vous, cher frères et sœurs, a commencé il y a bien longtemps. Lorsque j’étais encore pasteur dans le Mouvement de Réforme, il y a à peu près trente ans de cela, j’ai eu vent du fait que la Polynésie française ouvrait ses portes au message du Mouvement de Réforme. Et c’était vraiment une grande joie pour moi parce que je maintenais et je présentais très fidèlement moi-même ce message du Mouvement de Réforme. Aujourd’hui je ne fais plus partie de ce mouvement. Et c’est avec une grande joie que j’ai été témoin de votre proximité à nous dans la foi.

Une question : Est-ce juste pour nous d’être séparés du Mouvement de Réforme, ou aurions-nous dû attendre la pluie de l’arrière-saison avant de le quitter ? C’est mon objectif durant ce message aujourd’hui de traiter précisément cette question.

Qu’est-ce que la pluie de l’arrière-saison ?

Tout d’abord, qu’est-ce que la pluie de l’arrière-saison ? Pour cela nous nous tournons vers les paroles de Joël 2:23 :

Joël 2:23 Et vous, enfants de Sion, égayez-vous et réjouissez-vous en l’Éternel votre Dieu! Car il vous donne la pluie de la première saison dans une juste mesure, et il vous envoie une pluie abondante de la première et de la dernière saison, comme autrefois.

Si vous aviez une Bible avec une note de marge comme la Bible anglaise King James, vous pourriez lire ceci :

« Et vous, enfants de Sion, égayez-vous et réjouissez-vous en l’Éternel votre Dieu ! Car il vous a donné un enseignant de justice selon la justice »

Voilà ici la pluie de la première et de l’arrière-saison. Un Enseignant de justice selon la justice, [ou, comme c’est écrit dans la Bible Sacy, « un Maître qui vous enseignera la justice »]. Et si vous vous rappelez des paroles de notre lecture biblique, c’était précisément celles-ci les paroles du Saint-Esprit.

Lisons-les une fois de plus. Que dit-Il ?

Deutéronome 32:2 Ma doctrine coulera comme la pluie ; ma parole tombera comme la rosée ; comme des ondées sur la verdure, comme des pluies abondantes sur l’herbe.

La pluie, métaphoriquement parlant, fait référence au Saint-Esprit et à Son enseignement. Et afin d’élargir cela, j’aimerais lire une courte phrase de l’Esprit de prophétie :

Dieu désire que le plan de la rédemption vienne à Son peuple comme la pluie de l’arrière-saison, car ceux-ci perdent rapidement leur lien avec Dieu. (Ms 75, 1899, pp. 4, 5.) {1MR 195.3}

Donc, en réponse directe à cette question « Qu’est-ce que la pluie de l’arrière-saison ? », nous répondons : C’est le Saint-Esprit qui est déversé sur le peuple de Dieu en tant que l’Enseignant de justice selon la justice, ou encore, comme ce Maître qui nous enseigne la justice. C’est Lui dont la doctrine coulera et tombera sur le peuple de Dieu. C’est le plan de la rédemption qui vient au peuple de Dieu comme la pluie de l’arrière-saison.

Attendons-nous encore la pluie de l’arrière-saison ?

Et donc c’est cela la question maintenant : Mettre la pluie l’arrière-saison à sa juste place, lui donner la place qui lui revient réellement. Est-ce que nous l’attendons toujours dans le futur ? Ou est-ce que la pluie de l’arrière-saison a déjà été déversée dans le passé ?

J’aimerai pour cela lire une autre citation des écrits d’Ellen White :

Toute l’Ecriture est vraie, mais par une mauvaise application, certains arrivent à de fausses conclusions. Nous sommes engagés dans un terrible conflit qui s’aggravera à mesure que nous approcherons de la dernière lutte. Nous avons un adversaire qui ne sommeille pas ; sans cesse il s’efforce d’influencer l’esprit des hommes qui n’ont pas eu une expérience personnelle dans les enseignements du peuple de Dieu au cours des cinquante dernières années. Certains renverront à l’avenir des vérités applicables à leur temps. Des événements annoncés par la prophétie, et qui ont trouvé leur accomplissement loin dans le passé, sont placés dans l’avenir ; et ces théories ont pour effet de miner la foi de quelques-uns. (Ms 31, 1896.) {MC2 117.2}

J’aimerais que vous considériez attentivement ici que lorsque nous lisons les écrits de Sœur White, Sœur White nous dit que nous devons lire en gardant à l’esprit que ses écrits doivent être lus tout en tenant compte des temps et des lieux (voir Messages choisis, vol.1, p. 65.1).  Donc lorsqu’elle parle ici de ceux « qui n’ont pas eu une expérience personnelle dans les enseignements du peuple de Dieu au cours des cinquante dernières années », elle dit qu’ils prendront des vérités applicables à leur temps et les renverront à l’avenir. Donc nous ne voulons pas renvoyer à l’avenir quelque chose qui est déjà en train de se passer.

Lisons une fois de plus dans l’Esprit de prophétie :

J’entendis ceux qui étaient revêtus de l’armure proclamer la vérité avec beaucoup de puissance. Celle-ci produisait son effet. Plusieurs avaient été retenus : des femmes par leurs maris, des enfants par leurs parents. Les âmes sincères qui avaient été empêchées d’entendre la vérité l’acceptaient maintenant avec empressement. Toute crainte de leurs parents avait disparu ; seule comptait pour eux la vérité. Ils avaient eu faim et soif de la vérité ; elle leur était plus chère et plus précieuse que la vie. Je demandai ce qui avait produit ce grand changement. Un ange me répondit : “C’est la pluie de l’arrière-saison, le rafraîchissement de la part du Seigneur, le grand cri du troisième ange.” {PE 271.2}

Donc quelle est la réponse de l’ange ? En parlant de cette grande œuvre de réveil, il dit : « C’est la pluie de l’arrière-saison, le rafraîchissement de la part du Seigneur, le grand cri du troisième ange. » Est-ce que vous avez remarqué ici que sous l’inspiration on nous apprend que la pluie de l’arrière-saison et le grand cri du troisième ange sont égaux ; ce sont la même chose.

Et donc, ayant maintenant à l’esprit le fait que la pluie de l’arrière-saison et le grand cri du troisième ange sont simultanés et la même chose, suivez attentivement les paroles suivantes de l’Esprit de prophétie :

Le temps de l’épreuve [suprême] est imminent, car le grand cri du troisième ange a déjà commencé dans la révélation de la justice de Christ, le Rédempteur qui pardonne le péché. Ceci est le commencement de la lumière de l’ange qui doit remplir la terre entière de sa gloire. {MC1 425.2}

Donc elle écrivait ici : « Le temps de l’épreuve suprême est imminent, » en son temps, au temps d’Ellen White, « car le grand cri du troisième ange a déjà commencé. » Et donc nous posons la question : Sommes-nous en train d’attendre la pluie de l’arrière-saison, ou a-t-elle déjà commencé ? Cette déclaration que nous venons de lire vient de la Review and Herald, 22 novembre 1892. Et donc Sœur White déclarait en 1892 que le grand cri du troisième ange avait déjà commencé. Et rappelez-vous ce que nous avons lu juste avant où nous avons appris que le grand cri du troisième ange et la pluie de l’arrière-saison sont simultanés et égaux. Mais lorsque nous lisons ici que le grand cri avait déjà commencé « dans la révélation de la justice de Christ », de quoi parlait-elle ici ? Que voulait-elle dire par la révélation de la justice de Christ qui avait déjà eu lieu ? Pour arriver à comprendre cela, nous nous tournons vers les paroles inspirées suivantes :

« La révélation de la justice de Christ »

Le Seigneur dans Sa grande miséricorde a envoyé un précieux message à Son peuple par les frères [E. J.] Waggoner et [A. T.] Jones. Ce message avait pour but d’exalter, devant le monde, le Sauveur, le sacrifice pour les péchés du monde entier. Il présentait la justification par la foi dans la Rançon ; il invitait les gens à recevoir la justice de Christ, qui est rendue manifeste par l’obéissance à tous les commandements de Dieu. {EDJ 151.2}

Beaucoup avaient perdu de vue Jésus. Ils avaient besoin que l’on dirige leur regard vers Sa divine personne, Ses mérites et Son amour immuable pour la famille humaine. Tout pouvoir a été remis entre Ses mains, afin qu’Il puisse faire de riches dons aux hommes, accordant le don inestimable de Sa propre justice à l’être humain désespéré. Tel est le message que Dieu a commandé de donner au monde. C’est le message du troisième ange, qui doit être proclamé d’une voix forte, et accompagné d’une large mesure de l’effusion du Saint-Esprit. — Testimonies to Ministers and Gospel Workers, 91, 92 (1895). {EDJ 151.3}

Donc que nous dit ici l’inspiration ? Que la révélation de la justice de Christ, qui avait déjà commencé la pluie de l’arrière-saison et le grand cri, c’était le message qui avait été présenté en 1888 par les frères Waggoner et Jones. Est-ce que vous avez saisi cela lorsque nous lisions ensemble ? Ce message invitait les gens à recevoir la justice de Christ. Et cette justice de Christ serait rendue manifeste par l’obéissance à tous les commandements de Dieu. Donc c’est en 1888 qu’a eu lieu le commencement de la pluie de l’arrière-saison et du grand cri du troisième ange.

Le temps de la pluie de l’arrière-saison

Remarquez maintenant attentivement les paroles suivantes de l’Esprit de prophétie

Nous sommes maintenant arrivés aux derniers jours de l’œuvre du message du troisième ange, lorsque Satan agira avec une puissance accrue, car il sait qu’il n’a que peu de temps. Dans le même temps, il nous viendra, par les dons du Saint-Esprit, une diversité d’opérations lors de l’effusion de l’Esprit. C’est le temps de la pluie de l’arrière-saison. {3SM 83.2}

Est-ce que vous avez saisi ce qu’elle disait ici ? En son temps, en 1908, lorsque cette déclaration a été faite, elle disait : « Nous sommes maintenant arrivés aux derniers jours de l’œuvre du message du troisième ange », et les dons du Saint-Esprit étaient déversés. Et ensuite elle dit : « C’est le temps de la pluie de l’arrière-saison. » Elle a commencé en 1888, et depuis ce temps-là cela a continue à être la pluie de l’arrière-saison.

Prions instamment, les cœurs contrits, pour que maintenant, au temps de la pluie de l’arrière-saison, les averses de la grâce tombent sur nous. À chaque réunion à laquelle nous assistons, nos prières devraient monter, afin qu’en ce moment même, Dieu réchauffe et hydrate nos âmes. Lorsque nous recherchons le Saint-Esprit, il fera naître en nous la douceur, l’humilité d’esprit et une dépendance consciente de Dieu pour le perfectionnement de la pluie de l’arrière-saison. Si nous prions avec foi pour la bénédiction, nous la recevrons telle que Dieu l’a promise.Special Testimonies to Ministers and Workers (Series A, No. 9, 1897) {TM 508.2}

Qu’est-ce que Sœur White dit qu’ils devaient faire à cette époque ? Elle dit : C’est maintenant, au temps de la pluie de l’arrière-saison, que nous devons prier instamment, les cœurs contrits, pour demander ces averses de la grâce, pour que cette œuvre du perfectionnement de la pluie de l’arrière-saison ait lieu dans nos vies.

Et donc, à la lumière de tout ce que nous venons de voir et de lire, est-ce que nous comprenons correctement en concluant que la pluie de l’arrière-saison a commencé en 1888 par la doctrine du Saint-Esprit ? Rappelez-vous des paroles de Deutéronome 32:2. Et les gens étaient appelés à recevoir cela. Et donc pourquoi y-a-t-il tant de gens aujourd’hui qui s’attendent à l’effusion du Saint-Esprit dans la pluie de l’arrière-saison dans l’avenir ? alors que pendant tout ce temps elle se déversait déjà depuis 1888.

Pourquoi certains attendent la pluie dans le futur ?

Découvrons maintenant ensemble pourquoi les personnes s’attendent à cette pluie dans le futur alors qu’elle a déjà commencé et qu’elle continue de se déverser depuis ce temps-là de 1888. Lisons la déclaration suivante :

Mais la grâce représentée par la première pluie ne doit pas être négligée. Seuls ceux qui vivent en accord avec la lumière reçue recevront une lumière encore plus grande. À moins d’avancer chaque jour dans la mise en pratique des vertus chrétiennes actives, nous ne reconnaîtrons pas la manifestation du Saint-Esprit dans la pluie de l’arrière-saison. Elle pourra tomber sur les cœurs tout autour de nous, mais nous ne la discernerons ni ne la recevrons. {VRP 25.2}

Avons-nous reçu une réponse à notre question ? Quelle était la question ? Pourquoi est-ce les gens s’attendent à la pluie de l’arrière-saison dans le futur ? Ces personnes qui s’attendent à la pluie de l’arrière-saison dans le futur, elles doivent avoir rater quelque chose. Parce que depuis 1888, le Saint-Esprit était déversé et tombait sur les cœurs tout autour. Mais beaucoup ne savaient pas la discerner ni la recevoir.

Quand est-ce que la première pluie a commencé ? Elle a commencé à la Pentecôte, n’est-ce pas ? Et cette pluie a continué à tomber sur les cœurs depuis ce temps-là jusqu’à aujourd’hui. Et quand est-ce que la pluie de l’arrière-saison a commencé, d’après ce que nous venons de lire ? Elle a commencé lors de la présentation de la justice de Christ par Waggoner et Jones, en 1888. Donc la pluie de l’arrière-saison a commencé à tomber depuis cette date de 1888. La première pluie : depuis la Pentecôte ; la dernière pluie : depuis 1888.

Prédictions inspirées depuis 1888

Et maintenant ce que nous voudrions faire c’est lire certaines paroles de l’inspiration qui prédisent l’expérience du peuple de Dieu depuis 1888 jusqu’à la fin. Rappelez-vous, nous lisions que le message de 1888 était le début de cet ange d’Apocalypse chap. 18.

J’ai vu des anges voler rapidement çà et là dans le ciel, descendre sur la terre, puis remonter au ciel, préparant l’accomplissement de quelque événement important. Ensuite je vis un autre ange, puissant, envoyé sur la terre pour joindre sa voix au troisième ange, et donner force et puissance à son message. Cet ange était doué d’une grande puissance et environné de gloire. Lorsqu’il descendit sur la terre, celle-ci fut éclairée de sa gloire. La lumière qui l’accompagnait pénétrait partout, tandis qu’il criait d’une voix forte : “Elle est tombée, elle est tombée, Babylone la grande, et elle est devenue la demeure des démons, et le repaire de tout esprit immonde, et le repaire de tout oiseau immonde et horrible.” Le message proclamant la chute de Babylone, donné par le second ange, est ainsi répété avec la mention additionnelle de la corruption qui a envahi les Églises à partir de 1844. L’œuvre de cet ange arrive à temps pour se joindre à la grande œuvre finale du message du troisième ange au moment où sa proclamation devient un grand cri. Le peuple de Dieu est ainsi préparé pour subsister à l’heure de la tentation qu’il doit bientôt affronter. Je vis ces deux anges environnés d’une grande lumière, et ils s’unirent pour proclamer sans crainte le message du troisième ange. {PE 277.1}

Est-ce que vous avez remarqué ces dernières lignes ? « L’œuvre de cet ange arrive à temps pour se joindre à la grande œuvre finale du message du troisième ange au moment où sa proclamation devient un grand cri. » Là, en 1888, l’œuvre de cet ange d’Apocalypse 18 est arrivée, et à partir de ce moment-là, elle devait s’amplifier jusqu’à devenir un grand cri. L’effusion du Saint-Esprit devait leur donner une puissance pour proclamer le message. Et donc ici vous obtenez une vue de ce qui allait se passer dans l’avenir à partir de cette date.

Et nous poursuivons cette ligne de pensée dans la citation suivante :

Notre tâche actuelle consiste à faire retentir ce dernier message de miséricorde dans un monde déchu. Une nouvelle vie descend du ciel et s’empare de tout le peuple de Dieu. Cependant des divisions se produiront dans l’Église. Deux partis se formeront. Le froment et l’ivraie croissent ensemble en attendant la moisson. {MC2 130.2}

Comment est-ce que l’Esprit de prophétie nous prédit et nous présente l’expérience du peuple de Dieu ? Tandis que cette nouvelle puissance descend du ciel par cet autre ange, certaines personnes la recevraient et d’autres personnes ne la recevraient pas. Des divisions se produiront dans l’Église. Deux partis se formeront.

Et nous pouvons regarder en arrière aujourd’hui et voir que ce que Sœur White étaient en train de dire ici s’est déjà produit. Que s’est-il passé lors de la Première Guerre mondiale, après 1888 ? À cause de ceux qui acceptaient ce message de 1888, lorsque l’épreuve est arrivée (rappelez-vous, nous étions en train de lire à ce sujet, à propos de cette épreuve qui était imminente), il y a deux partis qui se sont formés : le Mouvement de Réforme et la grande Église (adventiste) principale — deux partis. Et remarquez à partir de ce moment-là ce qui est ensuite écrit à ce sujet :

L’œuvre se fera en profondeur et avec toujours plus d’ardeur jusqu’à la fin du temps. Et tous ceux qui sont ouvriers avec Dieu combattront énergiquement pour la foi qui a été donnée une fois aux saints. Ils ne se laisseront pas détourner du message actuel, qui déjà illumine la terre de sa gloire. (Manuscrit 32, 1896.) {MC2 130.3}

Que voulons-nous de plus ? N’est-ce pas déjà assez clair ? « L’œuvre se fera en profondeur et avec toujours plus d’ardeur jusqu’à la fin du temps. » Et la formation de ces deux groupes s’intensifiera de plus en plus. Ceux qui sont ouvriers avec Dieu, ceux qui acceptent ce message, combattront énergiquement pour le message qui déjà illumine la terre. Donc voilà la prédiction de l’avenir par l’Esprit de prophétie ; cela devient de plus en plus intense.

Et comme je l’ai mentionné, dû à l’activité de ce message, une séparation a eu lieu lors de la Première Guerre mondiale. Ça c’était le début du Mouvement de Réforme. Mais au fur et à mesure que l’œuvre devient de plus en plus intense et se fait de plus en plus en profondeur, et que l’œuvre de maintenir et de présenter ce puissant message est accompli par les fidèles ouvriers, à quoi pouvions-nous nous attendre au sein du Mouvement de Réforme ? Que s’est-il passé en 1951. Il y a eu une scission, une division dans la Réforme. Mais cela devient plus profond encore que cela. Nous lisons à ce sujet dans la Tragédie des siècles. Suivez attentivement ce qui se passerait même au sein du Mouvement de Réforme :

Une nouvelle forme donnée à la cause

Le même processus ne s’est-il pas répété dans presque toutes les Églises soi-disant protestantes ? À mesure que disparaissent les hommes qui les avaient fondées, et qui possédaient le véritable esprit de réforme, leurs descendants s’avancent et « donnent une nouvelle forme à la cause. » Tout en s’accrochant aveuglément au crédo de leurs pères et en refusant d’accepter toute vérité plus avancée que ce qu’ils avaient vu, les enfants des réformateurs s’éloignent largement de leur exemple d’humilité, d’abnégation et de renoncement au monde. Ainsi « la première simplicité disparaît. » Un déluge païen se répandant dans l’Église, entraine « avec lui ses coutumes, ses pratiques, et ses idoles. » {TS 415.2}

Alors que vous écoutiez ces paroles, est-ce que vous pouvez voir ce qui peut se passer, même avec les réformateurs et leurs enfants et les nouveaux convertis ? Lorsque la séparation a eu lieu au sein de l’Église adventiste du septième jour lors de la Première Guerre mondiale, les adventistes du septième jour fidèles, qui sont ensuite devenus réformateurs, sont sortis à cause et en raison de la puissance du message de 1888. Le message était rendu manifeste par une obéissance à tous les commandements de Dieu. Que s’est-il passé depuis ce temps-là ? Combien de générations se sont écoulées entre nous aujourd’hui et ces réformateurs-là ? Ils ne sont même plus vivants aujourd’hui. Leurs enfants sont nos arrière-grands-parents. Et nos parents sont les enfants de leurs enfants. Et donc que se passe-t-il ici, selon la déclaration que nous venons de lire ? Quel est le danger du Mouvement de Réforme ? D’après cette déclaration, ont-ils donné une nouvelle forme à la cause ?

« Nous avons vécu la pluie de l’arrière-saison ! »

Un bon nombre d’entre vous connaissent déjà le Frère A. C. Sas. Il est venu d’ailleurs à l’époque pour commencer le Mouvement de Réforme chez vous en Polynésie française. Sa mère était l’une des personnes qui étaient à l’origine sorti de l’Église adventiste pour fonder le Mouvement de Réforme. Ce frère-là s’est assis un jour dans mon séjour et nous avons parlé ensemble. Et il m’a dit ce que sa mère lui avait dit. Elle lui avait dit qu’elle et les autres frères et sœurs avec elles avaient déjà vécu et fait l’expérience de l’effusion du Saint-Esprit dans la pluie de l’arrière-saison lorsqu’ils avaient quitté l’Église adventiste du septième jour pour rester fidèles et ensuite former le Mouvement de Réforme. Cette effusion-là leur a donné la puissance pour demeurer fidèles au beau milieu de cet éclat de la Première Guerre mondiale. Mais au fur et à mesure de mon échange avec Frère Sas, il a fini par me dire ce qu’il avait dit à sa mère en réponse ; il lui a dit : « Non, Mère, la pluie de l’arrière-saison est encore à venir. » Elle lui a répondu avec véhémence : « Non, mon fils ! Nous avons fait l’expérience de la pluie de l’arrière-saison ! »

Et donc nous voilà ici aujourd’hui. Sommes-nous comme A. C. Sas et nous attendons la pluie de l’arrière-saison ? Ou est-ce que le Mouvement de Réforme actuel a raté quelque chose ?

Si vous épousez le message de 1888 tel qu’il fut présenté par les frères Jones et Waggoner, et que vous le présentez au peuple, comment est-ce que le Mouvement de Réforme y répondra aujourd’hui ? Je peux vous partager mon expérience : Je me réjouissais intérieurement de ce message de 1888. Et quand je suis entré dans le Mouvement de Réforme, j’ai vu le lien entre le message de 1888 et la Réforme. Et quand, en 1973, je me suis joins au Mouvement de Réforme, je me réjouissais du fait qu’ils voyaient que leur commencement avait eu lieu en 1888. Je me disais : « Loué soit le Seigneur ! c’est l’Église de Dieu ! » Mais au fur et à mesure que j’ai continué et que j’ai plus tard été appelé dans le ministère, je prêchai ce message de 1888, et, lié à cela, les vérités sur la nature de Christ. Puis quand j’étais dirigeant de champ en Nouvelle Zélande en 1984, j’ai fait une expérience choquante. Je proclamais ce que Waggoner et Jones avaient proclamé, et j’ai commencé à rencontrer de l’opposition. J’étais vraiment surpris. Pourquoi s’opposeraient-ils précisément à ce message-là qui constituait la pluie de l’arrière-saison à cette époque-là ?

L’essence du message de 1888

Et pour bien vous faire comprendre ce que j’essaie ici de vous partager, j’aimerais vous partager cette citation suivante du Frère A. T. Jones, où il disait ceci :

N’oubliez pas non plus que le mystère de Dieu ce n’est pas Dieu manifesté dans une chair sans péché, mais Dieu manifesté dans la chair de péché. Il ne pourrait jamais y avoir eu le moindre mystère dans le fait que Dieu se soit manifesté dans une chair sans péché — pour une personne qui n’avait aucun lien quelconque avec le péché. Ce serait plutôt évident. Mais qu’il puisse se manifester dans une chair chargée de péché et de toutes les tendances du péché, telle que la nôtre, voilà qui est un mystère. Oui, c’est le mystère de Dieu. Et c’est un fait glorieux, merci Seigneur ! Croyez-y. Et devant le monde entier, et pour la joie de chaque personne dans le monde, il a démontré en Jésus-Christ que ce grand mystère est bien un fait réel dans l’expérience humaine. En effet, « puis donc que les enfants participent de la chair et du sang, il en a aussi de même participé. » « Il a fallu qu’il devînt semblable en toutes choses à ses frères. » Et donc Dieu « l’a fait devenir péché pour nous. » Il « a fait venir sur lui l’iniquité de nous tous. » Ainsi, dans notre chair, ayant notre nature, chargé d’iniquité, et étant lui-même devenu péché, Jésus-Christ a vécu dans ce monde, tenté comme nous en toutes choses ; et pourtant Dieu l’a toujours fait triompher en lui, et a manifesté par lui l’odeur de sa connaissance en tous lieux. Ainsi, Dieu a été manifesté en chair — dans notre chair, dans une chair humaine chargée de péché — et rendue pécheresse en elle-même, faible et tentée comme la nôtre l’est. Et ainsi le mystère de Dieu a été porté à la connaissance de toutes les nations pour l’obéissance de la foi. Oh, croyez-y ! {29 septembre 1896 ATJ, ARSH 621.7}

Est-ce que vous avez discerné ici ce message de la justice de Christ qu’Il a gagnée/obtenue à travers Son combat avec la chair ? La justice de Jésus est acquise par ce combat avec la chair, et Jésus a vaincu la chair et nous a donné la victoire sur elle. Et dans la déclaration suivante, nous continuons :

Et ainsi, étant dans une chair semblable à la chair du péché, Il a condamné le péché dans la chair.  {21 février 1895 ATJ, GCB 266.8}

Toutes les tendances au péché qui sont en moi étaient en Lui, et Il n’a jamais permis à aucune d’entre elles d’apparaître en Lui. Toutes les tendances au péché qui sont en vous étaient en Lui, et Il n’en a jamais laissé apparaître une seule — toutes furent mises sous le pied et maintenues à terre. Toutes les tendances au péché qui existent dans les autres étaient en Lui, et Il n’en a jamais laissé apparaître une seule. Cela signifie simplement que toutes les tendances au péché qui existent dans la chair humaine étaient dans Sa chair humaine, et qu’Il n’en a jamais laissé apparaître une seule ; Il les a toutes vaincues. Et en Lui nous avons tous la victoire sur elles toutes.  {21 février 1895 ATJ, GCB 267.1}

Voilà ce qui était présenté par Waggoner et Jones, le vif du sujet.

Opposition catégorique du Mouvement de Réforme au message de 1888

Comment donc est-ce que le Mouvement de Réforme réagit à cette doctrine ? Ils se sont opposés à ce que j’enseignais. D’ailleurs, il y a un article qui a été rédigé à l’issu de la 18ème Session de la Conférence Générale de 1999, dans laquelle ils réitéraient tout d’abord une déclaration formulée en 1987, qui disait ceci :

Bien qu’Il [Christ] ait pris notre nature déchue, nous croyons, en harmonie avec ce qui est écrit, qu’il n’y a en Lui aucune propension au péché, mais qu’Il était tenté de l’extérieur, pas de l’intérieur, comme nous en toutes choses, cependant sans péché.  Déclaration de 1987 du Mouvement de Réforme sur « La nature humaine de Christ ».

C’était là une déclaration complètement opposée à ce que Waggoner et Jones disaient et enseignaient.

Ce sujet ne devrait pas être discuté davantage car il s’agit du « mystère de tous les mystères » et tout notre enseignement devrait être basé sur un « Ainsi dit l’Éternel », et non sur des opinions personnelles. Ibid.

Donc est-ce que vous pouvez voir où je me suis retrouvé vis-à-vis de tout cela ? Je n’étais plus en mesure de prêcher le message de 1888, parce que nous étions appelés à ne plus en discuter parce que c’est un mystère. Et vous venez d’entendre, à travers la citation précédente de Jones, que ce message c’était le message que prêchaient les frères Waggoner et Jones.

Ensuite, voilà la déclaration qu’ils ont faite en 1999, où ils disaient catégoriquement :

Les tendances ou les propensions au mal sont des penchants, des inclinations, des dispositions au mal. Ceux-ci résident dans notre pensée, et pas dans notre chair physique (Adventist Home, pp. 127, 128). Christ n’avait aucun de ceux-ci dans Sa pensée ou dans Sa chair (nature humaine). L’œuvre de la conversion est le processus que Dieu utilise pour retirer ces dispositions au mal de notre nature. Déclaration de 1999 du Mouvement de Réforme sur « La nature humaine de Christ ».

Est-ce que vous pouvez voir pourquoi je ne pouvais pas rester dans ce Mouvement ? Et donc je vous demande maintenant et aujourd’hui : Le Mouvement de Réforme actuel a-t-il accepté la pluie de l’arrière-saison s’il rejette ce message ?

Si nous croyons au message de 1888 et que nous nous engageons dans les vertus chrétiennes actives que ce message nous offre, pouvons-nous demeurer en harmonie avec le Mouvement de Réforme ? C’est à cette conclusion que notre méditation et notre message nous amène aujourd’hui, pour que ce soit vraiment clair dans notre esprit où nous nous situons et nous devrions nous situer vis-à-vis de tout cela. Devons-nous attendre la pluie de l’arrière-saison, si elle a déjà commencé à se déverser dès 1888 ? Pouvons-nous sans risque nous écarter de ce mouvement pour nous mettre en harmonie avec un mouvement qui présente ce message de 1888 ? Je vous laisse le soin de répondre à cette question par vous-mêmes.


Questions et Réponses

  • 1er échange (La marque de la bête) :

Question Frère A. : Ma question porte sur le troisième ange. Dans Apocalypse chap. 14, il est écrit qu’un troisième ange suivit après que le second ait donné son message. [Apocalypse 14:9-11 cité.] Le troisième ange parle de la marque de la bête. Donc ma question c’est : Quel est le rapport entre la pluie de l’arrière-saison et ce que prêche le troisième ange. On parle de la pluie de l’arrière-saison, mais ici, dans ma Bible, le message du troisième ange c’est la marque de la bête. J’essaie de comprendre.

Réponse Frère John : Effectivement, la marque de la bête fait bien partie du troisième ange, mais cela n’est pas tout. Si tu continues de lire, tu vois qu’il est écrit que « C’est ici la patience des saints, ce sont ici ceux qui gardent les commandements de Dieu, et la foi de Jésus. » Et donc le message que je viens de présenter ici au sujet de 1888, c’est le message du Saint-Esprit qui, dans Sa doctrine, touche les cœurs du peuple de Dieu, pour qu’ils puissent vivre en harmonie avec tous les commandements de Dieu. Et lorsque l’épreuve arrive, comme cela a été le cas lors de la Première Guerre mondiale, à la fois le Sabbat et le meurtre, le quatrième et le sixième commandement (« Tu ne tueras point ») étaient le test. C’était ça le test, c’était cela l’épreuve lors de la Première Guerre mondiale. Et ce peuple qui accepte ce message de la pluie de l’arrière-saison à partir de 1888, il est finalement amené au premier plan lorsque la marque de la bête est mise en vigueur, à savoir les lois du dimanche. Ils se tiendront devant les tribunaux pour rendre témoignage et défendre leur foi en ce temps-là, de la même manière que les frères du Mouvement de Réforme s’étaient retrouvés devant les tribunaux à cause de leur décision de ne pas participer à la guerre, de ne pas prendre les armes et de ne pas enfreindre le Sabbat. Et donc la réelle prédication contre la marque de la bête, ce n’est pas seulement de prêcher contre la papauté et le dimanche. C’est bien plus que ça. Lorsque nous devons défendre notre foi et nos convictions sur le Sabbat par opposition au dimanche, c’est à ce moment-là que nos vertus chrétiennes actives seront éprouvées. Il y a beaucoup de personnes qui prêchent cette distinction entre le Sabbat et le dimanche, et qui disent que tout le problème réside dans cela, mais qui ne comprennent pas vraiment le cœur du sujet. Ils parlent de la papauté, etc., mais ils n’accomplissent pas cette œuvre avec le bon esprit. Et donc c’est l’esprit avec lequel ils agissent et avec lequel ils parlent [qui fera la différence] ; les vertus chrétiennes actives seront révélées par le véritable peuple de Dieu lorsque les lois du dimanche seront mises en vigueur.

  • 2e échange (Le virus, le vaccin et le test) :

Frère A. : J’ai remarqué qu’aujourd’hui la technologie a beaucoup avancé. J’ai reçu des informations au sujet de la micropuce et de celui qui l’a inventé, et il dit qu’ils ont atteint un très haut niveau de technologie avec cette micropuce qui est mentionnée dans la Bible. Et quand la maladie [Covid-19] est arrivée, les élites ont créé un virus pour dépeupler le monde. Et ce n’est pas juste pour dépeupler le monde, cela a à voir avec le vaccin qui, en fait, est un test. Et en effet, ça a marché pour rassembler le monde entier. Et quand il a fallu fermer les églises, ils ont fermé les églises… Et donc ce test a marché, et pour moi, ce vaccin va conduire à la marque ; c’est pour préparer le monde entier.

Réponse Frère John : Tu as fait une déclaration dans laquelle tu as présenté ta fervente croyance. Et quand bien même je suis d’accord avec toi sur le fait que ce soit, bien évidemment, un test pour voir si nous allons plus tard recevoir la marque [de la bête] ou non, toutefois nous ne devrions pas embrouiller les choses et confondre ce test de la vaccination avec la marque de la bête. Parce que la marque de la bête c’est l’observation du dimanche imposée au peuple de Dieu. Mais c’est vrai que le monde est en train d’être conditionné par ces obligations vaccinales pour le préparer à cette question de la marque de la bête. Et afin de te répondre un peu davantage, je ne crois pas personnellement que je devrais prendre part à cette vaccination, parce que je crois que Dieu me protègera [et nous protègera] de ces pestes, si nous obéissons à Son message et à Ses conseils. C’est cela le vrai test : si oui ou non nous allons suivre les conseils de Dieu. Mais c’est la raison pour laquelle je ne peux pas venir aujourd’hui vous rendre visite, parce que, à moins que je reçoive la vaccination, je ne peux pas à la fois venir chez vous et ensuite rentrer en Australie sans avoir été vacciné. Mais ce que nous devons proclamer et ce que nous devons prêcher, ce sont les vraies lois de la santé, qui nous ont été données [dans le message de la réforme sanitaire], et la vérité sur le véritable peuple de Dieu qui garde les commandements de Dieu et qui garde le Sabbat, à la différence du dimanche. C’est cela que nous devons proclamer et prêcher.

  • 3e échange (La pluie de l’arrière-saison et le Mouvement de Réforme) :

Question. Frère B. : Je m’appelle ——, je suis membre de l’Église adventiste. Ma question c’est : En tant qu’adventiste, j’aimerais être sûr au sujet de la pluie de l’arrière-saison. Dans l’enseignement adventiste que j’ai toujours connu, les disciples ont reçu la première pluie, et nous, qui vivons aujourd’hui, devons recevoir la pluie de l’arrière-saison. C’est l’enseignement adventiste. Un jour, j’ai rencontré un évangéliste, membre du Mouvement de Réforme, il s’appelle ——. Quand je lui ai parlé de l’enseignement que j’avais toujours connu parmi les adventistes, il m’a dit que nous, qui sommes le peuple en ces derniers jours, nous ne pouvons pas nous attendre à recevoir la pluie de l’arrière-saison si nous n’avons pas reçu la première pluie. Il m’a dit : Les disciples ont reçu la première pluie, ils n’avaient pas reçu la pluie de l’arrière-saison, et donc c’est pour cela que nous ne pouvons pas aujourd’hui attendre de recevoir la pluie de l’arrière-saison ; nous devons nous efforcer de recevoir la première pluie, comme les disciples l’avaient fait. Quand j’ai commencé à comparer ce qu’on m’avait enseigné chez les adventistes avec ce que cet évangéliste m’a dit, j’étais un peu confus. Et donc c’est pour cela que j’aimerai être sûr maintenant. Nous, le peuple en ces derniers jours, que devons-nous attendre et que devons-nous recevoir ? Devons-nous recevoir la première pluie ou devons-nous recevoir la pluie de l’arrière-saison ?

Réponse Frère John : Donc, dans les déclarations que j’ai lues juste avant, y compris certaines que je n’ai pas incluses ici pour une question de temps, Sœur White dit que, pour que nous recevions la pluie de l’arrière-saison, nous devons d’abord recevoir la première pluie. Et elle dit que si nous n’avons pas reçu la première pluie, nous ne discernerons ni ne pourrons recevoir la pluie de l’arrière-saison (voir Vous recevrez une puissance, p. 25.2). Donc peux-tu voir que nous avons besoin à la fois de la première pluie et de la pluie de l’arrière-saison ensemble, et que nous avons besoin de la première pluie afin de recevoir la dernière pluie ? Et nous avons besoin de comprendre que cela est lié à la doctrine du Saint-Esprit, cet Enseignant de justice selon la justice, comme nous l’avions lu dans Joël chapitre 2, verset 23. Et c’est cette dernière doctrine de la justice selon la justice qui doit nous préparer pour être en mesure d’entrer dans le ciel. J’espère que cela a répondu à ta question.

Frère B. : Donc si j’ai bien compris, comparé à ce que j’ai toujours connu et à ce que les adventistes ont toujours enseigné et enseignent encore aujourd’hui sur le fait que nous devons attendre la pluie de l’arrière-saison, et comparant cela à ce que m’a dit cet évangéliste, que nous avons besoin de recevoir la première pluie pour recevoir la pluie de l’arrière-saison, tout cela est correct ?

Frère John : Oui, en effet, ce que cet évangéliste t’a dit est bel et bien correct, en harmonie avec ce que j’ai aussi partagé ce soir. Mais laisse-moi ajouter que les enseignements de l’Église adventiste d’aujourd’hui ne sont plus en harmonie avec les premiers enseignements des pionniers de l’Église adventiste.

Frère B. : Donc cela veut dire que ce que ce Frère —— disait, c’était le premier message des adventistes, c’est ça ?

Frère John : Oui, en effet, c’est bel et bien ça, parce que c’est exactement ce que Sœur White a écrit. En effet, les frères de la Réforme voient juste sur de nombreux sujets. Mais, comme nous l’avons vu aujourd’hui, ils ont quand même raté quelque chose. C’est juste qu’ils ont perdu de vue et qu’ils ont lâché prise du message de 1888.

Frère B. : Et donc ça c’est le seul problème avec la Réforme aujourd’hui, mais mis à part cela, tout ce que la Réforme dit est la vérité, en harmonie avec l’enseignement adventiste ?

Frère John : Les doctrines extérieures, oui. Mais le message central de la justice de Christ, c’est ce qu’ils ont raté et ce qu’ils ont perdu de vue. Le problème c’est que nous pouvons devenir comme les pharisiens, comme l’Église laodicéenne, qui a toutes les vérités mais qui a perdu la vie, la puissance et le cœur de ces vérités-là. Il se peut que nous prêchions la loi et la loi et la loi, et que nous devenions aussi secs et arides que les collines de Guilboa, comme Sœur White l’a écrit.

Frère B. : Je suis content d’apprendre aujourd’hui que la pluie de l’arrière-saison a commencé en 1888, alors que j’avais toujours pensé et cru que nous attendions la pluie de l’arrière-saison.

Frère John : Amen, loué soit le Seigneur.

Frère B. : Merci beaucoup.

  • 4e échange (Les adventistes, la Réforme et l’Église triomphante) :

Question Frère B. : Deuxième question : Par rapport aux adventistes, où sont-ils situés aujourd’hui ?

Réponse Frère John : Dans la Première Guerre mondiale, ils [les adventistes] ont capitulé de leur position du véritable peuple de Dieu qui garde Ses commandements. Quand bien même ils sont restés fidèles à de nombreuses choses de la parole de Dieu, toutefois la véritable observation de la loi, et tout particulièrement le commandement qui dit « Tu ne tueras point » et celui qui dit « Souviens-toi du Sabbat » ont été complètement transgressés. Et à partir de ce temps-là, ils ont graduellement abandonné cette condition [spirituelle] de cette Église qui était fidèle à tous les commandements de Dieu, à toute la volonté de Dieu et à cet adventisme primitif. Et nous, en tant que Mouvement pèlerin, avons pour objectif de rester fidèles à, et de maintenir toutes les doctrines qui étaient autrefois enseignées, en harmonie avec cette déclaration que nous avons lue où il était question de ces cinquante dernière années (Messages choisis, vol. 2, p. 117.2). C’est l’objectif et le but de notre mouvement. Si vous vous souvenez, nous avions lu juste avant que l’œuvre se fera en profondeur et avec toujours plus d’ardeur, et que nous devons combattre énergiquement pour la foi qui a été donnée une fois aux saints (Messages choisis, vol. 2, p. 130.3).

Frère B. : Pour moi qui suis adventiste et qui essaie de comprendre les enseignements de la Réforme, j’avais pensé qu’en quittant les adventistes et en rejoignant le Mouvement de Réforme, j’été arrivé à la dernière phase de mon expérience. Donc cela veut dire que je suis sorti de chez les adventistes et je suis entré dans la Réforme, et maintenant j’apprends qu’il y a un autre mouvement, cette autre voix. Donc cela veut dire que je dois quitter la Réforme pour rejoindre cette autre voix ?

Frère John : C’est à toi de réfléchir à cette question à la lumière de la parole de Dieu. Parce que, dans Apocalypse chap. 18, nous lisons qu’il y a cet autre ange, qui, comme nous l’avons vu, a trouvé son accomplissement dans la naissance du Mouvement de Réforme. Mais comme nous l’avons vu, le criblage s’intensifie de plus en plus, jusqu’à ce que nous en arrivions au point où, comme c’est écrit dans Apocalypse chap. 12, verset 17, Satan fait la guerre… Il ne fait pas la guerre à la femme ; il est en colère avec la femme ; et il est aussi en colère avec la postérité de la femme ; mais il fait la guerre aux restes de la postérité de la femme. Donc le criblage devient de plus en plus intense. Et donc, dans ton expérience, dans votre expérience, comme dans la mienne, il nous faut être criblés et sortir, et encore sortir, et encore sortir, jusqu’à ce que nous devenions un tout petit reste. C’est là le peuple dont nous, si toi et moi sommes fidèles, nous ferons partie, et c’est à la suite de cela que le diable nous fera la guerre.

Frère B. : Lorsque je fréquentais la Réforme, j’écoutais toujours les enseignements du Frère —— ; et lors d’une de ses études (dont je me souviens encore très bien), il disait que la Réforme est déjà le reste des adventistes. Il disait que ce n’est pas parce que nous faisons partie de ce reste de la Réforme, ce reste des adventistes, que notre course est terminée. Il disait : « Gardez à l’esprit, nous ici dans la Réforme, nous sommes le reste des adventistes ; nous sommes l’Église militante ; mais il y aura l’Église triomphante. » Et donc ce soir, alors que j’entend cet enseignement d’une autre voix, et comme tu l’as dit, si notre vocation aujourd’hui est de sortir et sortir et sortir, ma question c’est : Ce que le Frère —— disait sur l’Église militante et l’Église triomphante, est-ce que c’est la même chose que ce que nous avons entendu aujourd’hui, qu’après la Réforme il y a encore un autre groupe, qui s’appelle « une autre voix » ?

Frère John : Rappelle-toi de ce à quoi je faisais référence dans Apocalypse chap. 12, verset 17. Si [ce frère] dit que la Réforme ce sont les restes, [alors il y a un problème]. L’Église adventiste est la femme, mais il est écrit que de la femme est sorti une postérité, et que de la postérité procède les restes de la postérité. Donc selon cette prophétie-là, la Réforme est née du sein de l’Église adventiste du septième jour ; c’est elle qui est la postérité. Et comme vous m’avez entendu le présenter d’après les écrits de Sœur White, le peuple fidèle qui reçoit la pluie de l’arrière-saison, ils combattront pour la pure vérité et ils la mettront en pratique. Et nous avons vu aussi, vous vous rappellerez, que la Réforme a rejeté ce qui faisait le cœur du message de 1888. Donc, comme nous l’avions lu dans cette autre déclaration, les enfants de réformateurs sont venus et ont donné une nouvelle forme à la cause, et puisqu’ils ont donc rejeté ce message, nous ne pouvons pas continuer en harmonie avec ces personnes qui ont rejeté le message de la nature de Christ. Et donc l’Église adventiste, c’est la femme ; le Mouvement de Réforme, c’est la postérité de la femme ; et les restes de sa postérité, ce sont ceux qui demeurent fidèles à la vérité à la fin et qui sont l’Église triomphante.

Frère B. : Donc les restes de la postérité de la femme, c’est la Réforme ?

Frère John : Non. La postérité c’est la Réforme.

Frère B. : Donc les restes de la postérité de la femme, comme nous l’avons entendu ce soir, c’est l’autre voix, c’est ça ?

Frère John : C’est exact.

Frère B. : Merci beaucoup.

  • 5ème échange (En esprit et en vérité | les deux maisons d’Israël) :

Question Frère A. : Tout le monde dit : Nous avons la vérité, la vérité est ici. Mais rappelez-vous ce que Jésus-Christ avait dit dans Son entretien avec la femme samaritaine. La femme samaritaine avait dit à Jésus : « Nos pères ont adoré sur cette montagne, et vous, vous dites que le lieu où il faut adorer est à Jérusalem. » Et Jésus lui a dit : « Femme, crois-moi ; le temps vient que vous n’adorerez plus le Père ni sur cette montagne, ni à Jérusalem. » Mais ce sera en esprit et en vérité. Peux-tu m’expliquer ce que Jésus veut dire par « En esprit et en vérité » ? Il s’agit ici d’une question d’adoration.

Réponse Frère John : Exactement. C’est précisément le message que je vous ai partagé aujourd’hui ! Adorer Dieu non seulement en vérité, mais dans l’esprit du message de 1888 que nous avons reçu. C’est là tout le cœur du sujet, que nous ayons non pas seulement la vérité, mais que nous ayons l’esprit de la vérité. Et en réponse à ta question : Là où nous sommes aujourd’hui, c’est exactement là où l’Église de Christ se trouvait de Son temps. Il y avait deux maisons d’Israël — les Samaritains et les Juifs (parce que les Samaritains représentaient les dix tribus depuis longtemps déchues). Aujourd’hui, nous avons l’Église adventiste du septième jour, qui est devenue comme l’Église samaritaine, et nous avons le Mouvement de Réforme, qui sont comme les Juifs d’antan. Mais Jésus est venu pour susciter un petit groupe de disciples fidèles qui serait le reste de ces deux maisons-là.


Les échanges suivants ont eu lieu après la deuxième étude, mais portait sur la première.

  • 6e échange (Recevoir la pluie de l’arrière-saison) :

Question Frère B. : Ma première question, c’est sur le sujet d’hier soir. Hier soir, on avait parlé sur la pluie de l’arrière-saison. Comment reconnaître que tu as reçu la pluie de l’arrière-saison ?

Réponse Frère John : Si nous recevons et acceptons l’œuvre et le message de 1888, qui devient ensuite le motif qui nous pousse à faire tout ce que Dieu veut que nous fassions, alors nous pouvons reconnaître que nous avons reçu la pluie de l’arrière-saison. Mais comme je vous l’avais lu, il se peut que cette pluie tombe sur des cœurs tout autour de nous, et que nous nous ne la discernions ni ne la recevions. Et cela rejoint ce dont nous discutions juste avant. Ce que le Mouvement de Réforme a fait, c’est qu’ils ont commencé à débattre sur la doctrine de la nature de Christ. Au lieu de l’accepter telle qu’elle est et de s’en saisir dans la pratique de notre vie, nous débattons la doctrine çà et là, et nous ratons complètement la pluie de l’arrière-saison.

  • 7e échange (Tenté de l’intérieur) :

Question Frère B. : Deuxième question : Hier soir, vous disiez que la Réforme, tout ce qu’ils prêchent, c’est exact. [Fr. John : Pas tout.] Non, pas tout. Mais la Réforme, ils ont un problème ; ils disent que Jésus a été tenté seulement de l’extérieur, pas de l’intérieur. Ma question : Je voudrais comprendre, si Jésus n’a pas été tenté de l’intérieur, sur quelle base Il n’a pas été tenté de l’intérieur ?

Réponse Frère John : Eh bien, ça c’est qu’ils [la Réforme] disent. Ce n’est pas ce que je dis. Ils n’acceptent pas le fait que Jésus avait le péché dans Sa chair. Et parce que A. T. Jones et E. J. Waggoner présentaient que Jésus avait le péché de chacun d’entre nous dans Sa chair, c’est pour cela qu’Il pouvait être tenté de l’intérieur de même que de l’extérieur. Si Jésus avait notre péché dans Sa chair mais que Sa pensée l’a rejeté, alors Il n’a jamais eu de péché. Les sentiments et les pensées qui venaient à Lui étaient une tentation venant de la chair de péché. Et c’est pour cela qu’Il est notre Sauveur. Il a vaincu les tentations de la chair. Mais la Réforme dit qu’Il n’a pas été tenté de l’intérieur. Il y a une sérieuse erreur dans cet enseignement.

Frère B. : Voilà, en voyant cette déclaration-là [voir La déclaration de 1987 du Mouvement de Réforme sur « la nature humaine de Christ »], je me suis posé la question : De quel intérieur ils parlaient ? À l’intérieur de l’Église ou bien à l’intérieur de Jésus même ?

Frère John : De l’intérieur de Son corps. C’est cela qu’ils voulaient dire. Et je comprends très bien leur déclaration parce que l’article que j’avais moi-même rédigé [avant cela] avait été envoyé à la Conférence Générale, et c’est précisément les choses que j’avais écrites qu’ils rejetaient à travers cette déclaration-là [de 1987]. C’est la raison d’être de cette déclaration.

Publié le 26/04/2022, dans -Sermons, Adventisme primitif, Histoire du Mouvement de Réforme, la pluie de l'arrière-saison, Le criblage, le Saint-Esprit, Les adventistes et la guerre, Les deux maisons d'Israël, et tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 2 Commentaires.

  1. Clauda BERUBE

    Bonjour et merci beaucoup pour les sermons! Je m’en sers souvent pour mes études! SVP noter ma nouvelle adresse courriel; dieppeegliseadventiste77@gmail.com Merci Clauda Berube Directrice

    >

    • Le traducteur

      Bonjour Clauda, merci de nous écrire. Je me réjouis de ce que tu es bénie par les études. Désolé, je ne peux pas t’inscrire moi-même sur la liste ; il faut pour cela que tu te réinscrive sur le site avec ta nouvelle adresse. Merci. Que le Seigneur te bénisse, et bon Sabbat .
      Ton frère en Christ,
      Victor Bireaud

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :