20. Comprendre la méthode de jugement dans le sanctuaire

Le sanctuaire : étude 20

Par John Thiel (étude en anglais)

Cette étude en particulier est de grande valeur juste après avoir étudié les trois segments de la réforme vestimentaire, parce que dès que nous obtenons des informations sur ce qui est bien et ce qui est mal par rapport aux actions, nous tombons dans le danger terrible d’avoir une attitude de jugement, ou de juger par ce que nous voyons et tirer des conclusions qui n’aident personne. Notre étude approfondie dans le jugement, la manière dont nous jugeons, doit nous être révélée telle qu’elle nous vient du sanctuaire.

Nous étudions ici la voie de Dieu : Ta voie, ô Dieu, est dans le sanctuaire. Nous nous souvenons d’Ésaïe 55, où Dieu dit : Mes voies ne sont pas vos voies.

Ésaïe 55:8 Car mes pensées ne [sont] pas vos pensées, et vos voies ne [sont] pas mes voies, dit le SEIGNEUR. 9 Car [comme] les cieux sont élevés au-dessus de la terre, ainsi mes voies sont élevées au-dessus de vos voies, et mes pensées au-dessus de vos pensées.

« Mes méthodes de jugement ne sont pas vos méthodes. Elles sont distantes les unes des autres comme le ciel est élevé au-dessus de la terre. » Notre compréhension sur le jugement est quelque chose que nous avons besoin de comprendre tel que c’est dans la voie de Dieu, autrement notre propre voie sera complètement hors de la voie du ciel, et nous n’y aurons pas d’admission. Nous essayons de nous mettre en harmonie avec la manière de juger de Dieu. Elle vient du sanctuaire. À qui Dieu montrera-t-Il Sa manière de juger ? Si Sa voie est bien au-dessus de la voie de l’homme, et la manière de juger de l’homme est si différente, Dieu peut-Il vraiment révéler Sa voie si elle est beaucoup plus élevée et différente ?

À qui Dieu révèlera-t-Il Sa manière de juger ?

Psaume 25:8 Le Seigneur [est] bon est droit ; c’est pourquoi il enseignera aux pécheurs la voie.

Qui enseignera-t-Il ? Les pécheurs. Il enseignera aux pécheurs Sa voie.

Psaume 25:9 Il guidera les débonnaires dans le jugement ; et il enseignera sa voie aux débonnaires.

Ceci est une révélation précieuse de la voie de Dieu qui est beaucoup plus élevée que notre voie, et qui n’est pas facile à comprendre pour des êtres humains. Pourtant Dieu enseignera les pécheurs dans la voie, et Il guidera dans le jugement et enseignera Sa voie à ceux qui sont débonnaires (doux, gentil, humble ; voir Nombres 12:3, Matthieu 11:29, 5:5 ; Moïse était très débonnaire ; Apprenez de moi car je suis débonnaire et humble de cœur). Ce ne sont que les débonnaires qui recevront la voie de Dieu qui est plus élevée que notre voie ; parce que si vous n’êtes pas une personne débonnaire, vous n’ouvrirez pas votre esprit à une autre voie. Vous serez renfermés dans votre propre mentalité vaniteuse et effrontée. Ce ne sont que les débonnaires à qui Il montrera la voie. Ce sont les pécheurs qui sont devenus débonnaires qu’Il guidera dans le jugement.

L’homme le plus débonnaire

Nous devons regarder l’homme le plus débonnaire à qui Dieu a révélé le jugement. Moïse était connu comme l’homme le plus débonnaire sur la terre, mais a-t-il jamais perdu sa débonnaireté ? C’est la raison pour laquelle il ne pouvait pas entrer dans la terre promise, parce qu’il avait perdu sa débonnaireté. Mais il y avait un homme qui n’a jamais perdu sa débonnaireté, et c’était Jésus. Notez combien Il était sûr que Son jugement était correct. Remarquez la débonnaireté qui était la source de Sa certitude par rapport à Son jugement étant correct :

Jean 5:30 Je ne puis rien faire de moi-même ;

Est-ce de la débonnaireté ? C’est une attitude qui dit : Je suis désolé, Je ne peux rien faire par ma propre motivation.

Jean 5:30 … selon ce que j’entends, je juge ; et mon jugement est juste, parce que je ne cherche pas ma propre volonté, mais la volonté du Père qui m’a envoyé.

Pouvez-vous voir la caractéristique de la débonnaireté comme étant la source du vrai jugement ? Il dit : « Je ne peux rien faire de moi-même. Si je porte un jugement, cela doit être ce que j’entends » de la part de qui ? « Je ne cherche pas ma propre volonté, mais la volonté du Père qui m’a envoyé. »

Jean 5:31 Si je rends témoignage de moi-même, mon témoignage n’est pas vrai

« Je ne peux pas créer mon propre avis sur Moi-même. Je ne peux rien faire de Moi-même. Si je juge, c’est un jugement que je reçois de quelqu’un d’autre. »

Jean 5:19 Alors Jésus répondit et leur dit : En vérité, en vérité, je vous dis : Le Fils ne peut rien faire de lui-même, sinon ce qu’il voit le Père faire ; car quelques choses qu’il fasse, le Fils aussi les fait pareillement.

« Mon jugement est juste parce que Je ne fais et Je ne dis que ce que le Père m’a dit. Mon propre témoignage n’est pas bon. » C’est à une telle attitude que Dieu révèlera le vrai jugement. Observez ce qui est écrit à Son sujet par rapport aux moments où Il devait porter un jugement.

Le jugement de Jésus n’était pas le sien

Ce passage nous dit d’où Jésus reçoit Son jugement, et d’où Il ne le reçoit pas :

Ésaïe 11:3 Et il lui donnera une intelligence vive dans la crainte du SEIGNEUR ; et il ne jugera pas d’après la vue de ses yeux, et ne reprendra pas selon l’ouïe de ses oreilles.

C’est une légère contradiction : selon ce que j’entends, je juge. Qu’est-ce que cela signifie ? Lisons le contexte :

Ésaïe 11:1 Et il sortira une verge du tronc d’Isaï, et une Branche grandira de ses racines. 2 Et l’Esprit du SEIGNEUR reposera sur lui, l’esprit de sagesse et d’intelligence, l’esprit de conseil et de puissance, l’esprit de connaissance et de la crainte du SEIGNEUR. 3 Et il lui donnera une intelligence vive dans la crainte du SEIGNEUR ; et il ne jugera pas d’après la vue de ses yeux, et ne reprendra pas selon l’ouïe de ses oreilles. 4 Mais il jugera avec justice les pauvres, et reprendra avec équité pour les débonnaires de la terre ; et il frappera la terre avec la verge de sa bouche, et fera mourir le méchant par le souffle de ses lèvres.

Selon ce que j’entends, je juge, selon ce que je reçois de Mon Père. Comme il est écrit : L’esprit du Seigneur reposera sur lui, l’esprit de sagesse et d’intelligence, l’esprit de conseil et de puissance, l’esprit de connaissance et de la crainte du Seigneur. C’est quelque chose qui venait et Lui était donné du Père. Donc, quand Il jugeait, Il ne jugeait pas par ce qu’Il voyait autour de Lui, Il ne jugeait pas par la vue des yeux comme par exemple par ce qu’Il voyait une personne faire, ni par ce qu’Il entendait les gens dire ou Lui rapporter. Cela n’influençait pas Son jugement le moins du monde. Son jugement, c’était quand Il entendait le Père Lui donner l’information.

Remarquez maintenant quand Il avait à clarifier alors que les gens venaient l’examiner par rapport au jugement humain contre Son jugement. Jésus parle aux pharisiens :

Jean 8:15 Vous jugez selon la chair ; [moi,] je ne juge personne.

Je ne juge personne. Il dit cela par rapport à la façon dont ils jugent. Vous jugez selon la chair, selon la vue des yeux, et l’ouïe des oreilles, moi, je ne juge personne.

Jean 8:16 Et si même je juge, mon jugement est vrai ; car je ne suis pas seul, mais [il y a] moi et le Père qui m’a envoyé.

Il dit : « Je ne juge personne, mais si Je juge, ce n’est pas Moi qui juge. Si Je porte un jugement, ce n’est pas de Moi-même, Je ne suis pas seul, le Père est avec Moi. Mes jugements ne sont pas les Miens, Je ne juge pas. C’est le Père qui me révèle le jugement. » C’est la raison pour laquelle le Père pouvait Lui révéler le jugement, parce qu’Il était débonnaire, Il disait : « De moi-même, Je ne peux rien faire. Je ne juge personne. Je ne m’élève pas à une position où je peux porter un jugement sur qui que ce soit. »

Son conseil aux êtres humains qui doivent juger des affaires

Observons Son conseil aux êtres humains qui doivent juger des affaires, parce que dans ce monde nous devons porter des jugements.

Jean 7:24 Ne jugez pas selon l’apparence,

Il pratiquait cela, et maintenant Il leur dit : Ne vous fiez pas à l’apparence des choses. Ne vous fiez pas à ce que vous pensez entendre.

Jean 7:24 … mais jugez d’un jugement juste.

Il conseille les gens qui portent des jugements : « Ne vous fiez pas à l’apparence. Que ce soit un jugement juste. » Voici un exemple de jugement :

Jean 7:22 C’est pourquoi Moïse vous a donné la circoncision ; (non qu’elle soit de Moïse, mais des pères), et vous circoncisez un homme le jour du sabbat. 23 Si un homme reçoit la circoncision le jour du sabbat, afin que la loi de Moïse ne soit pas violée, êtes-vous en colère contre moi, parce que j’ai guéri un homme tout entier le jour du sabbat ? 24 Ne jugez pas selon l’apparence, mais jugez d’un jugement juste.

Pouvez-vous voir ce qu’Il est en train de dire ? Le jour du Sabbat, les enfants étaient circoncis parce que s’il se trouvait que le Sabbat tombait le huitième jour, ils devaient être circoncis. Vous deviez faire une opération le jour du Sabbat. Jésus dit : Me voici, guérissant un homme le jour du Sabbat, ne jugez pas selon l’apparence des choses. Voyez-vous ici la révélation ? Comment pouvons-nous opérer le Sabbat ? Cela ne peut-il pas attendre après le Sabbat, ou peut-être juste avant le Sabbat ? Pourquoi le Sabbat ? Le pharisien jugera selon l’apparence, mais Dieu dit : Ne jugez pas selon l’apparence. Nous devons juger selon les révélations de Dieu, pas selon ce que nous voyons se dérouler devant nos yeux. Je désire insister sur le fait que ce que nous étudions maintenant est d’une importance vitale pour garder le peuple de Dieu ensemble en harmonie.

Matthieu 12:1 En ce temps-là, Jésus passait par les blés un jour de sabbat ; et ses disciples avaient faim, et se mirent à arracher les épis de blés, et à manger. 2 Mais quand les Pharisiens virent [cela],

Ils ont porté un jugement. Qu’ont-ils jugé ?

Matthieu 12:2 … ils lui dirent : Voici, tes disciples font ce qu’il n’est pas permis de faire le jour du sabbat. 3 Mais il leur dit : N’avez-vous pas lu ce que fit David, quand il eut faim, et ceux qui étaient avec lui, 4 Comment il entra dans la maison de Dieu, et mangea le pain de présentation, qu’il ne lui était pas permis de manger, ni à ceux qui étaient avec lui, mais seulement aux prêtres ? 5 Ou n’avez-vous pas lu dans la loi, qu’au jour du sabbat, les prêtres dans le temple profanent le sabbat, et ne sont pas coupables ? 6 Mais je vous dis, que dans ce lieu il y a [quelqu’un] plus grand que le temple. 7 Mais si vous aviez su ce que [cela] signifie : Je veux la miséricorde, et non le sacrifice, vous n’auriez pas condamné ceux qui ne sont pas coupables. 8 Car le Fils de l’homme est Seigneur même du jour du sabbat.

Il y avait là un jugement. Connaissez-vous l’histoire à laquelle Jésus fait ici allusion ? David et ses hommes, en fuyant Saul, s’enfuyaient et arrivèrent à Nob, là où se trouvait le sanctuaire (1 Samuel 21). Ahimélec, le prêtre, demanda à David : Pourquoi es-tu seul et n’y-a-t-il personne avec toi ? Et David a dit : Je viens sur ordre du roi. C’était un mensonge. Il le fuyait. Il n’était pas là sur ordre du roi. Puis David a dit : Moi et mes hommes nous avons faim. Et Ahimélec a dit : Eh bien, la seule nourriture que j’ai ici c’est le pain de proposition ; et ça, selon la loi, cela ne devait être mangé que par le prêtre. David a dit : Oui, nous le prendrons. Et ils le prirent. En faisant cela, Ahimélec et tous ses prêtres furent tués par Saul. Quel est votre jugement ? Était-il innocent ? Jésus a dit : Mais si vous aviez su ce que cela signifie : Je veux la miséricorde, et non le sacrifice, vous n’auriez pas condamné ceux qui ne sont pas coupables. Est-ce que vous arrivez à comprendre ça ? Quel genre de jugement est-ce donc ? Il y a quelque chose qui est le jugement de Dieu et qui n’est pas la façon dont l’homme voit. C’est ce que vous voyez tout à travers les Écritures. Il y a beaucoup de choses qui tordent votre cerveau naturel, parce que cela ne sonne pas juste. Comment David peut-il être innocent devant Dieu alors qu’il était un plus grand pécheur en action que Saul ? Comment le roi David peut-il être sauvé et Saul perdu, quand le roi David a fait ces choses terribles avec Bath-Shéba, etc., etc. ? Notre jugement doit être guidé par une chose différente de ce que nous voyons, sentons, et entendons. C’est ce que Jésus essaye de dire.

Nous est-il aussi donné, en tant que disciples du doux et humble Jésus, de tirer des conclusions et de porter des jugements ? Est-ce aussi notre œuvre en tant que peuple de Dieu ?

Nous sommes appelés à porter des jugements

Voilà où l’église doit juger :

1 Corinthiens 6:1 Quelqu’un d’entre vous, ayant une affaire contre un autre, ose-t-il aller en procès devant les injustes, et non devant les saints ? 2 Ne savez-vous pas que les saints jugeront le monde ? Et si le monde sera jugé par vous, êtes-vous indignes de juger les plus petites choses ? 3 Ne savez-vous pas que nous jugerons les anges ? Combien plus les choses qui concernent cette vie ? 4 Si donc vous avez des procès pour les choses concernant cette vie, prenez pour juges ceux qui sont le moins estimés dans l’église. 5 Je parle à votre honte. Est-ce ainsi, qu’il n’y a pas un homme sage parmi vous ? Non, pas même un seul, qui sera capable de juger entre ses frères ? 6 Mais un frère entre en procès avec un frère, et cela devant les incroyants.

Qu’apprenez-vous de cela ? L’église de Dieu est appelée à porter des jugements. Nous ne devons pas aller avec nos problèmes devant les tribunaux, devant les incroyants, parce qu’ils jugeront selon la vue des yeux et l’ouïe des oreilles. Tandis que nous, dans l’église, nous sommes appelés à porter des jugements de façon similaire à la manière dont nous devrons juger un jour quand nous jugeons les anges, pendant les mille ans. Il est donc très clair qu’il nous incombe d’être juges et de tirer des jugements. Il vient maintenant le dilemme que nous devons porter des jugements sur des situations, mais que nous ne devons pas porter des jugements selon ce que nous voyons et entendons. Laissez vraiment cela pénétrer votre esprit.

1 Corinthiens 5:12 Car qu’ai-je à faire de juger aussi ceux qui sont de dehors ? Ne jugez-vous pas ceux qui sont de dedans ? 13 Mais ceux qui sont de dehors, Dieu [les] juge. C’est pourquoi ôtez cette méchante personne du milieu de vous.

S’il y a une méchante personne dans l’église, il doit être jugé et ôté. Ceci est un défi très fascinant. Donc nous disons : « D’accord, ces gens ne pratiquent pas la réforme vestimentaire, dehors. » Ou : « Ces gens ont vraiment violé certains commandements, donc nous ne prendrons plus part avec eux. » Considérez ceci, si je dois juger les anges et le monde, par ce même gage j’ai pour ordre de juger parmi les croyants. Si donc vous avez des procès pour les choses concernant cette vie, prenez pour juges ceux qui sont le moins estimés dans l’église. Qui doivent être juges dans l’église ? Ceux qui sont le moins estimés. Qu’est-ce que cela veut dire ? Les plus débonnaires.

Les plus débonnaires

Les plus débonnaires, ceux qui ne sont pas effrontés. Ceux qui sont effrontés, nous pensons qu’ils peuvent porter des jugements, mais ne les établissez pas comme juges. Vous établissez ceux qui sont le moins estimés, les plus débonnaires, ceux qui sont considérés comme si calmes qu’ils ne diront rien à personne pour essayer de les juger, ou de les détruire. Il y a un genre de personne dans l’église qui doit se charger du jugement, mais qui n’est pas prédisposé à juger. Ils sont débonnaires. Les apôtres pensaient que Judas était bien, et ils le voulaient au plus haut, mais selon Jésus il n’était pas au plus haut. Ceux-ci sont les principes que nous devons utiliser pour juger dans l’église. Le genre de jugement que nous sommes appelés à porter nous est révélé par le gage du jugement que nous devons porter pendant les mille ans.

Apocalypse 20:4 Et je vis des trônes, et ils s’assirent dessus, et [le] jugement leur fut donné ; et [je vis] les âmes de ceux qui avaient été décapités pour le témoignage de Jésus, et pour la parole de Dieu, et qui n’avaient pas adoré la bête, ni son image, et qui n’avaient pas reçu [sa] marque sur leurs fronts, ou en leurs mains ; et ils vécurent et régnèrent avec Christ mille ans.

Ils jugèrent. Mais avez-vous remarqué : Le jugement leur fut donné ? Le jugement fut donné à Jésus, et le jugement leur fut donné. Pourquoi le jugement leur a été donné ? Parce qu’ils étaient les plus débonnaires, comme Jésus était le plus débonnaire. Ils ne jugeraient que selon le jugement qui leur serait donné. Nous devons maintenant juger tel que cela nous est donné, non pas de notre propre motivation, mais comme la prérogative de Dieu. Si Dieu choisit quelqu’un pour être un juge dans l’église, Il révèlera, non selon ce qui se déroule devant eux, mais selon la manière dont Dieu juge.

1 Corinthiens 2:11 Car quel homme connaît les choses d’un homme, sinon l’esprit de l’homme qui est en lui ? De même aussi, personne ne connaît les choses de Dieu, sinon l’Esprit de Dieu. 12 Or nous avons reçu, non l’esprit du monde, mais l’esprit qui est de Dieu, afin que nous puissions connaître les choses qui nous sont librement données de Dieu ;

Dieu nous donne le jugement. Ce n’est pas les choses que l’homme dit.

1 Corinthiens 2:13 Lesquelles choses aussi nous parlons, non pas en paroles qu’enseigne la sagesse humaine, mais [avec celles] qu’enseigne l’Esprit Saint, comparant les choses spirituelles avec [les choses] spirituelles.

Notre jugement doit être gouverné par quelqu’un d’autre, l’Esprit de Dieu qui connait toutes choses. Non par l’esprit qui me connait à l’intérieur de moi-même, parce que je ne connais pas ce qui est à l’intérieur d’une autre personne, peu importe comment elle se comporte. Vous voyez cela continuellement dans l’interaction humaine. Une personne dit quelque chose, et l’autre personne dit : « Tu as dit ça ! » « Non, je n’ai pas dit ça. » « Mais si ! Je t’ai entendu dire ça. » « Oh, je n’ai pas dit ça, je voulais dire ça. » Mais la personne a pris les paroles et a conclu à partir de son propre esprit. Je vois cela se produire tout le temps dans l’église.

1 Corinthiens 2:14 Mais l’homme naturel ne reçoit pas les choses de l’Esprit de Dieu ;

L’homme naturel, c’est le pharisien qui juge de sa propre motivation. Il ne peut pas comprendre les jugements de Dieu. La manière de juger de Dieu est plus élevée que la manière de l’homme.

1 Corinthiens 2:14 … car elles lui sont une folie ;

« C’est un jugement idiot. David mérite la condamnation. Pourquoi Saul n’est-il pas sauvé ? C’est une folie pour moi. »

1 Corinthiens 2:14 … et il ne peut [les] connaître, parce qu’elles se discernent spirituellement. 15 Mais celui qui est spirituel juge toutes choses, et il n’est lui-même jugé de personne. 16 Car qui a connu la pensée du Seigneur, pour qu’il l’instruise ? Mais nous avons la pensée de Christ.

Quelle est la pensée de Christ ? L’altruisme. La personne qui est spirituellement altruiste (désintéressée) est la personne qui est la moins estimée dans l’église, et qui est établie comme juge. Essayez de comprendre cela.

Une dévotion et une piété continuelles établissent une relation si étroite entre Jésus et Son disciple que le chrétien devient comme Lui en esprit et en caractère. {That I May Know Him 124.4}

Une dévotion et une piété continuelles établissent une relation étroite de sorte que le disciple et Jésus deviennent un en esprit et en caractère.

Après une association avec le Fils de Dieu, l’humble disciple de Christ s’avère être une personne de principe solide, de perception claire, et de jugement fiable. Il a un lien avec Dieu, la Source de lumière et d’intelligence. {Ibid.}

Dieu doit être la source de lumière et d’intelligence, et alors le jugement peut être porté. Cela s’appelle un jugement fiable. Cela dépend de ceux qui sont si dépendants qu’ils ne comptent pas sur leur propre jugement. Moïse faisait cela quand le peuple venait avec toutes leurs disputes, il tombait seulement devant le Seigneur et disait : Quoi Seigneur ? C’était l’homme le plus débonnaire. Il ne savait pas comment juger, mais il disait : Qu’est-ce que je fais ici ? Il portait cela devant le Seigneur et ensuite le Seigneur lui donnait les instructions. C’est cela la vraie façon de juger. Nous devons juger Sous Sa méthode et sous Son jugement, et nous avons Jésus comme l’exemple parfait pour nous guider, non par l’ouïe, ni par la vue selon la chair.

Ce qui suit est un passage très puissant et important qui trouve son application maintenant si nous allons suivre ce que nous venons de poursuivre :

1 Corinthiens 4:4 Car je ne connais rien par moi-même ; néanmoins, je ne suis pas justifié pour cela ; mais celui qui me juge, c’est le Seigneur. 5 C’est pourquoi, ne jugez rien avant le temps, jusqu’à ce que le Seigneur vienne, qui mettra à la fois en lumière les choses cachées des ténèbres, et [qui] manifestera les conseils des cœurs ; et alors chaque homme recevra [sa] louange [de la part] de Dieu.

Si vous voyez quelque chose de mal être commis et que vous sentez que : « C’est mal, nous devons faire quelque chose par rapport à ça ! » Arrêtez-vous, retenez-vous, ne jugez rien par vous-mêmes, et attendez jusqu’à ce que le Seigneur ait mis en lumière les choses cachées des ténèbres, et les choses cachées de la pureté. Laissez le Seigneur clarifier cela. Ne tirez pas de conclusions hâtives. Nous faisons cela si rapidement. Je vois quelque chose, j’entends quelque chose : « Ca y est. » J’ai porté un jugement. Désolé. Gardez-le. Ne vous précipitez pas. Retenez-vous. Laissez le Seigneur révéler ce qui a été dit et fait. Il va peut-être falloir attendre.

Le jugement dans le ciel

Dans l’enquête céleste, dans l’heure du jugement depuis 1844, Dieu est à l’œuvre pour rendre toutes choses claires et évidentes, de la bonne façon.

Les coupables dans l’ignorance doivent apprendre leur condition. {Story of our Health Message 444.1}

Souvenez-vous de la déclaration que nous avons souvent lue : Dieu révèle les choses qui gâtent notre vie, dans le jugement (Bible Commentary Vol.5 1085.4, voir étude 8). Nous sommes ignorants de nos erreurs.

Les coupables dans l’ignorance doivent apprendre leur condition. Nous devons attendre patiemment et ne pas défaillir ou être découragés, car Dieu a Ses plans tout arrangés. Tandis que nous sommes accablés et dans la détresse, mais que nous attendons dans une soumission patiente, notre Aide invisible accomplira l’œuvre que nous ne voyons pas, et produira dans Sa providence des évènements qui soit provoqueront des réformes, soit sépareront des croyants ces membres aux cœurs partagés, qui aiment le monde. {Ibid.}

Y-a-t-il des gens aux cœurs partagés et qui aiment le monde dans l’église ? Ne les jugez pas ! Ne soyez pas rapide ! S’ils vous causent des problèmes et des difficultés, s’ils vous créent de terribles souffrances, de la détresse, vous êtes accablés, et vous attendez dans une soumission patiente, votre Aide invisible accomplira l’œuvre que nous ne voyons pas, et produira dans Sa providence des évènements qui soit provoqueront des réformes, soit sépareront des croyants ces membres aux cœurs partagés, qui aiment le monde. Jusqu’à ce que le Seigneur ai fait cela, ne jugez pas. Laissez cela porter ses fruits par Sa providence qui produit des évènements qui feront cela. S’il y a quelqu’un qui fait quelque chose de mal, laissez les évènements lui révéler s’il va se réformer ou pas. S’il ne se réforme pas, les évènements le sépareront du peuple de Dieu, parce que les évènements montreront qu’il est complètement antagonique, et alors l’église peut le juger. Vous devez attendre cela, par les évènements.

Le Seigneur est au courant de tous les cas et sait comment s’occuper de chaque. Notre sagesse est limitée à un point, tandis que la sagesse infinie comprend la fin dès le commencement. {Ibid.}

Au début d’une injustice, nous ne connaissons pas la fin, donc ne jugez pas. Soyez patiemment soumis. Laissez le Seigneur révéler. C’est un point crucial. C’est très cher à mon cœur. De nombreuses fois, les gens sont venus à moi et ont dit : « Oh ! Fais ceci, et fais cela ! » « Du calme, je ne sais pas. » « Mais regarde, regarde, regarde ! » « Non. » Nous avons vu certains avantages de fonctionner comme cela. Nous avons vu des âmes qui auraient pu être perdues si nous n’avions pas fait cela. Voilà le principe.

C’est comme cela que Dieu fait dans le temps du jugement. Alors que nous sommes jugés par nos réponses à Son orchestration des évènements, si nous répondons à la croix correctement, une purification personnelle par la repentance aura lieu, et alors nous sommes pardonnés et jugés. Si je suis pardonné parce que je suis maintenant prêt à me réformer sous les évènements qui ont survenus, j’ai été terriblement méchant mais je suis maintenant prêt à me repentir et à me réformer, alors je suis jugé digne de rester dans l’église, digne d’avoir la vie éternelle. Maintenant, il est impératif, si c’est cela la manière dont nous sommes jugés, que nous jugions les autres exactement de la même manière.

Le jugement et la mesure

Voilà le jugement du sanctuaire :

Apocalypse 11:1 Et il me fut donné un roseau semblable à une verge ; et l’ange se présenta, et dit : Lève-toi, et mesure le temple de Dieu, et l’autel, et ceux qui y adorent.

Quelle est la mesure ? Écoutez les paroles de Jésus :

Mark 4:24 Et il leur dit : Prenez garde à ce que vous entendez ; de la mesure dont vous mesurez, il vous sera mesuré ; et à vous qui entendez, il sera donné davantage.

Prenez garde à ce que vous entendez. La mesure avec laquelle vous mesurez les autres, cela vous sera mesuré.

Matthieu 7:2 Car du jugement dont vous jugez, vous serez jugés ; et de la mesure dont vous mesurez, il vous sera mesuré en retour.

Dans le jugement nous allons être mesurés. Suis-je totalement dépendant dans mes façons de juger comme Jésus était dépendant ? Il ne jugeait que ce que le Seigneur, le Père, Lui montrait. Comment a-t-Il jugé la femme qui avait été prise dans l’adultère ? L’a-t-elle jugée à être condamnée à mort ? Non. Il ne jugeait pas avec la vue des yeux et l’ouïe des oreilles. On lui avait dit qu’elle avait commis l’adultère, et c’était vrai, elle avait été prise dans l’acte. Mais qu’a fait Jésus ? Il ne l’a pas jugée condamnée. Il lui a pardonné. La mesure avec laquelle vous jugez et mesurez, cela vous sera mesuré. Je dois arriver à la hauteur de la mesure de Christ, et cette mesure sera jugée, et je serais mesurée par elle. Si je n’innocente pas mon frère ou ma sœur par la mesure de la méthode de Christ, alors je serais mesuré par ma propre mesure.

Que l’amour abonde

Philippiens 1:9 Et je prie ceci, que votre amour abonde de plus en plus en connaissance et [en] tout jugement ;

Quel genre de jugement dois-je exercer selon ce qui écrit ici ? L’amour. Que l’amour abonde de plus en plus en connaissance et en tout jugement.

Jacques 2:13 Car il aura un jugement sans miséricorde, qui n’a pas fait miséricorde ; et la miséricorde se réjouit contre le jugement.

Que votre amour soit de plus en plus en tout jugement, parce que si vous jugez sans amour, alors vous n’aurez pas de miséricorde. Car il aura un jugement sans miséricorde, qui n’a pas fait miséricorde. Vous serez jugés selon la mesure de miséricorde dont vous faites preuve envers la personne que vous jugez. Nous devons juger, mais nous serons personnellement jugés par la manière selon laquelle nous jugeons, parce la miséricorde se réjouit contre le jugement. Qu’est-ce que cela veut dire ? « Magnifique, je n’ai pas eu besoin de condamner cette personne, bien qu’il semblait que je devais le faire, parce que je peux faire preuve de miséricorde envers lui, » jusqu’à ce qu’il n’ait plus de miséricorde pour moi. C’est la personne la plus débonnaire qui doit se charger du jugement. Quand Jésus jugeait, Il jugeait ceux qui jugeaient contre Sa miséricorde : Les pharisiens. Ils l’ont crucifié. C’est pour cette raison qu’ils n’étaient pas la postérité de la femme, ils étaient la postérité du serpent. Si vous réfléchissez attentivement à tout cela, vous pouvez voir que ceci une façon de juger totalement différente. Nous serons jugés selon la manière par laquelle nous jugeons : Si je fais preuve de miséricorde ou pas. Le modèle parfait est décrit dans la parabole de Matthieu.

Matthieu 18

Ceci est la représentation vivante de ce que Jésus enseignait et de ce que la Bible dit. C’est tellement étranger à notre façon de penser, et pourtant vous verrez combien c’est vrai. C’est pour cette raison que Jésus pouvait dire que David était innocent quand il est allé et a mangé le pain de proposition, par ce principe :

Matthieu 18:23 C’est pourquoi le royaume du ciel est fait semblable à un certain roi, qui voulut faire rendre compte à ses serviteurs.

C’est le jugement. Il fait rendre compte.

Matthieu 18:24 Et quand il eut commencé de compter, on lui en amena un qui lui devait dix mille talents ; 25 Mais comme il n’avait pas de quoi payer, son seigneur commanda qu’il soit vendu, [lui,] et sa femme, et ses enfants, et tout ce qu’il avait, et que le paiement fût fait. 26 Le serviteur donc tomba à terre, et l’adora, disant : Seigneur, aie patience envers moi, et je te payerai tout. 27 Alors le seigneur de ce serviteur fut touché de compassion, et le relâcha, et lui remit la dette.

Il était libre, il ne devait même plus rien.

Matthieu 18:28 Mais ce même serviteur sortit, et trouva un de ses compagnons de service, qui lui devait cent deniers ; et il mit ses mains sur lui, et [le] prit par la gorge, disant : Paye-moi ce que tu dois. 29 Et son compagnon de service tomba à ses pieds, et le supplia, disant : Aie patience envers moi, et je te payerai tout. 30 Et il ne voulut pas ; mais [il] s’en alla, et le jeta en prison, jusqu’à ce qu’il ait payé la dette. 31 Ainsi lorsque ses compagnons de service virent ce qui s’était passé, ils furent fort attristés ; et allèrent rapporter à leur seigneur tout ce qui s’était passé. 32 Alors son seigneur, après qu’il l’eut appelé, lui dit : Ô toi, méchant serviteur, je t’avais remis toute cette dette, parce que tu m’en avais prié ; 33 Ne devais-tu pas aussi avoir compassion de ton compagnon de service, comme j’ai eu pitié de toi ? 34 Et son seigneur était en colère, et le livra aux bourreaux, jusqu’à ce qu’il ait payé tout ce qui lui était dû. 35 Ainsi aussi mon Père céleste vous fera, si de vos cœurs vous ne pardonnez pas chacun de vous à son frères ses fautes.

Pouvez-vous avoir cela de manière plus puissante ? Cela sera mesuré selon la manière dont je mesure. En commentaire sur cela, Sœur White écrit que dans le jugement dans le sanctuaire céleste, alors que mon nom se présente, cette image entre en jeu, parce que j’ai beaucoup de péchés et mes péchés sont d’une taille énorme, et je crie à Dieu pour Sa miséricorde, et Dieu me pardonne ; puis je viens et je vois mon frère ou ma sœur, et je vois des torts qu’ils m’ont fait, à moi ou à l’église, et je m’occupe d’eux, et ils viennent à moi et me disent : « Oh, je suis désolé, s’il-te-plait, ai pitié de moi ; » et je réponds en disant : « Non je ne peux pas te pardonner, tu as violé la loi, tu m’as fait tant de mal, je ne peux pas te pardonner, je ne peux pas oublier ce que tu m’as fait. » Est-ce la même chose que ce qui est écrit dans Mattieu ? Celui qui dit : « Non, tu vas devoir payer pour tout cela, tu l’as fait et tu ne me paye pas, maintenant tu dois payer, » que se passera-t-il dans le jugement si ce genre de jugement est le nôtre ? Je serai jugé selon mon jugement sur mon semblable.

Ainsi nous recevons le véritable sens de là où nous devons juger, et là où nous ne devons pas juger. Le seul jugement de chasser et de retirer de l’église et retirer de mon cœur un frère ou une sœur, c’est quand ils ont retiré le doux et humble Jésus de l’image et ont persécuté le peuple de Dieu. Là ils sont dehors. Ceux-ci sont les gens que nous jugeons. Donc soyons très prudents si nous avons un esprit qui ne pardonne pas et que cet esprit s’endurcit et s’endurcit, parce qu’il y aura des évènements dans notre vie qui nous placerons au-devant et l’église verra : « Ceci est une personne endurcie, non-chrétienne, qui ne pardonne pas », parce que leur propre vie est tellement corrompue qu’ils seront vus comme n’étant pas dignes d’être des membres d’église. C’est comme cela que ça arrivera. Dieu fera cela. C’est une chose tellement sérieuse.

Ne jugez pas

Matthieu 7:1 Ne jugez pas, afin que vous ne soyez pas jugés. 2 Car du jugement dont vous jugez, vous serez jugés ; et de la mesure dont vous mesurez, il vous sera mesuré en retour. 3 Et pourquoi regardes-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère, et ne considères-tu pas la poutre qui est dans ton œil ? 4 Ou comment dira-tu à ton frère : Laisse-moi ôter la paille de ton œil ; et voici, une poutre [est] dans ton œil ? 5 Hypocrite, ôte d’abord la poutre de ton œil ; et alors tu verras clairement pour ôter la paille de l’œil de ton frère.

C’est un beau résumé du fait de reconnaître son propre péché de sorte que vous ne jugez pas l’autre personne. Puis, quand vous reconnaissez votre propre péché, vous pouvez être compatissant envers l’autre.

Car, voyant qu’ils n’arrivent pas à garder la loi, ils inventent des règles et des règlements à eux pour se forcer à obéir. {Thoughts from the Mount of Blessings 123.1 / Heureux Ceux Qui 101.1}

C’est le pharisien. Ils voient qu’ils n’arrivent pas à garder la loi, donc que font-ils ? Ils inventent des règles et des règlements à eux pour se forcer à obéir.

Tout cela détourne l’esprit de Dieu vers le moi. Son amour s’éteint dans le cœur, et l’amour pour ses prochains périt avec lui. {Ibid.}

Vous faites des lois pour vous pousser à devenir rigide et obéissant.

Un système d’invention humaine, avec ses exactions innombrables, mènera ses partisans à juger tous ceux qui n’atteignent pas la norme humaine prescrite. L’atmosphère de critique égoïste et bornée étouffe les émotions nobles et généreuses, et poussent les hommes à devenir des juges égocentriques et des espions mesquins. {Ibid.}

Nous pensons que nous devons juger et nous commençons à espionner les uns les autres dans l’église. J’ai vu cela être pratiqué.

Les pharisiens étaient de cette classe. Ils sortaient de leurs services religieux, non pas humiliés d’un sens de leur propre faiblesse, non pas reconnaissants pour les grands privilèges que Dieu leur avait donnés. Ils sortaient remplis d’orgueil spirituel, et leur thème était : « Moi-même, mes sentiments, ma connaissance, mes manières. » Leurs propres achèvements devenaient la norme par laquelle ils jugeaient les autres. Se revêtant des robes de la dignité de soi, ils montaient sur le siège du jugement pour critiquer et condamner. {Thoughts from the Mount of Blessings 123.2 / Heureux Ceux Qui 101.2}

Le peuple prenait part, en grande partie, au même esprit, s’immisçant sur la province de la conscience et jugeant l’un l’autre des affaires qui étaient entre l’âme et Dieu. C’est par rapport à cet esprit et à cette pratique que Jésus a dit : « Ne jugez pas, afin que vous ne soyez pas jugés. » C’est-à-dire, ne vous établissez pas comme une norme. Ne faites pas de vos opinions, de vos vues du devoir, de vos interprétations de l’Écriture, un critère pour les autres et ne les condamnez pas dans votre cœur s’ils n’arrivent pas à votre idéal. Ne critiquez pas les autres, formant des hypothèses quant à leurs motifs et portant un jugement sur eux. {Thoughts from the Mount of Blessings 123.3 / Heureux Ceux Qui 101.3}

« Ne jugez rien avant le temps, jusqu’à ce que le Seigneur vienne, qui mettra à la fois en lumière les choses cachées des ténèbres, et qui manifestera les conseils des cœurs. » 1 Corinthiens 4:5. Nous ne pouvons pas lire le cœur. {Thoughts from the Mount of Blessings 124.1 / Heureux Ceux Qui 101.3}

Avez-vous essayé ? Désolé. Si vous essayez de lire le cœur, il est écrit ici que : Vous ne pouvez pas lire le cœur ! N’essayez même pas. Souvenez-vous, vous devez avoir la poutre hors de votre propre œil avant de pouvoir voir clairement.

Étant nous-mêmes fautifs, nous ne sommes pas qualifiés pour nous asseoir en jugement sur les autres. Des hommes limités ne peuvent juger que par l’apparence extérieure. À Lui seul qui connait les sources secrètes de l’action, et qui se comporte avec tendresse et compassion, est-il donné de décider le cas de chaque âme. {Ibid.}

Il clarifiera les choses. Ceci est le jugement du sanctuaire qui est en cours à ce moment même. Ceci est le vrai jugement.

Si la vérité que nous prétendons croire ne change pas le cœur et ne transforme pas le caractère, elle est sans valeur pour nous. Si les mêmes défauts de caractère demeurent en nous après que nous ayons une connaissance de la vérité ; si l’orgueil, l’estime de soi, l’autosuffisance, la mauvaise pensée, les mauvais soupçons, continuent encore ; {Review & Herald, 31 octobre 1893, par. 6}

Si cela continue, cela se révèlera. Alors le jugement frappe. Si l’on persiste dans ces choses et que l’on n’arrête pas,

… si nous jugeons ceux avec qui nous entrons en contact, nous ne devenons pas sanctifiés par la vérité, et nous n’aurons aucune part avec Christ dans son royaume. {Ibid.}

Laissez vraiment cela pénétrer.

Le Seigneur nous traitera comme nous traitons les autres. Avons-nous traité méchamment, injustement les frères, le monde ? Alors c’est à nous de confesser, de nous repentir, et d’être convertis, afin que nos péchés soient effacés quand les temps de rafraîchissement viendront de devant la présence du Seigneur. {Ibid.}

Si je veux que mes péchés soient effacés des livres, je dois être converti de cette attitude de jugement. Ce n’est pas seulement la pratique de certaines choses, c’est l’attitude des choses, qui ressortira finalement par les évènements dans la pratique des choses.

Ne faites pas seulement que souscrire à la vérité, et manquer de pratiquer les paroles de Christ. La vérité doit être appliquée à soi ; elle doit amener les hommes et femmes qui la reçoivent au Rocher, afin qu’ils tombent sur le Rocher et soient brisés. Alors Jésus peut mouler et façonner leurs caractères d’après son propre caractère divin. Si nous voulons écouter Sa voix, nous devons laisser le silence régner dans le cœur. Les clameurs du moi, ses prétentions, ses convoitises, doivent être réprimandées, et nous devons nous revêtir de la robe de l’humilité, et prendre notre place comme humbles élèves dans l’école de Christ. Quand ceci est l’attitude de nos frères, il n’y aura plus un désir de monter sur le siège du jugement pour juger les autres ; {Ibid.}

Le désir sera parti. Je ne ferai plus cela parce que la vérité a créé le silence dans mon cœur. Les clameurs du moi, ses prétentions, ses convoitises, seront réprimandées, la robe de l’humilité sera revêtue, et nous prendrons nos places comme humbles élèves dans l’école de Christ. Quand cette attitude est là, il n’y aura plus un désir de monter sur le siège du jugement pour juger les autres.

… mais ils se tapiront au pied de la croix. Alors qu’ils contemplent la beauté sans pareille du caractère de Christ, leurs propres défauts seront rendus évidents, et l’illusion de leur propre justice qui enfermait l’âme sera balayée, et les flèches du Seigneur trouveront le cœur. La vérité doit être appliquée aux âmes de notre peuple comme jamais auparavant, ou un grand nombre qui se sentent maintenant à l’aise, seront pesés dans les balances et trouvés manquants. {Review & Herald, 31 octobre 1893, par. 9}

C’est tellement puissant.

Le Seigneur et les intelligences du ciel regardent l’église qui a été favorisée par une grande lumière. Si les gens qui ont entendu la vérité pour ce temps marchent dans la lumière comme Christ est dans la lumière, ils auront l’influence régénératrice du Saint Esprit. Leurs cœurs seront adoucis et assujettis, et ils seront débonnaires et humbles de cœur, comme leur Sauveur, et on pourra dire d’eux : « Vous les connaîtrez à leurs fruits. » Ils aimeront leur Rédempteur avec une affection suprême, et honoreront tous ceux qui l’aiment et qui suivent ses préceptes. Ils ne monteront pas sur le siège du jugement, pour juger les motifs et l’œuvre de leur frère, parce qu’ils se souviendront que Christ leur a commandé : « Ne jugez pas, afin que vous ne soyez pas jugés. Car du jugement dont vous jugez, vous serez jugés ; et de la mesure dont vous mesurez, il vous sera mesuré en retour. » {Review & Herald, 24 octobre 1893, par. 1}

Ô que Dieu nous accorde d’avoir une telle vision du jugement du ciel de sorte que nous serons en harmonie avec ce jugement et que nous le pratiquerons ici et maintenant, afin que notre nom ne soient pas effacé du livre de vie par le fait que nous ne faisons pas cela.

Amen.

Publié le 09/10/2014, dans Le sanctuaire, et tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 2 Commentaires.

  1. Dalphrase claude

    Dans les études personnelles, j’ai compris que nous sommes à la fin des temps, et ce blog est dans la droite ligne de ce que nous devrions vivre maintenant, j’aimerais entrer en contact avec l’auteur de ces messages.
    Merci

    • Cher Claude, je vous remercie de votre e-mail pour prendre contact avec l’auteur de nos sermons. Victor peut vous aider ci-dessus. Que Dieu vous bénisse. Ariadne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s