18. La méthode vestimentaire de Dieu dans le sanctuaire – 2ème partie

Le sanctuaire : étude 18

Par John Thiel (étude en anglais)

La voie de Dieu dans le sanctuaire est la voie de la sainteté.

Ésaïe 35:8 Et il y aura là une grande route, et une voie, et elle sera appelée : La voie de la sainteté ; l’impur n’y passera pas ; mais elle [sera] pour ceux-là ; les voyageurs, bien qu’insensés, ne s'[y] égareront pas.

Cette voie de la sainteté dans le sanctuaire est une grande route de marche. Dans le sanctuaire hébreu, qui était chargé de montrer cette voie ? Le grand prêtre.

Lévitique 10:9 Ne bois pas de vin ni de boisson forte, toi, ni tes fils avec toi, quand vous entrez dans le tabernacle de l’assemblée, de peur que vous ne mouriez ; [ce sera] un statut perpétuel dans vos générations, 10 Et afin que vous puissiez faire la différence entre [ce qui est] saint et [ce qui est] profane, entre [ce qui est] impur et [ce qui est] pur, 11 Et afin que vous enseignez aux enfants d’Israël tous les statuts que le SEIGNEUR leur a prononcés par le moyen de Moïse.

Quelle était la responsabilité du sacerdoce ? Ils devaient montrer la voie de la sainteté, ils devaient faire une différence entre la voie qui est profane et la voie qui est sainte, et montrer cela au peuple. Les prêtres, dans leur enseignement et leur pratique, doivent représenter Jésus, la voie de Dieu. C’est ce que nous avons étudié dans la première partie de notre étude au sujet du vêtement du sacerdoce. Il était pour beauté, pour gloire et pour sainteté.

Lévitique 10:3 Alors Moïse dit à Aaron : [C’est] cela dont le SEIGNEUR a parlé, en disant : Je serai sanctifié en ceux qui s’approchent de moi, et devant tout le peuple je serai glorifié. Et Aaron garda le silence.

Ce sont eux qui vont Me sanctifier : le sacerdoce.

Psaume 89:7 Dieu est extrêmement à craindre dans l’assemblée des saints, et doit être traité avec révérence par tous [ceux qui] l’entourent.

L’image est claire, dans le sanctuaire, que les prêtres qui sont en la présence de Dieu doivent le glorifier et le sanctifier dans toutes leurs pratiques. Le sentiment d’être en la présence de Dieu est aussi mentionné dans Hébreux :

Hébreux 12:28 C’est pourquoi, recevant un royaume qui ne peut être ébranlé, ayons la grâce, par laquelle nous puissions servir Dieu d’une manière acceptable, avec révérence et une crainte pieuse ; 29 Car notre Dieu un feu consumant.

Si Dieu est un feu consumant, et si tout n’était pas fait exactement comme il fallait, qu’arrivait-il aux prêtres ? Dieu a dit dans Lévitique : Vous ne devez pas boire de boisson forte. Pourquoi a-t-Il dit cela ? Qu’est-ce qui s’était passé juste avant ? Deux prêtres, Nadab et Abihu, amenaient du feu étranger, et alors qu’ils balançaient l’encensoir, du feu est descendu et les a consumés.

Psaume 29:2 Donnez au SEIGNEUR la gloire due à son nom ; adorez le SEIGNEUR dans la beauté de la sainteté.

Qu’est-ce que le vêtement ou les robes du sacerdoce devaient dépeindre ? La beauté de la sainteté, pour gloire et pour beauté. Nous avons vu que la nudité est une honte qui doit est couverte afin d’être beau aux yeux de Dieu. Nous l’avons vu dans le sanctuaire, dans l’habit du grand prêtre. Quand vous examinez le sanctuaire et l’habit des prêtres, pouvez-vous voir la beauté intérieure ? Non. La beauté intérieure était seulement pour ceux qui étaient mis à part pour cela. Comme dans le mariage du mari et de la femme, ils sont les seuls où la nudité n’était pas une abomination. Si quoi que ce soit d’autre était dévoilé, c’était une abomination. C’est encore une autre de ces terribles abominations du temps d’Ézéchiel, les choses terribles qu’ils faisaient dans le sanctuaire (Ézéchiel chap.8).

Lévitique 18:6 Nul de vous ne s’approchera d’aucun qui est son proche parent, pour découvrir [sa] nudité ; Je [suis] le SEIGNEUR. 7 Tu ne découvriras pas la nudité de ton père, ou la nudité de ta mère ; elle [est] ta mère, tu ne découvriras pas sa nudité. 8 Tu ne découvriras pas la nudité de la femme de ton père ; c’est la nudité de ton père. … 24 Ne vous souillez en aucune de ces choses ; car en toutes ces [choses] les nations que je chasse devant vous [se] sont souillées. 25 Et le pays est souillé ; c’est pourquoi je punis sur lui son iniquité, et le pays lui-même vomit ses habitants. 26 Vous garderez donc mes statuts et mes jugements, et [vous] ne commettrez aucune de ces abominations, [ni] aucun de votre nation, [ni] aucun étranger qui séjourne parmi vous. 27 (Car toutes ces abominations, les hommes du pays, qui [étaient] avant vous, les ont faites, et le pays est souillé 😉 28 Afin que le pays ne vous vomisse pas aussi, quand vous le souillez, comme il a vomi les nations qui [étaient] avant vous.

Le vomissement, cela rappelle quelque chose, n’est-ce pas ? Laodicée ? C’est comme cela que Dieu considère la nudité. C’est pour cette raison que Shem et Japheth sont allés à reculons pour couvrir la nudité de leur père, et que Cham a été maudit. Cela fait partie du principe. Quand vous regardez le vêtement du prêtre, tout ce que vous regardez dans le détail montre qu’il n’y a rien que vous pouvez voir de son corps. Il n’y a aucune matière transparente. Le lin était très dense et le corps était entièrement et parfaitement couvert. Il y avait des caleçons en-dessous de sorte que tout était couvert. Toute révélation de la forme et de la silhouette du corps était absente. C’était la caractéristique des Adventistes du Septième Jour du temps de Sœur White, alors qu’ils apprenaient ce principe.

Leurs robes n’étaient jamais sans manches, pas de décolleté, pas de matière transparente épousant la forme. La longueur était abordée. Les hommes et les femmes devaient être convenablement couverts et habillés pour que leur forme et leurs courbes soient parfaitement revêtues. C’était pareil que le sanctuaire avec ses multiples couvertures. Dieu a fourni des détails pour l’habillement. Nous avons déjà vu le principe de cela, et nous pouvons déjà tirer nos propres conclusions à partir de la Bible et du principe vestimentaire du sacerdoce. Toutefois, Dieu ne nous a pas laissés sans des indications claires :

La robe de réforme

Nous ne pensons pas que cela soit en accord avec notre foi de s’habiller avec le costume américain, de porter des cerceaux [la robe crinoline], ou d’aller à un extrême en portant de longues robes qui balayent les trottoirs et les rues. Si les femmes portaient leurs robes de façon à éviter la saleté des rues d’un pouce [2,5 cm] ou deux, leurs robes seraient modestes, et elles seraient gardées propres bien plus facilement, et dureraient plus longtemps. Une telle robe serait en accord avec notre foi. {Testimonies for the Church Vol.1 424.1}

Un vêtement qui serait en accord avec notre foi. D’où est venue cette foi ? Du message du sanctuaire. Les femmes en ces jours portaient de très longues robes. À toutes les pensées de modestie, c’était très bon. Cela ne montrait même pas les pieds, mais était-ce modeste ? Cela rendait la robe sale et mouillée, et ensuite le bas de la robe venait frapper les chevilles des femmes et elles avaient froids et elles étaient glacées. Une telle robe ne serait pas en accord avec notre foi, mais une robe plus courte de quelques pouces le serait.

J’ai reçu plusieurs lettres de sœurs me demandant mon opinion par rapport au port de jupes côtelées. Ces questions ont eu leur réponse dans une lettre que j’ai envoyée à une sœur à Wisconsin. Je donnerai ici la lettre dans l’intérêt des autres : {Ibid.}

« En tant que peuple, nous ne croyons pas que c’est notre devoir de sortir du monde pour être hors de la mode. Si nous avons plan vestimentaire soigné, simple, modeste et confortable, et que les mondains choisissent de s’habiller comme nous, changerons-nous ce mode vestimentaire afin d’être différents du monde ? Non, nous ne devrions pas être étranges ou singuliers dans notre vêtement dans le but de différer du monde, de peur qu’ils nous méprisent à cause de cela. {Testimonies for the Church Vol.1 424.2}

Nous devons nous habiller en accord avec l’âge dans lequel nous vivons. Nous ne devons pas être considérés comme étranges ou différents si nous nous habillons dans le cadre des principes que nous avons appris. Nous pouvons nous habiller dans le cadre de l’âge dans lequel nous vivons.

« Les chrétiens sont la lumière du monde, le sel de la terre. Leur vêtement devrait être soigné et modeste, leur conversation chaste et céleste, et leur comportement irréprochable. {Ibid.}

« Comment nous habillerons-nous ? Si certaines portaient de lourdes robes matelassées avant l’introduction des cerceaux, purement pour la parade et non pour le confort, elles pêchaient contre elles-mêmes en nuisant à leur santé, qu’il est leur privilège de préserver. {Testimonies for the Church Vol.1 425.1}

Remarquez que la réforme de la santé entre aussi en jeu ici.

« Si certaines les portent maintenant pour ressembler à des cerceaux, elles commettent le péché ; car elles cherchent à imiter une mode qui est honteuse. {Ibid.}

Pourquoi portaient-elles des cerceaux ? Pour que les robes se remarquent. C’était inconfortable. Dans le monde d’aujourd’hui, nous n’avons pas cette caractéristique vestimentaire inconfortable, mais qu’est-ce que les femmes portent aujourd’hui qui est inconfortable ? Des vêtements serrés, et des chaussures à talons. Cela créé des effets corporels malsains.

Deutéronome 22:5 La femme ne portera pas ce qui est propre à un homme, et un homme ne se revêtira pas d’un vêtement de femme ; car tous ceux qui font ainsi [sont en] abomination au SEIGNEUR ton Dieu.

« J’ai vu que l’ordre de Dieu a été inversé, et Ses instructions spéciales négligées, par ceux qui adoptent le costume américain. J’ai été dirigé vers Deutéronome 22:5 : ‘La femme ne portera pas ce qui est propre à un homme, et un homme ne se revêtira pas d’un vêtement de femme ; car tous ceux qui font ainsi sont en abomination au Seigneur ton Dieu.’ Dieu ne veut pas que Son peuple adopte la soi-disant réforme vestimentaire. C’est un habit immodeste, tout à fait impropre aux humbles et modestes disciples de Christ. {Testimonies for the Church Vol.1 457.1}

« Certains qui croient en la vérité pensent peut-être qu’il serait plus sain pour les sœurs d’adopter le costume américain, toutefois si ce mode vestimentaire paralysait notre influence parmi les incroyants de sorte que nous ne pouvions pas avoir aussi facilement accès à eux, nous ne devrions en aucun cas l’adopter, bien que nous souffrions beaucoup en conséquence. Mais certains sont trompés en pensant qu’il y a un si grand profit à recevoir de ce costume. Tandis qu’il peut s’avérer un avantage pour certaines, c’est une nuisance pour d’autres. {Testimonies for the Church Vol.1 456.3}

« Il y a une tendance croissante qui veut que les femmes, dans leur vêtement et leur apparence, soient autant que possible comme l’autre sexe, et qu’elles confectionnent leur vêtement de manière très semblable à celui des hommes, mais Dieu déclare cela une abomination. ‘De la même manière aussi, que les femmes se parent d’un vêtement modeste, avec pudeur et sobriété.’ 1 Timothée 2:9. {Testimonies for the Church Vol.1 457.2}

Remarquez comment elle décrit le costume américain. Qu’est-ce qui est une abomination au Seigneur ?

« Il y a encore un autre style vestimentaire qui est adopté par une classe de soi-disant réformatrices vestimentaires. Elles imitent le sexe opposé d’aussi près que possible. Elles portent le chapeau, le pantalon, la veste, le manteau, et les bottes, les dernières étaient la partie la plus raisonnable du costume. Celles qui adoptent et défendent ce style vestimentaire portent la soi-disant réforme vestimentaire à des extrémités très répréhensibles. La confusion sera le résultat. Certaines qui adoptent ce costume sont peut-être justes dans leur vues générales sur la question de la santé, mais elles contribueraient à accomplir considérablement plus de bien si elles ne portaient pas la question du vêtement à de telles extrêmes. {Testimonies for the Church Vol.1 459.7}

« Dans ce style vestimentaire, l’ordre de Dieu a été inversé, et Ses instructions spéciales négligées. {Testimonies for the Church Vol.1 459.8}

C’est comme un tailleur. La veste vient jusqu’aux genoux, et cela, selon Deutéronome, c’est une violation. Nous recevons ici en termes modernes des instructions sur ce qui est acceptable devant le Seigneur, et ce qui ne l’est pas. L’Esprit de prophétie nous laisse avec des conclusions claires sur les détails.

Il n’y a pas de style vestimentaire plus approprié pour être porté au sanitarium que la robe de réforme. L’idée entretenue par certains, que cela porterait atteinte à la dignité et à l’utilité de cette institution, est une erreur. C’est exactement une robe de ce genre que l’on s’attendrait à trouver là, et elle ne devrait pas être abandonnée. Dans cette tenue, les aides pourraient accomplir leur travail avec beaucoup moins d’efforts que ce qui est maintenant nécessaire. Une telle robe prêcherait son propre sermon aux adeptes de la mode. Le contraste entre leur vêtements malsains, froissés, qui trainent, et la robe de réforme, proprement représentée, évocatrice qu’elle l’est de la commodité et de l’aisance dans l’emploi des membres, aurait été des plus instructifs. {Testimonies for the Church Vol.4 638.3}

Dieu a destiné la robe de réforme à être une barrière pour empêcher les cœurs de nos sœurs de devenir aliénés de Lui en suivant les modes du monde. Ceux qui ont retiré cette barrière n’ont pas pris sur eux la charge d’éviter les dangers qui doivent s’ensuivre. {Testimonies for the Church Vol.4 639.2}

Dieu a éprouvé Son peuple. Il a permis au témoignage concernant le vêtement à devenir silencieux, afin que nos sœurs suivent leur propre penchant et développent ainsi le véritable orgueil existant dans leurs cœurs. {Testimonies for the Church Vol.4 639.3}

La forme féminine ne devrait pas du tout être compressée avec des corsets et des os de baleines. Le vêtement devrait être parfaitement confortable pour que les poumons et le cœur aient une action saine. La robe devrait descendre légèrement en-dessous du haut de la botte ; mais devrait être assez courte pour éviter la saleté du trottoir et de la rue, sans être levée par la main. Une robe encore plus courte que cela serait appropriée, pratique, et saine pour les femmes, quand occupées à leurs travaux domestiques, et particulièrement pour ces femmes qui sont obligées de faire plus ou moins de travail en extérieur. Avec ce style vestimentaire, une jupe légère, ou, tout au plus deux, sont tout ce qui est nécessaire, et celles-ci devraient être boutonnées à la taille, ou suspendues avec des bretelles. Les hanches n’ont pas été faites pour porter des poids lourds. Les lourdes jupes portées par les femmes, avec leur poids qui pèsent sur les hanches, ont été la cause de diverses maladies, qui ne sont pas facilement soignées. {Selected Messages Book 2 478.3 / Messages Choisis Vol.2 537.2}

Il y a à peine une femme sur mille qui couvre ses membres comme elle le devrait. Quelle que ce soit la longueur de la robe, les femmes devraient couvrir leurs membres aussi complètement que le font les hommes. Cela peut être fait en portant des caleçons doublés réunis dans une bande et serrés autour de la cheville, ou rendu large et rétrécit en bas ; et ceux-ci devraient descendre suffisamment bas pour rejoindre la chaussure. {Ibid.}

Sœur White a reçu une vision de trois compagnies de femmes qui passaient devant elle :

La distance appropriée du bas de la robe jusqu’au sol ne m’a pas été donné en pouces. On ne m’a pas non plus montré les bottes guêtres des dames ; mais trois compagnies de femmes sont passées devant moi, avec leurs robes comme suit en ce qui concerne la longueur : {Review & Herald, 8 octobre 1867, par. 5}

Les premières étaient d’une longueur à la mode, surchargeant les membres, gênant la marche, balayant la rue et amassant sa saleté ; de celles-ci, j’ai déjà exprimé les mauvais résultats. Celles de cette classe, qui étaient des esclaves de la mode, paraissaient frêles et languissantes. {Review & Herald, 8 octobre 1867, par. 6}

L’habit de la deuxième classe qui est passée devant moi était à bien des égards comme il devrait l’être. Les membres étaient bien couverts. Elles étaient libres des fardeaux que le tyran, la Mode, avait imposé à la première classe ; mais elles étaient allées à cette extrême dans la robe courte jusqu’à en dégouter et créer des préjugés chez les bonnes personnes, et à détruire en grande partie leur propre influence. C’est cela le style et l’influence du « Costume Américain, » enseigné et porté par beaucoup à « Notre Maison, » Dansville N. Y. Il ne descend pas jusqu’au genou. Je n’ai pas besoin de dire que ce style vestimentaire m’a été montré comme étant trop court. {Review & Herald, 8 octobre 1867, par. 7}

Une troisième classe est passée devant moi, avec des visages joyeux, et un pas libre et élastique. Leur robe était de la longueur que j’ai décrite comme appropriée, modeste et saine. Elle évitait la saleté de la rue et du trottoir de plusieurs pouces dans toutes les circonstances, comme celle de monter et descendre les marches, etc. {Review & Herald, 8 octobre 1867, par. 8}

C’est cela l’appréciation du point de vue de Dieu dans cette représentation particulière. En examinant le détail de cela, nous nous rappelons que les enfants d’Israël étaient différenciés des autres nations par un cordon de bleu autour de leurs vêtements.

La réforme vestimentaire est traitée par certains avec une grande indifférence et par d’autres avec mépris, parce qu’une croix y est attachée. Pour cette croix je remercie Dieu. C’est exactement ce dont nous avons besoin pour distinguer et séparer le peuple qui garde les commandements de Dieu du monde. La réforme vestimentaire nous correspond comme le cordon de bleu correspondait à l’ancien Israël. Les orgueilleux, et ceux qui n’ont pas d’amour pour la vérité sacrée, qui les séparera du monde, le montreront par leurs œuvres. Dieu dans Sa providence nous a donné la lumière sur la réforme de la santé, afin que nous la comprenions dans toute ses incidences, que nous suivions la lumière qu’elle apporte, et en se rapportant correctement à la vie, que nous ayons la santé afin de pouvoir glorifier Dieu et être une bénédiction pour les autres. {Testimonies for the Church Vol.3 171.1}

La réforme vestimentaire et la réforme de la santé vont ensemble, selon cette déclaration. Cela doit nous distinguer du monde et des païens autour de nous, tout comme c’était le cas pour les enfants d’Israël.

L’ordre donné par Dieu aux enfants d’Israël de mettre un cordon de bleu sur leurs vêtements ne devait pas avoir d’influence directe sur leur santé, mais seulement en ce que Dieu les bénirait par l’obéissance, et le cordon de bleu garderait en leur mémoire les exigences élevés de Jéhovah et les empêcherait de se mélanger avec d’autres nations, de s’unir à leurs festin d’ivresse, et de manger de la chair de porc et de la nourriture de luxe nuisible à la santé. Dieu veut maintenant que Son peuple adopte le vêtement de réforme, non seulement pour les distinguer du monde comme Son « peuple particulier, » mais parce qu’une réforme dans le vêtement est essentielle à la santé physique et mentale. Le peuple de Dieu a, dans une grande mesure, perdu sa particularité, et ils ont graduellement suivit l’exemple du monde, et se sont assemblés avec eux, jusqu’à ce qu’ils soient devenus à bien des égards comme eux. Cela déplait à Dieu. Il leur ordonne, comme Il a ordonné aux enfants d’Israël anciennement, de sortir du monde et de renoncer à leurs pratiques idolâtres, en ne suivant pas leurs propres cœurs (car leurs cœurs ne sont pas sanctifiés) ou leurs propres yeux, qui les ont menés à s’écarter de Dieu et à s’unir au monde. {Testimonies for the Church Vol.1 524.2}

Quelque chose doit survenir pour réduire l’emprise du peuple de Dieu sur le monde. Le vêtement de réforme est simple et sain, et pourtant il y a une croix dedans. Je remercie Dieu pour la croix et je m’incline avec joie pour la soulever. Nous avons été tellement unis au monde que nous avons perdu la croix de vue et que nous ne souffrons pas pour l’amour de Christ. {Testimonies for the Church Vol.1 525.1}

Nous voyons bien la compréhension et l’appréciation liée à ce genre de réforme vestimentaire, tel que c’est représenté dans les détails des vêtements qu’ils portaient aux jours de Sœur White.

Ces routes sont distinctes, séparées, dans des directions opposées. L’une mène à la vie éternelle, l’autre à la mort éternelle. J’ai vu la distinction entre ces routes, et aussi la distinction entre les compagnies qui les parcourent. Les routes sont opposées ; l’une est large et lisse, l’autre est étroite et accidentée. Ainsi, les groupes qui les parcourent sont opposés dans le caractère, la vie, le vêtement, et la conversation. {Testimonies for the Church Vol.1 127.1}

Ceux qui voyagent sur la voie étroite parlent de la joie et du bonheur qu’ils auront à la fin du voyage. Leurs visages sont souvent tristes, mais rayonnent souvent d’une joie sainte et sacrée. Ils ne s’habillent pas comme la compagnie dans la voie spacieuse, ne parlent pas non plus comme eux, et n’agissent pas comme eux. Un modèle leur a été donné. Un homme de douleurs et connaissant la peine a ouvert la route pour eux, et l’a Lui-même parcourue. Ses disciples voient Ses traces de pas, et sont consolés et encouragés. Il est passé sain et sauf ; ils le peuvent aussi, s’ils suivent Ses traces. {Testimonies for the Church Vol.1 127.2}

Dans la route spacieuse, tous sont préoccupés par leurs personnes. {Testimonies for the Church Vol.1 128.1}

Est-ce une chose habituelle dans le monde d’aujourd’hui que les hommes et les femmes soient préoccupés par leurs personnes ? Oh, mes cheveux, oh, mes habits, oh, le reste.

Dans la route spacieuse, tous sont préoccupés par leurs personnes. Ils s’adonnent librement à l’hilarité et à la jubilation, et ne pensent pas à la fin de leur voyage, à la destruction certaine à la fin du chemin. Chaque jour, ils s’approchent plus près de leur destruction ; mais ils se précipitent frénétiquement avec plus en plus de rapidité. Oh, combien cela m’a paru épouvantable ! {Ibid.}

J’en ai vu beaucoup voyageant sur cette route spacieuse et qui avaient ces mots écrits sur eux : « Mort au monde. La fin de toutes choses est proche. Vous aussi, soyez prêts. » Ils paraissaient comme tous ceux qui étaient vains autour d’eux, à l’exception d’un soupçon de tristesse que je remarquai sur leurs visages. Leur conversation était tout comme celle de ceux qui étaient gais et irréfléchis autour d’eux ; mais ils montraient de temps en temps avec grande satisfaction les lettres sur leurs vêtements, appelant les autres à avoir les mêmes sur les leurs. Ils étaient sur la voie spacieuse, toutefois ils prétendaient être du nombre qui parcourait le chemin étroit. Ceux autour d’eux disaient : « Il n’y a pas de distinction entre nous. Nous sommes pareils ; nous nous habillons, nous parlons, et nous nous comportons de la même manière. {Testimonies for the Church Vol.1 128.2}

Ces déclarations nous disent ce que la réforme vestimentaire est vraiment censée être. Il y a une croix dedans, mais nous marchons dans les pas de Jésus.

J’ai vu que Dieu hait l’orgueil, et que tous les orgueilleux et tous ceux qui commettent la méchanceté seront du chaume, et le jour qui vient les embrasera. J’ai vu que le message du troisième ange doit encore œuvrer comme du levain sur de nombreux cœurs qui prétendent le croire, et purifier leur orgueil, leur égoïsme, leur convoitise, et leur amour du monde. {Testimonies for the Church Vol.1 132.3}

Jésus vient, et trouvera-t-Il un peuple conforme au monde ? Reconnaîtra-t-Il ceux-ci comme Son peuple qu’Il a purifié pour Lui-même ? Oh, non. Nuls autres que ceux qui sont purs et saints seront reconnus comme les Siens. Ceux qui ont été purifiés et blanchis par les souffrances, et qui se sont tenus séparés, non tachés par le monde, Il reconnaîtra ceux-là comme les Siens. {Testimonies for the Church Vol.1 133.1}

Quand j’ai vu le terrible fait que le peuple de Dieu était conforme au monde, sans distinction, excepté dans le nom, entre un grand nombre des prétendus disciples du doux et humble Jésus et les incroyants, mon âme a ressenti une profonde angoisse. J’ai vu que Jésus était blessé et exposé à l’opprobre. Alors qu’avec peine il voyait le prétendu peuple de Dieu aimant le monde, prenant part à son esprit, et suivant ses modes, l’ange a dit : « Coupez vos liens ! Coupez vos liens ! de peur qu’Il ne vous donne votre part avec les hypocrites et les incroyants en dehors de la ville. Votre profession ne vous causera qu’une plus grande angoisse, et votre châtiment sera plus grand parce que vous connaissiez Sa volonté, et que vous ne l’avez pas faite. » {Testimonies for the Church Vol.1 133.2}

C’est une expérience tranchante, et pourtant c’est une bénédiction quand on la suit.

J’ai vu que la hache doit être mise à la racine de l’arbre. Un tel orgueil ne devrait pas être toléré dans l’église. Ce sont ces choses qui séparent Dieu de Son peuple, qui tiennent l’arche loin d’eux. Israël a été endormi à l’orgueil, la mode, et la conformité au monde juste au milieu d’eux. Ils progressent chaque mois dans l’orgueil, la convoitise, l’égoïsme, et l’amour du monde. Quand leurs cœurs sont touchés par la vérité, cela provoquera une mort au monde, et ils mettront de côté leurs rubans, leur dentelle, et leurs collerettes ; et, s’ils sont morts, le rire, la raillerie, et le mépris des incroyants ne les ébranleront pas. Ils ressentiront un désir ardent d’être séparé du monde, comme leur Maître. Ils n’imiteront pas son orgueil, ses modes, ou ses coutumes. Le noble objectif sera toujours devant eux, de glorifier Dieu et gagner l’héritage immortel. Cette perspective engloutira toutes les autres d’une nature terrestre. {Testimonies for the Church Vol.1 136.1}

Notre étude sur la méthode vestimentaire de Dieu se terminera en examinant la matière que nous utilisons, et les décorations qui, nous le découvrirons, ne sont pas correctes par rapport aux exemples dans la Bible.

Amen.

[Note : Afin de comprendre certains termes employés par l’Esprit de prophétie concernant les robes de l’époque, voici quelques images :

les cerceaux (robe crinoline) :


la robe longue :


le costume américain :


la robe de réforme :


Plus d’illustrations et de photographies ici : History of Women’s Dress in Pictures (Histoire du vêtement des femmes en images), et ici : The Androgyny Deception (La tromperie androgyne)]

3 soeurs

Publié le 25/09/2014, dans La réforme vestimentaire, Le sanctuaire, et tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s