14. Le rafraichissement du Sabbat dans le sanctuaire

Le sanctuaire : étude 14

Par John Thiel (étude en anglais)

Nous avançons maintenant dans les différents aspects que nous obtenons par les vérités, par les doctrines qui ressortent de l’étude du sanctuaire. Cette étude entre dans une recherche des Dix Commandements tels qu’ils sont dans le sanctuaire céleste. Les Dix Commandements y sont, dans le lieu très saint. Quand Ellen White a reçu la vision, elle est entrée dans le sanctuaire céleste, et elle a vu quelque chose alors que ces Dix Commandements étaient ouverts.

Dans la ville, je vis un temple, dans lequel j’entrai. Je passai à travers une porte avant d’arriver au premier voile. Ce voile fut levé, et je passai dans le lieu saint. Ici, je vis l’autel des parfums, le chandelier avec les sept lampes, et la table sur laquelle se trouvait le pain de proposition. {Early Writings 32.2 / Premiers Écrits 32.2}

Elle a vu quelque chose de similaire à Jean quand il a vu les chandeliers et l’autel des parfums.

Après avoir vu la gloire du lieu saint, Jésus leva le second voile et je passai dans le saint des saints. {Ibid.}

Dans le saint des saints je vis une arche ; ses dessus et ses côtés étaient composés de l’or le plus pur. À chaque extrémité de l’arche se trouvait un beau chérubin, avec ses ailes déployées par-dessus. Leurs faces étaient tournées l’une vers l’autre, et ils regardaient vers le bas. Entre les anges se trouvait un encensoir d’or. Au-dessus de l’arche, où les anges se tenaient, il y avait une gloire extrêmement brillante, qui paraissait comme un trône où Dieu demeurait. Jésus se tenait près de l’arche, et alors que les prières des saints montaient à Lui, l’encens dans l’encensoir fumait, et Il offrait leurs prières avec la fumée de l’encens à Son Père. Dans l’arche se trouvait la cruche d’or de la manne, la verge d’Aaron qui avait fleuri, et les tables de pierre qui se refermaient comme un livre. Jésus les ouvrit, et j’y vis les Dix Commandements écrits avec le doigt de Dieu. Sur une table il y en avait quatre, et sur l’autre six. Les quatre sur la première table brillaient avec plus d’éclat que les six autres. Mais le quatrième, le commandement du Sabbat, brillait plus qu’eux tous ; car le Sabbat a été mis à part pour être gardé en l’honneur du saint nom de Dieu. Le saint Sabbat paraissait glorieux, un halo de gloire l’entourait. {Early Writings 32.3 / Premiers Écrits 32.3}

Dans notre étude du sanctuaire, et en examinant chaque élément dans le sanctuaire, nous allons les élargir. Dans cette étude, nous allons nous pencher sur le halo autour du Sabbat. Ce halo a à voir avec la magnifique lumière de la vérité que nous devons découvrir à propos du Sabbat. Le Sabbat est une magnifique gemme d’appréciation et de compréhension, qui est rafraichissante pour la vie spirituelle du peuple de Dieu. Mais cette magnifique lumière, ce magnifique rafraichissement a été pollué dans le monde chrétien d’aujourd’hui. Dans Ézéchiel 34:18, nous lisons à propos de ce que les ministres de la Bible ont fait aux différents aspects de la Bible, de sorte que les gens ne peuvent pas boire de cette eau de vie claire et magnifique.

Ézéchiel 34:18 Est-ce peu de chose pour vous d’avoir brouté le bon pâturage, que vous fouliez de vos pieds le reste de vos pâturages ? et d’avoir bu des eaux profondes, que vous troubliez le reste de vos pieds ? 19 Et [quant à] mon troupeau, elles mangent ce que vous avez foulé de vos pieds ; et elles boivent ce que vous avez troublé de vos pieds.

Voici la description de la manière dont Dieu dépeint le comportement des pasteurs de l’évangile, parce qu’Il écrit ici aux bergers. Il dit : Vous êtes censés nourrir le troupeau mais vous vous nourrissez vous-mêmes, et ce qui reste vous le foulez de vos pieds, et les brebis doivent manger l’herbe écrasée, et l’eau magnifique et claire qui est censée être bue était polluée parce qu’ils remuaient la boue. Il identifie cette eau comme l’évangile et la beauté de la parole de Dieu pour le peuple. Dans Ésaïe 56, vous avez la terminologie « troublé de vos pieds » utilisée d’une autre façon. Nous trouvons ici les instructions que Dieu donne par rapport à ce qu’il est juste de faire et ce qu’il ne faut pas faire.

Ésaïe 56:1 Ainsi dit le SEIGNEUR : Gardez le jugement, et pratiquez la justice ; car mon salut est près de venir, et ma droiture d’être révélée. 2 Heureux est l’homme qui fait cela, et le fils de l’homme qui s’en empare ; qui garde le sabbat pour ne pas le profaner, et qui garde sa main de faire aucun mal.

C’est encore répété ici :

Ésaïe 56:6 Et les fils de l’étranger, qui se joignent au SEIGNEUR pour le servir, et pour aimer le nom du SEIGNEUR, pour être ses serviteurs, quiconque garde le sabbat pour ne pas le profaner, et qui se saisit de mon alliance ;

Piétiner l’eau, la polluer et la fouler des pieds, c’est ce que nous sommes appelés à ne pas faire. C’est ce que le passage suivant exprime :

Ésaïe 58:12 Et [ceux qui sortiront] de toi bâtiront les anciennes ruines ; tu relèveras les fondements de plusieurs générations ; et tu seras appelé : Le réparateur de brèche, Le restaurateur des sentiers où l’on demeure. 13 Si tu détournes ton pied du sabbat, pour ne pas faire ton plaisir en mon saint jour ; si tu appelles le sabbat un délice, et honorable le saint du SEIGNEUR ; si tu l’honores, en ne suivant pas tes propres voies, ni en cherchant ton propre plaisir, ni en disant tes propres paroles

Que faisaient-ils ? Ils troublaient l’eau rafraichissante de leurs pieds. Il était question de la signification spirituelle de cette eau : l’eau de vie, la parole de vie ; et tandis que le ministère donne la parole de vie, ils la troublent, ils la polluent en y mettant leurs pieds. Maintenant, il est dit : Si vous allez faire le contraire, vous allez détourner votre pied du Sabbat, et vous n’allez plus remuer cette magnifique bénédiction du rafraichissement du Sabbat.

La vérité du Sabbat fait partie de ce magnifique fleuve qui coule de dessous le trône de Dieu, le fleuve de vie. Ce fleuve de vie ne doit pas être pollué, en ce qui concerne le Sabbat qui est entouré d’un halo particulier dans le trône céleste. Découvrons l’éclat du Sabbat. Il est identifié dans Exode 20. Les Dix Commandements qui ont été écrits par le doigt de Dieu sont décrit dans ce langage :

Exode 20:10 Mais le septième jour est le sabbat du SEIGNEUR ton Dieu ;

C’est une déclaration très importante. Les gens la lisent si rapidement. C’est le Sabbat du Seigneur ton Dieu.

Exode 20:11 Car en six jours le SEIGNEUR a fait le ciel et la terre, la mer et tout ce qui est en eux, et il s’est reposé le septième jour ; c’est pourquoi le SEIGNEUR a béni le jour du sabbat, et l’a sanctifié.

Lorsque vous lisez les Dix Commandements, vous pouvez voir pourquoi dans le sanctuaire céleste Ellen White a vu en vision un halo autour du Sabbat, parce que c’est le Sabbat du Seigneur ton Dieu. Il y a là le nom du législateur : le Seigneur ton Dieu. Qui est-Il ? Il est dit : Car en six jours le SEIGNEUR a fait le ciel et la terre. Son nom est là, et aussi Sa position, le Créateur, le Roi de l’univers. Et quel est Son domaine ? Le ciel et la terre. Dans toute la loi, vous n’avez pas d’autre identification de celui qui la donne. Ceci est donc reconnu comme le sceau du législateur.

Un sceau, c’est quand un législateur imprime sur cette loi son insigne, le nom, la position qu’Il détient et la domination qu’il possède. Il n’y a pas d’autre commandement dans les Dix Commandements qui possède cela, et pour cette raison le Sabbat est le sceau même de Dieu et il est appelé le Sabbat du Seigneur ton Dieu. Lorsque vous inversez les mots « Le Sabbat du Seigneur », vous avez : « Le Seigneur du Sabbat » et c’est exactement la même signification. Le Seigneur du Sabbat. Si vous avez le jour, vous avez le Seigneur, si vous avez le Seigneur, vous avez le jour. C’est une conclusion très simple sans y placer l’interprétation de qui que ce soit. C’est ce qui est écrit dans Marc. Voici la terminologie de Jésus par rapport au Sabbat :

Le jour du Seigneur

Marc 2:27 Et il leur dit : Le sabbat a été fait pour l’homme, et non pas l’homme pour le sabbat ;

Pour qui est-ce que le Sabbat a été fait ? Il a été fait, non pas pour le Juif, comme beaucoup pensent, mais pour l’homme. Et maintenant Jésus dit :

Marc 2:28 C’est pourquoi le Fils d’homme est le Seigneur aussi du Sabbat.

Le Sabbat du Seigneur ton Dieu, Jésus dit : Eh bien, Je suis ce Seigneur du Sabbat ; et vous ne pouvez pas changer cela, c’est une réalité. La terminologie du jour du Seigneur ne peut pas être mal interprétée comme quoi que ce soit d’autre que le Sabbat qui a été donné dans les Dix Commandements, et le Sabbat est le jour du Seigneur qui a été fait pour l’homme. C’est seulement de cette manière que vous pouvez comprendre Apocalypse 1:10. Jean était sur Patmos, et que faisait-il en ce jour ?

Apocalypse 1:10 J’étais en l’Esprit, le jour du Seigneur, et j’entendis derrière moi une grande voix, comme [celle] d’une trompette,

Quel était le jour du Seigneur dans lequel il était ? Cela ne peut pas être mal interprété, c’est le jour du Sabbat, parce que le Sabbat est le Sabbat du Seigneur ton Dieu, et Jésus a dit : Je suis le Seigneur du Sabbat, donc le jour du Seigneur est le Sabbat. C’est une conclusion Biblique très simple. Pourquoi ai-je insisté sur cela ? Parce que tous les chrétiens prétendent avoir Jésus comme leur Seigneur, et s’Il est mon Seigneur, si vous avez le Seigneur, vous aurez Son jour, de la même manière que si vous avez Son jour, vous avez le Seigneur. L’affection qui est comprise par le terme « Seigneur » rentre dans l’équation.

L’affection d’un vrai chrétien est liée à Son Seigneur, et est donc liée au Sabbat. Nous nous approchons du Seigneur dans le sanctuaire, comme nous l’avons étudié durant les dernières études, et nous examinons le Seigneur et Sa voie dans le sanctuaire. Souvenez-vous : Ta voie, ô Dieu, est dans le sanctuaire. Jésus est dans le sanctuaire, Il est la voie, la vérité et la vie, et là, dans le sanctuaire où Jésus, la voie, notre Seigneur, se trouve, il y a le Sabbat. Lorsque le Sabbat est étudié, il est révélé comme une chose inséparable des autres choses qui sont dans le sanctuaire. Tout est la voie de Dieu.

Le mot sanctuaire, qu’est-ce que cela veut dire ? Comment est-il utilisé ? Un lieu de repos. Vous allez dans la nature et ils ont un sanctuaire pour la protection des oiseaux, un lieu mis à part pour la sécurité de certaines créatures. Le sanctuaire est un lieu mis à part, sanctifié. Lorsque nous nous approchons du Seigneur du sanctuaire, nous nous approchons du Seigneur du Sabbat, qui lui-même est sanctifié, ce qui veut dire que c’est un lieu de protection pour le peuple de Dieu, où personne ne doit toucher, ils sont protégés.

Le Sabbat est un lieu qui a été sanctifié et mis à part tout comme le sanctuaire. Ainsi, quand le Sabbat arrive, en accord avec l’instruction de la parole de Dieu, lorsque le soleil se couche, il y a un temps mis à part, un sanctuaire. Une personne m’a récemment dit : J’aime vraiment venir à l’église le Sabbat, parce que j’y suis protégé. J’y suis protégé, on s’y sent en sécurité. Bien sûr, c’est un sanctuaire. Si le Sabbat est gardé selon la voie et la volonté du Seigneur, il devient un sanctuaire. Il est mis à part pour un usage sacré. Quand le Sabbat arrive, la liaison inséparable du Seigneur du Sabbat avec le Sabbat commence à devenir significative, comme dans l’expression suivante :

Puis, autour de l’autel de famille, tous devraient attendre d’accueillir le saint jour de Dieu, de la même manière qu’ils veilleraient pour la venue d’un cher ami. {Signs of the Times, 25 mai 1882, par. 9}

Parce que le Seigneur est lié au Sabbat alors vous attendez en fait la venue du Sabbat comme celle d’un cher ami. Le lien affectueux qui existe entre le vrai chrétien et Son Seigneur, qui est directement lié au Sabbat, rend la venue du Sabbat comme la venue d’un cher ami. La vraie observation du Sabbat est un lien avec un attachement affectueux du Seigneur Jésus.

Exode 31:13 Toi, parle aux enfants d’Israël, disant : Certainement, vous garderez mes sabbats ; car c’est un signe entre moi et vous, dans toutes vos générations, afin que vous sachiez que je suis le SEIGNEUR, qui vous sanctifie.

Le sanctuaire est un lieu mis à part pour le bien-être de quoi que ce soit qui s’y trouve. Le Sabbat est mis à part pour le peuple de Dieu, il a été fait pour l’homme, et c’est un gage très affectueux de Celui qui nous met à part pour Lui-même. « Je suis le Seigneur qui vous sanctifie. » C’est un signe entre qui et qui ? « Entre vous et moi. » Lorsque vous méditez sur cela, cela commence à faire frémir votre cœur. Avez-vous déjà eu un ami très proche et vous aviez un petit signe entre vous et cette personne que personne d’autre ne connaissait ? J’avais une situation comme ça. J’avais un ami très proche dans mes années scolaires, et nous communiquions à travers ce signe, et cela avait vraiment une forte signification pour nous. Dieu dit : J’ai un signe, dans le monde autour de toi les gens ne me connaissent pas, mais tu me connais, et J’ai un signe entre toi et Moi ; c’est le Sabbat. Un signe d’un lien affectueux que je te mets à part pour moi, pour un usage sacré ; afin que nous puissions être ensemble et l’apprécier un jour.

C’est le point central du rafraichissement du Sabbat, un courant limpide et magnifique qui rafraichit l’âme. Il est lié à la parole de vie même, à la voie de Dieu dans le sanctuaire. La connaissance du Seigneur qu’un vrai chrétien doit avoir, la connaissance de Son Sauveur, c’est la sanctification de moi-même comme Sien, mis à part pour Lui, un signe. La sanctification de moi-même pour faire partie de Lui et la sanctification du Sabbat sont un élément inséparable. Il fait du Sabbat et moi et Dieu un exercice d’attachement, un magnifique lien de communion. J’ai soif de cette communion ininterrompue.

Tout vrai adorateur qui garde le Sabbat saint devrait réclamer la promesse : « afin que vous sachiez que je suis le Seigneur, qui vous sanctifie. » Éxode 31:13. {Testimonies for the Church Vol.6 360.3}

La prédication à nos assemblées du Sabbat devrait être généralement courte. Des opportunités devraient être données pour que ceux qui aiment Dieu puisse exprimer leur gratitude et leur adoration. {Testimonies for the Church Vol.6 361.1}

L’adorons-nous ? Le jour du Sabbat, des opportunités devraient être données pour que ceux qui aiment Dieu puissent exprimer leur gratitude et leur adoration. C’est un temps pour l’adoration, parce que le Sabbat est un signe entre Dieu et celui qu’Il aime et sanctifie. Celui qui admire et aime vraiment Dieu veut s’exprimer dans l’adoration. Cela fait partie de l’équation. La vraie observation du Sabbat se révèle comme une relation, une question de relation qui doit être réellement comprise. Examinons la question de relation qui apparait dans le Sabbat, et qui a à voir avec le Seigneur du Sabbat et avec le fait qu’Il met à part le Sabbat comme un gage qu’Il nous met à part pour Lui-même.

La relation du Seigneur

1 Jean 5:7 Car il y en a trois qui rendent témoignage dans le ciel, le Père, la Parole, et l’Esprit Saint ; et ces trois-là sont un.

Et ces trois-là sont un. Réfléchissez un instant. Beaucoup de gens buttent sur ce concept, mais c’est très simple. Cette intimité de trois êtres est une intimité telle qu’ils sont un. Il n’y a pas de meilleure représentation de la signification d’intimité que le fait qu’il existe un trio dans l’univers qui sont si intimes l’un avec l’autre qu’ils sont uns, et pourtant ils sont trois personnes différentes. C’est ce que tout homme et femme rêve à propos du mariage, et c’est évasif, cela n’arrive pas dans ce monde de péché. Mais le ciel est une représentation de cela. C’est une intimité. Explorons cette intimité dans les Écritures. Jésus était sur cette planète et Il avait quitté Son Père.

Psaume 22:18 Ils partagent entre eux mes vêtements, et jettent le sort sur ma robe.

Jésus est sur la croix.

Psaume 22:19 Mais toi, ne sois pas loin de moi, ô SEIGNEUR ; ô ma force, hâte-toi de me secourir. 20 Délivre mon âme de l’épée, mon unique du pouvoir du chien.

Mon unique ? Comment a-t-Il appelé Son Père ? Mon unique. C’est l’expression qui décrit l’unité qui existait entre le Père et le Fils.

L’ange dit : « Penses-tu que le Père a abandonné Son cher Fils bien-aimé sans une lutte ? Non, non. » C’était même une lutte pour le Dieu du ciel soit de laisser l’homme coupable périr, soit de donner Son Fils bien-aimé afin qu’Il meure pour eux. Les anges étaient si intéressées dans le salut de l’homme que l’on pouvait trouver parmi eux ceux qui cèderaient leur gloire et donneraient leur vie pour l’homme perdu. « Mais, » dit mon ange accompagnateur, « cela ne servirai de rien. » La transgression était si grande que la vie d’un ange ne payerait pas la dette. Rien d’autre que la mort et l’intercession du Fils de Dieu payerait la dette et sauverait l’homme perdu d’une peine et d’une misère sans espoir. {Early Writings 127.1 / Premiers Écrits 127.1}

Mais l’œuvre qui fut assignée aux anges était de monter et de descendre avec un baume fortifiant depuis la gloire pour apaiser le Fils de Dieu dans Sa vie de souffrance. Ils subvenaient aux besoins à Jésus. Leur œuvre était également de protéger et de garder les sujets de la grâce des mauvais anges et de l’obscurité qui étaient constamment jetée autour eux par Satan. J’ai vu qu’il était impossible pour Dieu de changer Sa loi afin de sauver l’homme perdu et mourant ; c’est pourquoi Il permit à Son Fils bien-aimé de mourir pour les transgressions de l’homme. {Early Writings 127.2 / Premiers Écrits 127.2}

Cela ouvre un champ entier de méditation qui commence à battre dans votre cœur, et cela touche votre admiration et votre émotion de savoir que cette chère communication existe avec le Dieu de l’univers. Cela nous amène droit dans l’appréciation de l’intimité, une intimité précieuse.

Zacharie 13:7 Réveille-toi, ô épée, contre mon berger, contre l’homme [qui est] mon compagnon, dit le SEIGNEUR des armées ; frappe le berger, et les brebis seront dispersées ; et je tournerai ma main sur les petits.

Comment l’a-t-Il appelé ? L’homme qui est mon compagnon, mon unique. À partir de ce mot compagnon (angl. : fellow), nous avons le mot communion (fellowship), et c’est un mot magnifique quand il est correctement appliqué. L’intimité, la communion qui existe entre le Père, le Fils et le Saint-Esprit est accentuée dans les paroles de Jésus dans Jean 17. Il prie ici au Père, Son unique, dans Son expérience de communion :

Jean 17:5 Et maintenant, ô Père, glorifie-moi avec toi-même, de la gloire que j’avais avec toi, avant que le monde fût.

De quoi parle-t-Il ? Avant que le monde fût, nous avions une union magnifique et glorieuse. Nous pouvons savoir ici exactement de quoi Il parle :

Jean 17:24 Père, je veux que ceux que tu m’as donnés soient aussi avec moi où je suis, afin qu’ils contemplent ma gloire, que tu m’as donnée ; parce que tu m’as aimé avant la fondation du monde.

Il dit : Cet amour et cette gloire, Je veux la récupérer, Je veux être de retour avec Toi dans cette communion, dans cette gloire, laquelle est l’amour et l’intimité du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Cette intimité, c’est notre privilège d’en jouir à travers Jésus Christ. Le Saint-Esprit nous a été donné afin que cette communion qui existe dans la Divinité puisse nous être transmise à travers Jésus Christ. Quand vous réfléchissez à cela tel que c’est écrite dans la Parole, vous commencez à réaliser qu’il y a quelque chose dans le christianisme qui est très mal compris aujourd’hui, mais c’est entièrement décrit dans la parole, inspirée par le Saint-Esprit.

Romains 8:16 L’Esprit lui-même rend témoignage à notre esprit, que nous sommes les enfants de Dieu. 17 Et si enfants, alors héritiers ; héritiers de Dieu, et cohéritiers avec Christ ; si toutefois nous souffrons avec lui, afin que nous soyons aussi glorifiés ensemble.

Il dit : Je veux avoir cette gloire à nouveau, et nous devons être glorifiés avec Christ pour venir dans cette gloire qu’Il avait avant que le monde fût. Nous devons être glorifiés avec Lui pour être les fils de Dieu, pour être les héritiers de Dieu. Ô, comprendre la signification de cela. Être non seulement un héritier du domaine, mais être un héritier de la Divinité. C’est ce que le Seigneur a dit : Je veux vous sanctifier parce que le Sabbat du Seigneur ton Dieu est Mon jour, Il fait partie de Moi, et je veux que vous fassiez partie de Moi, et voici le signe que nous sommes ensemble. C’est le Sabbat.

Remarquez comment le Saint-Esprit augmente cette compréhension. Cette intimité proche et profonde ne peut être ressentie qu’à l’intérieur de vous, parce qu’elle fait partie de vous, de votre propre esprit :

1 Corinthiens 2:9 Mais, comme il est écrit : L’œil n’a pas vu, ni l’oreille entendue, et il n’est pas non plus entré dans le cœur de l’homme, les choses que Dieu a préparées pour ceux qui l’aiment.

C’est impossible de comprendre ceci : être un héritier de Dieu ? L’œil n’a pas vu, ni l’oreille entendu ce que cela signifie.

1 Corinthiens 2:10 Mais Dieu nous les a révélées par son Esprit ; car l’Esprit sonde toutes choses, oui, [même] les choses profondes de Dieu.

L’Esprit de Dieu en Lui est si proche, si intime, que toutes les choses profondes de Dieu sont connues par l’Esprit.

1 Corinthiens 2:11 Car quel homme connaît les choses de l’homme, sinon l’esprit de l’homme qui est en lui ? De même aussi, personne ne connaît les choses de Dieu, sinon l’Esprit de Dieu.

Il fait cette comparaison étonnante. À l’intérieur de vous, il y a une conscience, qui est appelée l’esprit de l’homme, et qui connait vos sentiments intérieurs profonds, et personne d’autre ne peut partager cela parce que l’esprit qui est moi ne peut pas entrer en vous. C’est impossible. Mais Dieu a un Esprit, tout comme j’ai un esprit, et cet Esprit en Lui est en fait l’un de Ses compagnons proches et intimes. Ce compagnon proche et intime peut nous transmettre ces choses profondes.

1 Corinthiens 2:12 Or nous avons reçu, non l’esprit du monde, mais l’esprit qui est de Dieu, afin que nous puissions connaître les choses qui nous sont librement données de Dieu ;

Qu’est-ce qui nous est librement donné de Dieu ? L’intimité de Jésus Christ, et le Saint-Esprit prends de ce qui est à Jésus et nous le montre. L’intimité de Jésus Christ, le droit d’héritage de la Divinité peut en fait nous être transmit. C’est ce que l’apôtre Jean voulait dire dans 1 Jean 1. Souvenez-vous des mots compagnon, unique. C’est l’expérience de compagnon de la Divinité, entre le Père, le Fils et le Saint-Esprit.

1 Jean 1:3 Ce que nous avons vu et entendu, nous vous le déclarons, afin que vous ayez aussi communion avec nous ; et en vérité notre communion est avec le Père, et avec son Fils Jésus Christ. 4 Et nous vous écrivons ces choses, afin que votre joie soit parfaite.

Quelle joie de croire et de vivre la communion du Père, du Fils et du Saint-Esprit, et d’avoir communion les uns avec les autres dans cela. C’est ce que l’apôtre dit : Nous vous communiquons ce que nous avons vécu, afin que vous puissiez avoir communion avec nous, laquelle est la communion de Père et du Fils. Et le Sabbat est rempli d’une telle intimité, parce que c’est le Sabbat du Seigneur ton Dieu. C’est le signe externe d’une intimité interne. C’est le sceau de Dieu dans le front, dans le cœur. Cela ne peut pas être séparé d’une profonde relation avec Dieu.

Quand on en vient à l’arrivé du Sabbat et que nous comprenons ce que cela signifie, nous accueillerons le Sabbat comme l’arrivé d’un bien-aimé, parce que c’est ce que c’est. Quand vous passez du temps avec un bien-aimé qui vient en votre présence, et que vous n’avez pas eu l’opportunité d’être ensemble parfaitement, vous avez cet ami merveilleux qui vient si proche, et que faîtes-vous quand quelqu’un qui est vraiment précieux vient à vous ? Ne vous préparez-vous pas minutieusement au préalable afin de pouvoir passer tout votre temps libre de toute interférence en ce jour ? Pendant ce temps qu’Il est avec vous, vous vous préparez à faire des choses qui vont améliorer votre relation avec cette personne.

Lorsque vous invitez une personne chez vous, et que vous passez un temps merveilleux ensemble, et ensuite c’est le moment de manger, vous vous asseyez à table pour un repas que vous avez préparé pour ce moment. Le repas est terminé, et il y a toute cette vaisselle sale sur la table, qu’est-ce que vous faîtes avec votre ami ? Est-ce que vous dîtes : « Attends là, je vais faire la vaisselle » ? Qu’est-ce que vous dîtes d’habitude ? « Oublions la vaisselle aujourd’hui, passons un bon moment ensemble. » N’est-ce pas ?

Nous chargerions tous à ne pas laver leur vaisselle le Sabbat si cela peut être évité. Dieu est déshonoré par tout travail non nécessaire qui est accompli en Son saint jour. Ce n’est pas incohérent, mais approprié, que la vaisselle soit laissé non lavée jusqu’à la fin du Sabbat, si cela peut être géré. {Selected Messages Book 3 258.4}

Vous pouvez voir qu’il n’y a pas de contenu légaliste ici. Ce n’est pas que je ne suis pas autorisé à laver la vaisselle, c’est parce que je veux mettre cela de côté afin de pouvoir passer beaucoup de temps avec mon Ami. Avoir communion l’un avec l’autre dans la Parole sans avoir les tracas de devoir faire la vaisselle, de sorte que quand le Sabbat est terminé on peut alors faire cette vaisselle, quand le temps de communion est passé et que l’on peut faire ce que l’on a à faire. C’est cela l’observation du Sabbat. Si c’est compris dans tous les autres aspects, nous avons un Ami très précieux pour lequel nous voulons nous préparer, et nous voulons cet Ami très précieux avec nous aussi longtemps que le temps nous est imparti, et rien de doit interférer avec cela. Le concept est simple : si cela peut être géré. Si vous avez un autre repas le Sabbat et que vous avez de la vaisselle sale, bien sûr vous allez la laver afin de l’utiliser. Mais il est dit : quand c’est possible. Vous devez être réalistes. Quand c’est possible, nous pouvons décider : « Bon, laissons-la pour plus tard, nous avons d’autres couverts pour le prochain repas. » Ce sont les principes d’intimité qui gouvernent cette action.

Beaucoup ont besoin d’instruction sur la manière dont ils devraient se présenter pour le culte le jour du Sabbat. Ils ne doivent pas entrer en la présence de Dieu dans l’habit habituel porté pendant la semaine. Tous devraient avoir une tenue spéciale pour le Sabbat, à porter quand ils assistent à l’office dans la maison de Dieu. Bien que nous ne devrions pas nous conformer aux modes du monde, nous ne devons pas être indifférents en ce qui concerne notre apparence extérieure. Nous devons être ordonnés et soignés, quoique sans ornement. Les enfants de Dieu devraient être purs en dedans et en dehors. {Testimonies for the Church Vol.6 355.2}

Le Sabbat est sanctifié, et notre vêtement doit être associé à cette mise à part, mettant à part notre vêtement pour notre bien-aimé. Le Seigneur est dépeint dans le vêtement. Il a des vêtements pour gloire et pour sainteté. Dieu est exigeant sur nos vêtements. Il est mon Bien-aimé, Il est mon Ami, et je vais l’honorer avec le genre de vêtement qui est le mieux que je peux faire par rapport à Lui.

La raison pour laquelle nous nous préparons pour le Sabbat, c’est le facteur d’intimité. La raison pour laquelle même les observateurs du samedi ne seront pas scellés avec le sceau du Sabbat, c’est à cause de la distance dans leur relation avec Lui. Le sceau de Dieu est le Sabbat, lequel est un signe intime de Lui étant implanté en moi. Si ce n’est pas le cas, je suis peut-être un observateur du samedi, mais je ne suis pas scellé, parce que la relation n’est pas là.

Ce ne sont pas tous ceux qui professent garder le Sabbat qui seront scellés. Il y en a beaucoup même parmi ceux qui enseignent la vérité aux autres, qui ne recevront pas le sceau de Dieu en leurs fronts. {Testimonies for the Church Vol.5 213.2}

Pourquoi ?

Ils avaient la lumière de la vérité, ils connaissaient la volonté de leur Maître, ils comprenaient chaque point de notre foi, mais ils n’avaient pas d’œuvres correspondantes. Ceux qui connaissaient si bien la prophétie et les trésors de la sagesse divine auraient dû mettre leur foi en action. Ils auraient dû commander leurs maisons après eux, afin que par une famille bien-ordonnée ils puissent présenter au monde l’influence de la vérité sur le cœur humain. {Ibid.}

Par leur manque de dévotion et de piété, et leur incapacité à atteindre une norme religieuse élevée, ils rendent les autres âmes satisfaites de leur position. {Testimonies for the Church Vol.5 214.1}

Avez-vous remarqué le mot « dévotion » ? C’est quelque fois exprimé quand vous voyez un jeune couple qui sont vraiment amoureux : « Regardez combien elle lui est dévouée. » Leur manque de dévotion révèle le fait qu’ils n’ont pas été scellés. Ils ne sont pas dévoués dans l’adoration, dans l’intimité de la Divinité qui leur a été transmise à travers Jésus Christ. Quand vous regardez cela de cette perspective, c’est si simple de comprendre ce qu’est en réalité le sceau de Dieu, et qui peut être scellé.

C’est l’impact de la puissance de la croix de Jésus Christ qui remplira l’âme d’une dévotion intense au Seigneur. Avec cette dévotion intense de la croix de Jésus Christ comme l’expiation de Jésus avec nous, l’expiation où Lui, Dieu, est devenu un avec moi dans une communion intime en prenant en réalité mes péchés et ma mort, en me m’emportant dans le tombeau, et en ressuscitant, nous pouvons ressusciter avec Lui dans l’héritage de Dieu Lui-même. Cela doit opérer à l’intérieur afin de pouvoir apprécier le Sabbat comme ce qu’il est vraiment, un merveilleux signe, un gage d’expression extérieure dans lequel nous faisons le jour du Sabbat toutes les choses qui se rapportent à cette relation intime, et qui poussent les autres gens à penser : Ils en font vraiment trop ; quand en réalité ils sont en profonde dévotion à leur Seigneur.

Puisse Dieu nous aider à comprendre le rafraichissement du Sabbat.

Amen.

Publié le 15/08/2014, dans Le sanctuaire, et tagué , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 3 Commentaires.

  1. tremblays7@videotron.ca

    Bonjour J’aimerais savoir sur quel programme est écrit votre texte il est quasiment illisible merci

    • Victor Bireaud

      Bonjour,
      Je ne sais pas ce que vous entendez par programme, mais si le texte est trop petit pour vous, vous avez la possibilité de l’agrandir en appuyant sur CTRL et +.

  2. que le Seigneur soit béni à travers la comprehension de cette importante léçon.combien d’adventistes observent le sabbat comme Dieu le souhaite.puisse le Seigneur reforme nos perceptions et nous amene à une observation correcte de son saint sabbat.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s