15. Le banquet des noces de l’Agneau

Le premier ange : étude 15

Par John Thiel (étude en anglais)

La Divinité se sont engagés à devenir pour nous une ressource , afin de nous aider à sortir de notre condition déchue de péché, pour que nous puissions devenir saint comme Dieu est saint. L’humanité est devenue aliénée de Dieu par le péché.

Ésaïe 59:1 Voici, la main du SEIGNEUR n’est pas raccourcie pour ne pas pouvoir délivrer ; ni son oreille trop pesante pour ne pas pouvoir entendre ; 2 Mais ce sont vos iniquités qui ont fait séparation entre vous et votre Dieu, et vos péchés ont fait cacher de vous sa face, afin qu’il ne vous entende pas.

Ce passage révèle que ce sont nos iniquités qui nous ont aliénées de Dieu. Les péchés qui ont commencés avec Adam et ont continué tout le long des siècles ont créé une séparation de la précieuse relation entre l’homme et son Créateur. Adam a eu peur de Dieu à cause du péché qu’il avait commis, et c’est cela qui a poussé l’amour dans son cœur à se retirer.

1 Jean 4:18 Il n’y a pas de crainte dans l’amour, mais l’amour parfait chasse la crainte ; parce que la crainte porte avec elle du tourment. Celui qui craint n’est pas rendu parfait dans l’amour.

La crainte en Adam et Eve est née d’une condition du cœur qui a perdu son amour. L’amour avait été chassé de leur vie par le péché, mais malgré cette condition l’amour de Dieu n’était pas été influencé à leur égard. La Parole (Jésus) a conclu un décret avec Dieu qu’Il quitterait Sa position élevée dans le ciel pour devenir la ressource de Jésus-Christ le Fils, ici sur cette terre. La mission du « Fils » sur cette terre serait de raviver l’amour dans l’homme, l’amour envers son Créateur, qu’il avait perdu. L’amour parfait de Jésus chasserait toute crainte. C’était cela la mission messianique de Jésus.

Jean 12:32 Et moi, si je suis élevé de la terre, j’attirerai tous les hommes à moi.

Il est venu ici pour attirer et pour solliciter de nouveau l’amour de l’humanité vers Lui.

Jérémie 31:3 Le SEIGNEUR m’est apparu jadis, disant : Oui, je t’ai aimée d’un amour éternel, c’est pourquoi je t’ai attirée avec une tendre bonté.

Comment Jésus nous a-t-Il attiré ? Avec Sa tendre bonté.

1 Jean 4:10 En ceci est l’amour, non que nous ayons aimé Dieu, mais que lui nous a aimés et a envoyé son Fils pour être la propitiation pour nos péchés.

Dans le cœur naturel de l’homme il n’y avait pas d’amour pour Dieu, c’était quelque chose que Jésus devait nous exprimer, pour que la crainte et le péché soient chassés.

1 Jean 4:19 Nous l’aimons, parce qu’il nous a aimés le premier.

C’est Son amour qui nous a fait la cour jusqu’à ce que finalement nous en sommes venus à voir Son amour pour nous-mêmes, comme il est démontré dans la plénitude du sacrifice de Jésus. Quelle merveilleuse histoire d’amour.

Quelle est l’activité dans laquelle Jésus s’est engagé, qui éveillerai en nos cœurs une réponse d’amour envers Lui ? Dans nos études précédentes, 9 à 11, nous avons vu que Jésus est devenu si intimement liée avec l’humanité qu’Il a pris part à notre nature humaine pécheresse, et était cependant sans péché. C’est cette activité d’esprit de voir Jésus souffrir sur la croix sous notre affreuse condition de péché, et toutefois ne péchant pas, qui attire le cœur du pécheur impuissant et le pousse à répondre par amour envers Lui.

Nous nous souvenons de ces paroles attachantes de Jésus dans la prophétie messianique de Lamentations, alors qu’Il était suspendu à la croix et qu’Il faisait appel à ceux qui passaient par là : « Regardez ce que je fais pour vous, ne voyez-vous pas le dilemme abjecte du péché dans lequel vous vous trouvez ? N’est-ce rien pour vous ce que je fais ici pour vous ? »

Que faisait-Il ?

Lamentation 1:12 N’est-ce rien pour vous tous qui passez par là ? Contemplez et voyez s’il est une douleur comme ma douleur qui m’a été faite, par laquelle le SEIGNEUR m’a affligée au jour de l’ardeur de sa colère.

Jésus s’est placé dans la situation de Gethsémané et de la croix dans notre intérêt, et pourtant dans Lamentations Il était en agonie à l’idée que tous Ses efforts puissent avoir été réduits à néant. Il pose la question dans son esprit : « N’est-ce rien pour vous tous qui passez par là ce que je souffre ici, sous toutes les transgressions dans lesquelles vous vous êtes trouvés ? N’est-ce rien pour vous que le Père a entrelacé tous vos péchés et vos iniquités sur mon cou ? Si seulement vous levez la tête, et vous arrêtez et appréciez ce que je fais ici, vous réaliserez que je me suis moi-même mis dans cette situation difficile par amour pour vous, parce que je suis le remède à votre péché. Et je suis venu souffrir de cette manière pour rompre la captivité du péché, afin que vous soyez de nouveau réconciliés au Père. Je vous en prie, n’y aura-t-il personne pour apprécier ce que je fais ici ? »

Lamentation 1:13 D’en haut, il a envoyé dans mes os un feu, lequel les a gagnés ; il a tendu un filet sous mes pieds, il m’a fait retourner en arrière ; Il m’a mise dans la désolation, et [suis] abattue tout le long du jour. 14 Le joug de mes transgressions est lié par sa main ; elles sont entrelacées et montent jusqu’à mon cou ; il a fait diminuer ma force ; le SEIGNEUR m’a livrée en leurs mains, de ceux desquels je ne pourrai me relever.

Les paroles « le Seigneur m’a livré en leurs mains » sont exprimées en Ésaïe, qui est une autre prophétie messianique décrivant le sacrifice extraordinaire de Jésus, qui nous offre une motivation pour que nous l’aimions. Quelle activité extraordinaire, Jésus souffrant la peine de notre péché sur la croix, lequel Lui a causé tant de peine. Cela fait fondre le cœur humain réceptif et appelle à une réponse d’amour de notre part.

Ésaïe 53:5 Mais il a été blessé pour nos transgressions, il a été meurtri pour nos iniquités ; le châtiment de notre paix a été sur lui, et par ses meurtrissures nous sommes guéris. 6 Nous avons tous été errants comme des brebis, nous nous sommes détournés chacun vers son propre chemin, et le SEIGNEUR a placé sur lui l’iniquité de nous tous.

C’est la dimension de ces expressions et de ces réalités remarquables dans l’activité de Jésus-Christ qui force notre réponse d’amour envers Lui. C’était par l’activité du Fils que nous avons été rançonnés et ramenés à Dieu. Jésus nous a courtisés, nous attirant ainsi loin du malin qui nous tenait en captivité dans nos esprits. Tous ceux qui se permettent d’être courtisés par Jésus répondront à Ses avances : « N’est-ce rien pour vous, ne lèverez-vous pas les yeux pour regarder ? »

Tous ceux qui regarderont Jésus et qui répondront par amour à l’activité de la Divinité entreront dans une alliance avec Lui. Sous cette alliance, l’Ancienne Alliance, l’homme fait une promesse à Dieu qu’il gardera Ses commandements.

Mais très peu de temps après, il se découvre échouant misérablement à tenir ses promesses envers Dieu, parce qu’il est encore faible suite aux incursions de sa captivité passé. Ce n’est qu’à travers cette prise de conscience que l’homme peut véritablement en venir à apprécier la ressource de Jésus comme le Médiateur d’une nouvelle et meilleure alliance. Sous la Nouvelle Alliance, Dieu promet d’écrire Ses lois sur les tables de chair du cœur, et si l’homme fait des erreurs, il n’y a plus de condamnation pour l’échec comme c’était le cas sous l’Ancienne Alliance, parce que la justice de la vie sans tâche de Christ est imputée au pécheur repentant par la foi. Sous la Nouvelle Alliance, Jésus est l’auteur et le finisseur de notre salut.

Dieu sait que nous sommes faibles et que nous par nous-mêmes nous ne pouvons rien faire, mais ce n’est que lorsque nous avons échoué sous l’Ancienne Alliance que nous pouvons en venir à réaliser notre grand besoin de Jésus sous la Nouvelle Alliance. Notre salut ne peut être atteint que grâce à la puissance qui est manifestée dans le grand amour accordé par le don de Jésus-Christ. Cet appel de Jésus à regarder à Son activité sur la croix et notre réponse à Son appel sont ici rapportées :

2 Corinthiens 5:18 Et toutes ces choses viennent de Dieu, qui nous a réconciliés à lui par Jésus-Christ, et qui nous a donné le ministère de réconciliation.

Nos esprits sont réconciliés à Dieu par Jésus-Christ. Il a présenté l’incitation et nous a donné le ministère.

2 Corinthiens 5:19 C’est-à-dire, que Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui, en ne leur imputant pas leurs fautes ; et il nous a confié la parole de réconciliation. 20 Maintenant donc, nous sommes ambassadeurs pour Christ, comme si Dieu vous implorait par nous ; et nous vous prions au nom de Christ : Soyez réconciliés avec Dieu. (Voici l’appel et le cri intense pour notre réponse)

À partir de ce verset, nous voyons que l’appel de Jésus pour que nous soyons réconciliés avec Dieu et même notre réponse à cet appel à s’engager dans le ministère de la réconciliation, viennent tous de Dieu. La supplication de Jésus envers nous pour que nous devenions un avec Lui est également rapportée dans Jean :

Jean 17:19 Et je me sanctifie moi-même pour eux, afin qu’eux aussi puissent être sanctifiés par la vérité.

Jésus dit : « Je me sanctifie moi-même en leur faveur, afin qu’ils finissent par être en mesure de suivre mon exemple et de faire de même. »

Jean 17:20 Or je ne prie pas seulement pour eux, mais aussi pour ceux qui croiront en moi par leur parole ;

Est-ce que vous voyez que Jésus prie pour les personnes tout le long de la ligne ?

Jean 17:21 Afin que tous soient un, comme toi, Père, [tu] es en moi, et moi en toi, afin qu’ils soient aussi un en nous ; afin que le monde croie que tu m’as envoyé.

Cela nous ramène à l’étude de la Divinité, où nous sommes appelés à être plusieurs, et pourtant un : « Moi en eux et toi en moi, afin qu’ils soient rendus parfaits en un. » Voici la belle relation dans laquelle Jésus s’est engagé avec le pécheur, et Lui étant un avec nous, nous sommes alors un avec Dieu parce que Dieu est en Jésus.

Jean 17:22 Et la gloire que tu m’as donnée, je la leur ai donnée; afin qu’ils soient un, comme nous sommes un. 23 Moi en eux, et toi en moi, afin qu’ils soient rendus parfaits en un, et que le monde connaisse que tu m’as envoyé, et [que] tu les as aimés, comme tu m’as aimé.

Le même amour que le Père a envers le Fils est l’amour que Dieu nous montre en tant qu’êtres humains. En contemplant cette merveilleuse histoire d’amour dans nos esprits, nous pouvons en devenir absorbés, comme un jeune couple devient absorbé de la cour et de la découverte de leur amour.

Qu’est-ce qui occupe ton esprit, and tes lèvres ? Est-ce l’expression d’amour, de ne parler que de Jésus ? C’est celle-là la réponse que l’évangile de Jésus-Christ est venu produire en nous. L’apôtre Paul pouvait difficilement se contenir quand il s’agissait de parler à propos de Jésus. Il s’émerveillait de la découverte de l’intervention de Christ, et de qui Jésus était vraiment. Cela est devenu la préoccupation totale de son esprit.

1 Corinthiens 2:2 Car je n’ai pas jugé bon de savoir quoi que ce soit parmi vous, sinon Jésus Christ, et celui-ci crucifié.

Il était tellement rempli d’amour envers Dieu qu’il ne voulait pas parler de qui que ce soit, sauf Jésus-Christ crucifié. Dans Jean le même concept est exprimé à nouveau dans l’expérience de Jean-Baptiste :

Jean 3:29 Celui qui a l’épouse est l’époux ; mais l’ami de l’époux, qui assiste et l’entend, se réjouit grandement à cause de la voix de l’époux ; cette joie donc, qui est la mienne, est accomplie. 30 Il faut qu’il croisse, mais je dois diminuer.

Jean-Baptiste était tellement rempli de joie et d’amour pour Jésus qu’il était heureux simplement de prendre du recul et Le laisser être innocenté. C’est là une expérience très profonde et précieuse dans la vie d’un Chrétien, que d’avoir l’esprit et la vie si totalement immergés en Jésus qu’il ne reste plus rien d’autre que Lui. Cette relation entre Christ et Son peuple est en effet un parallèle avec la relation entre mari et femme. Quand l’amour s’empare de deux personnes, elles ne peuvent pas s’empêcher de parler l’une de l’autre, et élever l’image de chacune devant l’autre.

Éphésiens 5:22 Femmes, soyez soumises à vos propres maris comme au Seigneur ; 23 parce que le mari est le chef de la femme, comme aussi le Christ est le chef de l’église, et il est le sauveur du corps.

C’était l’amour de Dieu, l’amour de Jésus qui a donné l’incitation à l’Église et au peuple à répondre. Cela peut être comparé à un jeune homme qui fait la cour à une jeune femme pour qu’elle soit sa femme, afin qu’il puisse ensuite la protéger et prendre soin d’elle. Si les avances du jeune homme suscitent une réponse d’amour de la part de la femme, la relation va évoluer vers un mariage. De la même manière, Jésus courtise Son Église afin que l’Église réponde dans l’amour, pour relever Son invitation à s’engager dans le ministère de la réconciliation.

Éphésiens 5:24 C’est pourquoi comme l’église est soumise à Christ, ainsi que les femmes le soient aussi à leurs propres maris en toutes choses.

Voici un autre parallèle, le mari est le chef de la femme comme Christ est le chef de l’Église. Par conséquent, les femmes sont exhortées à se soumettre à leurs maris tout comme l’Église est soumise à Christ.

Éphésiens 5:25 Maris, aimez vos femmes, c’est-à-dire comme Christ aussi a aimé l’église, et s’est donné lui-même pour elle ; 26 Afin qu’il la sanctifie et la purifie en la lavant d’eau par la parole ; 27 Afin qu’il puisse la présenter à lui-même une église glorieuse, sans tache, ni ride, ni rien de semblable, mais qu’elle soit sainte et sans défaut. 28 C’est ainsi que les maris doivent aimer leurs femmes comme leurs propres corps. Celui qui aime sa femme, s’aime lui-même. 29 Car personne n’a jamais haï sa propre chair, mais il la nourrit et la chérit, comme le Seigneur le fait pour l’église ; 30 Car nous sommes membres de son corps, de sa chair et de ses os. 31 C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et sera joint à sa femme, et les deux seront une seule chair.

L’unité et l’intimité expérimentée dans la relation d’un mariage est ici utilisée métaphoriquement pour exprimer l’exercice qui a lieu entre le Christ et son Église.

Éphésiens 5:32 C’est un grand mystère ; or je parle relativement à Christ et à l’église. 33 Néanmoins que chacun de vous en particulier aime ainsi sa femme comme lui-même, et que la femme révère [son] mari.

L’appel à l’Église à répondre à la cour de Christ se trouve dans Jérémie :

Jérémie 3:14 Revenez, ô enfants infidèles, dit l’Éternel, car moi je vous ai épousés, et je vous prendrai, un d’une ville et deux d’une famille, et je vous amènerai à Sion ; 15 Et je vous donnerai des pasteurs selon mon cœur, lesquels vous nourriront avec connaissance et intelligence.

Voici l’appel : « Revenez, ô enfants infidèles, car moi je vous ai épousés. J’ai réconcilié votre esprit à moi et je vous ai attiré jusqu’à ce que vous en soyez venu à m’aimer de nouveau, mais vous êtes maintenant retombé, alors revenez à moi parce que je vous ai épousés. »

Cette appréciation d’entrer dans une relation de mariage avec Jésus est ce qui se cache vraiment derrière la parabole du banquet des noces exprimée dans Matthieu.

Matthieu 22:2 Le royaume du ciel est semblable à un certain roi qui fit des noces pour son fils.

Le mariage est ici utilisé symboliquement pour décrire l’unification de Jésus avec Son peuple. Dieu le Père a fait un décret avec la Parole, que la Parole deviendrait la ressource de Jésus le Fils. Le Fils a alors introduit une relation avec l’humanité qui pourrait être assimilée à une relation conjugale. Jésus deviendrait symboliquement marié aux êtres humains, pour lesquels, afin de s’identifier à eux, Il avait était envoyé sur cette terre.

Apocalypse 19:7 Soyons heureux et réjouissons-nous, et rendons-lui honneur ; car le mariage de l’Agneau est venu, et son épouse s’est préparée. 8 Et il lui a été donné d’être vêtue d’un fin lin, éclatant et blanc, car le fin lin est la justice des saints. 9 Et il [l’ange] me dit : Écris : Bénis sont ceux qui sont appelés au banquet des noces de l’Agneau. Et il me dit : Ce sont là les vraies paroles de Dieu.

Le mariage est un symbole de la relation dans laquelle l’humanité doit entrer avec la deuxième personne de la Divinité, et finalement avec Dieu, parce que Jésus est Dieu. Cette belle chose que Jésus est venu faire était assimilée à une histoire d’amour semblable au mariage.

Nous comprenons maintenant que la liaison de l’homme pécheur repentant à Dieu par Jésus est symbolisée par le mariage. Mais alors qu’est-ce le banquet des noces signifie ? La Bible répond à cette question :

Ésaïe 55:1 Ho ! quiconque a soif, venez aux eaux, et vous qui n’avez pas d’argent, venez, achetez et mangez ; oui, venez, achetez sans argent et sans prix, du vin et du lait. 2 Pourquoi dépensez-vous de l’argent pour ce qui n’est pas du pain ? Et votre labeur pour ce qui ne rassasie pas ? Prêtez-moi bien attention, et mangez ce qui est bon, et que votre âme se délecte de [choses] grasses. 3 Inclinez votre oreille, et venez à moi ; entendez, et votre âme vivra ; et je traiterai avec vous une alliance éternelle, à savoir les miséricordes immuables de David.

Ceci est un festin où l’on mange et où l’on boit. Le Seigneur fournit même un conseil sur la façon dont nous devrions prendre et apprécier ce merveilleux repas. Incline ton oreille et écoute, dit-Il, prêtez bien attention et mangez ce qui est bon.

Le conseil de Dieu dans cette parabole ce n’est pas d’abandonner une fois que nous avons rompu l’Ancienne Alliance, mais c’est de continuer à manger de la parole de Dieu et à ouvrir notre cœur pour la recevoir. Si nous faisons cela Dieu promet : « Je traiterai avec vous une alliance éternelle, et je vous accorderai les miséricordes immuables de David. »

Quelles sont les miséricordes de David ? Eh bien, nous savons que le roi David a brisé son début merveilleux avec Dieu et a péché terriblement, mais finalement il a réussi à surmonter ses péchés et Dieu lui a miséricordieusement pardonné.

Notre relation étroite avec Dieu est soutenue par l’action d’entendre et de se nourrir de la parole de Dieu, et elle est assimilée à la notion de manger de la nourriture au dîner.

Nous lisons au sujet d’un dîner qui est liée à l’expiation, ou mariage :

Jérémie 15:16 Tes paroles se sont-elles trouvées, je les ai [aussitôt] mangées ; et ta parole a été pour moi la joie et l’allégresse de mon cœur, car je suis appelé par ton nom, ô SEIGNEUR Dieu des armées.

Quand une femme se marie avec un homme, elle devient connue par son nom de famille. De même, lorsque nous prenons part au banquet de Dieu en mangeant Ses paroles, en sorte qu’elles deviennent précieuses pour nous, nous entrons aussi dans une relation de mariage avec Dieu pour devenir cohéritiers avec Jésus et connus par Son nom. Mais qu’est-ce que le festin au banquet représente-t-il par rapport à ce mariage ?

Psaume 119:103 Combien tes paroles sont douces à mon palais ! Oui, plus douces que le miel à ma bouche !

Ici, il nous est décrit un festin avec de la nourriture vraiment délicieuse que Jésus représente comme les paroles de Dieu. C’est le fait de prendre de la parole au banquet des noces qui est exprimé.

Jean 6:48 Je suis le pain de vie. 49 Vos pères ont mangé la manne dans le désert, et [ils] sont morts. 50 C’est ici le pain qui descend du ciel, afin qu’un homme puisse en manger et ne pas mourir. 51 Je suis le pain vivant, qui est descendu du ciel ; si un homme mange de ce pain, il vivra pour toujours ; et le pain que je donnerai est ma chair, laquelle je donnerai pour la vie du monde. 52 C’est pourquoi les Juifs se disputaient entre eux, disant : Comment cet homme peut-il donner sa chair à manger ? 53 Alors Jésus leur dit : En vérité, en vérité, je vous dis : Si vous ne mangez la chair du Fils de l’homme, et ne buvez son sang, vous n’avez aucune vie en vous. 54 Quiconque mange ma chair et boit mon sang, a la vie éternelle ; et je le ressusciterai au dernier jour. 55 Car ma chair est en effet [une] nourriture, et mon sang est en effet [un] breuvage. 56 Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang, demeure en moi, et moi en lui.

Remarquez comment Jésus prononce un message très fort sur le banquet des noces et la relation étroite que nous devoir avoir avec Lui. Christ vivant en moi et moi en Lui. Manger au banquet c’est manger de la chair de Christ et boire Son sang.

Jean 6:57 Comme le Père, [qui est] vivant, m’a envoyé, et que je vis par le Père ; ainsi celui qui me mange, celui-là même vivra par moi.

Les disciples, le peuple et les Pharisiens étaient tous très confus par ceci. Aucun d’eux ne savait de quoi Jésus parlait, mais ils auraient pu savoir ; en particulier les prêtres, s’ils avaient été avisés dans l’étude de la signification du service sacerdotal dans le sanctuaire. Nous nous souvenons dans l’étude du sanctuaire que le prêtre mangeait une partie du sacrifice animal, et que cela représentait Christ prenant part avec nous et nous avec Lui. Jésus dit alors :

Jean 6:63 C’est l’esprit qui vivifie ; la chair ne sert à rien ; les paroles que je vous dis, elles sont esprit et elles sont vie.

Quand Jésus parlait de manger Sa chair et boire Son sang, il faisait allusion à ses « paroles ». Dans la représentation de Christ de l’intimité du mariage, Ses paroles sont la nourriture au banquet.

Nous trouvons une autre représentation de cela dans Ezéchiel, à qui il avait été donné l’ordre de manger les paroles. Ezéchiel a décrit les paroles « dans sa bouche douces comme du miel », ce qui était l’expression même utilisée par le Psalmiste.

Ézéchiel 2:7 Et tu leur diras mes paroles, soit qu’ils entendent, soit qu’ils n’en fassent rien, car ils sont tout à fait rebelles. 8 Mais toi, fils de l’homme, entend ce que je te dis, ne sois pas rebelle, comme cette maison rebelle ; ouvre la bouche, et mange ce que je vais te
donner.

Il était dit à Ezéchiel de manger les paroles et de ne pas être rebelle.

Ézéchiel 3:1 Puis il me dit : Fils de l’homme, mange ce que tu trouves, mange ce rouleau, et va parler à la maison d’Israël.

En d’autres termes, l’ordre est donné : « Fils de l’homme, recois toutes les paroles que je te dis dans le cœur, et écoute avec tes oreilles. » Manger symbolise écouter.

Ézéchiel 3:2 Et j’ouvris ma bouche, et il me fit manger ce rouleau. 3 Et il me dit : Fils de l’homme, rassasie ton ventre et remplis tes entrailles de ce rouleau que je te donne. Ainsi je le mangeai, et il fut dans ma bouche doux comme du miel.

Tous ces passages de la Bible confirment l’expression du symbolisme du banquet des noces, lequel est : manger de la Parole de Dieu. Lors du mariage, la mariée devait être dans un vêtement de noces spécial pour l’occasion. On parle de cela dans Ésaïe, chapitre 61.

Ésaïe 61:10 Je me réjouirai extrêmement dans le SEIGNEUR, mon âme s’égaiera en mon Dieu ; car il m’a revêtu des vêtements du salut, il m’a couvert de la robe de justice, comme un époux se pare d’atours et comme une épouse s’orne de ses joyaux.

Au mariage, la mariée porte le vêtement du salut qui est en fait la justice de Christ. Plus de détails sur son vêtement sont donnés :

Apocalypse 19:7 Soyons heureux et réjouissons-nous, et rendons-lui honneur ; car le mariage de l’Agneau est venu, et son épouse s’est préparée. 8 Et il lui a été donné d’être vêtue d’un fin lin, éclatant et blanc, car le fin lin, est la justice des saints.

Comme nous mangeons des paroles de Christ et les autorisons à purifier nos esprits, nos vêtements de noces seront blanchis à travers la justice imputée de Christ, en sorte que nous ne serons pas jugés insuffisants au mariage. Puissions-nous relever le conseil de Jésus de manger Ses paroles, d’écouter avec diligence et de les apprécier, pour que notre expérience s’approfondisse à travers le ministère de la réconciliation qu’Il a placé devant nous.

Je suis informé par la Parole de Dieu que Ses promesses sont pour moi et pour chaque enfant de Dieu. Le banquet est étalé devant nous ; nous sommes invités à manger la Parole de Dieu, qui fortifiera les muscles et les tendons spirituels. {This Day With God 292.5}

Le Seigneur Dieu a pourvu un banquet pour la race humaine toute entière. Il est représenté dans la parabole comme un grand dîner où une fête est prévue pour chaque âme. Tous ceux qui sont liés à ce dîner peuvent profiter du festin céleste, qui est l’évangile. Ce festin est ouvert à tous ceux qui le recevront. Tous sont invités et exhortés à venir. . . .

Tous ceux qui sont participants du festin du mariage, le festin de l’évangile, disent, par cet acte, qu’ils ont accepté Christ comme leur Sauveur personnel. Ils portent Sa robe distinctive. Ils ont accepté la vérité telle qu’elle est en Jésus, laquelle est la robe de la justice de Christ. Ceux-là seuls font honneur à Christ qui acceptent l’invitation : « Venez, car tout est maintenant prêt, venez au banquet des noces de l’Agneau. » Ceux-ci s’habillent du lin blanc, le caractère éclatant, pur, et montrent ainsi qu’ils ne vivent plus leur ancienne vie de citoyens qu’ils vivaient dans leur ignorance. Leur discours est changé. Leur conversation est tout à fait d’une autre gamme. . . .

Tous ceux qui ont la lumière de la Parole qui leur est présentée sont très privilégiés. Cette Parole est le pain de vie pour ceux qui la mangent. « En cette même heure, Jésus se réjouit en esprit et dit : Je te remercie, ô Père, Seigneur du ciel et de la terre, de ce que tu as caché ces choses aux sages et aux intelligents, et tu les as révélées aux tout petits enfants. » (Luc 10:21). {The Upward Look 304.2-4}

Les prétendues Églises de Christ dans cette génération sont exaltées aux plus hauts privilèges. Le Seigneur nous a été révélé dans une lumière augmentant toujours plus. Nos privilèges sont beaucoup plus grands que ne l’étaient les privilèges de l’ancien peuple de Dieu. Nous avons non seulement la grande lumière confiée à Israël, mais nous avons la preuve accrue du grand salut qui nous est apporté par Christ. Ce qui était type et symbole pour les Juifs est une réalité pour nous. Ils avaient l’histoire de l’Ancien Testament; nous avons cela et également le Nouveau Testament. Nous avons l’assurance d’un Sauveur qui est venu, un Sauveur qui a été crucifié, qui a ressuscité, et au-dessus du tombeau déchiré de Joseph a proclamé : « Je suis la résurrection et la vie. » Dans notre connaissance de Christ et de Son amour le royaume de Dieu est placé au milieu de nous. Christ nous est révélé en sermons et chanté en cantiques. Le banquet spirituel est placé devant nous dans une riche abondance. Le vêtement de noces, pourvu à un coût infini, est gratuitement offert à chaque âme. Par les messagers de Dieu nous sont présentés la justice de Christ, la justification par la foi, les promesses excessivement grandes et précieuses de la parole de Dieu, le libre accès au Père par Christ, la consolation de l’Esprit, l’assurance bien fondée de la vie éternelle dans le royaume de Dieu. Qu’est-ce que Dieu pourrait-Il faire pour nous qu’Il n’a pas fait en fournissant le grand dîner, le banquet céleste ? {Christ’s Object Lessons 317.2}

Amen.

Publié le 19/06/2013, dans 1er ange, et tagué , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s